Interview de Mme Laura Flessel, Ministre des sports à RTL le 14 septembre 2017, sur la "victoire" de la candidature de la France aux Jeux Olympiques de 2024. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Laura Flessel, Ministre des sports à RTL le 14 septembre 2017, sur la "victoire" de la candidature de la France aux Jeux Olympiques de 2024.

Personnalité, fonction : FLESSEL Laura, MARTICHOUX Elizabeth .

FRANCE. Ministre des sports;

ti :


YVES CALVI
Elizabeth MARTICHOUX, vous recevez ce matin la ministre des Sports, Laura FLESSEL, en direct de Lima, au Pérou.

ELIZABETH MARTICHOUX
Bonjour Laura FLESSEL.

LAURA FLESSEL
Bonjour.

ELIZABETH MARTICHOUX
Merci beaucoup de nous réserver cette interview quelques heures après cette victoire de Paris, donc, bonjour pour nous, bonsoir pour vous encore. Laura FLESSEL, vous qui avez connu tellement de montées d'adrénaline, même si c'était un faux suspense, il faut le dire, quand Paris a officiellement gagné, vous vous êtes lâchée, vous avez explosé de joie, qu'est-ce que vous avez ressenti ?

LAURA FLESSEL
Il y a eu des larmes, il y a eu des joies, il y a eu des cris, mais ce n'était que de la joie. Et c'est vrai que, on pourrait dire que, on le savait, mais j'ai envie de dire tant qu'on n'avait pas ces membres du CIO la main levée, on n'avait pas la ratification, et il y a eu unanimité, aucun vote contre et zéro abstention. Donc ça voulait dire que les deux candidatures étaient vraiment les plus belles.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous avez pleuré ?

LAURA FLESSEL
J'ai ri.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous avez ri.

LAURA FLESSEL
Oui, j'ai ri parce que, à Singapour, il y avait beaucoup, beaucoup de larmes, et là, il n'y avait que de la joie et des accolades.

ELIZABETH MARTICHOUX
Singapour où vous étiez, et au moment où Paris, effectivement, est passée à côté des Jeux, en 2012. Votre palmarès est proprement inouï, quand on le regarde, une trentaine de médailles internationales dont cinq olympiques. Est-ce que c'est une émotion comparable à celle d'une victoire sportive, à une médaille d'or aux Jeux par exemple ?

LAURA FLESSEL
C'est autre chose, parce que là, on va vivre énormément d'hymnes, de Marseillaise, j'espère aussi, parce qu'on va travailler en ce sens, en développant, en allant chercher la haute performance, c'est une victoire d'équipe, moi, je faisais un sport plutôt individuel, et là, c'était un collectif gagnant, un collectif où, à l'intérieur, il y avait le mouvement sportif, les athlètes, les partenaires qui nous ont fait confiance, on avait les politiques, qui étaient là et qui ont accepté d'avoir une candidature menée par des sportifs, et il y avait aussi cette valorisation, cette population qui attendait aussi cette victoire, donc c'est de la fierté. Les derniers Jeux, c'était en 24, donc du coup, c'est historique, c'est un honneur, et puis, c'est de la fierté, on a besoin de ça, c'est de la fraternité dans l'effort, et c'est couronné par cette ratification. Donc on est vraiment ravi, et on va continuer à travailler en ce sens, parce qu'on va avoir besoin des territoires, on va avoir besoin des partenaires, des sportifs, pour aller vraiment et être pertinent sur la création des Jeux.

ELIZABETH MARTICHOUX
Alors, Jean-Michel RASCOL le racontait hier soir dans « RTL Soir », vous avez dit devant le CIO, juste avant la décision finale : les Jeux ont changé ma vie. C'est-à-dire ?

LAURA FLESSEL
Eh bien, j'ai fait vingt ans, vingt ans de haut niveau, et j'ai connu le Graal olympique en 96 avant même d'être championne de France, championne d'Europe, championne du monde, et c'est une transformation parce qu'on rentre dans une famille, on est, je dirais, entouré par nos pairs, les meilleurs au monde, et on est regardé, on sort de l'anonymat, donc on a une responsabilité, on devient, je dirais, des leaders, dans le bon sens du terme, avec toute humilité, on devient des exemples pour la jeunesse, donc c'est lourd à porter aussi, puisqu'on est en même temps sur – et c'est un paradoxe – des sièges éjectables. Si on n'a pas de résultat, on n'est pas dans l'équipe, on n'a pas ces joies partagées, on n'écoute pas la Marseillaise, donc du coup, voilà, c'est vingt ans de pressions, et aujourd'hui, en étant ministre des Sports, c'est un rêve aussi qui se concrétise, parce que j'ai vu aussi des candidatures échouer, et aujourd'hui…

ELIZABETH MARTICHOUX
Ça répare un peu, il y a un goût de revanche quand même quand justement… ?

LAURA FLESSEL
Alors, ce n'est pas de la revanche, mais je vous dirais, il y avait un pansement dans la tête et dans le coeur, donc du coup, je vous dirais, les pansements n'existent plus, et il y a de la fierté.

ELIZABETH MARTICHOUX
Alors, ministre des Sports, vous l'êtes, vous l'avez dit, le plus dur reste à faire peut-être, l'Etat donne 1 milliard sur les 6,8 milliards pour les infrastructures, par parenthèse, mais ce n'est pas une petite parenthèse, ça va créer combien d'emplois ?

LAURA FLESSEL
Tout est travaillé, on est parti sur 250.000 emplois…

ELIZABETH MARTICHOUX
250.000 emplois sur les 7 ans, de façon permanente ou cumulée ?

LAURA FLESSEL
Sur le quinquennat.

ELIZABETH MARTICHOUX
Sur le quinquennat.

LAURA FLESSEL
Et l'objectif, c'est de pérenniser aussi des emplois, lorsqu'on parle de Jeux, on va transformer aussi de la performance, on va aller travailler aussi sur un développement des différentes filières du sport. Donc du coup, c'est tout un écosystème qui va être transformé.

ELIZABETH MARTICHOUX
Alors là où vous êtes très attendue évidemment, c'est aussi sur l'aide financière aux sportifs, pour qu'ils soient compétitifs, est-ce que votre budget va être à la hauteur, Madame la Ministre ? Est-ce que vous avez eu des garanties ?

LAURA FLESSEL
Un sportif de haut niveau, s'il veut aller chercher la performance, il faut amener de la sérénité dès à présent, avant compétition, pendant la carrière et après, dans la reconversion et la réinsertion professionnelle des sportifs, on ne va pas uniquement se dire : c'est une question de budget, il y a de l'humain, déjà, au coeur du projet…

ELIZABETH MARTICHOUX
Mais c'est aussi du budget…

LAURA FLESSEL
Je n'ai pas fini, mais je vais vous répondre, je vais vous répondre. Il y a de l'humain, il y a de l'efficacité, on va créer forcément un organisme qui va justement réfléchir, je suis passée par-là, lorsque, aujourd'hui, on voit qu'il y a des sportifs de haut niveau qui pointent à Pôle emploi, ce n'est pas acceptable, et c'est vrai qu'on va gérer aussi, améliorer, je dirais, cette attente, parce qu'elle est réelle.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous êtes une enfant de l'INSEP, si vous me permettez, l'Institut National du Sport, qui est une pépinière, une référence en matière de formation. Je vous pose la question, est-ce que l'INSEP, par exemple, va avoir plus d'argent ?

LAURA FLESSEL
Il n'y a pas que le… le nerf de la guerre, c'est l'argent, mais…

ELIZABETH MARTICHOUX
Non, mais juste…

LAURA FLESSEL
C'est l'organisation, nous allons travailler…

ELIZABETH MARTICHOUX
Mais à cette question-là, vous ne voulez pas me répondre tout de suite ?

LAURA FLESSEL
Ce n'est pas que, uniquement une question d'argent, c'est une question de structuration, de gouvernance, d'appui, et de contrôle. Donc du coup, le rôle de l'Etat, c'est aussi ça, donc du coup, avant de parler de budget, on va faire un état, un bilan de compétences, on va revaloriser, je dirais, des organisations, on va en revoir d'autres, mais je pense que si on veut aller chercher une organisation performante, il faudra aussi prendre le temps de restructurer, de réformer, et là, on parlera justement d'une nouvelle génération.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous êtes au coeur de la machine gouvernementale, vous avez des collègues qui vont aussi contribuer, par exemple, le ministère du Logement, qui va être mis à contribution pour les créations notamment du Village olympique, qui est-ce qui va coordonner tout ça au niveau gouvernemental ?

LAURA FLESSEL
Alors, le délégué sera Jean CASTEX.
ELIZABETH MARTICHOUX
Donc, c'est lui, haut fonctionnaire, maire Les Républicains de Prades, c'est dans les Pyrénées-Orientales, qui sera le monsieur coordination au niveau gouvernemental, c'est ça ?

LAURA FLESSEL
Tout à fait.

ELIZABETH MARTICHOUX
On dit les Jeux de Paris, mais ça ne se passe pas exclusivement à Paris, tout le territoire est concerné ?

LAURA FLESSEL
Tout à fait. C'est très important. Et c'est vrai que, il faut aujourd'hui qu'on se le dise, nous sommes tous vainqueurs de cette candidature, nous sommes tous porteurs de ce label d'excellence, c'est la victoire du Grand Paris, c'est la victoire de l'Outre-mer, et je pense fort à eux, c'est la victoire des territoires, on aura besoin de tout le monde, parce que, à travers ces Jeux, cette manifestation, on va chercher du grandiose, mais on va aussi chercher à mettre en image, je dirais, les différents territoires, c'est du développement du tourisme d'affaires, gastronomique, oenologique, touristique, sportif. Tous les territoires pourront avoir aussi, je dirais, cette opportunité d'être des bases arrières pour les pays qui vont arriver. Et je voulais vraiment rassurer tous les territoires en leur disant : nous allons travailler tous ensemble, comme on a commencé depuis deux ans et demi.

ELIZABETH MARTICHOUX
Laura FLESSEL, vous êtes une super compétitrice, je rappelais tout à l'heure votre palmarès incroyable, maintenant, vous êtes ministre des Sports, vous êtes dans le costume ?

LAURA FLESSEL
Tout à fait.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous êtes tout à fait dans votre job ?

LAURA FLESSEL
Et j'adore mon job. Je pense que c'est une responsabilité qu'Emmanuel MACRON m'a donnée, je me suis engagée à réussir, je sais où je veux aller d'ici à la fin du quinquennat, je veux une France qui rayonne, une France en meilleure santé, une France éthique, une France qui bouge, qui ose, qui représente, avec fierté, ses couleurs, ce drapeau, qui ose chanter la Marseillaise parce qu'ils se sentent bien dans leur corps, alors, c'est une mission ambitieuse, mais on me connaît, je suis endurante, et puis, ce que j'aime aussi, c'est la réussite collective, donc du coup, je ferai, et ce sera mon rôle…

ELIZABETH MARTICHOUX
Mais, ce n'est pas tout à fait du collectif ce que je vais vous dire, en fait, vous êtes la surprise aussi du baromètre IFOP-PARIS MATCH cette semaine, vous entrez directement à la neuvième place du classement, avec 49 % d'opinions positives…

LAURA FLESSEL
Vous savez tout…

ELIZABETH MARTICHOUX
Et en dehors des ministres stars et ou connus, comme HULOT, LE DRIAN, Edouard PHILIPPE, etc., vous êtes la plus connue de tous, voilà, vous avez un taux de notoriété ; vous êtes surprise ? C'est une reconnaissance de toute votre carrière ?

LAURA FLESSEL
C'est un joli clin d'oeil, mais je sais aussi que je dois faire mes preuves tant que ministre des Sports. C'est vrai que je suis restée vingt ans, j'ai un peu tenu, j'ai un peu gagné beaucoup de compétitions, mais on m'a vue aussi sur l'humanitaire, sur l'associatif, on connaît mes convictions, et ce qui est bien, c'est que dans ce gouvernement, je dirais, on va dire, les politiques nous font confiance, et aujourd'hui, on représente le gouvernement, et…

ELIZABETH MARTICHOUX
Et vous êtes dans ce gouvernement !

LAURA FLESSEL
Et tous ces ministres et secrétaires d'Etat, oui, eh bien, on est, je dirais, on est un groupe, on est un collectif, et là, en fait, je vais ramener les Jeux pour le gouvernement, et nous sommes tous, tous les ministres seront ravis de vivre ces moments forts, parce qu'on va travailler ensemble, et on aura tous, je dirais, cette victoire dans nos ministères.

ELIZABETH MARTICHOUX
Et vous serez aux côtés d'Emmanuel MACRON vendredi après-midi pour une réception festive autour de ces Jeux, vous aurez un certain nombre d'invités. Donc ce sera le début effectivement de ces festivités…

LAURA FLESSEL
Tout à fait…

ELIZABETH MARTICHOUX
Mais le plus dur reste à faire ! Merci beaucoup Laura FLESSEL d'avoir été notre invitée ce matin sur RTL…

LAURA FLESSEL
Merci de m'avoir appelée. A bientôt.

ELIZABETH MARTICHOUX
Au revoir.

YVES CALVI
La ministre des Sports, qui indique que Jean CASTEX, maire Les Républicains de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, devient donc délégué interministériel aux Jeux, des Jeux qui génèreraient 250.000 emplois pendant ce quinquennat. Merci à vous deux.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 septembre 2017

Rechercher