Déclaration de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, en réponse à une question sur la réalisation de la ligne ferroviaire européenne à grande vitesse Lyon-Turin, à l'Assemblée nationale le 4 octobre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, en réponse à une question sur la réalisation de la ligne ferroviaire européenne à grande vitesse Lyon-Turin, à l'Assemblée nationale le 4 octobre 2017.

Personnalité, fonction : BORNE Elisabeth.

FRANCE. Ministre des transports

Circonstances : Question au gouvernement posée par M. Thomas Rudigoz, député (La République en Marche - LREM) du Rhône, à l'Assemblée nationale le 4 octobre 2017

ti : Monsieur le Député, comme vous l'avez souligné, le projet de ligne ferroviaire nouvelle Lyon-Turin doit d'abord permettre d'assurer le report vers le rail d'une part substantielle des 40 millions de tonnes de marchandises qui transitent chaque année entre la France et l'Italie à travers les Alpes.

En effet, nous ne pouvons pas nous satisfaire que ce soient près des deux tiers des marchandises qui empruntent le rail entre l'Italie et la Suisse et moins de 10%-7% pour être précise - entre la France et l'Italie.

Lors du sommet franco-italien du 27 septembre dernier, le président de la République a effectivement confirmé le caractère stratégique de ce projet, a indiqué que la France respectera les traités internationaux qu'elle a ratifiés, et a rappelé l'inscription de ce projet dans les réseaux transeuropéens de transport ; il bénéficiera de financements européens à hauteur de 40%.

Toutefois, vous le savez, nous sommes confrontés à une impasse financière de 10 milliards d'euros sur le quinquennat s'agissant des projets sur lesquels nos prédécesseurs se sont engagés. C'est tout le sens des assises de la mobilité qui ont été lancées par le Premier ministre le 19 septembre dernier : elles doivent notamment déboucher sur une programmation pluriannuelle des infrastructures qui sera présentée au Parlement début 2018.

Dans ce cadre-là, nous serons en particulier amenés à réfléchir à la consistance des projets, éventuellement à leur découpage en phases. Dans le cas qui nous occupe, il s'agit spécifiquement de réfléchir aux accès au tunnel ferroviaire Lyon-Turin, comme nos collègues italiens ont eu l'occasion de le faire.

Nous sommes aussi amenés à réfléchir à des montages innovants pour permettre le financement de ces projets majeurs sur quelques décennies. Vous le savez, compte tenu des enjeux de santé que vous avez soulignés, nous avons lancé sans attendre une consultation pour l'autoroute ferroviaire alpine, qui doit déjà permettre un report de la route vers le rail.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 10 octobre 2017

Rechercher