Déclaration de Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail, sur les suites du sommet social européen sur le socle européen des droits sociaux, Paris le 22 novembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail, sur les suites du sommet social européen sur le socle européen des droits sociaux, Paris le 22 novembre 2017.

Personnalité, fonction : PENICAUD Muriel.

FRANCE. Ministre du travail

ti : Réponse de Mme Muriel Pénicaud,
ministre du travail,

à une question au gouvernement à l'Assemblée nationale

(Paris, 22/11/2017)

Question sur les suites du sommet social européen


Madame la Députée, j'ai accompagné le président de la République à Göteborg, en Suède, vendredi dernier. Le premier enjeu du sommet social européen était de signer le socle européen des droits sociaux. Il a été signé à l'unanimité des pays européens.

À cette occasion, le président de la République a aussi, dans l'esprit du discours de la Sorbonne, proposé à nos interlocuteurs une feuille de route sociale qui soit plus approfondie et qui aille plus loin. Pour ce faire, nous nous appuyons sur un premier succès collectif : l'amélioration significative, le 23 octobre dernier, de la directive sur les travailleurs détachés de 1996.

Maintenant, nous voulons aller plus loin dans trois domaines. Le premier est le programme Erasmus. En France, nous sommes tous très convaincus qu'il s'agit d'un programme formidable, qui a développé l'ouverture, le développement personnel et professionnel, et le sentiment d'appartenance européenne de nos jeunes. Mais une candidature sur deux est aujourd'hui refusée, faute d'argent. Le président de la République a donc demandé le doublement du budget. Nous avons déjà obtenu, il y a quelques jours, une augmentation de celui d'Erasmus +, consacré aux apprentis.

Le deuxième axe concerne le Plan d'investissement compétences. Il y a 17 millions de jeunes sans emploi ni qualifications en Europe, et 70 millions de personne ne disposent pas des compétences de base. Dans la même logique que le Grand plan d'investissement qui sera lancé en France, le président de la République a proposé au président Juncker un projet sur le capital humain.

Le dernier axe porte sur la convergence sociale. Comme vous l'avez dit, nous proposons de lier l'usage des fonds structurels à la convergence sociale. Par exemple, chaque pays européen devra, à terme, fixer un niveau de salaire minimum au moins égal au seuil de pauvreté. Tout cela permettra à nos concitoyens de se sentir européens, parce que l'Europe sert aussi à les protéger. C'est en construisant une Europe économique et sociale que nous la ferons vivre et que nous la renforcerons.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 novembre 2017

Rechercher