Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la situation des migrants en Libye, à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la situation des migrants en Libye, à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2017.

Personnalité, fonction : LOISEAU Nathalie.

FRANCE. Ministre des affaires européennes

Circonstances : Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 21 novembre 2017

ti :
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Nous avons tous été saisis d'horreur devant les images qui ont été diffusées récemment, mais aussi devant les témoignages, et notamment celui du Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, sur la situation abominable faite aux migrants en Libye. Cette situation appelle de notre part des actes de responsabilité.

Nous avons commencé, avec le président de la République, depuis le mois d'août, à prendre nos responsabilités et à les faire prendre par nos partenaires européens, en convoquant en août dernier un sommet avec les principaux pays européens, mais aussi avec des pays africains et des représentants des autorités libyennes, pour traiter la question migratoire au niveau des pays d'origine et au niveau des pays de transit, mais aussi pour lutter efficacement contre les passeurs, ces trafiquants d'êtres humains, qui doivent être poursuivis partout dans les pays d'origine où ils sévissent et où ils rançonnent les migrants, dans les pays de transit où ils se livrent à des actes abominables, mais aussi dans nos pays où ils doivent être poursuivis et condamnés.

Nous devons aussi renforcer l'aide publique au développement pour faire en sorte que cette jeunesse africaine puisse avoir un avenir crédible. C'est la raison pour laquelle l'Union européenne est le premier bailleur de fonds de l'Afrique, c'est la raison pour laquelle elle a mis en place un fond fiduciaire d'urgence à destination des pays frappés par les migrations, que nous avons triplé notre contribution au fonds fiduciaire d'urgence, que nous avons aussi décidé de donner dix millions à l'organisation internationale des migrations et au Haut-commissariat aux réfugiés pour venir en aide aux migrants en Libye. La semaine dernière, une mission de l'OFPRA s'est rendue au Niger pour interviewer des migrants évacués de Libye par le HCR et qui seront prochainement accueillis dans notre pays.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 novembre 2017

Rechercher