Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la marchandisation des êtres humains, à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la marchandisation des êtres humains, à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2017.

Personnalité, fonction : LOISEAU Nathalie.

FRANCE. Ministre des affaires européennes

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 21 novembre 2017

ti :

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Vous avez raison, ce que nous avons vu de ce qui se passe en Libye est une abomination.

Vous avez raison, c'est parce qu'aujourd'hui, il n'y a pas d'État stable et sûr en Libye que l'on ne peut pas espérer y faire respecter les droits de l'Homme.

Là où je ne vous rejoins pas, c'est lorsque vous semblez penser que nous considérerions la Libye comme un État tiers sûr. Les efforts que déploie le président de la République vont dans le sens d'une stabilisation de la Libye. C'est la raison pour laquelle il a réuni, à la Celle Saint-Cloud, le président du gouvernement d'entente nationale et le maréchal Haftar et c'est la raison pour laquelle nous soutenons les efforts du secrétaire général des Nations unies et de son représentant spécial Ghassan Salamé.

Souvenons-nous il y a quelques années, la Libye était un pays de destination de très nombreux migrants, notamment subsahariens. Aujourd'hui, c'est devenu le pays de leur martyre.

Ce que nous faisons aujourd'hui, c'est faire en sorte d'aller chercher les demandeurs d'asile en besoin manifeste de protection, avant qu'ils n'aient à traverser ce calvaire qu'est devenue la Libye. C'est ce que nous avons fait la semaine dernière avec la mission que nous avons envoyée au Niger, et nous demandons à nos partenaires européens de faire la même chose.

Ce que nous faisons, c'est soutenir l'organisation internationale des migrations, le Haut-Commissariat aux Réfugiés pour qu'il puisse travailler dans de meilleures conditions en Libye.

Ce que nous faisons, je l'ai déjà dit et je le répète, c'est travailler avec les pays d'origine des migrations pour offrir à tous ces jeunes qui risquent leur vie, un avenir dans leur pays et sur leur continent.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 novembre 2017

Rechercher