Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à RTL le 27 novembre 2017, sur le harcèlement sexuel dans les transports en commun, l'entretien du réseau routier et le statut des exploitants de voitures de transport avec chauffeur (VTC). | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à RTL le 27 novembre 2017, sur le harcèlement sexuel dans les transports en commun, l'entretien du réseau routier et le statut des exploitants de voitures de transport avec chauffeur (VTC).

Personnalité, fonction : BORNE Elisabeth, MARTICHOUX Elizabeth .

FRANCE. Ministre des transports;

ti : ELIZABETH MARTICHOUX
Merci d'être avec nous dans ce studio, bonjour Elisabeth BORNE.

ELISABETH BORNE
Bonjour.

ELIZABETH MARTICHOUX
Les harceleurs s'en donnent à coeur joie dans les transports en commun, les mains aux fesses, ceux qu'on appelle les frotteurs, vous savez, qui profitent de la promiscuité dans les wagons etc, neuf femmes sur dix se plaignent d'avoir été harcelées dans une gare, un train etc, est-ce que le gouvernement va faire en sorte de mieux les sécuriser ?

ELISABETH BORNE
Alors vous savez que le président de la République a lancé samedi dernier la grande cause nationale du quinquennat sur l'égalité entre les femmes et les hommes, avec un premier chantier, qui est justement la lutte contre les violences faites aux femmes, et les transports sont vraiment au coeur du combat sur ce sujet. Comme vous le dites, il y a beaucoup de femmes qui sont victimes de harcèlement dans les transports et ça peut remettre en cause leur liberté de se déplacer. On voit qu'il y a des femmes qui changent d'itinéraire ou qui hésitent à même se déplacer à cause de ces harcèlements. Ça peut aussi aller jusqu'à des agressions, donc c'est un sujet très important. Le gouvernement est évidemment très mobilisé, premier enjeu, c'est d'abord la présence humaine, la présence des forces de l'ordre.

ELIZABETH MARTICHOUX
Laurent WAUQUIEZ disait par exemple hier, lui, il a doublé les effectifs des patrouilles ferroviaires dans les TER, c'est ce qu'il dit en tout cas dans sa région, il vous accuse d'être floue, est-ce que vous êtes en mesure de prouver le contraire en terme de mobilisation, est-ce que vous avez des chiffres ?

ELISABETH BORNE
Alors moi j'ai noté que Laurent WAUQUIEZ soutient le plan qui a été annoncé par le gouvernement, mais je voudrais le rassurer sur les effectifs, donc par exemple, vous savez qu'il y aura 1.400 policiers de plus l'an prochain, donc évidemment il y aura plus de policiers dans les transports. Ce qui est aussi très important c'est la présence des agents des entreprises, SNCF en l'occurrence, il y aura 150 agents de plus dans le service de sûreté de la SNCF, la SUGE, dès l'an prochain. On est aussi…

ELIZABETH MARTICHOUX
Qui seront formés justement à débusquer les harceleurs ?

ELISABETH BORNE
Alors ce sont les agents qui assurent la sécurité des voyageurs…

ELIZABETH MARTICHOUX
En général.

ELISABETH BORNE
… dans les transports et effectivement ces agents sont formés notamment pour prévenir toutes les formes de violences notamment sur les femmes et ces cas de harcèlements effectivement ils sont …

ELIZABETH MARTICHOUX
Entre autres, ça ne sera pas dédié à la surveillance et à la prévention du harcèlement en particulier ?

ELISABETH BORNE
C'est la sécurité en général et je vous dis les femmes dans les transports, elles peuvent être victimes de harcèlements, elles peuvent être aussi victimes d'agressions. Donc un autre levier pour lutter contre ce harcèlement et contre ces violences, c'est aussi toute la vidéo protection, vous savez qu'il y a 70.000 caméras dans les réseaux de la RATP et de la SNCF, le président de la République l'a annoncé. On va continuer à déployer plus de caméras. On va aussi tester de la vidéo intelligente, vous savez, qui vous permet de détecter des comportements suspects, donc c'est aussi un autre…

ELIZABETH MARTICHOUX
Ça c'est quand, quand est-ce que vous le testez dans les gares ?

ELISABETH BORNE
On va le faire vraiment dans les prochains mois.

ELIZABETH MARTICHOUX
L'année prochaine, il y aura des caméras qui seront susceptibles de repérer des comportements anormaux ?

ELISABETH BORNE
Absolument et donc c'est utile pour le harcèlement, pour les violences contre les femmes, c'est aussi utile contre toutes les formes de violences.

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous pouvez nous dire où on trouvera cette expérience ?

ELISABETH BORNE
On va regarder exactement …

ELIZABETH MARTICHOUX
Dans une grande gare, à Paris ?

ELISABETH BORNE
Oui, c'est beaucoup sur les grands réseaux parisiens qu'on va tester ce genre de vidéos intelligentes, notamment dans la gare de Châtelet.

ELIZABETH MARTICHOUX
Dans la gare de Châtelet à Paris.

ELISABETH BORNE
Oui. Parce que vous savez…

ELIZABETH MARTICHOUX
La gare de métro.

ELISABETH BORNE
… quand vous avez 70.000 caméras, évidemment vous n'allez pas avoir un agent derrière chacune des caméras, donc c'est important d'avoir de la vidéo qui alerte quand il y a un comportement anormal.

ELIZABETH MARTICHOUX
Ça c'est une technologie tout à fait innovante.

ELISABETH BORNE
Donc la vidéo protection, c'est important. Je voudrais aussi souligner tous les systèmes d'alertes qui ont été mis en place, vous savez le 3117 et je pense que c'est important que chacun retienne ce numéro, le 3117 pour appeler ou le 31117 pour envoyer un SMS. Il doit y avoir de l'ordre de 7.000 signalements par mois…

ELIZABETH MARTICHOUX
Attendez ça c'est quand on signale que soi-même… quand on est soi-même victime ou quand on assiste à une agression ?

ELISABETH BORNE
Absolument, c'est soit quand on est victime…

ELIZABETH MARTICHOUX
Et qu'est-ce qui se passe quand on appelle ?

ELISABETH BORNE
Ça vous met en relation avec justement les services de sécurité des opérateurs. Je vais aussi proposer aux collectivités et aux entreprises de lancer un appel à projet auprès de startups, parce qu'il y a beaucoup de startups qui réfléchissent finalement sur la meilleure façon de signaler, d'alerter, d'alerter aussi les autres voyageurs, je pense que c'est une dimension importante, qu'on se sente un peu tous solidaires de ces femmes qui peuvent être en difficulté. Moi les femmes avec qui j'ai pu échanger sur ces questions, elles vous le disent souvent, ce qui peut ne pas être rassurant, c'est quand vous entrez dans un train ou dans un métro, que vous voyez chacun avec ses écouteurs sur la tête ou en train de regarder son Smartphone, soyons un peu attentifs aux autres, je pense que c'est une dimension importante. Et puis il y a aussi les arrêts à la demande.

ELIZABETH MARTICHOUX
Voilà les arrêts à la demande, on en a parlé d'ailleurs sur RTL, il y a une expérience à Bordeaux qui est en cours, au Canada, ça existe depuis 25 ans, le fait qu'on puisse demander à un chauffeur de bus la nuit sur certaines lignes, les femmes peuvent dire, vous m'arrêtez là, en dehors des arrêts prévus. Il faut accélérer ça.

ELISABETH BORNE
Je pense qu'il faut accélérer, c'est ce qu'on va proposer aux collectivités puisque c'est elles qui organisent les transports, mais des bons résultats qu'on peut voir à Nantes ou à Bordeaux, je pense convaincre les collectivités que c'est important de mettre en place ces arrêts à la demande la nuit, ce qui permet aux femmes de pas avoir à faire des longs trajets pour rentrer chez elles.

ELIZABETH MARTICHOUX
Une question simple Elisabeth BORNE, on va parler de la voiture, pourquoi les prix des péages ne baissent-ils jamais ?

ELISABETH BORNE
Alors les prix des péages ont augmenté récemment, ce n'est pas une décision nouvelle, ce n'est pas ma décision, pardon ?

ELIZABETH MARTICHOUX
Récemment, ils vont augmenter et ça a été décidé récemment, c'est ça que vous voulez dire.

ELISABETH BORNE
Alors ça n'a pas été décidé récemment, enfin oui ça se met en oeuvre...

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous validez la demande des sociétés d'autoroutes d'une hausse entre 1 et plus de 2 % selon les réseaux, vous validez vous le gouvernement ?

ELISABETH BORNE
Aucune décision nouvelle, c'est l'application des contrats et donc ça tient compte à la fois de l'inflation et puis aussi des investissements qui ont pu être décidés par les précédents gouvernements. Vous savez qu'on investit beaucoup sur ce réseau autoroutier et c'est bien un des problèmes, c'est qu'on a vraiment un réseau à deux vitesses. Vous avez un réseau autoroutier dans lequel on fait de plus en plus d'investissements ou en tout cas on a fait beaucoup d'investissements et puis vous avez le réseau non concédé, celui que beaucoup de Français utilisent pour se rendre au travail qui a été un peu délaissé.

ELIZABETH MARTICHOUX
Qui est le réseau secondaire.

ELISABETH BORNE
Ce n'est pas le réseau secondaire, c'est le réseau des routes nationales, non concédé. Alors quand vous êtes à Aurillac, à Auch, à Prades où je me rends ce soir, vous voyez que ça fait des années qu'on vous promet une mise à niveau de votre route nationale qui n'est toujours pas faite, donc notre priorité, ça va être ça, on va réorienter nos priorités.

ELIZABETH MARTICHOUX
Votre priorité, ça n'est pas d'améliorer le pouvoir d'achat des automobilistes en baissant les péages. Vous pourriez dénoncer le contrat, par exemple, vous dites, il y a un contrat, on est prisonnier de ce contrat, vous pourriez…

ELISABETH BORNE
Vous savez que le gouvernement y a passé un certain temps, donc je pense qu'on va concentrer…

ELIZABETH MARTICHOUX
Vous parlez de Ségolène ROYAL ?

ELISABETH BORNE
… notre énergie…

ELIZABETH MARTICHOUX
Quand elle venait nous annoncer, elle, qu'elle le dénoncerait, c'est ça que vous voulez dire ?

ELISABETH BORNE
Voilà, on va consacrer notre énergie à améliorer les transports des Français, en particulier en investissant davantage sur le réseau routier.

ELIZABETH MARTICHOUX
Pas de bras de fer. Pas bras de fer, ce n'est pas votre priorité.

ELISABETH BORNE
Je pense que le précédent gouvernement l'a essayé et que nous on va se concentrer sur l'avenir et donc sur les investissements sur le réseau routier classique.

ELIZABETH MARTICHOUX
Donc une hausse un prochain que vous validez. Manifestation des VTC vendredi dernier à Paris, Elisabeth BORNE, combien gagne un chauffeur de VTC aujourd'hui en moyenne, est-ce qu'on le sait ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, moi je voudrais dire aux VTC que je les entends et que je partage beaucoup de leur combat. Effectivement vous avez certains chauffeurs qui doivent travailler 70 heures par semaine pour s'en sortir.

ELIZABETH MARTICHOUX
Et qui gagnent combien ?

ELISABETH BORNE
Qui gagnent moins du SMIC.

ELIZABETH MARTICHOUX
Moins du SMIC.

ELISABETH BORNE
Voilà donc, moi je dis que les VTC, c'est une très bonne chose, ça a répondu à une forte d'attente, ça a permis à l'ensemble du secteur de se moderniser, mais maintenant le développement doit se faire en respectant des règles, la sécurité des clients, la loyauté de la concurrence avec les autres acteurs du secteur et puis des conditions de travail décentes pour les chauffeurs.

ELIZABETH MARTICHOUX
Est-ce que l'idée, je crois que vous percevez le 8 décembre.

ELISABETH BORNE
Absolument.

ELIZABETH MARTICHOUX
Est-ce que l'instauration d'une rémunération minimum est dans votre viseur ? Est-ce que ça peut être une piste de fixer à un prix plancher ?

ELISABETH BORNE
Ça fait partie des sujets auxquels…

ELIZABETH MARTICHOUX
Est-ce que c'est un sujet intéressant…

ELISABETH BORNE
… les VTC sont attachés et dans l'invitation que j'ai adressée à tous les acteurs, ce sujet sera débattu, le premier enjeu, c'est d'appliquer la loi. Vous savez qu'il y avait une loi, la loi Grandguillaume qui a été votée en décembre 2016 et qui prévoit de remettre de l'ordre dans le secteur où il y a eu beaucoup de détournements, notamment des entreprises, qui s'appelaient les entreprises LOTI avec beaucoup de chauffeurs qui en fait ne sont pas suffisamment payés. Donc on va d'abord appliquer la loi au 1er janvier, comme je pense beaucoup de chauffeurs l'attendent. Mais au-delà, il faut continuer à travailler sur la régulation du secteur et c'est ce qu'on va faire le 8 décembre, moi notamment je pense qu'il faut maintenant faire peser aussi des obligations sur les plateformes. On a fait peser des obligations sur les chauffeurs…

ELIZABETH MARTICHOUX
Qui doivent passer des examens.

ELISABETH BORNE
Voilà qui doivent passer des examens, les plateformes doivent nous aider à assurer un bon fonctionnement du secteur et notamment je présenterai deux décrets, qui doivent conduire les plateformes à la fois à s'assurer qu'elles connectent des chauffeurs en règle, des voitures en règle, et par ailleurs qu'elles nous donnent aussi un peu d'informations sur le fonctionnement du secteur et on pourra mettre sur la table cette question du temps de travail des chauffeurs et de leurs conditions de travail.

ELIZABETH MARTICHOUX
On en arrive à la fin de cette interview, deux questions rapides, les questeurs de l'Assemblée nationale ont pris un arrêté au mois de juillet pour mettre fin à la gratuité des billets SNCF pour les anciens députés, c'est en vigueur depuis le 1er octobre, à qui le tour, les parents, les grands-parents et les beaux-parents des cheminots bénéficient de cette gratuité, est-ce que c'est un sujet qui doit-être mis sur la table ?

ELISABETH BORNE
Alors c'est un sujet auquel les cheminots sont très attachés, moi je vous dirais que plus globalement on réfléchit à l'équilibre du secteur ferroviaire, vous savez qu'il a 45 milliards de dettes, que les prix des billets TGV coûtent de plus en plus cher, que 70 % des dessertes TGV sont déficitaires, donc on doit avoir une réflexion globale sur le secteur ferroviaire et c'est la mission qui a été confiée à Jean-Cyril SPINETTA.

ELIZABETH MARTICHOUX
Et c'est pour ça que vous allez ce soir d'ailleurs dans les Pyrénées-Orientales, vous nous l'avez dit, c'est la dernière étape de vous Assises de la mobilité qui doivent définir vos priorités, on verra cela. Juste, est-ce que le sujet des billets gratuits qui sont étendus au-delà de la famille stricto sensu du cheminot, pour vous, est-ce que c'est un sujet ou est-ce que c'est un tabou absolu, la SNCF ne doit pas y toucher ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, c'est le choix de la SNCF, c'est ses propres règles.

ELIZABETH MARTICHOUX
Mais vous, la ministre des Transports ?

ELISABETH BORNE
Moi, je pense que de façon générale, enfin vraiment le problème de l'économie du secteur ferroviaire va très au-delà de ça.

ELIZABETH MARTICHOUX
Va très au-delà de ça, nous n'aurons pas la réponse sur ce sujet qui donc reste un sujet intouchable ce matin dans ce studio, merci Elisabeth BORNE.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 novembre 2017

Rechercher