Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur l'avenir de la Zone euro, au Sénat le 14 décembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur l'avenir de la Zone euro, au Sénat le 14 décembre 2017.

Personnalité, fonction : LEMOYNE Jean-Baptiste.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Question d'actualité au Sénat, le 14 décembre 2017

ti :

Merci beaucoup Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Monsieur le Sénateur,


Merci pour votre question forte imagée mais qui a le mérite de faire comprendre cette volonté de renforcer et de doter l'Union européenne d'institutions toujours plus solides pour faire face à une réalité mondiale qui est toujours plus compliquée, complexe et parfois avec des vents contraires.

Le 26 septembre dernier, le président de la République, dans son discours à la Sorbonne, a mis sur la table des propositions pour que l'Union européenne aille de l'avant et que cette solidarité puisse s'exercer. Et nous nous réjouissons de la contribution apportée par la Commission européenne qui va être l'objet demain de débats entre les chefs d'États et de gouvernement.

Dans cet esprit, il va falloir achever l'Union bancaire et l'union des marchés ainsi que favoriser une plus grande intégration économique. Ce qui pose la question d'une certaine convergence en matière fiscale et sociale. Cela pose aussi celle de la capacité budgétaire pour pouvoir mettre en place un certain nombre de projets communs - dont des projets d'infrastructure - pour que l'Europe ce soit du concret et que cette zone euro ait une capacité toujours plus grande à créer de l'emploi et de la croissance. Dès qu'il y a une plus grand intégration économique et monétaire il faut, naturellement, que les Parlements puissent être associés et être en capacité de contrôler toutes ces évolutions. Nathalie Loiseau est déjà venue s'exprimer et elle reviendra la semaine prochaine.

Suivant la politique commerciale, je sens bien l'intérêt qu'il y a pour associer les peuples à travers des parlements nationaux dans toutes les dimensions de nos politiques européennes.

Revenant de la réunion ministérielle de l'OMC, je voulais vous dire que l'on se rend compte que - alors qu'il y a eu un échec retentissant de l'OMC - combien avoir une zone comme l'Union européenne est importante.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 15 décembre 2017

Rechercher