Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur l'opération Barkhane au Sahel, à Tessalit le 31 décembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur l'opération Barkhane au Sahel, à Tessalit le 31 décembre 2017.

Personnalité, fonction : PARLY Florence .

FRANCE. Ministre des armées

Circonstances : Allocution au détachement de l'opération Barkhane, à Tessalit (Mali) le 31 décembre 2017

ti :

Général,
Colonel,
Officiers, sous-officiers, soldats de l'opération Barkhane,
Mesdames, messieurs,


Il y a des rencontres que l'on n'oublie pas. Des rencontres, où l'on est saisi par le courage des personnes, par leur engagement, par leur foi en notre pays et notre liberté. Des rencontres où même les conditions les plus hostiles, même les plaines les plus arides, n'entament en rien la détermination des hommes.

Ces rencontres, depuis 6 mois, j'ai eu la chance d'en faire à chaque fois que je me suis rendue auprès des forces. Je suis allée à la rencontre de bataillons en France, j'ai rencontré plusieurs fois vos camarades de Chammal et c'est la troisième fois que je visite Barkhane.

Il y a une semaine, j'étais avec le Président de la République au Niger.
Aujourd'hui, je suis avec vous à Tessalit.

Venir à Tessalit, c'est un choix, c'est un engagement, c'est une volonté. C'est vouloir comprendre et connaître, directement, précisément, la réalité de Barkhane.

Car depuis ce petit avant-poste, niché au milieu du désert, la France agit.

Depuis ce petit avant-poste, niché aux confins du Sahel, la France fait fléchir le djihadisme.

Tessalit, c'est notre capacité à agir au plus près des refuges de l'Adrar des Ifoghas. C'est une connaissance précieuse de réalités locales à l'heure où les guerres n'obéissent plus à aucune logique. Tessalit, enfin, c'est la démonstration que la France peut réunir des talents, des compétences, des expertises variées et complémentaires même dans des détachements plus réduits.

Vous venez du groupement tactique désert Dauphin ou du groupement tactique aérocombat « Hombori ». Certains d'entre vous tiennent le terrain, délogent les djihadistes. D'autres, par leur force de frappe, nous offrent la maîtrise des airs et sont les anges gardiens des troupes au sol. Certains, enfin, éléments de soutien, permettent à nos missions de réussir dans un environnement hostile et exigeant.

Venir à Tessalit, c'est comprendre l'action de Barkhane. C'est aussi comprendre la vie des femmes et des hommes qui se battent pour cette mission au quotidien. Ces conditions de vie ne sont pas faciles, peut-être encore moins qu'ailleurs. Une simplicité, une rusticité certaine, exigeante mais réfléchie.

Vous consentez à des sacrifices et vous ne pensez pas à votre confort quand il s'agit d'agir pour la France. Ici, tout est fait pour que la vie ne soit pas trop difficile, mais vous savez que d'abord comptent les opérations. Votre courage, votre abnégation sont des modèles. C'est grâce à eux, aussi, que Barkhane est un succès.

Ces dernières semaines, les efforts de Barkhane se sont concentrés dans la boucle élargie du Niger avec l'opération Koufra, opération décisive à laquelle le GTD Dauphin a participé.

Mais concentrer nos efforts sur la boucle du Niger, cela veut dire aussi assurer nos acquis. Ici, à Tessalit, ou plus au sud à Kidal, notre vigilance doit rester extrême et notre combat constant pour traquer les derniers djihadistes et éviter qu'ils ne puissent à nouveau prospérer.

Mais vous le savez aussi, Barkhane, aujourd'hui, change. Barkhane change de dimension, de visage. La France sera présente aussi longtemps que nécessaire, mais la présence de la France n'est pas éternelle. Le Sahel doit prendre sa sécurité en main et nous sommes là, vous êtes là, pour les y aider. La force conjointe du G5 Sahel concrétise cette dynamique.

Les armées locales se développent et plusieurs détachements d'instruction Français oeuvrent maintenant au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Cette force conjointe G5 Sahel devra prendre toute son ampleur. Ses efforts se concentrent aujourd'hui sur le fuseau centre afin qu'il soit pleinement opérationnel au printemps. Une première opération a été menée. C'est un début prometteur, mais un début seulement. Barkhane, notamment, continuera offrir formation, équipements et conseils. La France sera toujours présente pour aider la force conjointe à devenir une force pleinement opérationnelle. La France sera toujours présente pour aider ses alliés.

Nous sommes aujourd'hui, le 31 décembre. Cette date, j'imagine, doit nourrir en vous des souvenirs, des éclats de rire, des coupes de champagne, peut-être, ou des comptes à rebours exubérants, avant les douze coups, leur joie, leurs voeux, leurs paris, leurs promesses.

Il y aura bien un compte à rebours tout à l'heure, rassurez-vous, je ne me déroberai pas ! Il y aura aussi des éclats de rire, peut-être même un peu de champagne, mais je sais que ce n'est pas un nouvel an ordinaire. Vous avez passé Noël loin de vos familles, de vos amis. Ces fêtes, pour vous, n'ont rien eu d'une respiration ou d'une pause : il n'y a pas de pause face au terrorisme. Certains d'entre vous sont en poste au moment même où je vous parle ou alors le prendront un peu plus tard dans la nuit.

Mais tous, tous, sans exception, ce soir, dans la nuit de Tessalit, nous sommes unis par la force de la fraternité d'armes et par la certitude d'agir pour le bien de la France et de ses valeurs.

Rien ne remplace l'épaule d'un conjoint, mais peu de choses valent le bras d'un frère d'arme. C'est une famille que vous avez ici, forte, unie, soudée. Une famille qui n'abandonne jamais, qui sera festive dans les bons moments et solidaires dans l'adversité. C'est une famille dans laquelle je suis fière de pouvoir être accueillie. Car oui, c'est mon premier réveillon avec nos forces et je suis honorée de le passer avec vous.

2017 est à son crépuscule. Pensons à cet instant à ceux qui ont consenti au sacrifice suprême pour protéger la France. Pour Barkhane, ils ont été deux. J'aimerais que le souvenir et le courage du caporal chef Julien Barbé et du 1ère classe Albéric Riveta ne nous quittent pas et nous inspirent encore pour les mois et les années qui viennent.

2017 a aussi été une année forte en changements. En France, dans vos quotidiens, celui de vos familles, sûrement. Ici aussi, au Sahel, les choses ont changé : nous avons lancé la force conjointe et réorienté Barkhane vers plus de formation et de soutien aux forces locales.

Et bien des choses nous attendent pour l'année qui arrive : la montée en puissance de la force conjointe, les élections présidentielles au Mali en juillet et combattre, toujours, incessamment, le terrorisme.

Dans quelques instants nos coeurs seront à la fête mais nos âmes, elles, seront toujours au combat. Au combat pour tous les Français, pour leur sérénité, pour nos familles. Au combat pour la Liberté, contre le terrorisme et la haine aveugle. Au combat, enfin et toujours, pour la République et pour la France.

Je vous souhaite, à tous, une très belle année 2018.


Vive la République ! Vive la France !


Source http://www.defense.gouv.fr, le 4 janvier 2018

Rechercher