Interview de Mme Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie et des finances, avec France Bleu Orléans le 10 janvier 2018, sur la période des soldes. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie et des finances, avec France Bleu Orléans le 10 janvier 2018, sur la période des soldes.

Personnalité, fonction : GENY-STEPHANN Delphine.

FRANCE Secrétaire d'Etat à l'économie et aux finances

ti :
JOURNALISTE
C'est l'heure de l'invité de France Bleu Orléans, c'est avec vous ce matin, Eric NORMAND, et vous recevez Delphine GENY-STEPHANN, secrétaire d'Etat auprès de Bruno LE MAIRE, ministre de l'Economie et des Finances.

ERIC NORMAND
C'est un rendez-vous traditionnel, les soldes sont pourtant de moins en moins suivis par les consommateurs. Bonjour Delphine GENY-STEPHANN.

DELPHINE GENY-STEPHANN
Bonjour monsieur NORMAND.

ERIC NORMAND
Les soldes ont-ils encore un intérêt ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Oui, clairement. D'une part, trois Français sur quatre se déplacent dans les magasins pendant les soldes, et donc participent aux soldes, donc il y a quand même un attachement des consommateurs à cet évènement traditionnel, et du côté des commerçants, nous avons lancé une consultation à la demande de Bruno LE MAIRE, qui a sollicité les fédérations professionnelles et donc cette consultation a fait apparaitre que les commerçants également sont attachés à ces deux périodes de soldes, en été et en hiver.

ERIC NORMAND
Toujours est-il que les consommateurs sont tout de même moins nombreux. Que peut proposer le gouvernement ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Alors, les consommateurs sont un peu moins nombreux, en effet il y a une légère érosion du fait du développement du commerce électronique et des soldes privés, c'est indéniable, et l'idée qui est proposée par le gouvernement et soutenue par les professionnels dans cette consultation, c'est de raccourcir les périodes de soldes, de les faire passer de six à quatre semaines, pour qu'elles soient plus concentrées, plus attractives, plus intéressantes pour les consommateurs.

ERIC NORMAND
Raccourcir les soldes, qu'est-ce que ça peut apporter ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Une compréhension, une lisibilité sur les dates, qui sera renforcée pour les clients.

ERIC NORMAND
Parce qu'en fait, les consommateurs ont le sentiment qu'il peut y avoir des promotions toute l'année ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Ils peuvent avoir ce sentiment, et en tout cas, comment dire, la concentration de ces soldes semble un moyen pour les professionnels, de renforcer l'intérêt des consommateurs.

ERIC NORMAND
Vous parliez de la concurrence d'Internet, cela signifie-t-il que tous les commerçants n'ont pas encore compris ce changement ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Non, pas du tout, je pense que les commerçants sont amenés à jouer aussi des cartes numériques, ils vont de plus en plus s'intéresser au numérique, mais vous savez, dans beaucoup de domaines, de la distribution, pas seulement de l'habillement qui est le secteur très concerné par les soldes, l'habillement, l'équipement de la personne, mais dans tous les domaines de la distribution, on se rend compte qu'il faut associer le physique et le numérique. Et donc c'est cette approche multicanal qui est de plus en plus populaire, et d'ailleurs on voit que les grands noms, qui étaient les pure-players du numérique, sont en train d'investir aussi le domaine physique.

ERIC NORMAND
La multiplication des promos, ça donne l'impression aussi aux clients, que les prix sont gonflés pendant le reste du temps, et que les produits ne sont pas vendus à leur juste prix.

DELPHINE GENY-STEPHANN
Ecoutez, ça doit dépendre des cas et des enseignes, je ne voudrais pas que l'on dire des conclusions générales là-dessus. Je ne pense pas que les marges de la distribution et du commerce soient excessives, je pense que c'est un secteur qui a besoin de dégager des marges et d'investir, donc il me semble que le fait d'avoir des promotions, c'est plus pour aider à l'attrait commercial, à faire venir les gens dans les magasins, et à gérer aussi les fins de collections dans l'habillement.

ERIC NORMAND
Oui, d'autant que le textile, le prt-à-porter, c'est un secteur fragile.

DELPHINE GENY-STEPHANN
C'est un secteur qui doit faire des mutations, qui fait face à une concurrence importante, et donc c'est un secteur très compétitif, où les marges ne sont pas énormes.

ERIC NORMAND
Alors, la réduction de la durée des soldes, vous l'avez dit, passer à quatre semaines, y-a-t-il d'autres changements en prévision ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Alors, la réduction de la durée passera par la loi. Il y a d'autres idées qui sont plus, disons, du domaine de la concertation entre les acteurs privés, et en particulier l'instauration d'une période courte de promotions, au niveau national, qui pourrait ressembler à un Black-Friday à la française, et donc qui serait, là, organisé par les acteurs du commerce. Ce qui est exclusivement réservé aux périodes de soldes, c'est la possibilité de vendre à perte. En dehors de ce sujet de vente à perte, les acteurs du secteur peuvent s'organiser ou décider individuellement d'ailleurs, pour faire des promotions.

ERIC NORMAND
Alors, un Black-Friday à la française, ça pourrait ressembler à quoi ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Eh bien ce serait quelques jours, d'actions commerciales concertées, au niveau de tout le territoire, pour susciter l'intérêt du consommateur, faire des promotions dans les magasins.

ERIC NORMAND
Oui, parce qu'on voit que ça suscite un engouement, notamment aux Etats-Unis.

DELPHINE GENY-STEPHANN
Oui, en effet, c'est un vecteur important de promotions et de dynamisme, à une période de la saison qui doit être bien choisie.

ERIC NORMAND
Bien. Donc vous venez à Orléans tout à l'heure, qu'allez-vous faire ? Qui allez-vous rencontrer ?

DELPHINE GENY-STEPHANN
Alors, à Orléans, je vais rencontrer les acteurs du... d'une part évidemment les collectivités locales, les acteurs du commerce, et puis je vais surtout me rendre dans le centre d'Orléans, pour aller à la rencontre des commerçants, dans leurs magasins, rue Royale. Voilà. Donc, on m'a sélectionné un certain nombre de lieux où je pourrai échanger à la fois avec les commerçants eux-mêmes, mais aussi avec leurs clients.

ERIC NORMAND
Parce que la concertation n'est pas terminée.

DELPHINE GENY-STEPHANN
La concertation est terminée, si si. L'idée c'est de mettre un petit peu en valeur ce premier jour des soldes, qui est un jour important, et populaire, et un évènement qui mérite d'être valorisé pour l'ensemble de la filière commerciale.

ERIC NORMAND
Merci beaucoup Madame la Ministre.

DELPHINE GENY-STEPHANN
Je vous en prie.

ERIC NORMAND
Delphine GENY-STEPHANN était l'invitée de France Bleu Orléans ce matin. Bonne journée et à tout à l'heure.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 11 janvier 2018

Rechercher