Déclaration de Mme Françoise Nyssen, ministre de la culture, sur les priorités stratégiques des délégations régionales à l'action culturelle (DRAC), Paris le 12 décembre 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Françoise Nyssen, ministre de la culture, sur les priorités stratégiques des délégations régionales à l'action culturelle (DRAC), Paris le 12 décembre 2017.

Personnalité, fonction : NYSSEN Françoise.

FRANCE. Ministre de la culture

ti :


Bonjour à tous,

Je suis très heureuse de pouvoir vous recevoir aujourd'hui.

Je voudrais commencer, avant toute chose, par féliciter et saluer ceux d'entre vous qui ont été tout récemment nommés :

- Guy SAN JUAN, Directeur des Affaires culturelles de Guyane ;
- Bastien COLAS, Directeur du pôle création en Auvergne Rhône-Alpes.

Félicitations, et merci pour votre engagement.


Je suis ravie de pouvoir vous recevoir en nombre au ministère aujourd'hui. C'est en quelque sorte une politesse que je vous rends, après avoir été accueillie par tant d'entre vous en région. Je vais poursuivre mon tour de France au début de l'année prochaine et j'irai notamment en Outre-mer au printemps.

Cette année 2017 a été riche en déplacements, riche en découvertes.

Alors qu'elle touche à sa fin, je voudrais vous dire un mot des trois grands chantiers qui structureront l'année 2018 :

- Nos priorités stratégiques, d'abord (i) ;
- Des politiques interministérielles, ensuite, dans lesquelles la culture doit jouer un rôle important (ii) ;
- Et le chantier de transformation dans lequel nous sommes en train d'engager le ministère (iii).


(i) Nos priorités stratégiques.

Au fil de mes déplacements, j'ai pu dresser deux grands constats, un peu paradoxaux :

- Le premier, c'est celui de la richesse et de la diversité de la vie culturelle dans notre pays ; et celui la force avec laquelle elle mobilise. Partout, il y a des femmes et des hommes de tous horizons, de tous bords politiques, de toutes professions qui s'engagent pour faire vivre les arts et la culture sur leur territoire – vous en faites partie, et je veux vous en remercier ;
- Le deuxième constat que j'ai pu faire, c'est celui des inégalités et des fractures qui demeurent parmi nos concitoyens, dans l'accès à la culture, et malgré ce foisonnement que je décris. Tous n'ont pas la même autonomie, la même liberté dans leurs choix culturels. Une grande partie de nos concitoyens ne profitent jamais des centaines de lieux et de projets que nous soutenons.

L'accès à la culture : voilà donc le principal défi qui nous lie.

Pour le relever, j'ai pris un parti clair : celui de conduire une politique culturelle de proximité, qui pousse la porte de tous les territoires, et qui va au-devant des citoyens.

1/ Avec quels moyens, d'abord ?

Un budget non seulement préservé – comme s'y était engagé le Président de la République – mais conforté. L'effort public en faveur de la culture sera de 10 milliards d'euros en 2018.

Et en cohérence, j'ai choisi de rééquilibrer les moyens en faveur des territoires. C'est la marque de la confiance que nous vous faisons. Les crédits déconcentrés seront en hausse de 6%, par rapport à 2017, et portés à 860 millions d'euros.

2/ Pour servir quels projets ?

Je voudrais évoquer nos principales priorités stratégiques, et le rôle que vous aurez à y jouer.

a/ La mise en place d'une coopération pleine et entière avec l'école, d'abord, pour réussir à offrir enfin à tous les enfants un accès réel aux arts et à la culture.

- Chaque enfant doit bénéficier d'un parcours de formation et de sensibilisation au long cours.
- Nous allons mettre l'accent sur la pratique artistique, qui doit être une réalité hebdomadaire pour tous, d'ici la fin du quinquennat.
- Et nous commencerons par généraliser les chorales, à horizon 2019 : j'étais dans un collège hier avec Jean-Michel BLANQUER pour l'annoncer.

Vous aurez un rôle charnière dans cette politique :

- Nous avions organisé une première rencontre entre vos directions régionales et les recteurs cet été. Vous serez à nouveau réuni début 2018 ;
- Un plan de formation va être lancé pour les acteurs de l'éducation artistique et culturel ;
- Vous aurez aussi un rôle à jouer dans l'identification et la valorisation des bonnes pratiques sur le terrain :
* Nous allons lancer un appel, pour qu'un projet emblématique soit mis en avant chaque semaine ;
* Et pour montrer l'importance et la reconnaissance que nous leurs accordons, nous allons aussi lancer une promotion complète de décorations pour les acteurs de l'éducation artistique et culturelle.

b/ L'ouverture des bibliothèques, ensuite.

Vous connaissez l'objectif : ouvrir plus, en adaptant les horaires ; et ouvrir mieux, en faisant des bibliothèques des lieux de solidarités, des maisons de services publics culturels.

- L'objectif est de transformer 400 bibliothèques « têtes de réseau » d'ici la fin du quinquennat, pour toucher plus de 10 millions de personnes, et engager un mouvement irréversible.
- Dès 2018, je souhaite que nous ayons pu engager la transformation de 200 bibliothèques, soit 2 par département.
- A nouveau : la traduction concrète de cet objectif passera par votre action.
* Vous pouvez, sur le territoire, jouer le rôle de mobilisation nécessaire auprès des élus, des bibliothécaires, et des associations. C'est vous qui pouvez mettre tout le monde autour de la table, pour bâtir des projets d'ouverture.
* Vous serez mobilisés en ce sens très rapidement par le cabinet et les directions centrales.

c/ Notre nouvelle stratégie pour le patrimoine, ensuite. Je l'ai présentée mi-novembre.

Nous allons prêter une attention forte aux petites communes et aux villes moyennes.

- Un fonds de 15 millions d'euros sera créé en 2018 pour la rénovation des monuments historiques dans les communes de moins de 10 000 habitants ;
- Et le ministère consacrera 9 millions d'euros aux expérimentations conduites dans 17 villes, au niveau interministériel, dans le prolongement du rapport d'Yves DAUGE sur les centres anciens.

Là encore, dans les régions concernées, les DRAC auront un rôle déterminant. Vous serez mobilisés pour accompagner les collectivités dans la construction de leur plan de revitalisation.

d/ Nous avons de nouvelles ambitions dans le domaine de la création artistique, ensuite.

Nous devons donner du temps et des moyens aux artistes : vous êtes là pour mettre en oeuvre cet accompagnement.

Mais nous devons aussi améliorer la diffusion des projets que nous finançons. Je souhaite porter deux nouvelles politiques en la matière :

- Un grand plan de développement de l'itinérance, d'abord, pour que les projets qui existent aujourd'hui soient davantage valorisés, et que de nouvelles initiatives se développent ;
- Et un plan d'ouverture des lieux culturels, ensuite, pendant le weekend et les vacances scolaires en particulier : je pense aux lieux labellisés du ministère bien sûr, mais aussi aux scènes et lieux alternatifs.

Dans les deux cas, itinérance et ouverture, il y a un travail de repérage à faire, puis une stratégie de développement à mener en lien avec les directions des structures et les élus locaux : je sais que les directions générales ont d'ores et déjà de bonnes remontées d'information de vous part, nous aurons aussi besoin de votre connaissance du tissu local et de votre capacité à mobiliser rapidement.

Je souhaite que vous travailliez à ces deux projets en coopération avec les acteurs culturels et les élus.

3/ De façon générale, je souhaite que nous puissions avancer en étroite coopération avec les collectivités territoriales.

J'ai noué très vite le dialogue, pour définir avec elles un nouveau cadre de contractualisation qui soit à la fois :

- Plus souple : c'est-à-dire que le contrat s'adapte aux besoins des territoires et aux projets, et non l'inverse.
- Plus dynamique : c'est-à-dire ne plus de figer nos interventions, mais laisser de la place aux
expérimentations, à l'évolution des besoins.
- Plus solidaires, enfin : c'est-à-dire adaptées aux populations et territoires les plus fragiles –quartiers politique de la ville, centre-bourgs qui se désertifient, villes moyennes, zones rurales.

J'ai organisé des rencontres bilatérales avec la plupart des associations d'élus.

J'ai réuni deux fois le Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel.

Nous avons convenu de plusieurs avancées majeures : par l'insertion d'un volet « Culture » dans les Contrats de plan Etat-région et dans les contrats de ville ; nous avons convenu d'une déclaration commune, qui sera publiée bientôt, et qui reprendra les modalités de contractualisation que je viens d'énoncer. C'est une belle marque de confiance entre l'Etat et les collectivités, d'élan collectif renouvelé que vient traduire cette déclaration commune.

Voilà pour notre feuille de route.


(ii) Je voudrais vous dire un mot des politiques interministérielles dans lesquelles nous sommes engagés, par ailleurs.

- La sécurité, d'abord.

* Je rappelle que nous avons mis en place un Comité interministériel à la sécurité et je souhaite qu'un DRAC adjoint puisse y participer ;
* Le fonds d'urgence sera à nouveau doté de 4M€ en 2018 et nous construirons, avec le ministère de l'intérieur, les réponses à apporter pour la suite.

- L'emploi et la formation, ensuite. Nous travaillons actuellement avec le ministère du Travail à des dispositions spécifiques pour les contrats aidés qui pourront être maintenus dans le secteur culturel.

* Je souhaite que vous soyez en première ligne dans les régions, aux côtés des DIRECCTE et en lien avec le Préfet, pour flécher ces contrats et plus largement pour accompagner les entreprises dans la structuration de l'emploi : à travers les contrats aidés, l'apprentissage, les services civiques. Cette méthode a été actée avec le ministère du travail et nous devons être clairement à la manoeuvre.
* Je pense également au FONPEPS, dans le domaine du spectacle, que nous allons améliorer et pour lequel je souhaite votre pleine et entière mobilisation. Il doit être promu auprès de toutes les entreprises.

- La politique de la ville :

* Le Président de la République a de grandes ambitions, qu'il a énoncées à Roubaix il y a quelques semaines.
* Nous sommes pleinement associés par le ministère de la Cohésion des territoires à la préparation du prochain Comité interministériel de la Ville.
* Nous allons travailler au cours des prochains mois sur deux chantiers prioritaires : l'ouverture des bibliothèques dans nos quartiers, et la systématisation des jumelages entre écoles, établissements culturels et secteur associatif. Là aussi, vous serez pleinement mobilisés pour que les projets se réalisent dans les territoires.

- L'égalité femmes-hommes :

* J'ai eu l'occasion de m'exprimer régulièrement sur ce sujet, qui a été érigé en grande cause nationale. J'ai notamment appelé nos Ecoles supérieures à se doter d'une charte Egalité.
* Notre ministère a obtenu la double labellisation AFNOR « diversité et égalité », nous pouvons en être fiers et nous devons désormais faire vivre ce label.
* Nous devons aussi mettre en oeuvre, au plus tard en juin 2018, la circulaire du 8 mars 2017 qui pose une série de mesures en faveur de l'égalité professionnelle femmes-hommes dans le secteur de la création.
* C'est un domaine sur lequel je souhaite que notre ministère soit exemplaire et engagé.

La culture a sa place, au total, au coeur de toute une série de politiques interministérielles.

Je participerai à une réunion avec l'ensemble des Préfets en début d'année : j'aurai l'occasion d'exprimer nos priorités sur ces différents sujets.


(iii) Je voudrais enfin vous dire un mot du projet de transformation de notre ministère, qui nous mobilisera aussi en 2018.

Pour être à la hauteur de sa propre ambition, et transformer notre pays, ma conviction est en effet que ce ministère doit se transformer lui-même.

Comme je l'ai dit lors du Conseil Technique Ministériel du 4 décembre, nous entrons dans une phase de concertation.

Nous sommes engagés dans ce mouvement avec tout le Gouvernement, dans le cadre du programme « Action publique 2022 », souhaité par le Président de la République.

Il porte trois objectifs clairs : améliorer le service public ; améliorer les conditions de travail des équipes ; et contribuer à la maîtrise des dépenses publiques.

Au niveau de notre ministère, de façon générale, je crois que nous devons desserrer l'étau, gagner en agilité, permettre aux équipes d'adapter leurs réponses à tous les publics.

Deux grands principes guident notre ambition de transformation : responsabilisation et simplification.

1/ La responsabilisation d'abord.

Il faut restaurer une pleine logique de confiance dans ce ministère et réaffirmer le coeur de mission de chacun.

Vos DRAC sont là pour agir au plus près du terrain, accompagner les acteurs et les projets, jouer un rôle de facilitateurs. L'administration centrale doit être recentrée sur un rôle de conception, de pilotage et d'évaluation des politiques publiques.

Le principe de subsidiarité doit s'appliquer pleinement :

- Les DRAC assumeront la gestion des moyens déployés en région. L'administration centrale n'est pas l'instance d'appel des services déconcentrés.
- Pour lever toutes les craintes qui ont pu être exprimées à mon cabinet, seul le gel légal de 3% sera appliqué à votre enveloppe dédiée à la création (programme 131). Ce point sera clairement énoncé dans les notifications définitives de vos crédits pour 2018.
- J'attire néanmoins votre attention sur votre responsabilité pleine et entière, dans la gestion de cette enveloppe : les impasses budgétaires auxquelles vous pourrez faire face ne pourront pas être palliées par les directions générales.

Pour améliorer l'articulation entre administration centrale et déconcentrée, vous le savez, une mission conjointe de l'IGAC, de l'IGF et de l'IGA a été lancée : elle doit nous permettre de faire un état des lieux, à 360°, de la situation et des missions de vos DRAC.

Ce que je souhaite par ailleurs, c'est vous puissiez être plus autonomes au quotidien, pleinement responsables des projets que vous accompagnez.

- Car vous êtes ceux qui connaissez le mieux le terrain, les besoins, les acteurs. C'est vous qui pouvez adapter les politiques au niveau local.
- Cela implique un dialogue nourri et régulier avec les collectivités territoriales et les acteurs culturels. Quand les arbitrages vous reviennent, privilégiez le dialogue et la concertation.
- Et cela passe par un allègement des exigences de compte-rendu et d'enquêtes qui vous incombent. Il ne faut pas confondre contrôle et évaluation.
- Un travail doit s'engager immédiatement pour revoir à la baisse le nombre d'enquêtes menées dans ce ministère.

Je souhaite aussi que vous soyez davantage associés aux décisions stratégiques prises par ce ministère.

- C'est la raison pour laquelle j'ai mis en place un Comité de direction du ministère, auquel participe votre représentant Laurent ROTURIER ;
- Je souhaite aussi que vous puissiez davantage participer aux différents groupes de travail que nous menons : sur la politique de la ville, sur l'emploi, sur les bibliothèques, sur la création artistique, sur le plan de revitalisation des centres-bourgs…
- Et le Secrétariat général va mettre en place une nouvelle lettre d'information pour partager régulièrement sur l'avancée des dossiers.

2/ Le deuxième principe directeur de la transformation, c'est la simplification.

Simplification pour les citoyens, les usagers :

- Nous devons poursuivre la dématérialisation de nos procédures ;
- Et nous devons revoir nos exigences envers les acteurs culturels subventionnés : moins d'enquêtes, moins de dossiers, moins de statistiques inexploitées ;
- J'ai demandé au secrétaire général de travailler avec vous dès l'exercice 2018 à faire en sorte qu'un bénéficiaire de nos aides n'ait qu'un dossier à remplir, si son projet mobilise des crédits de différentes natures.

Simplification, aussi pour les équipes du ministère :

- Modernisation numérique ;
- Allègement des procédures internes ;
- Amélioration, aussi, de vos parcours professionnels : nous devons favoriser vos possibilités de mobilité – je sais que les conditions sont souvent compliquées.


Voilà, chers amis, les grands dossiers qui nous mobiliserons l'année prochaine.

Vous n'avez pas cessé de m'étonner, en 7 mois. A chaque déplacement, j'ai découvert des femmes et des hommes passionnés, engagés, exigeants, experts de leur terrain.

Je sais pouvoir compter sur vous pour continuer.

Nous avons des chantiers d'ampleur devant nous.

Mais ils peuvent changer des vies. Réduire les injustices, les inégalités. Offrir, à chaque enfant, dans ce pays, les moyens de ses rêves et de sa liberté.

Souvenons-nous chaque jour que c'est pour cela que nous le faisons.

Je vous remercie toutes et tous pour votre attention et je vous souhaite une très bonne séance de travail.


Source http://www.culturecommunication.gouv.fr, le 14 février 2018

Rechercher