Conférence de presse de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur la coopération franco-allemande pour la conception d'un système de combat aérien du futur, à Berlin le 26 avril 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur la coopération franco-allemande pour la conception d'un système de combat aérien du futur, à Berlin le 26 avril 2018.

Personnalité, fonction : PARLY Florence .

FRANCE. Ministre des armées

Circonstances : Déplacement au salon aéronautique international, à Berlin (Allemagne) le 26 avril 2018

ti : Madame la ministre, chère Ursula,
Mesdames, Messieurs,


Quand, il y a 10 mois, nous avions lancé l'idée de travailler et créer, ensemble, France et Allemagne, le système de combat aérien du futur, le SCAF, combien y ont cru ?

Aujourd'hui, chère Ursula, on a eu beau nous dire que c'était très compliqué, voire impossible, nous l'avons fait.

L'accord que nous allons signer aujourd'hui ne marque pas seulement un accord sur un avion, un drone, un missile, un système de commandement : non, il s'agit d'un système entier. Un système entier pour lequel nos deux Etats, guidés par la seule volonté de garantir la meilleure défense, la meilleure protection, à nos peuples, ont décidé de s'allier.

Avec le soutien du Président de la République et de la chancelière, nous avons travaillé sans relâche et abouti à un accord sur les caractéristiques opérationnelles du SCAF.

C'est un accord historique, je vous le dis.

D'abord, parce que c'est la première fois qu'une telle décision est prise, en commun, par la France et l'Allemagne. C'est une étape décisive pour l'Europe de la défense, qui montre que nous sommes capables de nous unir pour des projets plus grands. Qui montre que l'Europe n'est pas une addition de puissances moyennes mais peut prendre son destin en main et bâtir une défense forte et autonome.

Cet accord est exceptionnel, aussi, pour nos opérations aériennes. Le SCAF va révolutionner nos modes de combats, nos équipements. Il va décupler les capacités de nos aviateurs et conforter notre supériorité stratégique. Il va, grâce à l'alliance de nos pays, permettre des investissements plus forts et des innovations plus ambitieuses. Le SCAF, c'est d'ici 2040, des armées plus puissantes, plus modernes, plus opérationnelles encore.

Cet accord, enfin, c'est une opportunité rare pour notre industrie. Tous les secteurs de notre industrie de défense vont bénéficier des opportunités de production, de recherche et d'innovation provoquées par le SCAF. Des grands groupes aux start-up, tous auront leur rôle à jouer et devront travailler ensemble. Ce frémissement, cet enthousiasme, je crois que nous le sentons déjà, et je voulais saluer la volonté de Dassault et d'Airbus tout comme celle de Safran et MTU de travailler ensemble autour de ce projet. Dans leur sillage, beaucoup d'autres partenariats européens naîtront, beaucoup d'autres entreprises seront impliquées.

Nous avons beaucoup parlé d'autonomie stratégique européenne ces derniers temps ; cet accord ; c'est le visage de l'autonomie stratégique européenne.

C'est son visage, sa force et son impulsion. Son impulsion car de nombreux projets vont suivre et que les initiatives se font plus nombreuses, plus riches, plus concrètes. Je pense aux projets issus du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité : l'hélicoptère Tigre ou le Maritime Airborne Warfare System, qui nous permettra de disposer d'une capacité de patrouille maritime autonome, performante et souveraine en Europe.

Je pense au programme de drones EUROMALE, sur lequel, nos pays travaillent depuis longtemps avec nos partenaires espagnol et italien, qui suscite le plus vif intérêt partout en Europe et dont la première maquette a été dévoilée cet après-midi.

Chère Ursula, vous avez bien voulu mettre la France à l'honneur lors de ce magnifique salon international aéronautique. Je vous en remercie et j'y vois un signe. Le signe d'un partenariat stratégique intense, puissant, confiant.

Ce sont ces partenariats, ces relations de confiance, qui permettront de bâtir l'Europe de la défense. Ce sont ces projets industriels, cette volonté commune, qui donneront une force et une âme à notre ambition.

Depuis l'été 2017, avec le fonds européen de défense, la coopération structurée permanente et l'initiative européenne d'intervention, nous avons fait avancer l'Europe de la défense plus qu'en 40 ans. Cet accord sur le système de combat aérien du futur, c'est une nouvelle étape, une nouvelle accélération pour l'Europe de la défense.

Je vous le dis, nous n'allons pas nous arrêter là. La France et l'Allemagne seront toujours à l'avant-garde et je suis donc particulièrement heureuse que nos pays concluent cet accord, comme un pas historique pour l'Europe de la défense et la défense de l'Europe.


Source https://www.defense.gouv.fr, le 2 mai 2018

Rechercher