Interview de M. Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat, porte-parole du Gouvernement, à France 2 le 17 mai 2018, sur la situation du site de Notre-Dame-des-Landes et dans les universités. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat, porte-parole du Gouvernement, à France 2 le 17 mai 2018, sur la situation du site de Notre-Dame-des-Landes et dans les universités.

Personnalité, fonction : GRIVEAUX Benjamin, ROUX Caroline.

FRANCE. Porte-parole du Gouvernement;

ti : CAROLINE ROUX
Bonjour Benjamin GRIVEAUX.

BENJAMIN GRIVEAUX
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Nous allons d'abord évoquer ce matin naturellement l'évacuation de la ZAD qui reprend, combien de personnes sont visées par cette nouvelle opération d'évacuation ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Quand on opère des évacuations ce ne sont pas des personnes qu'on vise ce sont des sites, donc ce matin c'est une dizaine de squats qui sont visés très clairement et auxquelles on en train de procéder avec notamment les personnes…

CAROLINE ROUX
Donc dans les squats, logiquement, il y a des zadistes ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Oui, mais par définition c'est à la fin de l'opération qu'on pourra vous dire combien de personnes ont pu être évacuées et surtout si les sites ont bien pu être déconstruits, si les affaires des personnes ont pu être mises à l'abri – parce que je rappelle qu'on met à l'abri – que cela se fait avec des huissiers et que nous espérions que ça puisse se faire dans le plus grand calme et sans avoir…

CAROLINE ROUX
Vous allez nous expliquer ce matin que vous naviguez à vue, vous ne savez pas s'il y a une centaine de personnes, une dizaine, une trentaine ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ce que je vous dis c'est que sur l'ensemble du site de Notre-Dame-des-Landes on sait qu'il y a entre 150 à 200 personnes restantes et que ce matin, de manière très précise, ce sont 10 sites qui sont visés par ces évacuations.

CAROLINE ROUX
Dix sites, pourtant pour être plus précis il y en a certains qui ont présenté des projets…

BENJAMIN GRIVEAUX
Oui, il y a 29 projets qui ont été présentés…

CAROLINE ROUX
Donc 29 projets qui ont été présentés, et acceptés ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Vingt-neuf projets agricoles et 12 projets non agricoles, sur les 29 projets agricoles il y a 15 projets qui ont déjà été validés lors du Comité de pilotage qui s'est tenu lundi avec la préfète, il y a 14 projets dont on pense qu'ils n'ont pas encore suffisamment d'éléments et donc il y a un travail qui s'engage dans les semaines qui viennent, ça ne veut pas dire que ces14 projets-là seront tous acceptés et ça ne veut pas dire non plus que ces 14 projets seront tous rejetés.

CAROLINE ROUX
Donc ça veut dire que ceux qui sont visés dans les sites, puisque vous parlez d'une dizaine de sites, ce sont qui n'ont pas déposé de projet et qui n'ont pas vocation à rester ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ce sont ceux qui ne sont pas inscrits dans le processus légal que nous avons engagé avec beaucoup de concertations et avec des gens dont on nous avait dit il y a des semaines ou des mois : « vous verrez, on ne peut rien en faire, c'est impossible, il n'y aura pas de projet », ce n'est pas vrai, il y a des gens sérieux - on a des ingénieurs agronomes, des gens qui sont des spécialistes du monde agroalimentaire - qui ont présenté des projets sérieux, ceux-là ils ont une permission d'occupation précaire de ces terrains et puis les autres les projets n'étaient pas suffisamment aboutis, donc on va les retravailler, certains sans doute aboutiront.

CAROLINE ROUX
Et certains ont vocation désormais à quitter la zone ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Et certains ont vocation, très clairement ceux qui ne se sont pas inscrits dans la procédure légal et ne respectent pas l'état de droit quitteront la zone ou seront évacués.

CAROLINE ROUX
Vous craignez de nouvelles scènes, d'images de violences ce matin ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je ne le souhaite pas.

CAROLINE ROUX
Vous craignez cette évacuation ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Mais quand vous avez des gens qui sont dans un état d'esprit qui est celui de faire de la guérilla urbaine et de contester l'ordre public, parce que ceux qui restent là et qui refusent de s'inscrire dans le processus légal ils ne sont pas là pour Notre-Dame-des-Landes, ils se contre-fichent de l‘avenir agricole du site, ils sont là pour casser du flic – pardonnez-moi l'expression – et semer le trouble à l'ordre public, c'est leur seule motivation, ceux-là force restera à la loi et ils seront évacués.

CAROLINE ROUX
Est-ce que toutes les voies de circulation ont été rouvertes ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je ne dispose pas de l'information, mais la grande majorité d'entre elles oui, sachant qu'il y avait évidemment une première évacuation de matériels qui se trouvaient sur les routes et empêchaient la circulation, ça été dégagé, que certains ont tenté de remettre – et c'est pour ça que ça prend du temps – je rappelle que dans le premier mois seulement 170 bennes de déchets ont été évacuées pour permettre d'avoir à l'avenir des routes qui restent libres à la circulation.

CAROLINE ROUX
C'est le dernier épisode de la ZAD ?

BENJAMIN GRIVEAUX
C'est en tout cas un épisode important puisque ce sont encore 10 squats et ce travail-là va se faire vous LE savez en continu, ça fait 40 ans que la situation était bloquée, je trouve qu'en…

CAROLINE ROUX
Qu'on vous laisse un peu de temps, c'est ça que vous demandez ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je trouve qu'en deux mois la situation a fortement avancée...

CAROLINE ROUX
Allez !

BENJAMIN GRIVEAUX
En tout cas plus que depuis 40 ans.

CAROLINE ROUX
Vous avez évoqué l'état de droit, l'état de droit pas partout, que dites-vous aux étudiants à qui on explique que les examens sont annulés, reportés ou à qui on dit - parfois certains sont très contents – qu'ils vont passer leurs examens tranquillement chez eux avec des procédures en ligne, est-ce que vous savez combien d'élèves sont concernés ?

BENJAMIN GRIVEAUX
1) je sais combien d‘examens se sont tenus, 15.000 sessions, soit 2/3 des partiels qui doivent être tenus pour arriver à la fin de l'année universitaire ; 2) les examens qui se passent en ligne sont parfaitement validés par l'Education nationale et par…

CAROLINE ROUX
Donc, à l'avenir ça veut dire qu'il y en aura 1/3 qui ne sera pas connu ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Non, ça veut dire qu'à ce jour 2/3 des sessions se sont tenues, ça ne veut pas dire que 1/3 a été empêché ; deuxièmement, je dis aux étudiants que l'ensemble des examens se tiendra, soit dans leurs universités, soit sur des sites délocalisés comme on l'a déjà organisé, soit en ligne, mais les examens seront tenus - ce n'est pas une minorité - à nouveau souvent de gens qui ne sont pas étudiants et qui sont très loin, qui jouent un troisième tour de l'élection présidentielle en empêchant la tenue d'examens, y compris des députés, y compris un député de La France insoumise Eric COQUEREL qui s'y est joint et a empêché des étudiants et voir quelqu'un qui a plus de 60 ans , qui est député, qui vit de la politique depuis 20 ans empêcher des étudiants de 19 ans - qui souvent travaillent la semaine pour payer leurs études et pour eux avoir un semestre de retard c'est très compliqué - j'ai trouvé ça permettez –moi de vous le dire affligeant.

CAROLINE ROUX
Mais vous le vivez un peu comme un échec le fait de ne pas avoir pu assurer une tenue correcte des examens, parce que c'est vrai que depuis le début des occupations…

BENJAMIN GRIVEAUX
Mais à nouveau 2/3 des examens se sont tenus, je ne peux pas vous laissez dire qu'il y a un échec, il y a deux universités occupées sur 73, deux sur 73, donc je veux bien qu'on jette l'image, les projets – et même plus qu'une depuis que Rennes a été évacuée – donc il reste plus qu'une université…

CAROLINE ROUX
Je ne parlais pas des occupations, je pensais à des examens qui sont empêchés.

BENJAMIN GRIVEAUX
Mais ce que je suis en train de vous dire c'est qu'on ne parle jamais des examens qui se passent bien et qu'on parle toujours de celui où ça ne va pas, donc j'entends votre pessimisme naturel, moi j'ai une nature optimiste…

CAROLINE ROUX
C'est mon métier, c'est mon métier... Voilà !

BENJAMIN GRIVEAUX
Moi aussi une nature optimiste, et donc dans la nature optimiste ça veut dire que les examens se sont tenus, vous dire qu'ils vont continuer à se tenir et qu'il n'y a pas un seul étudiant qui sera empêché de passer un examen que ce soit sur site universitaire, sur site délocalisé…

CAROLINE ROUX
Ou en ligne.

BENJAMIN GRIVEAUX
Ou en ligne.

CAROLINE ROUX
Et que ce ne sont pas des examens en chocolat, comme l‘avait dit le président de la République, quand on va passer ses examens en ligne à la maison ce sera quand même un examen qui vaut pareil que les autres ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ce sera un examen : 1) c'est pratiqué déjà…

CAROLINE ROUX
D'accord.

BENJAMIN GRIVEAUX
Hors sujet d'occupation ou d'empêchement, ça se fait à l'étranger. Donc, vous savez quoi ? Oui, ce ne seront pas des examens en chocolat.

CAROLINE ROUX
Est-ce que vous pouvez nous parler, Benjamin GRIVEAUX, de Hennebont ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je peux vous parler de Hennebont, c'est dans le Morbihan, c'est là où je me rendrai ce soir à la rencontre de Français comme je le fais moi depuis plusieurs mois, c'est une formule que j'ai inaugurée et que j'ai déjà pratiquée à huit reprises dans différents territoires, c'est assez simple je passe une annonce dans la presse locale, je mets une annonce sur les réseaux sociaux - vient qui veut - et je réponds aux questions que me posent les Français sur la politique menée par le gouvernement…

CAROLINE ROUX
Et du coup, comme ça vous a plu, vous vous êtes dit : « j'emmène tout le monde pour les un an, puisque ça fait un an…

BENJAMIN GRIVEAUX
J'emmène 29 des 31 ministres, il y en a deux qui sont à l'Assemblée nationale, ce n'est pas qu'ils ont refusé l'exercice, mais ils sont retenus à l'Assemblée nationale et donc on a 29 ministres partout en France ce soir à peu près à la même heure, à 18 h 30 – 19 h.

CAROLINE ROUX
Ça sert à quoi ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ça sert à faire deux choses, d'abord à expliquer, à faire de la pédagogie, parce que quand vous transformez en profondeur un pays ça a besoin d'un temps d'explication - et c'est normal – et puis c'est aussi pour écouter ce que les Français ont à nous dire…

CAROLINE ROUX
La colère, vous allez l'entendre la colère par exemple si elle s'exprime – vous allez dire que je suis encore pessimiste – mais il y a des gens en colère ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Non, non, parce que vous savez à nouveau on peut entendre sans être dans le pessimisme permanent, moi les exercices que j'ai faits j'ai entendu beaucoup d'impatience, parfois de la colère, mais à la différence parfois des débats politiques les gens l'expriment de manière courtoise, ils comprennent qu'on ne peut pas transformer un pays en moins d'un an – ça ils l'ont parfaitement intégré – et souvent ils posent des questions que ne posent pas les journalistes, parce qu'ils posent des questions qui concernent leur quotidien et qui parfois sont souvent…

CAROLINE ROUX
Quel genre de questions, allons-y, apparemment ils ne vous parlent pas de la CSG, ils ne vous parlent pas des 80 km/h ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Les 80 km/h je ne l'ai jamais eu pour ne rien vous cacher.

CAROLINE ROUX
Ah ! Peut-être aujourd'hui, allez.

BENJAMIN GRIVEAUX
La CSG je l'ai eue, la taxe d'habitation je l'ai eue, mais ce que j'ai aussi beaucoup eu Caroline ROUX et que j'aimerais beaucoup entendre les questions liées au handicap, vous avez 12 millions de Français qui sont en situation de handicap, croyez-moi cela ça les intéresse et, à chaque fois, j'ai eu une question sur ce sujet important.

CAROLINE ROUX
Il sera où Nicolas HULOT ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Nicolas HULOT sera dans le sud de la France aujourd'hui.

CAROLINE ROUX
Il laisse entendre…

BENJAMIN GRIVEAUX
Je crois qu'il est à Hyères, à côté de Hyères, mais je…

CAROLINE ROUX
Il a laissé entendre qu'il pourrait quitter le gouvernement cet été, vous voilà condamné à lui faire plaisir avant l'été ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ecoutez, on ne fonctionne pas comme ça, chacun est à sa tache et Nicolas HULOT dans toute les missions que lui ont confiées le président de la République et le Premier ministre a été présent aux rendez-vous et aux missions qui lui ont été confiés, il a fait un travail remarquable sur Notre-Dame-des-Landes et il continuera à travailler de manière remarquable dans le collectif qui est le gouvernement.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Benjamin GRIVEAUX


source : Service d'information du Gouvernement, le 22 mai 2018

Rechercher