Message de M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, aux professeurs des écoles en maternelle, sur les Assises de la maternelle et l'obligation de l'instruction à l'âge de la maternelle. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Message de M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, aux professeurs des écoles en maternelle, sur les Assises de la maternelle et l'obligation de l'instruction à l'âge de la maternelle.

Personnalité, fonction : BLANQUER Jean-michel.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale

ti :

« Bonjour à toutes et à tous, je tenais à m'adresser directement à vous, vous qui êtes les acteurs et actrices de l'école maternelle, pour vous parler bien entendu de l'école maternelle et le faire au lendemain des Assises de la maternelle qui ont été un temps fort vous pour dire à quel point ce sujet est un sujet essentiel pour notre école et donc pour notre société.

D'abord je veux vous dire merci. Merci pour votre engagement, pour le travail que vous faites au quotidien je vais souvent dans les écoles maternelles à un titre ou un autre. À chaque fois, je suis admiratif de ce qui s'y passe, de l'engagement de tous et aussi de ce qui s'y joue, et de ce qui s'y joue évidemment au service de nos élèves.

Et en faisant les Assises de la maternelle, nous avons d'abord voulu reconnaître l'importance de la maternelle et donc l'importance de votre travail. Reconnaître ce que vous faites qui est absolument essentiel.

Et donc d'abord, c'est un merci que je veux vous adresser au nom du Ministère bien sûr, au nom, je pense qu'on peut le dire de la société française.

Et puis ces Assises elles ont été l'occasion évidemment de se projeter dans le futur, parce que l'école maternelle française a bonne réputation. L'école maternelle française va plutôt bien.

Nous sommes toujours fiers de son histoire. On considère en général que la France a d'une certaine façon inventé l'école maternelle en 1848 et que depuis elle s'est toujours située plutôt à l'avant-garde en la matière.

Mais en temps notre monde évolue, nos connaissances sur l'enfant sont de plus en plus importantes.

La société évolue et les enfants tels qu'ils arrivent à l'école sont un peu différents, nous notons des comportements des façons d'être, qui changent et vis-à-vis desquels nous devons avoir des stratégies pédagogiques et éducatives toujours adaptées et donc c'est de cela qu'il a été question au cours des Assises avec la venue du président de la République qui a été évidemment un moment très fort là aussi. Devant le pays tout entier, il a dit que l'école maternelle était le peut-être le sujet le plus important qui soit parce que le sujet nodal pour l'école et donc nodal pour la société.

Et en le disant, il a annoncé une mesure qui est historique, parce qu'on ne change pas tous les jours l'âge de la scolarité obligatoire. Il y a la création de la scolarité obligatoire en 1882 avec Jules Ferry et puis, deux grands moments de notre histoire républicaine : 1936 avec Jean Zay, 1958 et 1959 avec le général de Gaulle cet élargissement de la scolarité obligatoire vient de vivre donc une nouvelle étape qui est une étape à la fois symbolique et pratique.

Symbolique, parce qu'elle met l'accent sur l'école maternelle, elle dit à quel point c'est important. Pratique, parce que c'est plus de vingt mille élèves qui en réalité vont être concernés chaque année par cette nécessité de l'obligation de l'instruction à l'âge de la maternelle. Cet engagement du président de la République pour l'école maternelle, c'est un engagement qui évidemment a un effet sur bien d'autres aspects et si j'ai demandé à Boris Cyrulnik de préparer ces Assises de la maternelle et si nous allons continuer à travailler avec lui avec bien des spécialistes des enjeux de la petite enfance. C'est évidemment pour permettre avec vous ces progrès de la maternelle.

Ce sont des progrès de la connaissance sur l'enfant, mais ce sont aussi des progrès très concrets, très pratiques en matière de formation initiale et de formation continue, qui vont donc vous concerner.

Des progrès aussi, d'un point de vue organisationnel : amélioration des taux d'encadrement dans les écoles maternelles, travail sur les outils pédagogiques, sur le matériel pédagogique aussi, avec les communes et nous sommes évidemment en lien avec les communes pour tout ce travail.

Et puis, enjeux de formation initiale et de formation continue pour les professeurs, mais aussi pour les Atsem dont on a beaucoup parlé au cours des Assises de la maternelle et je les salue aussi chaleureusement parce que nous savons à quel point leur travail est important et à quel point le lien professeur Atsem est une clé de la vie quotidienne de l'école maternelle.

Et donc l'ensemble de ces enjeux vont progresser au cours des mois et des années qui viennent, grâce à cet élan des Assises de la maternelle et aussi grâce à votre participation à l'élaboration de ces politiques publiques et à leur mise en oeuvre.

C'est donc le message que je voulais vous donner aujourd'hui les Assises ont été un point d'aboutissement d'un travail de réflexion mené avec Boris Cyrulnik, mais elles sont aussi un point de départ d'un progrès pour l'école maternelle auquel vous avez évidemment vocation à être associés au quotidien.


Merci de nouveau pour votre engagement et à bientôt. »


Source http://www.education.gouv.fr, le 4 juin 2018

Rechercher