Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian,ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la taxation américaine de l'acier et de l'aluminium, à l'Assemblée nationale le 5 juin 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian,ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la taxation américaine de l'acier et de l'aluminium, à l'Assemblée nationale le 5 juin 2018.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 5 juin 2018

ti : Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


La décision du président Trump a été fermement condamnée par la France. Nous la considérons comme illégale du point de vue du droit, inacceptable dans la relation entre alliés et inopportune pour les relations commerciales avec les Etats-Unis. Nous savons qu'il y a une surcapacité en matière de production d'acier et d'aluminium dans le monde, mais ce n'est de la responsabilité, ni de la France, ni de l'Union européenne, ni du Mexique, ni du Japon, ni du Canada. Pourtant, ce sont ces pays qui sont mis en demeure de réagir alors que ce n'est pas de leur responsabilité.

Nous, nous respectons l'Organisation Mondiale du Commerce. À cet égard, il n'y a pas d'autres solutions que de prendre des mesures de riposte ferme.

La première, c'est de se pourvoir au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce, seule habilitée à régler ce type de différends ; c'est en train de se faire. L'Union européenne est sur ce point, je vous l'affirme, tout à fait déterminée et tout à fait unie dans sa détermination.

La deuxième série de mesures concerne des actions que nous allons entreprendre contre ces mesures de riposte pour taxer des exportations américaines vers l'Union européenne, ceci de manière à la fois calibrée et proportionnée, mais aussi de manière très déterminée, sur la base d'une liste de produits manufacturés ou agro-alimentaires. Ce sera fait très rapidement.

La troisième mesure, c'est de faire en sorte, si le cas devait se produire, de protéger nos propres industries d'acier et d'aluminium contre des importations supplémentaires éventuelles qui seraient liées aux mesures prises par les Etats-Unis.

Vous le voyez, nous sommes très déterminés à faire valoir notre droit qui, dans le cadre multilatéral est le seul qui régule efficacement.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 6 juin 2018

Rechercher