Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la politique migratoire de l'Union européenne, à l'Assemblée nationale le 13 juin 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur la politique migratoire de l'Union européenne, à l'Assemblée nationale le 13 juin 2018.

Personnalité, fonction : LOISEAU Nathalie.

FRANCE. Ministre des affaires européennes

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 13 juin 2018

ti :

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Il me semble qu'il y a deux aspects à votre question. Le premier, c'est la réponse immédiate à une situation d'urgence à caractère humanitaire, le secours apporté aux passagers de l'Aquarius. Sur ce premier aspect, les règles sont claires, les secours en mer consistent à débarquer les passagers dans le port sûr le plus proche. Ces règles doivent être appliquées, ce n'est pas ce qui s'est passé, nous le regrettons comme l'a regretté SOS Méditerranée.

Oui, l'Espagne a consenti un geste à la fois humanitaire et de solidarité européenne. Nous avons proposé à l'Espagne d'envoyer des officiers de protection de l'OFPRA pour pouvoir aider à prendre en charge les passagers de l'Aquarius. Voilà la réponse à une situation d'urgence immédiate.

Plus largement, l'Europe, et en particulier l'Italie, est confrontée depuis plusieurs années à un afflux massif de migrants, et disons la vérité, l'Europe n'a pas suffisamment aidé l'Italie. Nous devons faire beaucoup plus. Nous devons réviser le règlement de Dublin pour faire en sorte de mieux accueillir les personnes en besoin de protection et de reconduire dignement les migrants illégaux. Nous devons renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'Union européenne, et en particulier, renforcer les effectifs de Frontex. Nous devons lutter plus efficacement contre les passeurs : la semaine dernière, au Conseil de sécurité des Nations unies, des sanctions ont été prononcées contre des trafiquants d'êtres humains en Libye, ces sanctions ont été prononcées à l'initiative de la France.

Nous devons aussi agir bien davantage à destination des pays d'origine au niveau national et européen.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 18 juin 2018

Rechercher