Déclaration de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé , sur la formation en soins infirmiers et les formations universitaires en santé et en paramédical, Paris le 5 juillet 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé , sur la formation en soins infirmiers et les formations universitaires en santé et en paramédical, Paris le 5 juillet 2018.

Personnalité, fonction : BUZYN Agnès.

FRANCE. Ministre des solidarités et de la santé

ti :


Madame la Ministre de l'enseignement supérieur de la recherche et de l'innovation, chère Frédérique Vidal,
Monsieur le Président de la région Normandie,
Madame la directrice générale de l'ARS, chère Christine Gardel,
Monsieur le préfet,
Monsieur le Recteur,
Monsieur le doyen,
Monsieur le directeur général du CHU,
Monsieur le président de l'université,
Madame la présidente de la FNESI,
Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs d'instituts de formations en soins infirmiers, et représentants du CEFIEC et de l'ANDEP,
Mesdames et Messieurs les Professeurs, chers collègues,
Chères étudiantes, chers étudiants,


La ministre de l'Enseignement supérieur aura l'occasion, dans quelques minutes, de détailler deux aspects essentiels de l'universitarisation des formations paramédicales et de maïeutique et plus particulièrement de la formation en soins infirmiers :

- la transformation des modalités d'admission dans les IFSI,

- et la consolidation des droits sociaux des étudiants.

En ce qui me concerne, je mettrai l'accent sur trois autres enjeux essentiels de ce processus, engagé maintenant depuis une bonne dizaine d'années :

- la nécessité de promouvoir la coopération entre soignants ;

- l'importance de revoir régulièrement les maquettes de formation et l'exemple des pratiques avancées ;

- la question de la présence des professionnels sur le territoire.

Sur ces trois sujets :

- Je veux redire avec force l'importance des réformes à conduire.

- Je veux redire le souci de cohérence qui est le mien, qui est le nôtre dans le cadre de la Stratégie de transformation du système de santé, que j'ai engagé il y a quelques mois à la demande du Premier ministre.

- Enfin, je veux dire ici, chère Frédérique, l'importance que j'attache au processus d'universitarisation dans la conduite des changements nécessaires.

Renforcer la coopération des soignants auprès des malades et sur le territoire est la pierre angulaire des réformes à conduire face aux défis qui sont les nôtres, qu'il s'agisse :

- du vieillissement de la population,

- ou du poids croissant des maladies chroniques.

Nous répondrons à ces défis par des progrès en matière d'organisation, de tarification, de système d'information…

Mais que seraient ces efforts si le système de formation n'y prenait pas sa part ?

La formation en soins infirmiers a été pionnière à la fin des années 2000 pour porter une refonte de l'approche des formations en santé, à travers les travaux dits de « réingénierie ».

- Je veux saluer ici les acteurs de cette réforme,

- je veux saluer les efforts déployés par les équipes pédagogiques au sein des IFSI,

- je veux saluer les directeurs et directrices d'instituts, mais aussi les équipes d'accueil des stagiaires et les directions au sein des hôpitaux.

L'Université s'est mobilisée auprès de ces formations pour rapprocher les cultures et les pratiques.

L'élaboration des référentiels métiers et compétences a été, incontestablement, un grand progrès : c'est pour chaque profession un retour sur soi, un effort de réflexivité essentiels.

Ceci dit, l'affirmation de la dimension professionnelle, l'effort fait pour dessiner les contours métier n'a de sens que si on reconnaît en parallèle l'importance de la coopération avec les autres soignants, l'importance de l'action collective.

De nombreux IFSI, en lien avec les autres opérateurs de formation, bénéficient aujourd'hui d'infrastructures performantes en matière de simulation ; et je veux remercier ici, en votre nom, l'effort financier consenti en ce domaine par les régions, par les hôpitaux et par les universités.

La simulation :

- permet de mieux gérer le cycle des apprentissages.

- Elle permet aussi de faire l'expérience pratique du travail en équipe et de développer la réflexivité sur cette pratique.

L'effort des partenaires a aussi permis, sur de nombreux sites, de regrouper physiquement les différentes formations ; et cela est essentiel pour :

- développer les connaissances mutuelles,

- asseoir le dialogue interprofessionnel,

- voire pour décloisonner les parcours de formation entre filières.

Nous voulons tirer le meilleur parti des innovations pédagogiques, nous voulons mieux profiter du gisement de l'interprofessionnalité.

L'Université est le lieu de la transversalité par excellence, et l'intégration universitaire est de ce point de vue une matrice précieuse pour les évolutions à conduire.

Mais la question des référentiels de formation doit aussi être appréciée au regard de leur évolutivité, de leurs possibilités d'actualisation.

La plupart des formateurs l'ont très bien compris, et ils n'ont pas attendu la refonte des référentiels pour adapter la pédagogie et les connaissances aux données contemporaines et aux besoins de formation liés à l'évolution des métiers.

Sur ce registre aussi, la coopération avec l'Université est certainement positive. Au plan national, nous nous attacherons, Frédérique Vidal et moi, à définir un cadre, puis nous entrerons avec vous dans le détail des maquettes et des unités d'enseignement à déployer dans les instituts.

De ce point de vue, je veux souligner l'excellence de la coopération entre nos deux ministères sur la question des pratiques avancées.

Sur le chapitre de la formation, nous avons bâti un compromis intéressant entre les préoccupations de nos deux ministères et je suis heureuse, auprès de vous, chère Frédérique, de souligner la mobilisation des universités sur ce dossier.

Comme nous l'avions annoncé, nous aurons une offre de formation en pratique avancée à la rentrée prochaine et, dans le cadre défini par les textes, les universités ont su faire valoir leurs domaines d'expertise respectifs.

Des coopérations se développent d'ailleurs entre universités pour couvrir au mieux les domaines définis par les textes. Je prends simplement pour exemple la coopération que vous menez ici, entre les universités de Caen et de Rouen, qui se sont associées pour proposer une offre de formation en pratique avancée qui répond aux objectifs que nous nous sommes fixés.

Il était en effet indispensable d'inclure systématiquement les maladies chroniques dans l'offre de formation en pratiques avancées.

Cela répond à un enjeu majeur de la politique de santé que je mène, intégrant la prévention et l'organisation des parcours de soins dans ces maladies chroniques.

Cette coopération est un exemple : elle permet de valoriser l'engagement pionnier de plusieurs universités dans des masters en sciences infirmières.

La plus-value des infirmières de pratiques avancées est capitale :

- pour les infirmières, de nouvelles perspectives de carrières, avec l'opportunité d'un mode d'exercice plus autonome et d'une reconnaissance renforcée ;

- pour les médecins, une décharge de temps et de nouvelles possibilités de coopérations ;

- pour les patients, une amélioration de l'accès aux soins et des parcours entre la ville et l'hôpital.

Le développement des pratiques avancées, dont je suis heureuse d'annoncer la parution des textes d'application dans quelques jours, fait partie des réponses que nous devons donner à la question prégnante de la présence territoriale des professionnels de santé.

Ce n'est pas le seul, il fait partie d'une politique d'ensemble dans laquelle le processus d'intégration universitaire est un maillon important.

Ce processus est de plus en plus consensuel.

Il a aussi ses détracteurs.

Ceux-ci propagent volontiers une vision fausse de cette intégration, l'idée que les étudiants en soins infirmiers devraient abandonner les caractéristiques de leur modèle de formation, rejoindre des amphithéâtres bondés et anonymes, renoncer à la qualité d'un encadrement de proximité.

Tout cela n'a évidemment aucun fondement et aucune réalité. Cela ne correspond en rien d'ailleurs aux développements contemporains de l'Université.

Je veux affirmer l'attachement de mon ministère à la densité de la présence territoriale des IFSI.

Cela est important pour les étudiants qui doivent trouver une offre de formation de proximité en premier cycle.

C'est évidemment essentiel aussi pour le fonctionnement des établissements hospitaliers et médico-sociaux, qui doivent pouvoir assurer leurs missions de formation pratique et bénéficier du concours des professionnels en formation.

L'intégration universitaire ne prépare pas l'absorption de la formation en soins infirmiers par une Université qui en renierait les caractéristiques.

Il n'y a nulle concentration de l'offre de formation dans les grandes métropoles.

En revanche, nous revendiquons pleinement le renforcement de la mise en réseau des instituts sous l'égide de l'Université.

Nous souhaitons que tous les IFSI, quel que soit leur lieu d'implantation, bénéficient des mêmes avancées pédagogiques et de tout le potentiel de l'innovation, notamment numérique.

A cet égard, l'apport de l'Université est évidemment crucial, aux côtés de ses partenaires régionaux et hospitaliers.

Il est en effet essentiel de conduire l'innovation sur une base transversale, entre les disciplines et entre les professions et d'utiliser au mieux les infrastructures de la pédagogie nouvelle.

J'ai déjà évoqué, à ce titre, le rôle des outils numériques et des équipements de simulation.


Madame la ministre, chère Frédérique,
Mesdames, Messieurs,

Je sais pouvoir compter sur l'engagement des Universités et des UFR santé dans ce processus.

Je vous remercie.


Source http://solidarites-sante.gouv.fr, le 18 juillet 2018

Rechercher