Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics, avec RTL le 3 août 2018, sur la croissance économique revue à la baisse, le paiement d'une partie des arrêts maladie par les employeurs, la hausse de la CSG, les taxes sur les carburants, le droit à l'erreur et sur l'affaire du chargé de mission de l'Elysée accusé de violences contre des manifestants le 1er mai à Paris. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics, avec RTL le 3 août 2018, sur la croissance économique revue à la baisse, le paiement d'une partie des arrêts maladie par les employeurs, la hausse de la CSG, les taxes sur les carburants, le droit à l'erreur et sur l'affaire du chargé de mission de l'Elysée accusé de violences contre des manifestants le 1er mai à Paris.

Personnalité, fonction : DARMANIN Gérald.

FRANCE. Ministre de l'action et des comptes publics

ti :


JOURNALISTE
Jérôme FLORIN, vous recevez ce matin le ministre de l'Action et des Comptes publics.

JEROME FLORIN
Bonjour Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

JEROME FLORIN
Heureusement que vous avez eu l'affaire BENALLA.

GERALD DARMANIN
Pourquoi ?

JEROME FLORIN
On a moins parlé des mauvaises nouvelles. La croissance en baisse, vous tabliez sur 2 % cette année, vous espérez maintenant 1,8. Ça veut dire que la fête est finie ?

GERALD DARMANIN
1,8, c'est plus que ce que nous avions mis dans le projet de budget de pour les ans l'année dernière, qui était de 1,7 pour les 5 ans, et il nous avait été même dit que nous étions trop optimistes, et finalement on a fait 2 en 2017. Je pense qu'il faut attendre le milieu de l'année. L'année dernière, nous avons eu une accélération de la croissance les six derniers mois, particulièrement les deux derniers mois, je pense qu'il faut voir la fin de l'année. Ce qui est sûr, c'est que la baisse de fiscalité voulue par le président de la République et la reprise de l'économie, montrent que nous créons des emplois, et que nous sommes sortis de la période de difficultés économiques, et je suis certains que ça continuera.

JEROME FLORIN
Ce qui est sûr, c'est que vous allez devoir trouver des nouvelles économies. Est-ce que vous pouvez confirmer ce matin sur RTL, Gérald DARMANIN, que les employeurs devront bientôt payer une partie des arrêts maladie de leurs salariés ? C'était une information des Echos hier matin.

GERALD DARMANIN
Non, il y a une concertation qui faite par la ministre du Travail, par la ministre de la Santé, avec les employeurs, avec le nouveau président du MEDEF, mais aussi avec les syndicats…

JEROME FLORIN
Le patronat est vent debout.

GERALD DARMANIN
C'est normal de pouvoir discuter de la santé au travail. Nous avons des fonctionnaires de la Fonction publique, ce que je fais avec Olivier DUSSOPT en tant que ministre de la Fonction publique, mais également des salariés du privé, donc les concertations, il n'y a pas de sujets tabous.

JEROME FLORIN
C'est une idée qui est donc sérieusement sur la table.

GERALD DARMANIN
Il n'y a pas de sujets tabous, regardez ce qui se passe en Allemagne, une partie des IJ, c'est-à-dire des Indemnités Journalières, pour parler technique, est prise par les entreprises, c'est une concertation avec la ministre du Travail et la ministre de la Santé.

JEROME FLORIN
Donc les entreprises paieraient 4 jours pour les arrêts maladie de moins de 8 jours, ce qui permettrait de rapporter 900 millions d'euros à l'Etat.

GERALD DARMANIN
Non, ce sont des chiffres que…

JEROME FLORIN
Il faut chercher de l'argent.

GERALD DARMANIN
Ce sont des chiffres que je ne confirme pas, et ce qui est important ce n'est pas un angle budgétaire, qu'est-ce que 900 millions d'euros sur les 2 200 milliards de dettes que l'Etat a, donc ce n'est pas sur ça que nous faisons des économies, en revanche, ce qui est important, c'est la santé au travail et une multiplication par exemple des arrêts maladie courts, est-ce qu'ils sont dus à des difficultés de vie au travail, est-ce qu'ils sont dus à la vie personnelle des salariés ? Je pense que chacun, Sécurité sociale, Etat, entreprises, a intérêt à s'intéresser à la vie des salariés.

JEROME FLORIN
Est-ce que ça ne risque pas de détériorer les liens entre salarié et employeur ? Un employeur pourra être tenté de demander à son salarié de revenir plus vite au travail, parce qu'il risque de payer.

GERALD DARMANIN
Non, je ne pense pas que ce soit comme ça que les choses se font, parce que je crois qu'un chef d'entreprise n'a pas une vision court-termiste de ses salariés, comme un chef d'administration n'a pas une vision court-termiste de ses agents publics. Quand j'étais maire, ce n'était pas mon cas à Tourcoing, il faut que tout le monde vive correctement dans l'entreprise, pour mieux produire, je pense que quand les gens sont plutôt de bonne humeur et qu'ils sont plutôt heureux de venir au travail, ils produisent plus, ce n'est pas comme ça, ce n'est pas à l'inverse qu'on arrive à faire de grandes choses, soit pour une collectivité publique, soit pour une entreprise.

JEROME FLORIN
Gérald DARMANIN, les Français ont pris en pleine figure la hausse de la CSG en janvier, ils attendent maintenant des compensations.

GERALD DARMANIN
Alors, c'est tout à fait faux, les Français n'ont pas pris la hausse de la CSG, il s'est trouvé que 4 retraités sur 10 ont eu une augmentation de la CSG, mais pour la plupart des salariés français, il y a une augmentation du pouvoir d'achat qui sera très importante à partir du mois d'octobre. Arrive également la suppression de la taxe d'habitation, il n'y a pas eu d'augmentation généralisée de la CSG pour les Français.

JEROME FLORIN
A partir de quand la taxe d'habitation ?

GERALD DARMANIN
Une contre-vérité répétée ne fait pas une vérité. La taxe d'habitation, dès le mois d'octobre, baissera d'un tiers pour 80 % des Français, ceux qui sont mensualisés à la taxe d'habitation, ils sont peu nombreux, parce que ce n'est pas l'habitude des Français, ont déjà vu la baisse de leur taxe d'habitation, mais dès le mois d'octobre, 80 % des Français verront cette baisse de taxe d'habitation d'en moyenne 200 €, ce qui est très important et je suis tout à fait prêt à venir fin octobre pour pouvoir le constater avec vous.

JEROME FLORIN
Les Français seront très nombreux à prendre la route ce week-end, ça va leur coûter cher, le prix du carburant et en hausse, c'est lié au prix du baril, bien évidemment, vous n'y pouvez rien, mais aussi aux taxes. Est-ce que vous allez encore augmenter les taxes sur le carburant ?

GERALD DARMANIN
Mais pourquoi nous faisons ça ? Et d'ailleurs ça a été fait et dit par Emmanuel MACRON pendant la campagne, mais je me rappelle que ça a été fait également et dit par François FILLON pendant la campagne, parce que le prix du carbone, c'est une façon de pouvoir inciter les gens à changer leur mode de transport, parce que le carbone, et notamment le diesel avec les particules fines en plus, font des cancers, de l'asthme et provoquent des dizaines de milliers de décès chaque année.

JEROME FLORIN
31 % de hausse en 3 ans pour le gazole.

GERALD DARMANIN
Oui, mais c'est tout à fait normal de pouvoir aller vers un autre système, une économie décarbonée, on ne peut pas à la fois dire que monsieur TRUMP est méchant parce qu'il ne veut pas être dans l'accord du climat, on ne peut pas s'ébaudir du fait qu'effectivement il y a des difficultés très fortes, et Nicolas HULOT a raison de le rappeler pour le climat en disant : il faut sauver la planète, il n'y a pas de planète B. On ne peut pas…

JEROME FLORIN
Mais ça va peser sur les ménages, sur les classes moyennes.

GERALD DARMANIN
Non, parce qu'on va changer de mode de consommation. Je constate…

JEROME FLORIN
Dans l'immédiat, on va payer plus cher le litre d'essence.

GERALD DARMANIN
Non, vous constater surtout une très grande, une très grande réussite de la prime à la conversion. Aujourd'hui il y a plus de voitures qui se vendent sans diesel, qu'avec diesel, ce qui est un changement en un an, énorme dans l'industrie automobile, et je constate comme vous cette énorme prime à la conversion qui fonctionne, puisqu'aujourd'hui, le ministre des Comptes publics est devant un budget, en tout cas ce qui concerne la prime à la conversion, qui a déjà été utilisé pour six mois de l'année, alors que c'était fait pour un an, c'est-à-dire que les Français, notamment les Français de classe moyenne, moi je pense notamment à cette Catherine d'Angoulême, 1 150 € par mois, qui est fonctionnaire et qui a changé sa voiture diesel, elle habite en ruralité, et elle a changé sa voiture diesel pour une voiture électrique, et désormais c'est 7 € par mois.

JEROME FLORIN
Ça c'est l'exemple brandi par le ministre.

GERALD DARMANIN
Non, mais vous pouvez rencontrer Catherine, il n'y a pas de problème, je vous la présente quand vous voulez.

JEROME FLORIN
La loi que vous portez, Gérald DARMANIN, dite sur le droit à l'erreur, a été définitivement adoptée cette semaine à l'Assemblée, il s'agit de réconcilier les Français avec l'administration, vaste programme. Elle s'appliquera quand ?

GERALD DARMANIN
Eh bien elle s'appliquera dès que le président de la République l'aura promulguée, c'est-à-dire sans doute au mois d'août, s'il n'y a pas de recours de la part des sénateurs, ce qui ne semble pas être le cas, et donc s'appliquera immédiatement, puisque les décrets d'application seront tous pris dès le mois d'août, c'est-à-dire dès la promulgation du présent de la République.

JEROME FLORIN
Soyons concrets, principale mesure, je fais une erreur de bonne foi, en remplissant ma déclaration de revenus, je ne serai plus sanctionné ?

GERALD DARMANIN
Eh bien oui, c'est ça, c'est-à-dire que vous avez aujourd'hui la bonne foi qui est du côté de l'administration, et vous devez démontrer la bonne foi, si vous êtes face à une administration, fiscale ou toute autre administration, désormais ce sera à l'administration de démontrer votre mauvaise foi. Donc c'est vraiment très important comme changement, il y a également un droit au contrôle, il y a notamment la multiplication et la publication des rescrits, il y a effectivement la volonté pour l'administration d'être une administration de conseil et plus simplement une administration de contrôle.

JEROME FLORIN
Pareil en cas de retard, les pénalités de retard seront réduites de 30 % et de 50 % si je rectifie moi-même, pourquoi pas, 200 %, allons jusqu'au bout.

GERALD DARMANIN
Eh bien non, parce qu'il faut quand même distinguer celui qui n'est pas en retard. Si une société ne distingue pas ceux qui sort en retard de ceux qui sont en avance, comme dirait l'autre, ou en tout cas de ceux qui sont à l'heure, évidemment vous donnez une prime à ceux qui sont en retard, mais le retard est quand même à distinguer de la fraude. Voilà. Et donc il est normal d'adapter les pénalités, les retards, à ceux qui, de bonne foi, disent : faute avouée, à moitié pardonnée, comme le dicton l'évoque.

JEROME FLORIN
Autre mesure très concrète, les numéros de téléphone pour joindre l'administration seront gratuits.

GERALD DARMANIN
Exactement, d'ici la fin du quinquennat, il y a eu des…

JEROME FLORIN
A partir de quand ?

GERALD DARMANIN
Eh bien ça dépend des numéros de téléphone, c'est-à-dire que nous n'avons pas voulu couper les appels d'offres en ce moment, parce que ça coûterait plus cher évidemment de casser ces appels d'offres…

JEROME FLORIN
2021 ?

GERALD DARMANIN
Mais d'ici la fin du quinquennat du président de la République, à la demande des parlementaires de la République en Marche, tous les numéros de téléphone seront effectivement gratuits.

JEROME FLORIN
Ce matin c'est le dernier Conseil des ministres avant la quille, Gérald DARMANIN, le gouvernement prend deux semaines de vacances, le temps d'oublier un peu l'affaire BENALLA ?

GERALD DARMANIN
Non…

JEROME FLORIN
Vous espérez que ça va se tasser ?

GERALD DARMANIN
Mais moi, ce qui m'intéresse surtout, c'est que les comptes de la croissance soient bons, que nous continuons à créer de l'emploi et qu'on évite au maximum….

JEROME FLORIN
Ça c'est de la langue de bois…

GERALD DARMANIN
Non, ce n'est pas…

JEROME FLORIN
Est-ce que vous espérez que l'affaire, dont on a beaucoup parlé, va se tasser, il y a encore des commissions d'enquête à la rentrée.

GERALD DARMANIN
Comment pouvez-vous dire au ministre du Budget, qui a 2 200 milliards de dette, c'est-à-dire le remboursement et donc le patrimoine des Français à sauvegarder, qu'il fait de la langue de bois quand il dit qu'il veut qu'il y ait de la croissance et qu'il y ait de la … d'emploi. Voilà. Moi, ce que je veux…

JEROME FLORIN
Cette affaire, elle va laisser des traces, comme le dit l'opposition ?

GERALD DARMANIN
Eh bien elle a laissé de la trace dans l'opposition, c'est-à-dire, moi je lisais ce matin un journal qui n'est pourtant pas très favorable au gouvernement, puisqu'il s'agissait en partie d'un titre du Figaro « tout ça pour ça ». L'opposition, finalement, s'est ruée comme la misère sur le bas clergé, comme disait ma grand-mère, sur une difficulté personnelle, elle a voulu faire une affaire d'Etat au lieu de s'opposer sur le fond. On n'a toujours pas compris ce que souhaitait l'opposition en termes de croissance économique, de fiscalité, de politique de sécurité. Malheureusement, je constate qu'ils sont dans les délices du système, comme disait le Général de GAULLE.

JEROME FLORIN
On constate aussi que vous avez été discret pendant la tempête, Gérald DARMANIN, vous n'êtes pas monté au front pour défendre le président de la République, c'est ce qui vous a été un petit peu reproché par certains, en tout cas, En Marche.

GERALD DARMANIN
Eh bien écoutez, il me semble que si le président de la République avait des choses à me reprocher, il le ferait, ça n'a pas été le cas. Je crois que j'ai multiplié un certain nombre de rendez-vous médiatiques et j'ai surtout été sérieux et au travail. Il ne s'agit pas de remettre de l'oxygène sur une bougie, qui en l'occurrence ne consommait qu'une difficulté personnelle.

JEROME FLORIN
Vous étiez encore un député LR il n'y a pas si longtemps, Gérald DARMANIN, vous auriez voté la motion de censure, vous auriez crié au scandale d'Etat.

GERALD DARMANIN
Absolument pas, absolument pas. Vous savez, moi j'étais gaulliste et je ne vois pas très bien ce qu'il y a de comportement gaulliste chez monsieur JACOB par exemple, lorsqu'il considère que l'Assemblée doit convoquer les collaborateurs du président de la République. Dans mon engagement gaulliste il y avait, me semble-t-il, le respect de la Vème République. Malheureusement, je constate que c'est beaucoup de bruit pour rien, comme dit le film.

JEROME FLORIN
Votre ami… Vous n'arrêtez pas avec les citations, en fait.

GERALD DARMANIN
Ben voilà.

JEROME FLORIN
Les citations, les expressions, les aphorismes. Votre ami Xavier BERTRAND, dernière citation, tiens, sort la mitraille dans une interview au Point : « Les macroniens sont persuadés d'avoir raison contre tout le monde, donc ils n'écoutent rien ni personne ». Vous vous reconnaissez ?

GERALD DARMANIN
Non, je ne me reconnais pas, mais je pense que tout ce qui est excessif est assez insignifiant, si vous voulez une nouvelle citation. Je crois qu'il y a une différence assez forte entre le moment où on est au pouvoir et le moment où on cherche le pouvoir. Voilà. C'est normal, c'est le jeu de la démocratie.

JEROME FLORIN
Il cherche le pouvoir.

GERALD DARMANIN
Mais bien sûr, Xavier BERTRAND cherche le pouvoir, c'est d'ailleurs tout à fait légitime quand on fait de la politique, et ça reste par ailleurs mon ami personnel, donc je n'ai aucun sujet sur ce point, il est par ailleurs un grand président de région. Mais je crois que les Français, ils en ont assez que nous ne nous mettions pas, et c'était le message, me semble-t-il, de l'élection présidentielle, ensemble, pour résoudre les grand problèmes. Quand j'entends cette mère de famille sur votre antenne, que vous avez largement diffusée, qui a vu la perte de son enfant et qui appelle les pouvoirs publics à être sérieux dans la lutte contre l'insécurité, je pense que c'est plutôt ce genre que réponse qu'il faut que nous ayons, plutôt que des débats qui n'intéressent que vous et nous.

JEROME FLORIN
Gérald DARMANIN, ministre de l'Action et des Comptes publics, était notre invité. Merci, bonne journée.

GERALD DARMANIN
Merci à vous.

JEROME FLORIN
Et bonnes vacances.

GERALD DARMANIN
C'est gentil.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 6 août 2018

Rechercher