Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à Sud Radio le 3 septembre 2018, sur la rentrée scolaire et l'accueil des enfants handicapés à l'école. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à Sud Radio le 3 septembre 2018, sur la rentrée scolaire et l'accueil des enfants handicapés à l'école.

Personnalité, fonction : CLUZEL Sophie.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées

ti :

PATRICK ROGER
Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

PATRICK ROGER
Remaniement dans l'air, décision attendue sur le prélèvement, beaucoup de dossiers sur la table en cette rentrée, vous partez dans quelques minutes à Laval avec Emmanuel MACRON et Jean-Michel BLANQUER pour la rentrée scolaire, un collège choisi pour son internat et parce qu'il accueille des élèves de troubles, souffrant donc de handicap - 34.000 élèves au total en France sont scolarisés dans ces conditions - votre volonté c'est de réunir dans les mêmes écoles handicapés et valides, il y a encore du chemin à faire si l‘on en croit des associations de parents d'élèves ?

SOPHIE CLUZEL
Il y a énormément de chemin surtout qui a été parcouru, parce que sur ces 12 millions d'élèves il y en a 2,5 % qui sont en situation de handicap, ça fait une rentrée aujourd'hui à 340.000 élèves, c'est + 20.000 chaque année depuis deux – trois ans, donc c'est un vrai mouvement vers l'école. Avec des implications des enseignants vraiment à fond, des accompagnants aussi qui sont là, qui sont présents, qui sont parfois indispensables, mais pas toujours, je tiens à rappeler que la moitié des élèves handicapés font leur chemin seuls à l'école dans une école qui est de plus en plus bienveillante, qui est à l'écoute de tous les besoins - et Dieu sait qu'ils sont nombreux - des besoins d'adaptation, des besoins de techniques, des besoins matériels, mais voilà ça progresse énormément.

PATRICK ROGER
Oui, 340.000 c'est exact, mais il y a encore évidemment des dizaines et des centaines, voire quelques milliers d'élèves qui n'ont pas cette possibilité, qui n'ont pas de solution ?

SOPHIE CLUZEL
Non, il y a dans ces 340.000 qui sont à l'école dite ordinaire, l'école de la République, il y en a 80.000 qui sont dans des établissements spécialisés qui ont des temps de scolarisation – pas assez ça c'est certain – avec des vrais mouvements de sortie de ces établissements spécialisés vers les écoles, dans ce qu'on appelle des dispositifs spécifiques qui accompagnent mieux parce que ce sont des enfants qui ont des besoins encore plus présents, donc il y a un vrai mouvement vers l‘école et il y a surtout cette coopération entre ces professionnels vraiment des établissements qui font un boulot énorme et qui maintenant se déplacent dans l'école ; et c'est cette école inclusive que l'on construit avec Jean-Michel BLANQUER, moi j'aime bien dire et rassurer les parents que maintenant ce n'est plus l'affaire que de l'enseignant mais c'est l'affaire de toute une communauté éducative ; et aussi je voudrais aussi saluer les ATSEM, les dames de service par exemple dans les écoles maternelles qui font un boulot remarquable d'accueil, bien sûr tous les enseignants et tous les professionnels médico-social qui accompagnent aussi ces enfants au quotidien.

PATRICK ROGER
Est-ce qu'il y a de nouvelles embauches, parce que là j'ai vu et j'ai lu que les associations réclamaient du personnel, qu'est-ce que vous pouvez leur dire ce matin ?

SOPHIE CLUZEL
Les associations elles sont dans leur rôle, je les connais bien ces associations…

PATRICK ROGER
Eh oui, vous y étiez vous-même dedans.

SOPHIE CLUZEL
Mais bien sûr, je suis et je reste toujours militante et pragmatique, et je reste maman aussi d'une jeune qui maintenant n'est plus à l'école mais qui est en insertion professionnelle, donc les associations je les connais bien et c'est normal qu'elles demandent toujours plus, mais nous, moi ce que je voudrais leur dire, c'est que moi j'ai besoin d'elles. D'abord ces associations elles font un boulot remarquable, tous ces bénévoles qui accompagnent les familles pour les informer, parce que c'est encore la jungle – et on pourra en reparler – mais je vais avoir de belles mesures d'annonce de simplification de la vie des personnes handicapées parce que ça c'est très compliqué encore administrativement dans les dossiers, etc.

PATRICK ROGER
Alors, dites-nous en un peu plus sur ces nouvelles mesures, ces nouveautés ?

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, on est en train de les expertiser, on finit de les expertiser, mais aujourd'hui c'est absolument intolérable pour les familles de devoir prouver sans arrêt que leur enfant ou qu'elle-même en tant qu'adulte soit handicapée, il faut qu'on renverse, qu'on fasse confiance aux personnes, qu'on accorde des droits à vie pour des handicaps qui sont stabilisés. Moi ma fille, Julia, elle me dit : « mais maman, à 22 ans, il va falloir que je refasse encore mon dossier à la Maison du handicap, redire que je suis trisomique, on commence à le savoir », donc on peut ouvrir des droits à vie, ce n'est plus possible de devoir repasser tous les trois ans des dossiers administratifs qui embolisent et qui maltraitent les familles de devoir toujours... les familles elles préfèrent s'occuper de leurs enfants…

PATRICK ROGER
Oui ! Et puis c'est la grande inquiétude de ces familles quoi, après l'école comment ça va se passer, qui va l'accompagner et comment bien sûr ?

SOPHIE CLUZEL
Ça c'est un vrai challenge, il faut absolument qu'on accompagne des vrais parcours scolaires de qualité pour avoir une vraie formation professionnelle, pour pouvoir vraiment après aller vers l'entreprise - c'est ça le but de toute famille, c'est de pouvoir accompagner son enfant – et je tiens à souligner qu'aujourd'hui les enfants sont accueillis avec le sourire, c'est très important bienveillance ; et j'adresse aussi aux autres parents, les parents d'enfants qui ne sont pas handicapés, faites-leur toute leur place à ces familles qui ont encore plus les papillons dans le ventre aujourd'hui – et c'est normal c'est la rentrée – donc soyons dans la bienveillance de l'accueil pour dédramatiser vraiment ce parcours.

PATRICK ROGER
Ces parents avec leurs enfants pour qu'ils accueillent bien aussi ces élèves qu'ils ne les regardent pas différemment ?

SOPHIE CLUZEL
Exactement ! Et qui les invitent par exemple, s'il y a un goûter d'anniversaire très prochainement, qu'on pense à inclure aussi les parents dans cette communauté éducative, qu'ils deviennent vraiment parents d'enfants et qu'ils arrêtent d'être parents d'enfants handicapés uniquement.

PATRICK ROGER
Oui ! Et quand est-il pour les enfants de 0 à 6 ans, il y a eu un rapport qui a été remis il y a quelques jours ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, tout à fait, avec le Haut conseil à la famille, avec Agnès BUZYN nous sommes allés dans cette crèche qui est une crèche multi-accueil, qui accueille 1/3 d'enfants handicapés, justement là j'ai rencontré une maman qui n'a pas d'enfant handicapé qui a fait le choix d'aller dans cette crèche pour que ses enfants apprennent le vivre-ensemble, apprennent la bienveillance, ses enfants sont rentrés à l'école l'année dernière suite à cette crèche et la maîtresse a dit : « mais je n'ai jamais vu des enfants autant à l'écoute et autant bienveillants », donc ça sert à tous ce vivre-ensemble.

PATRICK ROGER
Oui. Sophie CLUZEL, vous serez aux côtés tout à l'heure d'Emmanuel MACRON, c'est une rentrée plutôt agitée pour le Président, c'est le moment de donner un coup de collier pour retrouver des couleurs ? Vous attendez beaucoup, vous, de ce remaniement demain ?

SOPHIE CLUZEL
Ça va être un remaniement qui sera annoncé demain, donc je pense qu'on peut attendre jusqu'à demain pour avoir les nouvelles…

PATRICK ROGER
Vous, vous avez été confirmée ?

SOPHIE CLUZEL
De toute façon il n'est pas question que je ne sois pas confirmée…

PATRICK ROGER
Non.

SOPHIE CLUZEL
Puisque ce n'est pas mon poste qui était en jeu…

PATRICK ROGER
OUI.

SOPHIE CLUZEL
C'était vraiment le Ministère de l'Ecologie, donc je tiens à rassurer les familles : je suis là, je serai là toute la journée, je serai là demain pour la rentrée scolaire », demain je suis d'ailleurs à Nantes dans un lycée exceptionnel, un lycée qui a tout compris sur l'école inclusive que l'on veut faire.

PATRICK ROGER
Oui. Remaniement certes pour Nicolas HULOT, mais est-ce qu'il faut quelque chose... un remaniement un petit plus large ?

SOPHIE CLUZEL
Mais on est un collectif au travail, je veux dire bien sûr Nicolas HULOT on le regrette, je le regrette, c'était quelqu'un d'engagé, qui avait une vraie conviction, qui venait comme moi de la société civile, qui a été peut-être trop impatient parce que bien sûr la politique c'est l'art de décider mais c'est aussi l'art d'exécuter et d'aller jusqu'au bout, de pouvoir s'assurer que le Français va vraiment être un…

PATRICK ROGER
Oui, vous êtes un peu déçu parce qu'il n'est pas allé jusqu'au bout Nicolas HULOT ?

SOPHIE CLUZEL
Mais on est toujours déçu quand on perd un collègue, un membre d'un Gouvernement, c'est dommage, il faut tenir le coup.

PATRICK ROGER
La politique c'est du long terme ?

SOPHIE CLUZEL
C'est du long terme, c'est difficile. En tout cas je souhaite la bienvenue au prochain qui arrive, il sait qu'il va trouver un collectif qui travaille ensemble – puisque moi c'est mon ADN vraiment de travailler avec tous les ministres puisque je suis rattachée auprès du Premier ministre, donc en permanence je travaille avec tous les ministres, c'est mon ADN – donc, de toute façon, il sera très bien accueilli quoi qui se passe.

PATRICK ROGER
Vous regrettez que Daniel COHN-BENDIT ait refusé finalement ?

SOPHIE CLUZEL
Mais Daniel COHN-BENDIT a sa liberté de ton, de choix, voilà c'est sa décision.

PATRICK ROGER
Sophie CLUZEL, il faut être solide, il faut avoir un sacré mental quand on est ministre ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, exactement, il faut être solide. Parce que d'abord c'est exigent, c'est exigent même physiquement parce qu'on a beaucoup, beaucoup de déplacements, les Français le savent parce que moi je suis beaucoup sur le terrain, j'ai fait un tour d'Europe des bonnes pratiques inclusives, je me déplace énormément en terrain pour voir comment avance justement tous nos différents.... on a un énorme challenge, c'est de redonner la confiance aux Français sur notre action, c'est d'être…

PATRICK ROGER
Eh oui, et puis là en ce moment…

SOPHIE CLUZEL
C'est d'aller…

PATRICK ROGER
C'est pour ça qu'il faut redonner un coup de collier ?

SOPHIE CLUZEL
C'est pour ça qu'il faut aller sur le terrain, qu'il faut parler aux Français, c'est très important, expliquer ce qu'on fait, parce qu'on est en train vraiment de transformer beaucoup de choses en profondeur et évidemment ça bouleverse les habitudes et évidemment peut-être les résultats ne se voient pas tout de suite, donc c'est ça la difficulté.

PATRICK ROGER
Oui. Vous le connaissez bien Emmanuel MACRON, il a encore le moral ?

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr qu'il a un moral d'acier, je veux dire c'est vraiment un capitaine d'équipe et bien sûr qu'il a un moral d'acier.

PATRICK ROGER
Oui. Le mot de la fin avec Cécile DE MENIBUS aussi, Sophie CLUZEL.

CECILE DE MENIBUS
Justement, de façon un peu plus large, le handicap est un sujet transverse qui touche tous les domaines de la vie publique et pourtant aujourd'hui le handicap est la première cause de discrimination en France, qu'est-ce qu'on peut faire pour les entreprises, est-ce que ce n'est pas décevant au fur et à mesure de travailler continuellement et, finalement, d'arriver à ce constat ?

SOPHIE CLUZEL
C'est aussi la priorité du quinquennat. Donc c'est bien pour ça que j'ai tout de suite voulu changer la donne sur les entreprises et que dans la loi justement avec Muriel PENICAUD nous avons simplifié la vie des entreprises pour qu'elles n'aient plus si vous voulez cette espèce de crainte d'y aller parce que c'est trop compliqué, on voit bien que quand on pousse la porte d'une entreprise ça fonctionne, donc c'est cette rencontre qu'il faut faire, j'étais encore à l'Université du MEDEF pour pouvoir embarquer les entreprises. Les entreprises, les syndicats, les associations de personnes handicapées sont en concertation autour de la table, nous allons aussi leur simplifier la vie dans l'offre de services, vous avez raison c'est assez illisible, donc il faut qu'on les accompagne.…

CECILE DE MENIBUS
Et injuste, totalement injuste ?

SOPHIE CLUZEL
Totalement injuste, mais surtout illisible pour les entreprises de savoir à qui s'adresser, c'est illisible pour le travailleur handicapé - donc là on a un très, très beau chantier justement de simplification - mais surtout il faut les inciter, les inciter, parce que quand le salarié handicapé est dans l'entreprise c'est du gagnant – gagnant.

PATRICK ROGER
Oui. Merci Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées.

CECILE DE MENIBUS
Attendez, attendez, parce que je crois qu'on a invité surprise Patrick.

PATRICK ROGER
Ah !

SOPHIE CLUZEL
Je crois qu'on a François BAYROU qui vient de rentrer dans le studio.

FRANÇOIS BAYROU, IMITATION DE DANY MOREAU
Bonjour, bonjour madame CLUZEL, tout petit j'ai eu moi-même des problèmes d'élocution, je pense que vous vous en êtes rendue compte, je mettais plus de temps qu'un autre pour exprimer une idée, mais, quand j'avais fini ma phrase, quelqu'un m'avait déjà piqué l'idée, d'où la création du MoDem avec connexion rapidoche. Mais ce que je voulais dire c'est que c'est surtout grâce à un stage de diction dans un cours de théâtre que j'ai compris que ce que l'on dit est toujours plus important que la manière dont on le dit, j'ai pu ainsi relever le défi de draguer Valérie BEGUE... Voilà !

PATRICK ROGER
Oui, c'est Dany MOREAU, vous l'avez reconnu, il sera avec nous Dany MOREAU qui pirate l'info chaque matin à 8 h 20 sur Sud Radio, c'est la rentrée. Voilà ! C'était la petite surprise Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Voilà, ravie de vous avoir vu François ce matin.

FRANÇOIS BAYROU
De même.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 septembre 2018

Rechercher