Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à France Bleu le 30 août 2018, sur l'accueil des enfants handicapés à l'école. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à France Bleu le 30 août 2018, sur l'accueil des enfants handicapés à l'école.

Personnalité, fonction : CLUZEL Sophie, ROGER Patrick.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées;

ti :


JOURNALISTE
L'accueil des enfants handicapés à l'école, c'est le thème d'un rapport remis hier. Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées est l'invitée de France Bleu Paris matin, Noé.

NOE DA SILVA
Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

NOE DA SILVA
Merci d'être avec nous. Un mot d'abord de la situation de votre Gouvernement, avec toujours aucune nomination d'un successeur pour Nicolas HULOT. Le séminaire de rentrée du Gouvernement qui est reporté. Comment qualifiez-vous cette situation au sommet de l'Etat ?

SOPHIE CLUZEL
C'est sûr que c'est préoccupant. D'abord triste parce que Nicolas HULOT était quelqu'un de formidable, avec qui j'avais pas mal travaillé, et donc quand on perd un collègue au Gouvernement, on est toujours triste, ceci dit, moi qui suis issue de la société civile aussi, comme ministre, je peux comprendre puisque c'est un homme de convictions, comme je le suis, un militant, et c'est vrai que c'est difficile quand on est impatient que l'exécution, parce que l'art de la politique bien sûr c'est de décider, mais pas que, c'est aussi d'exécuter, et c'est vrai que quelquefois ça prend du temps, l'exécution.

NOE DA SILVA
Le temps politique est un temps plus long ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, le temps politique, le temps administratif, pour que ça touche vraiment le Français, pour que le changement touche le Français, ça prend du temps mais je pense que c'est en faisant des petites victoires aussi qu'on y arrive à changer la donne, donc j'ai bon espoir que, en tout cas moi je suis totalement déterminée justement à pouvoir mener cette politique de grandes réformes que nous faisons et je dis aux Français : oui, ça prend du temps, mais des changements sont là.

NOE DA SILVA
Si en cas de remaniement on vous proposait d'être ministre de l'Ecologie ?

SOPHIE CLUZEL
Je pense que l'écologie, il y a des gens qui sont beaucoup plus qualifiés que moi, mais voilà, moi je suis ouverte à tour, mais bien sûr, j'ai beaucoup de choses encore à faire, je pense que le handicap est le fer de lance d'une grande transformation sociétale, c'est une possibilité du vivre ensemble, de transformer notre société, c'est-à-dire une société inclusive, donc nous avons beaucoup à faire. Parlons d'autonomie, parlons de dépendance, oui, nous avons un grand grand chantier sur le handicap et plus largement sur la société inclusive. Donc encore beaucoup de choses à faire.

NOE DA SILVA
Sophie CLUZEL, votre actualité c'est justement ce rapport qui vous a été remis hier sur l'accueil des enfants handicapés. Je vous propose de commencer justement par écouter cette maman.

TEMOIGNAGE
C'est nébuleux, le handicap. Ma fille, elle a 13 ans, il m'a fallu 10 ans pour savoir qu'il y avait des dentistes qui était spécialisés, pour pouvoir traiter des enfants handicapés. Donc il faut les accompagnements qui vont mais il faut aussi l'accès à la formation.

NOE DA SILVA
Question concrète, sur France Bleu Paris ce matin, Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, que répondez-vous à cette maman ?

SOPHIE CLUZEL
Je réponds qu'elle a raison. C'est un maquis, on voit bien donc c'est bien pour ça que nous allons nous atteler à simplifier la vie des personnes handicapées, d'abord dans l'accès aux droits, cette maman elle l'a très bien dit, accès à l'information, accès aux droits…

NOE DA SILVA
C'est tout bête, hein.

SOPHIE CLUZEL
C'est tout bête…

NOE DA SILVA
Mais qu'est-ce qui va changer demain ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, demain ce qui va changer, c'est d'abord que l'on fait la rentrée des tous petits, puisque c'était l'objet du rapport de Sylviane GIAMPINO, que nous avions mandatée avec Agnès BUZYN, pour prendre en compte vraiment que tout passe par les tout petits, donc c'est ouvrir les crèches, travailler sur le droit commun, c'est-à-dire c'est la réponse de proximité pour les familles, il faut que le rythme de la fratrie, de la famille, soit le plus normal possible. C'est la crèche…

NOE DA SILVA
Ça veut dire que ça n'était pas le cas aujourd'hui ?

SOPHIE CLUZEL
Non, il y avait encore des problématiques, je ne sais pas faire, les professionnels se sentent mal formés…

NOE DA SILVA
Manque de moyens.

SOPHIE CLUZEL
Ce n'est pas tellement les moyens, c'est surtout que, en fait, il faut qu'on arrive à dire : maintenant, la solution elle est à la crèche de proximité, elle est à l'école, il faut qu'on change complètement le paradigme, c'est-à-dire qu'il faut qu'on dise que les professionnels doivent accompagner l'enfant, là où la famille veut qu'il soit. A la crèche des tout petits hier on était donc en visite sur le terrain, un tiers d'enfants handicapés. Pour cela nous allons aider aussi les professionnels, mieux accueillir, nous bonifions, nous donnons un bonus financier pour les crèches qui pourront atteindre plus de 5 %, plus de 7 % d'enfants handicapés, là, nous avions un tiers d'enfants handicapés.

NOE DA SILVA
Donc ça veut dire qu'il y a besoin, on a besoin de moyens financiers.

SOPHIE CLUZEL
Il y a besoin de moyens financiers, mais surtout de déplacer les moyens qui sont actuellement dans les murs des établissements dits spécialisés, il faut que ces formidables professionnels puissent accompagner les enfants handicapés, que le soin se passe dans les crèches, que le soin se passe dans les écoles, c'est ça cette nouvelle construction de cet école…

NOE DA SILVA
Mais justement, vous parlez de la fratrie, donc les tout petits, qui doivent rentrer en maternelle ou en crèche, il y a les accompagnateurs d'enfants handicapés dans les écoles, ils ne sont pas assez nombreux et il y a parfois des difficultés dans des classes puisqu'il n'y a pas assez d'accompagnateurs. Qu'est-ce qui va changer en cette rentrée ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, déjà, ce qui change, c'est que cette rentrée, elle a été beaucoup mieux préparée que la rentrée prochaine, nous avons anticipé…

NOE DA SILVA
Précédente.

SOPHIE CLUZEL
Oui, que donc la rentrée précédente. Nous avons anticipé cette rentrée, de façon très active, avec les services et de l'éducation nationale et de ces fameuses maisons départementales des personnes handicapées, qui évaluent les besoins des enfants. Nous avons 340 000 élèves en situation de handicap, de la maternelle jusqu'au lycée BTS, donc une augmentation presque de 6 % chaque année.

NOE DA SILVA
Il n'y a pas un accompagnateur par enfant.

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr que non. Sur 340 000 élèves, il y en a la moitié. 175 000 élèves ont besoin d'être accompagnés, ces élèves, ils ont vraiment besoin d'être bien accompagnés, par des accompagnants professionnels, pérennes, stables qui reste auprès d'eux. Mais aujourd'hui tout repose un peu sur cette demande d'accompagnant. Alors avec Jean-Michel BLANQUER, on change la donne. Cette école inclusive on forme les enseignants, on met une plateforme de ressources numériques, on met des enseignants spécialisés ressources, plus de 102 postes qui sont créés, un par département, pour accompagner les enseignants, et cette rentrée elle a été mieux préparée, pourquoi ? Parce qu'on a donné les moyens budgétaires beaucoup plus tôt, aux différentes inspections pour qu'elles puissent faire les recrutements de ces accompagnants, qui sont très importants.

NOE DA SILVA
L'objectif à terme c'est d'arriver à combien d'accompagnateurs ?

SOPHIE CLUZEL
Ce n'est pas à combien d'accompagnateurs, l'objectif à terme c'est de réaliser vraiment un parcours scolaire de qualité, c'est de former les enseignants pour que cette différence dans la pédagogie différenciée, puisse être vraiment travaillée en amont,avec les élèves et surtout pour ouvrir complètement cette école vers la formation, vers la formation professionnelle et après vers l'emploi bien sûr.

NOE DA SILVA
Alors justement, Sophie CLUZEL, vous avez parlé de l'accompagnement des tout petits, des plus grands à l'école, il y a également les parents d'enfants handicapés, à quand une meilleure sensibilisation des employeurs pour notamment permettre un aménagement du temps de travail des parents ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, ça c'est un vrai sujet. J''étais hier au MEDEF, à l'Université d'été, les aidants, parce qu'ils deviennent aidants ces parents, ils sont aidants familiaux, ils s'occupent soit de leurs enfants handicapés, soit de leurs parents, et c'est un vrai sujet, plus de 8 millions d'aidants sur la France. Les entreprises commencent à s'en emparer, les DRH commencent çà s'en emparer, pouvoir adapter les temps de travail…

NOE DA SILVA
Ça commence.

SOPHIE CLUZEL
C'est très variable, les grands groupes qui ont les moyens, qui ont des missions justement d'accompagnement, le font très très bien.

NOE DA SILVA
Mais là-dessus, vous prenez des mesures ?

SOPHIE CLUZEL
Là-dessus, nous avons déjà pris des mesures, par exemple les dons de RTT entre collègues, pour que les parents justement puissent souffler, puissent s'occuper, parce que c'est vrai que le handicap nécessite beaucoup de choses pour les parents, j'en suis très consciente, je suis moi-même parent, je sais que c'est un long parcours de combattant, d'accompagnement. Ce que nous voulons faire aussi avec le rapport qui nous a été remis, c'est simplifier l'accès au droit, renverser la preuve. Les parents aujourd'hui sont obligés de faire la preuve sans arrêt que leur enfant est handicapé, et donc peut avoir des compensations. Moi je veux renverser cette preuve, c'est-à-dire que pour les handicaps qui sont avérés, qui sont stabilisés, on va pouvoir ouvrir des droits à vie. Ça, ça va changer la donne, ça va simplifier la vie des parents, donc j'ai bon espoir que vraiment la vie des parents change.

NOE DA SILVA
Le renversement c'est maintenant. Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, était l'invité de France Bleu Paris matin. Merci d'être venue chez nous. Interview à retrouver en vidéo sur francebleu.fr très bonne journée.

SOPHIE CLUZEL
Bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 septembre 2018

Rechercher