Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à BFM TV le 17 septembre 2018, sur la fiscalité des carburants, le plan Vélo et le financement de la programmation des infrastructures de transport. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à BFM TV le 17 septembre 2018, sur la fiscalité des carburants, le plan Vélo et le financement de la programmation des infrastructures de transport.

Personnalité, fonction : BORNE Elisabeth, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre des transports;

ti : JEAN-JACQUES BOURDIN
Notre invitée ce matin, Elisabeth BORNE, ministre des Transports, bonjour.

ELISABETH BORNE
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci d'être avec nous. Le 13 septembre dernier, en banlieue parisienne, un collégien traverse la rue devant un bus, le conducteur du bus doit piler, les passagers sont projetés vers l'avant, le conducteur de bus descend de son bus, fait des remontrances à l'ado, qui l'insulte, « ferme ta gueule et conduis ton bus. » Le conducteur réagit et le gifle, une seule fois. Vous l'auriez giflé cet ado, à la place du conducteur, Elisabeth BORNE ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, je pense que c'est un métier qui est effectivement assez stressant, conducteur de bus en région parisienne, et c'est pour ça qu'ils sont accompagnés, qu'on a augmenté les effectifs du service de sécurité, le GPSR, à la RATP, qui accompagnent les chauffeurs de bus, parce qu'on ne peut pas tout faire en même temps, on ne peut pas conduire son bus, en même temps répondre à ces incivilités, comme on en voit beaucoup, et donc je pense que c'est important, cette présence humaine, aux côtés des machinistes.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, mais vous ne me répondez pas. Est-ce qu'il doit être sanctionné ? Vous avez présidé la RATP, dirigé la RATP, est-ce que vous le sanctionneriez ?

ELISABETH BORNE
Alors, est-ce qu'il est normal de gifler un jeune ? non. Ensuite, les sanctions, il y a des commissions qui vont se réunir, ce n'est pas moi qui vais vous le dire sur ce plateau…

JEAN-JACQUES BOURDIN
D'accord, mais…

ELISABETH BORNE
Donc, non, ce n'est pas normal de gifler un jeune, je dis en même temps que c'est vrai que quand on conduit des bus…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc il doit être sanctionné ?

ELISABETH BORNE
Il y a des commissions dont c'est le travail…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Puisque ce n'est pas normal.

ELISABETH BORNE
Il y a des commissions, dont c'est le travail, qui le diront, mais, voilà, moi je dis simplement que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous comprenez qu'il ait pu gifler ?

ELISABETH BORNE
Qu'on aille jusque-là, non, ce n'est pas normal, qu'il y ait beaucoup de stress et qu'il soit important, du coup, que ces chauffeurs de bus ne soient pas seuls, c'est effectivement mon avis.

JEAN-JACQUES BOURDIN
La gestion du stress, les formations… on ne va pas entrer dans ce détail. Dans tous les cas, nous verrons la suite. Journée du transport public, c'était samedi, on parle beaucoup de la gratuité des transports urbains, transports publics urbains, qu'est-ce que vous en pensez, vous êtes favorable ou pas ? Ça s'est fait dans une trentaine d'agglomérations en France, est-ce qu'il faudrait généraliser, et même l'inscrire dans la loi ?

ELISABETH BORNE
Alors, ce que je pense c'est que, produire du transport public ce n'est pas gratuit, donc il y a quelqu'un qui paye, si ce n'est pas le voyageur – vous savez qu'en moyenne les voyageurs ils payent 30 % aujourd'hui des coûts du transport public – si ce n'est pas le voyageur ça veut dire que c'est des nouveaux impôts, donc je pense que quand on mène ce débat, c'est important de dire on ne veut plus faire payer les voyageurs, mais alors qu'est-ce qu'on va créer comme nouvel impôt ?

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc oui, mais il faut financer, si je comprends bien.

ELISABETH BORNE
Oui, et je pense que, vous savez, est-ce qu'on veut faire des transports gratuits pour les touristes à Paris, et puis pourquoi la gratuité ? Il y a des villes, des villes moyennes, qui constatent que les bus sont vides, qui se disent on va attirer plus de gens, est-ce qu'en région parisienne, tous les Français qui prennent les transports en commun en région parisienne, je ne crois pas qu'ils soient dans des transports vides, je pense même qu'ils sont dans des transports qui sont très pleins le matin, voilà. Donc, je mets ces éléments dans le débat.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous n'êtes pas très favorable à la gratuité, si j'ai bien compris, notamment dans les grandes agglomérations.

ELISABETH BORNE
Je vous dis ce n'est pas gratuit, donc si ce n'est pas le voyageur, c'est les impôts.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A propos de taxes, est-ce que les taxes sur les carburants vont augmenter ?

ELISABETH BORNE
Le gouvernement a annoncé une trajectoire carbone, donc tenir compte de la pollution des carburants fossiles…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc les taxes vont augmenter.

ELISABETH BORNE
Et donc il y a une trajectoire qui a été annoncée, effectivement, ça va continuer à augmenter.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça va continuer à augmenter les taxes, combien, on a les chiffres sur l'année qui arrive ?

ELISABETH BORNE
Ça sera discuté dans le cadre du PLF, sur le diesel ça a augmenté de 7 centimes l'an dernier, et c'est la trajectoire qui a été annoncée.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Même chose cette année ?

ELISABETH BORNE
C'est la trajectoire qui a été annoncée, effectivement, pour le quinquennat, ça veut dire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc 7 centimes l'année prochaine.

ELISABETH BORNE
Et ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'il faut offrir, aux Français, des solutions alternatives à la voiture individuelle. C'est tout ce que je porte, moi, dans la loi que je présenterai fin octobre en Conseil des ministres, que les gens ne soient pas prisonniers de la voiture individuelle, qu'on puisse justement développer les transports publics, qu'on puisse aussi, partout en France, trouver des solutions alternatives à la voiture individuelle. Quand on est dans des zones peu denses, ça peut être le covoiturage, quand vous faites du covoiturage, quand vous êtes deux personnes dans la voiture, ça fait 2 fois moins de CO2, et ça fait aussi moins cher pour chacun.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, qu'est-ce que vous allez proposer, puisque vous allez augmenter les taxes sur… les taxes sur le diesel, uniquement ?

ELISABETH BORNE
Les taxes augmentent sur les hydrocarbures, et il y a un rattrapage entre le diesel et l'essence.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que les taxes sur le diesel vont augmenter d'au moins 7 centimes, on est bien d'accord, l'année prochaine…

ELISABETH BORNE
Et elles augmentent moins pour l'essence.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et un petit peu moins pour l'essence, 2, 3 centimes ?

ELISABETH BORNE
Ça doit être 4 centimes de mémoire.

JEAN-JACQUES BOURDIN
4 centimes pour l'essence. Mais il faut proposer une alternative à la voiture, qu'est-ce que vous allez engager ?

ELISABETH BORNE
Eh bien je vous dis, c'est toute la réforme de la loi sur les mobilités que je présenterai en octobre…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, alors qu'est-ce que vous allez proposer ?

ELISABETH BORNE
Qui vise à…

JEAN-JACQUES BOURDIN
En gros, qu'est-ce que vous allez proposer ?

ELISABETH BORNE
En gros, je vais proposer que les collectivités, dont c'est la responsabilité, puissent plus facilement développer des transports alternatifs à la voiture individuelle, ça peut être du covoiturage…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais comment, vous allez aider les collectivités ?

ELISABETH BORNE
Oui, on leur donne beaucoup d'outils pour développer du covoiturage, de l'auto-partage, du vélo, par exemple vous avez vu qu'on a annoncé un plan vélo…

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'y viens.

ELISABETH BORNE
Et donc c'est effectivement des solutions… vous savez, 50 % des trajets qu'on fait tous les jours font moins de 5 kilomètres, donc c'est des trajets qu'on pourrait faire en vélo, à condition qu'on ait effectivement un plan pour que les trajets se fassent en toute sécurité, évidemment il faut penser aux enjeux de sécurité routière, pour que ce soit bien pris en compte par les employeurs, c'est le forfait mobilité qu'on va mettre en place, pour qu'on évite les vols de vélos, et donc c'est une solution alternative pour beaucoup de transports du quotidien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'ai une idée à propos de taxes, les vélos, on est bien d'accord, parlons de ce plan vélo, 50 millions d'euros par an, c'est cela ?

ELISABETH BORNE
Pour la première fois l'Etat s'engage dans un plan, très ambitieux, jusqu'à présent l'Etat disait « c'est très bien le vélo, mais ce n'est pas mon affaire », là, au contraire, l'Etat s'engage, avec 350 millions d'euros sur 7 ans, ce qui fait bien 50 millions d'euros par an, je vous le confirme, ce n'est pas pour faire à la place des collectivités, voyez que ce n'est pas le rôle de l'Etat de faire des pistes cyclables, les collectivités le font très bien. Pourquoi on accompagne les collectivités ? Parce que des fois vous avez des coupures, par exemple des voies ferrées, des autoroutes, et c'est ça qui empêche les collectivités de faire des itinéraires pour les vélos, qui soient bien continus, et c'est de ça dont les cyclistes ont besoin, d'avoir des itinéraires sécurisés et continus.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je regarde, forfait mobilité, jusqu'à 400 euros par an dans le privé, jusqu'à 200 dans le public, il suffira, si j'ai bien compris, pour toucher ce forfait, il suffira de déclarer qu'on se rend au travail à vélo. C'est cela ?

ELISABETH BORNE
Il faudra justifier qu'on a dépensé, qu'on a une facture d'entretien de vélo, par exemple…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah, c'est sur justificatif ?

ELISABETH BORNE
Oui, ce sera sur justificatif, ça sera à l'employeur de s'assurer que, effectivement, le salarié utilise bien le vélo pour aller au travail.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Immatriculation des vélos ?

ELISABETH BORNE
Alors le marquage des vélos…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Marquage obligatoire ?

ELISABETH BORNE
En fait, pourquoi tous ces éléments ? Parce qu'en fait, on y travaille depuis 1 an à ce plan vélo, et moi j'ai beaucoup travaillé avec les associations, les collectivités, les entreprises, et on lève un à un les freins à l'utilisation du vélo, ça veut dire des pistes cyclables pour que les gens soient en sécurité. Le deuxième fléau qui empêche de prendre son vélo, c'est le vol, quelle est la bonne réponse pour lutter contre le vol ?

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le marquage.

ELISABETH BORNE
C'est notamment le marquage, comme ça on ne peut pas revendre des vélos volés, ils sont identifiés, donc ça décourage le vol, on va aussi développer des garages sécurisés. Et puis il y a un point aussi très important… vous savez, moi quand j'ai discuté avec les associations, que j'ai été sur le terrain, il y a beaucoup de jeunes, et des moins jeunes, qui ne savent pas faire du vélo, donc on a vraiment besoin de développer une culture vélo, et on va avoir, à l'école, avant de rentrer en 6e, le savoir rouler, on va généraliser l'apprentissage du vélo.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment allez-vous faire, dans les écoles ?

ELISABETH BORNE
C'est l'Education nationale qui va mettre ça en place, ça peut être dans le plan mercredi, l'Education nationale va développer la formation pour que tous les jeunes qui rentrent en 6e…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et les vélos, qui va fournir les vélos ?

ELISABETH BORNE
Alors, on était avec le Premier ministre, et François de RUGY, à Angers, c'est l'association, par exemple, la Prévention routière, qui propose des vélos pour apprendre, non seulement à faire du vélo, mais à le faire en toute sécurité.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc des vélos seront installés dans les écoles primaires ?

ELISABETH BORNE
Des vélos seront proposés aux enfants des écoles primaires…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et qui va leur apprendre ?

ELISABETH BORNE
C'est par exemple, je vous dis, la Prévention routière, qui est très impliquée sur ce sujet.

JEAN-JACQUES BOURDIN
La Prévention routière, avec des pistes d'apprentissage…

ELISABETH BORNE
Avec des pistes d'apprentissage, pour apprendre non seulement le vélo, mais aussi le Code de la route.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ecoutez, très bien, très bien. Parlons d'autre chose, parlons de vos investissements sur les transports, parce que des chiffres ont été donnés, rappelez-les.

ELISABETH BORNE
Alors on va investir 13,4 milliards d'euros dans le quinquennat, c'est-à-dire 40 % de plus que dans le précédent quinquennat.

JEAN-JACQUES BOURDIN
13 milliards d'euros sur…

ELISABETH BORNE
5 ans.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Jusqu'à la fin, 4 ans maintenant, enfin 3,5 ans même !

ELISABETH BORNE
Enfin ça sera 13,4 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat. Mais, peut-être, au-delà des chiffres, c'est une véritable culturelle que moi je veux faire sur les investissements dans les transports, c'est à la fois un changement de méthode, parce que ça fait des années qu'on promet beaucoup de choses partout, 36 milliards d'euros de lignes nouvelles, chacun pense qu'elle arrive demain matin, et puis c'est un changement de priorité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Des lignes TGV nouvelles.

ELISABETH BORNE
Voilà, c'est un changement de priorité, aussi, parce que les Français, quand on les écoute, et c'est bien de ça dont il faut partir, ils nous disent qu'ils veulent qu'on améliore les transports qu'ils prennent tous les jours, pour aller au travail, pour aller au collège, pour aller au lycée…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc la priorité c'est l'amélioration des transports…

ELISABETH BORNE
Du quotidien, parce que les gens…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et l'entretien.

ELISABETH BORNE
Et l'entretien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A la fois des routes, des voies ferrées et des voies fluviales, on est bien d'accord ?

ELISABETH BORNE
C'est notre première priorité, l'entretien des réseaux.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, sur les grands chantiers, la liaison ferroviaire Lyon-Turin se fera ?

ELISABETH BORNE
C'est un sujet qu'il faut faire à deux.

JEAN-JACQUES BOURDIN
D'accord, mais, vous avez attendez que les Italiens renoncent, si j'ai bien compris, franchement, non ?

ELISABETH BORNE
La France a dit qu'elle tiendrait ses engagements européens, aujourd'hui le gouvernement italien nous dit « nous on souhaite remettre à plat le projet, on souhaite réfléchir », c'est leur choix, je rencontrerai prochainement mon homologue italien, qui souhaite me parler de ce projet, évidemment on ne peut pas faire ce projet sans les Italiens.

JEAN-JACQUES BOURDIN
On peut renoncer à ce projet ?

ELISABETH BORNE
Ce n'est pas l'orientation qu'a pris la France, mais il appartient aussi aux Italiens de…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Si les Italiens renoncent, on renonce, évidemment !

ELISABETH BORNE
On ne va pas faire un tunnel tout seul.

JEAN-JACQUES BOURDIN
On est bien d'accord. Les lignes à grande vitesse, Bordeaux-Toulouse, Marseille-Nice, Montpellier-Perpignan, Paris-Le Havre, Paris-Picardie, c'est quand, 20 ans, 30 ans ?

ELISABETH BORNE
Donc moi je vous l'ai dit, nos priorités c'est les transports du quotidien, et on va arrêter de laisser croire qu'on peut faire 36 milliards d'euros de lignes à grande vitesse, dans un claquement de doigts, donc je vais rencontrer chaque président de région pour discuter de la façon dont on va réaliser ces lignes. Il ne s'agit pas de renoncer à les faire, mais il s'agit d'avoir des calendriers qui soient crédibles, réalistes, qui tiennent compte des ressources qui sont disponibles, et puis la priorité ce sera, de toute façon, les transports du quotidien. Ça veut dire qu'on peut donner une dynamique pour réaliser ces lignes, mais on commence par investir là où ça va améliorer concrètement et rapidement les déplacements des Français, donc en particulier dans les gares. On ne va pas refaire, vous savez, ce qu'on a fait avec les deux lignes à grande vitesse, la ligne vers la Bretagne et la ligne vers Bordeaux, où on a fait des lignes à grande vitesse et puis ensuite on s'est rendu compte qu'il fallait moderniser Montparnasse, eh bien là on fait le contraire, d'abord on modernise les gares, et ensuite on regarde comment on fait la ligne à grande vitesse.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il va falloir… qu'on modernise les gares, très bien, ou on construit des gares nouvelles, mais encore faut-il que les infrastructures soient construites autour, voir la gare nouvelle de Montpellier, qui est une catastrophe. Vous êtes d'accord, je suis sûr que vous êtes d'accord avec moi.

ELISABETH BORNE
Moi je constate que cette gare elle est là, effectivement, maintenant…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Elle est là oui, elle est seule, elle est bien seule.

ELISABETH BORNE
Il faut que le tramway arrive, il faut que la desserte de cette gare arrive.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Elisabeth BORNE, le contournement A355, le Contournent Ouest de Strasbourg, le chantier sera poursuivi ?

ELISABETH BORNE
Peut-être revenir sur à quoi sert ce contournement. Est-ce que vous savez que Strasbourg est traversée par une autoroute à quatre voies dans chaque sens, qu'aujourd'hui il y a 160.000 véhicules, 20.000 poids lourds, qui traversent Strasbourg tous les jours, donc, évidemment, c'est de la pollution, c'est beaucoup de nuisances pour les riverains, ce contournement, son objectif, c'est de sortir le trafic en transit, de Strasbourg, pour améliorer le quotidien des gens qui vivent à Strasbourg.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A propos de poids lourds, la vignette poids lourd, où en est-on ?

ELISABETH BORNE
Alors, ça fait partie des pistes de réflexion dont on avait parlé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, on en a parlé, ça fait longtemps qu'on en parle.

ELISABETH BORNE
Pourquoi on en parle ? On parle parce que je vous ai dit qu'on allait augmenter de 40 % les investissements dans les transports.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il faut trouver de l'argent.

ELISABETH BORNE
Pour 2019, on a trouvé l'argent dans le budget de l'Etat, ça veut dire que mon ministère fait partie de ceux dont les budgets vont augmenter, dans le budget de l'Etat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien ?

ELISABETH BORNE
+300 millions d'euros pour les investissements…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça fait combien en pourcentage ?

ELISABETH BORNE
Ça fait 40 % sur le quinquennat, voilà, donc pour 2019…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pour les investissements, mais le budget du ministère augmente.

ELISABETH BORNE
C'est beaucoup cette partie-là qui augmente, oui, et donc pour 2019…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Globalement il augmente ?

ELISABETH BORNE
Oui, globalement il augmente…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, pour 2019 vous avez trouvé le financement.

ELISABETH BORNE
Pour 2019 on a un financement, donc ce sujet…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et après ?

ELISABETH BORNE
Eh bien, au-delà, il faudra effectivement trouver une ressource…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable à la vignette poids lourds ?

ELISABETH BORNE
Je ne vais pas vous dire si je suis favorable, ça fait partie des sujets sur lequel il faut travailler, pas dans l'urgence, puisque 2019 c'est réglé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais enfin, ça fait des mois qu'on entend parler de cette vignette poids lourd !

ELISABETH BORNE
Oui, mais enfin, si c'était un sujet simple, il aurait….

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'écotaxe est dans tous nos souvenirs.

ELISABETH BORNE
Alors, je vous le dis clairement, ça ne sera pas l'écotaxe, et on ne va pas faire payer les automobilistes, on cherche une ressource, à partir de 2020, il y a des pistes qui ont été avancées…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Qui paiera à partir de 2020, le transport routier ?

ELISABETH BORNE
Je vous ai dit aussi, ça fait, enfin je pense que les Français ne comprennent pas pourquoi les poids lourds qui traversent notre pays, qui font le plein au Luxembourg ou en Belgique, et puis ensuite qui reviennent, en ayant fait le plein en Espagne, ne participent pas à l'entretien…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc ils participeront.

ELISABETH BORNE
Donc, un des objectifs c'est qu'ils puissent participer effectivement au développement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, à partir de 2020 ils participeront, alors je ne sais pas, vignette ou pas vignette, mais ils paieront une forme de taxe ?

ELISABETH BORNE
Ça fait partie des pistes, la décision n'est pas prise, on n'est pas dans l'urgence, puisque 2019 est réglée, et donc on va y travailler, et quand la décision sera prise, elle sera annoncée.

JEAN-JACQUES BOURDIN
On a compris, on a compris. J'ai une autre idée, tiens, à propos de trouver de l'argent pour le transport public, la taxe sur les surfaces de stationnement.

ELISABETH BORNE
Ça fait partie des sources de financement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les grandes surfaces par exemple, qui ont d'immenses parkings, ne paient rien pour ces immenses parkings.

ELISABETH BORNE
En Ile-de-France elles participent au financement des 200 nouveaux kilomètres de métro, elles participent, ces grandes surfaces, au financement de ces infrastructures.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais dans toute la France, ailleurs ?

ELISABETH BORNE
Ailleurs ce n'est pas le cas, effectivement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, qu'allez-vous faire ?

ELISABETH BORNE
Eh bien écoutez, on n'a pas de projet de mettre de taxes…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable ?

ELISABETH BORNE
Je pense qu'il faut… à chaque fois qu'on met une taxe il faut réfléchir, les Français ils veulent parfois des dépenses en plus, quand on dit il va falloir trouver une façon de les financer, là le débat il est un peu plus difficile. Moi je vous dis, en Ile-de-France elles participent au financement de ce nouveau métro, on peut se poser la question ailleurs.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, AIR FRANCE avec le nouveau PDG qui prend les commandes de la compagnie aujourd'hui ; vous attendez beaucoup ? Les négociations salariales, bon, l'intersyndicale demande une augmentation de salaire, toujours de 5,1 %, est-ce que certains abusent ? Est-ce que des pilotes par exemple, qui sont payés…

ELISABETH BORNE
Les pilotes demandent 10 %…

JEAN-JACQUES BOURDIN
10 %, c'est un abus ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, moi, ce que je voudrais d'abord dire, c'est que c'est vraiment une chance pour la compagnie qu'on ait un grand professionnel, un des plus reconnus dans le monde, qui arrive à la tête d'AIR FRANCE-KLM. Et en plus, moi, je l'ai rencontré fin août…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Remarquez, plus de quatre millions d'euros de rémunération par an, je comprends qu'il ait accepté, non ?

ELISABETH BORNE
Eh bien, écoutez, on a voulu le meilleur pour AIR FRANCE, on a été chercher…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est bien le chiffre ?

ELISABETH BORNE
Avec les variables, les compléments…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Plus de quatre millions d'euros par an, oui…

ELISABETH BORNE
Voilà. Donc on a été chercher un des meilleurs professionnels au monde…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il devrait jouer au Paris Saint-Germain…

ELISABETH BORNE
Qui est optimiste sur l'avenir de la compagnie, qui pense qu'AIR FRANCE a beaucoup de compétences, que c'est une marque qui est connue partout dans le monde, et qui veut porter un projet de développement, il va évidemment rencontrer les syndicats, et j'espère que tout le monde va bien porter ce projet de développement d'AIR FRANCE.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que l'Etat va se maintenir au capital d'ADP ?

ELISABETH BORNE
La question ne se pose pas aujourd'hui, on a d'abord un projet stratégique qui va être élaboré par Ben SMITH, qui arrive aujourd'hui, on verra plus tard si c'est intéressant ou non, et voilà, l'urgence du moment, c'est un projet stratégique…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Un jour, l'Etat pourrait se retirer du capital d'AIR FRANCE ?

ELISABETH BORNE
Vous savez, on n'est pas, par principe, dans une compagnie, ce n'est pas un sujet tabou…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'est pas un sujet tabou, donc c'est possible ?

ELISABETH BORNE
Non, ce n'est pas un sujet tabou…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'et possible que l'Etat se retire du capital d'AIR FRANCE ?

ELISABETH BORNE
Vous savez, on est présent aujourd'hui à un peu plus de 13 % dans le capital d'AIR FRANCE, il y a d'autres actionnaires…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je sais…

ELISABETH BORNE
Il y a des alliances qui ont été nouées avec des compagnies américaines, chinoises, enfin, vraiment, moi, ma préoccupation, c‘est qu'est-ce qui est bon pour l'avenir d'AIR FRANCE. Comment on fait tous ensemble que la compagnie se développe…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc ce n'est pas à écarter…

ELISABETH BORNE
Ça n'est pas un sujet tabou, non, non.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci beaucoup, Elisabeth BORNE, d'être venue nous voir ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 25 septembre 2018

Rechercher