Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à Europe 1 le 21 septembre 2018, sur le plan Vélo, les trottinettes, la fiscalité des carburants et l'annonce par le ministre de l'Intérieur de son prochain départ du gouvernement. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à Europe 1 le 21 septembre 2018, sur le plan Vélo, les trottinettes, la fiscalité des carburants et l'annonce par le ministre de l'Intérieur de son prochain départ du gouvernement.

Personnalité, fonction : BORNE Elisabeth, CRESPO-MARA Audrey.

FRANCE. Ministre des transports;

ti : NIKOS ALIAGAS
Elisabeth BORNE, ministre des Transports, est l'invitée d'Audrey CRESPO-MARA, ce matin sur Europe 1.

AUDREY CRESPO-MARA
Bonjour Elisabeth BORNE.

ELISABETH BORNE
Bonjour.

AUDREY CRESPO-MARA
Ces jours-ci vous multipliez les déplacements en régions pour expliquer votre action : Paris ce matin, Bordeaux tout à l'heure, les Hautes-Alpes samedi, Marseille jeudi prochain. Comment se déplace la ministre des Transports ?

ELISABETH BORNE
Alors, en train la plupart du temps, parfois il m'arrive aussi de prendre l'avion, mais évidemment on promeut une mobilité écologique et donc je me l'applique dans la mesure du possible à moi-même.

AUDREY CRESPO-MARA
Et par exemple ce matin vous êtes venue comment ? En vélo pour montrer le bon exemple ou en voiture avec gyrophare ?

ELISABETH BORNE
Avec ce beau temps de ce matin sur Paris, non je ne suis pas venue en vélo, mais c'est effectivement un sujet important et vous savez qu'on est très engagé, avec le Premier ministre on a annoncé un Plan vélo vendredi dernier.

AUDREY CRESPO-MARA
Alors justement, voilà, pour nos auditeurs il pleut à Paris en ce moment, mais comment convaincre de prendre son vélo quand il pleut, quand on a un ordinateur à transporter, quand on doit emmener ses enfants à l'école ou encore quand sa ville comme Marseille n'est pas aussi plate que les Pays-Bas ?

ELISABETH BORNE
Alors l'objectif c'est vraiment que le vélo soit considéré comme un mode de déplacement à part entière. Vous savez que près de 50 %…

AUDREY CRESPO-MARA
Ça devient vite compliqué, ce matin par exemple il pleut, on n'a pas envie de le prendre.

ELISABETH BORNE
Quand il pleut, c'est bien d'avoir d'autres solutions et c'est ça la mobilité aujourd'hui, c'est de pouvoir passer facilement du vélo un jour, aux transports en commun le lendemain, à l'auto-partage. Ça sera tout le sens de la loi d'orientation des mobilités que je présenterai prochainement, mais en tout cas faire du vélo un mode de déplacement à part entière, tripler la part du vélo dans les déplacements, c'est le projet qu'on a présenté vendredi dernier avec beaucoup de mesures pour avoir des pistes cyclables sécurisées, pour lutter contre le vol, pour…

AUDREY CRESPO-MARA
Parce que les cyclistes sont en insécurité aujourd'hui.

ELISABETH BORNE
Ecoutez, on est reparti, ça fait un travail d'un an avec les associations de vélos, et on a pris chacun des sujets qui freinent l'utilisation du vélo. Il y a effectivement la sécurité, le vol, aussi que ce soit reconnu par les employeurs comme un mode de déplacement, et qu'ils puissent donner un forfait mobilité jusqu'à 400 €, sans charge et sans fiscalité pour les salariés, et puis aussi la culture vélo, c'est l'apprentissage du vélo à l'école d'ici 2022. On va généraliser le savoir rouler à l'entrée en 6ème.

AUDREY CRESPO-MARA
Vous saluez donc les initiatives prises par Anne HIDALGO ces dernières années ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, il y a beaucoup d'élus qui s'engagent, mais l'Etat a voulu aussi prendre sa part pour promouvoir le vélo et notamment il y a un fonds vélo qui va être mis en place, de 350 millions d'euros, pour accompagner les villes qui parfois ont des coupures dans les pistes cyclables, des voies ferrées au milieu des pistes cyclables qu'il faut franchir, donc créer des passerelles, c'est pour ça qu'on va accompagner les villes qui veulent développer le vélo.

AUDREY CRESPO-MARA
Elisabeth BORNE, se termine la semaine européenne de la mobilité, où l'on a parlé transport et pollution et vous avez annoncé une augmentation des prix des carburants cette année, diesel + 7 centimes, essence + 4 centimes, vous êtes sûre que l'argument écologiste fera passer la note ?

ELISABETH BORNE
Alors, ce n'est pas une annonce de cette semaine, dès le début du quinquennat on a annoncé ce choix qui est d'avoir une fiscalité écologique, c'est-à-dire qu'on baisse les impôts sur le travail et on augmente les impôts sur ce qui pollue. Et on est bien conscient que ce choix il peut poser des difficultés à certains Français, notamment ceux…

AUDREY CRESPO-MARA
C'est punitif pour le coup.

ELISABETH BORNE
Notamment ceux qui sont éloignés des centres villes et qui doivent prendre leur voiture tous les jours pour se déplacer, donc du coup on les accompagne.

AUDREY CRESPO-MARA
Justement, que dites-vous, vous dites les gens ne doivent pas être prisonniers de leur voiture. Que répondez-vous à ce type de messages laissés sur votre compte Twitter : « Je fais 122 km par jour pour toucher le SMIC. Arrive un moment où je ne pourrai plus aller travailler » ou encore « S'il vous plaît, n'augmentez pas les taxes sur les carburants, pensez aux personnes de province qui ont leur voiture comme seul moyen de se déplacer » ?

ELISABETH BORNE
On ne vit pas dans une bulle, et moi je suis bien consciente de ces situations, la hausse des prix ces derniers mois c'est aussi beaucoup, l'augmentation du cours du Baril, mais on a cette fiscalité qu'on assume, en accompagnant les Français par exemple pour qu'ils puissent changer de voiture. Vous savez que les voitures aujourd'hui, elles consomment un tiers de carburant de moins qu'il y a 20 ans, et donc la prime à la conversion ça aide chaque Français à avoir un véhicule qui consomme moins et qui pollue moins, et c'est un grand succès, 170 000 dossiers déposés depuis le début de l'année et donc ça va permettre effectivement d'avoir des véhicules qui consomment moins.

AUDREY CRESPO-MARA
Ce n'est pas tout le monde qui n'a qu'à traverser la rue pour aller travailler.

AUDREY CRESPO-MARA
Elisabeth BORNE, on a parlé du Plan vélo. Comptez-vous présenter un plan trottinette électrique ? Ce nouveau mode de transport envahi rues et trottoirs des grandes villes et pose de nombreux problèmes, certaines trafiquées roulent à plus de 40 km/h, alors multiplication des accidents. Par exemple doivent-elles rouler sur les trottoirs ou sur les routes ?

ELISABETH BORNE
Alors, je ne vais pas présenter un plan trottinette, mais je pense que c'est un bon exemple de toutes les nouvelles solutions qui se développent, qui peuvent avoir beaucoup d'avantages, ensuite il faut effectivement qu'on puisse continuer à se déplacer en sécurité sur les trottoirs, donc dans la loi que je présenterai fin octobre, on n'adaptera aussi le Code de la route pour dire que ces engins électriques, qui peuvent aller très vite, comme vous le dites, ne doivent pas être sur les trottoirs, doivent être sur la chaussée ou sur les pistes cyclables. Ensuite les maires pourront adapter en fonction des situations locales.

AUDREY CRESPO-MARA
Le maire adjoint chargé des transports à Paris demande à l'Etat, donc à vous, la création d'un permis spécial pour les trottinettes. Vous lui répondez quoi ?

ELISABETH BORNE
Je pense qu'on ne va pas aller dans ce sens-là, mais par contre on va clarifier le fait que les trottoirs c'est d'abord pour les piétons, y compris pour les personnes fragiles qui doivent pouvoir les utiliser sereinement, donc les trottinettes ça sera sur les pistes cyclables ou sur la chaussée.

AUDREY CRESPO-MARA
Et est-ce que comme le PDG d'Uber, convaincu que la trottinette est l'avenir du transport en ville, alors il va lancer un service de location de trottinettes en Californie, vous croyez que la trottinette c'est l'avenir du transport en ville ?

ELISABETH BORNE
Alors vous savez, on n'est pas aux Etats-Unis, nous on a aussi des transports en commun qui marchent, enfin qui sont très puissants, où il y a beaucoup d'offres de transports en commun, mais c'est bien toutes ces solutions qui peuvent faciliter la vie, à condition qu'on permette de passer facilement de l'un à l'autre, et c'est tout le travail que moi je fais avec les élus, pour aider à pouvoir partir en vélo, avoir un garage sécurisé pour son vélo dans une gare, pouvoir prendre son train et terminer en auto-partage par exemple.

AUDREY CRESPO-MARA
Elisabeth BORNE, à propos de mobilité, celle de Gérard COLLOMB qui annonce son départ de son poste de ministre de l'Intérieur pour Lyon, après les européennes, cette mobilité-là, le gouvernement s'en serait bien passé non ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, je crois que c'était un mystère pour personne que Gérard COLLOMB est passionné par Lyon…

AUDREY CRESPO-MARA
Pas par l'Intérieur ?

ELISABETH BORNE
Il est aussi au travail aujourd'hui, il est pleinement ministre de l'Intérieur et dont plus moment venu, je crois que ce n'est pas une vraie surprise, il sera effectivement candidat à la mairie de Lyon.

AUDREY CRESPO-MARA
Mais annoncer son futur départ comme ça, à un moment aussi délicat pour Emmanuel MACRON, c'est quoi, c'est un signal d'alarme ? On quitte le navire ?

ELISABETH BORNE
Ce n'est pas une vraie surprise, je pense que chacun imaginait que Gérard COLLOMB souhaiterait repartir pour les municipales à Lyon. Voilà il a posé les choses et aujourd'hui il est pleinement ministre de l'Intérieur, je peux vous l'assurer.

AUDREY CRESPO-MARA
Mais qu'il parte en pleine tempête.

ELISABETH BORNE
Il est pleinement ministre de l'Intérieur, on travaille sur beaucoup de sujets ensemble, je peux vous confirmer qu'il est totalement à sa tâche.

AUDREY CRESPO-MARA
Vous répétez la même phrase, pour ne pas vraiment répondre finalement. Entre nous, quitter le navire, vous feriez ça vous ?

ELISABETH BORNE
Je crois qu'on est tous, dans l'équipe du gouvernement, vraiment au travail, on porte beaucoup de réformes. La loi Pacte qui est présentée par Bruno LE MAIRE actuellement à l'Assemblée nationale, vous savez qu'il y a une discussion avec les partenaires sociaux sur l'assurance chômage et moi je porterai dans les prochaines semaines une loi qui me tient vraiment à coeur, la loi d'orientation des mobilités, parce que c'est un sujet très important pour tous les Français et qu'on doit trouver des nouveaux ou des nouvelles solutions donner des nouveaux outils aux maires pour améliorer la mobilité au quotidien des Français.

AUDREY CRESPO-MARA
Vous avez oublié ma question en route : quitter le navire, vous feriez ça vous ?

ELISABETH BORNE
Moi je crois que je suis à mon poste et je suis très heureuse d'y être, parce que j'ai des très beaux projets, dont je pense qu'ils seront très utiles aux Français.

AUDREY CRESPO-MARA
Merci beaucoup Elisabeth BORNE.

NIKOS ALIAGAS
Vogue le bateau sur Europe 1. Audrey CRESPO-MARA, pour « L'interview politique de la matinale », c'est tous les jours à 08h15. Et notez que Marine LE PEN sera l'invitée du Grand Rendez-vous Europe 1 Cnews Les Echos dimanche dès 10h00 en direct sur notre antenne.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 27 septembre 2018

Rechercher