Interview de M. Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires, avec Sud Radio le 21 septembre 2018, sur la fiscalité et les retraités, la demande par les juges d'une expertise psychiatrique pour Marine Le Pen, la commission d'enquête du Sénat concernant l'affaire du chargé de mission de l'Elysée et sur la politique du logement. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires, avec Sud Radio le 21 septembre 2018, sur la fiscalité et les retraités, la demande par les juges d'une expertise psychiatrique pour Marine Le Pen, la commission d'enquête du Sénat concernant l'affaire du chargé de mission de l'Elysée et sur la politique du logement.

Personnalité, fonction : DENORMANDIE Julien, ROGER Patrick.

FRANCE. Secrétaire d'Etat;

ti :

CECILE DE MENIBUS
Il est 7h43, merci d'être avec nous dans le Grand matin Sud Radio et ce matin nous accueillons Julien DENORMANDIE, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, bonjour.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

PATRICK ROGER
Bonjour Julien DENORMANDIE. On va parler de votre plan de construction de logements Elan dans un instant, avant cela deux - trois questions d'actualité. L'opération reconquête des retraités lancée par Edouard PHILIPPE hier, le Gouvernement, le Gouvernement qui a retenu la leçon justement, ce geste fiscal pour 300.000 d'entre eux au lieu de 200.000 ?

JULIEN DENORMANDIE
Il faut toujours entendre les demandes, les impatiences, parfois les critiques - et c'est tout à fait normal - et le Premier ministre hier a insisté sur un point qui moi me paraît fondamental c'est que ce Gouvernement souhaite significativement améliorer la situation des retraités, parce que vous savez on parle de la CSG, ce fameux texte qui augmente cet impôt, mais enfin en parallèle de ça - et on ne le dit jamais au même moment - tous les retraités vont voir leur taxe d'habitation disparaître au fur et à mesure…

PATRICK ROGER
Vous l'avez dit, ils vont voir.

JULIEN DENORMANDIE
Oui ça va commencer, la première tranche commence là dès les toutes prochaines semaines avec la prochaine taxe d'habitation, en moyenne c'est 200 euros de moins par taxe d'habitation là dans les toutes prochaines semaines dès lors qu'on va chacun recevoir notre taxe d'habitation et ça va progressivement continuer pour d'ici 2020 à 2021 ne plus avoir du tout de taxe d'habitation, donc c'est un vrai gain de pouvoir d'achat.…

PATRICK ROGER
Oui, mais vous avez vu la revalorisation et l'indexation par rapport à l'inflation des retraites quand même n'est pas au même niveau, donc il va y avoir une perte d'un autre côté ?

JULIEN DENORMANDIE
Moi j'assume toute notre politique qui est fondamentalement tournée vers le financement et la revalorisation du travail, c'est le choix politique qu'on fait, ce choix politique consiste à dire qu'effectivement on augmente un certain nombre de points - notamment la - CSG mais, en contrepartie, pourquoi on fait cela ?

PATRICK ROGER
Oui.

JULIEN DENORMANDIE
Pourquoi on fait cela ? Et c'est ça qu'il faut bien comprendre, parce que cela nous permet de diminuer fortement les cotisations sociales dites salariales, c'est à dire les cotisations que payent les salariés ; Et pourquoi ? Tout simplement parce qu'au coeur de notre projet politique on a mis le travail, on veut faire en sorte que les gens retrouvent le chemin du travail quand ils n'en ont pas et que le travail puisse payer mieux, c'est ça qui est important, c'est le travail, parce que c'est comme ça que pour relancer une économie, c'est comme ça que vous sortez de situations parfois précaires.

PATRICK ROGER
Julien DENORMANDIE que pensez-vous de la demande d'expertise psychiatrique pour Marine LE PEN pour son tweet qui comportait des victimes de Daesh ?

JULIEN DENORMANDIE
Je suis sûr que vous le comprendrez, je ne peux pas m'exprimer moi en tant que membre du Gouvernement sur la décision de justice, je n'en ai pas la possibilité parce que c'est la séparation des pouvoirs entre un exécutif et un pouvoir judiciaire, donc je ne peux pas m'exprimer sur le contenu de cette décision de justice. En revanche, moi il y a une réaction de Marine LE PEN que je trouve très choquante c'est le message qu'elle publie juste après et qui laisserait sous-entendre que notre justice n'est pas impartiale…

PATRICK ROGER
Elle dénonce le psychiatrisme de l'adversaire, la psychiatrisation de l'adversaire, grosso modo la porte ouverte à un totalitarisme.

JULIEN DENORMANDIE
Exactement ! Et donc elle sous-entend que notre justice ne serait pas impartiale et, ça, c'est extrêmement choquant et extrêmement dangereux. Pourquoi ? Parce qu'il ne faut pas oublier que Marine LE PEN elle a porté les couleurs de son mouvement politique pour être Présidente de la République, quand vous êtes Présidente de la République vous avez une mission qui consiste à toujours être le garant de la séparation des pouvoirs entre le politique et entre la justice, cette séparation c'est le Président de la République qui en est le garant et donc quand vous voyez une personne qui a candidaté pour occuper ces fonctions-là et qui sous-entend aujourd'hui que la justice ne serait pas impartiale, ça, c'est profondément choquant et je pense que ça en dit long sur la personnalité de Marine LE PEN..

PATRICK ROGER
Oui. Mais quand même on peut quelque part la comprendre, une demande d'expertise psychiatrique parce qu'elle a fait ce tweet où elle répondait à une attaque puisqu'on comparaît le Front national à Daesh, elle a dit : « voilà ce que c'est Daesh » et elle a publié une photo, non mais ça on peut le comprendre non ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais ça c'est une décision de justice, encore une fois je ne peux la commenter, mais surtout la justice elle n'a pas pris cette décision que pour Marine LE PEN - c'est des décisions qu'elle prend – et, que vous soyez un responsable politique ou pas un responsable politique, la justice est la même pour tout le monde, c'est aussi une règle d'égalité et c'est bien normal.

PATRICK ROGER
Oui, tout de même c'est choquant ça, dans l'opinion ça a du mal quand même à passer en fait ce matin.

JULIEN DENORMANDIE
Mais encore une fois moi ce que je trouve plus choquant c'est que suite à cela, quelle que soit la décision, quelle que soit la perception qu'en fait Marine LE PEN, c'est qu'elle puisse sous-entendre que notre justice ne serait pas impartiale, ceci est proprement pas à la hauteur de quelqu'un qui prétend occuper les fonctions de Présidente de la République...

PATRICK ROGER
Oui, c'est vrai.

JULIEN DENORMANDIE
Où elle devrait être là le garant de ces séparations.

PATRICK ROGER
Oui, séparation des pouvoirs Julien DENORMANDIE, donc on vous suit. C'était la même chose le coup de fil d'Emmanuel MACRON à Gérard LARCHER, alors, la séparation des pouvoirs ?

JULIEN DENORMANDIE
Vous savez moi j'ai entendu tout et son contraire là-dessus, c'est-à-dire que vous revenez sur quelque chose qui est ce qu'on appelle l'affaire Benalla, moi l'affaire Benalla – je vais être très franc avec vous - je ne serai pas de ceux qui allaient alimenter la saison 2 Benalla, Benalla on en a beaucoup trop parlé, beaucoup, beaucoup trop. Est-ce que certains ont politisé cette affaire ? Oui, de manière évidente. Est-ce que le Parlement a pu faire son boulot ? Oui, de manière évidente. Est-ce que la justice aujourd'hui est saisie ? Oui.

PATRICK ROGER
Oui, mais Jean-Pierre SUEUR hier matin à ce micro a dénoncé les pressions du Gouvernement.

JULIEN DENORMANDIE
Mais pas du tout, je veux dire l'Elysée et le Président de la République lui-même a fait en sorte que tous ses collaborateurs qui le nécessitait aient pu être entendus par cette commission d'enquête parlementaire, donc arrêtons un moment. Encore une fois moi je ne rentrerai pas dans la saison 2 de Benalla, on en a beaucoup trop fait et, au moment où – et ça je pense qu'il faut que tout le monde le réalise - au moment où en juillet dernier les oppositions politiques, notamment les députés, faisaient de mascarades, des scandales de cette affaire Benalla, vous savez de quoi on parlait à l'Assemblée, où les oppositions faisaient des obstructions ? Eh bien de la réforme constitutionnelle, de la réforme de la formation professionnelle, comment choisir son avenir professionnel, du logement que moi je portais au Sénat. Est-ce que vous avez entendu à ce moment-là les oppositions parler…

PATRICK ROGER
Ah ! Non, tout a été noyé.

JULIEN DENORMANDIE
De ces sujets ?

PATRICK ROGER
Bien sûr.

JULIEN DENORMANDIE
Y compris dans les motions de censure, y compris dans les motions de censure, moi je pense que ça n'est pas à la hauteur d'une belle démocratie de parler uniquement d'affaires que les oppositions essaient de faire monter et non des sujets de fond comme la formation professionnelle qui est oh combien importante.

PATRICK ROGER
Alors venons-en à votre loi Elan, un acronyme pour montrer une volonté de donner un coup de booster au secteur du logement. Premier point, Stéphane BERN avait alerté sur une destruction de quartiers entiers sans respect du patrimoine avec votre loi, quelles sont les garanties que vous lui donnez aujourd'hui ?

JULIEN DENORMANDIE
Je pense qu'il y a eu une incompréhension, je peux être très clair…

PATRICK ROGER
C'est vrai ?

JULIEN DENORMANDIE
Je pense qu'il y a eu une incompréhension, les garanties elles sont totales. Dans la loi, on facilite uniquement deux choses : c'est de pouvoir lutter contre l'habitat dit insalubre, vous savez quand vous avez des immeubles habités - et je dis bien habités, pas des monuments historiques visités, des immeubles habités dans lesquels vous avez des personnes en détresse - aujourd'hui il faut pouvoir réparer rapidement ces habitations ; et le deuxième point, on prend des mesures pour faciliter drastiquement la mise en oeuvre du numérique et de la téléphonie mobile pour pouvoir installer les antennes ou autres plus facilement aujourd'hui parce que tous ceux qui nous écoutent le savent bien le numérique et la téléphonie mobile ça n'est pas un luxe, c'est un droit.

PATRICK ROGER
Quand même les architectes des bâtiments de France seront toujours consultés, mais avec moins de pouvoirs, c'est ça ?

JULIEN DENORMANDIE
Les architectes seront toujours consultés sur l'immense... enfin sur tous les projets, sur tous les projets, et uniquement pour les deux cas que je viens d'indiquer leur avis ne sera plus dit conforme, c'est-à-dire que sera simplement un avis simple, c'est-à-dire qu'à la fin le maître mot reviendra au maître…

PATRICK ROGER
Ils avaient trop de pouvoirs un peu ?

JULIEN DENORMANDIE
Ça n'est pas une question de trop de pouvoirs, c'est que parfois quand il s'agissait de mettre en sécurité des gens ou quand il s'agit de pouvoir apporter le téléphone dans des zones où il y en a pas - et c'est un grand service qu'on rend à la population - il faut pouvoir agir rapidement parce qu'il y a urgence, c'est ce qu'on fait.

PATRICK ROGER
Quel est votre objectif de construction de logements neufs par an ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est très compliqué d'avoir un objectif chiffré, très compliqué, ce qui est sûr…

PATRICK ROGER
Oui, mais quand même une fourchette.

JULIEN DENORMANDIE
Non, parce que je vais expliquer pourquoi, aujourd'hui on a un manque énorme de logements, énorme, et donc certains disent : « il faut en construire 500.000 par an », aujourd'hui on en est environ 400.000, très certainement il faut au moins en construire autant, voire plus, donc moi mon boulot ça été de faire en sorte par cette loi de faciliter l'acte de construction, de le faciliter avec des mesures radicales, des mesures fortes pour pouvoir atteindre le plus haut niveau possible de construction dans les zones qui le nécessitent et en parallèle, dans d'autres zones, de rénover le bâti qui est aussi un enjeu important.

PATRICK ROGER
Il y a énormément de choses dans votre loi, on ne va pas tout détailler ce matin, mais sur l'encadrement des loyers par exemple quelle est votre position ?

JULIEN DENORMANDIE
Une position très pragmatique, en fait l'encadrement des loyers aujourd'hui ça existé parce que ça été à Paris et Lille et on n'a pas suffisamment de recul pour savoir si ça marche ou pas, ce qui est sûr c'est qu'il y a un vrai problème : les loyers y sont trop chers, donc il faut voir comment on peut limiter les loyers, c'est parce qu'on va construire plus évidemment, c'est aussi parce qu'on va réussir à construire mieux et moins cher. Est-ce que l'encadrement des loyers c'est nécessaire ? A ce stade je ne sais pas, mais ce que je sais c'est qu'il faut mener l'expérimentation jusqu'au bout pour déterminer si oui ou non ça marche.

PATRICK ROGER
Oui.

JULIEN DENORMANDIE
Si ça marche on continuera, si ça ne marche pas on arrêtera, et donc par la loi on va pouvoir aller au bout de cette expérimentation de l'encadrement des loyers.

PATRICK ROGER
Construire mieux et moins cher c'est pour ça aussi que vous baissez un peu le pourcentage de logements accessibles aux handicapés, il sera aux environs de 30 % ?

JULIEN DENORMANDIE
Aujourd'hui on va passer à100 % de logements dits évolutifs, ce n'est pas pour des raisons de coût, c'est juste parce que le logement il doit accompagner l'occupant tout au long de sa vie, le handicap dans 8 cas sur 10 vous le subissez à un moment de votre vie - c'est un handicap qui apparaît à un moment de votre vie – ce qu'on fait c'est que demain les logements ils seront très facilement modulables pour pouvoir s'adapter au handicap que malheureusement vous pourriez subir.

PATRICK ROGER
Oui. Julien DENORMANDIE, le mot de la fin avec Cécile DE MENIBUS.

CECILE DE MENIBUS
Vous êtes un très proche d'Emmanuel MACRON, vous faites partie de ses confidents, dans un septembre un peu brumeux comment va-t-il, est-ce qu'il est agacé, est-ce qu'il est dans le doute, est-ce qu‘il est fâché ou embêté de tous ces départs, il est dans quel état d'esprit ?

JULIEN DENORMANDIE
Je reviens sur ce que vous dites, sur ce que vous avez dit tout à l'heure sur le doute – parce que l'un de vos chroniqueurs ou auditeurs mettait en avant cela, il y a une écoute, une écoute de toutes les impatiences – on en a parlé sur les retraités à l'instant – mais il y a un cap qui est très clair et le Président de la République il n'en déviera pas de ce cap, le cap c'est un projet politique où on a mis le travail au centre de tout, donc toutes nos politiques sont tournées pour faciliter la création de nouveaux boulots et faciliter…

CECILE DE MENIBUS
Ça veut dire que là rien ne l'atteint aujourd'hui ?

JULIEN DENORMANDIE
Encore une fois…

CECILE DE MENIBUS
Humainement ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, encore une fois il est dans l'écoute et les décisions prises hier sur les retraités en témoignent bien, il est dans l'écoute, mais il a un cap et vous savez quand vous avez un projet politique la pire des choses ce serait de varier de cap, il faut écouter mais il faut maintenir ce cap et ce cap il est très clair c'est le travail.

PATRICK ROGER
Merci Julien DENORMANDIE.

CECILE DE MENIBUS
Et nous avons un invité surprise.

PATRICK ROGER
Ah !

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.

ELIE SEMOUN, DANS SON ROLE DE TOUFIX
Oui bonjour, Toufix SEMOUN de la cité Kev Adams, il a changé Gérard LENORMAND. Julien, en tant que…

JULIEN DENORMANDIE
Avec un pull.

ELIE SEMOUN, DANS SON ROLE DE TOUFIX
Oui je sais, mais c'est la première fois que je te vois. En tant que Macron boy 2 : 0, je l'ai maté en 2X2 ton projet de loi sur le logement social, putain c'est chaud, un an à débattre sur un élan, elle doit super forte la wide (phon) que vous fumez au conseil des ministres ? Voici ma question : comme tu as l'air d'être très impliqué dans tes missions façon premier de la classe, autant pour le logement social que pour biberonner ton dernier-né là, est-ce que tu pourras t'occuper de placer Gérard COLLOMB en Ehpad quand il aura quitté le Gouvernement à la fin du week-end ?

JULIEN DENORMANDIE
Il s'avère que je me donne le droit de ne pas répondre parce que je vais passer la soirée avec Gérard COLLOMB, je me déplace à Lyon toute la journée…

ELIE SEMOUN, DANS SON ROLE DE TOUFIX
Ah ! Ouais, ouais là t'es mal.

JULIEN DENORMANDIE
Donc si j'ai un propos déplacé alors que je vais passer la journée avec lui, ça risque de mal se passer.

PATRICK ROGER
Merci Julien DENORMANDIE, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires…

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 27 septembre 2018

Rechercher