Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à RMC le 15 octobre 2018, sur l'accompagnement et l'accueil des enfants handicapés à l'école. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à RMC le 15 octobre 2018, sur l'accompagnement et l'accueil des enfants handicapés à l'école.

Personnalité, fonction : CLUZEL Sophie, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées;

ti :


JEAN-JACQUES BOURDIN
Sophie CLUZEL bonjour.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées. 340 000 élèves en situation de handicap dans nos écoles, sont-ils tous bien accompagnés ?

SOPHIE CLUZEL
Ils n'ont pas besoin tous d'être accompagné monsieur BOURDIN, seulement la moitié d'entre eux, 175 000, les autres font une vraie scolarisation, seuls, avec des adaptations techniques s'il le faut, mais seulement la moitié. Pour autant, cette moitié elle a besoin d'être bien accompagnée par des professionnels. Donc c'est ce à quoi nous travaillons.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc 175 000 ont besoin d'être bien accompagnés.

SOPHIE CLUZEL
Exactement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Sont-ils bien accompagnés ? Tous ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, ils sont…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Sont-ils d'abord tous accompagnés ?

SOPHIE CLUZEL
Ils sont tous bien accompagnés, pour certains encore non, je le dis…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah, donc ils ne sont pas tous accompagnés.

SOPHIE CLUZEL
Non, mais ils sont tous bien accompagnés, pas forcément par l'accompagnant qui n'est peut-être pas là encore, mais par des enseignants motivés, par des dispositifs collectifs, monsieur BOURDIN, parce que des ULIS, des Unités Localisées d'Inclusion Scolaire sont à leur disposition aussi, cela progresse. Il y a encore des perfections, certes, mais nous y travaillons avec Jean-Michel BLANQUER puisque nous avons une concertation…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien manque-t-il d'accompagnants ?

SOPHIE CLUZEL
Parce que nous avons une concertation le 22 octobre pour travailler justement avec ces accompagnants, pour pouvoir les déprécariser financièrement, parce que c'est un vrai sujet, le salaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien gagnent-ils ?

SOPHIE CLUZEL
Ils gagnent peut-être quelques fois 600, 700, 800, ça dépend s'ils ont des temps partiels. Donc le vrai sujet est que le temps école ne suffit pas à pouvoir payer correctement un accompagnant parce qu'il ne fait pas 35 heures. Donc le vrai sujet, et c'est ce à quoi nous nous employons avec Jean-Michel BLANQUER, c'est de travailler sur le temps périscolaire, parce qu'il y a de quoi faire un vrai métier d'accompagnant.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, mais parce que l'accompagnant, il est accompagnant à l'école, mais il peut être accompagnant en dehors de l'école.

SOPHIE CLUZEL
Exactement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'il doit être payé par l'Education nationale.

SOPHIE CLUZEL
Non, Education nationale sur le temps scolaire et les mairies sur le temps périscolaire, à chacun ses compétences, à chacun sa responsabilité, monsieur BOURDIN, c'est ça l'important, et c'est ce à quoi nous nous employons avec Jean-Michel BLANQUER, avec le plan mercredi, c'est déjà en route, le clan mercredi justement pour pouvoir permettre aux enfants handicapés qui ont besoin d'être accompagnés, d'aller au temps périscolaire, c'est ça que les familles veulent, c'est un vrai parcours, c'est que leurs enfants aillent à l'école, aillent à la cantine, aillent au centre de loisirs, et s'il a besoin d'être accompagné, d'être bien accompagné, et c'est ce que nous faisons déjà.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pourquoi avoir rejeté cette proposition de loi Les Républicains ? Pourquoi ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, je salue le travail de monsieur PRADIE, aucun problème, il n'y a rien d'innovant, le statut nous l'avons déjà, c'est le statut AESH. Monsieur BOURDIN, quand nous sommes arrivés au gouvernement, deux tiers des emplois d'accompagnant étaient en emplois aidés, précaires, qui s'arrêtaient au milieu de l'année, qui mettaient dans l'embarras, et la famille, et l'accompagnant. Aujourd'hui, 18 mois après, seulement un tiers sont en contrats aidés, et en 2019 et 2020, ils seront tous en contrat AESH. Donc la proposition de loi, elle prévoyait ça, nous l'avons déjà, donc il n'y avait rien d'innovant dans cette proposition de loi.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'était pas la peine de rejeter tout de suite sans même discuter.

SOPHIE CLUZEL
Mais elle a été étudiée par l'ensemble de la majorité et du MoDem, elle n'apportait rien, donc ne perdons pas de temps à faire des lois qui n'apportent rien. Nous avons les lois qu'il nous faut. Aujourd'hui il nous faut exécuter ces lois et les mettre en action.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc c'était une polémique inutile de la part de François RUFFIN ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, ne me parlez pas monsieur RUFFIN, je suis très en colère contre lui. Se faire de la publicité sur le dos des enfants handicapés et de leurs accompagnants, c'est scandaleux, et là c'est non seulement la ministre mais c'est la mère d'une enfant handicapée qui vous parle, c'est scandaleux. Le lendemain il a fait sa vidéo en se vantant d'avoir fait son coup de pub. Vous ne l'avez peut-être pas vu monsieur BOURDIN, mais je vais vous raconter.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Si si, j'ai vu.

SOPHIE CLUZEL
Oui, c'est un coup de pub, oui le travail législatif c'est de la foutaise, mais le handicap ce n'est pas du cinéma monsieur BOURDIN, c'est sérieux ! C'est un domaine excessivement important la scolarisation des élèves handicapés, et un député ; pour moi ce n'est plus la France Insoumise, c'est la France Indigne, parce que se faire de la publicité sur le dos des enfants handicapés et des accompagnants alors qu'il ne connaît rien au sujet, c'est un scandale et je suis vraiment écoeurée.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, vous le dites ce matin, d'ailleurs il sera là tout à l'heure…

SOPHIE CLUZEL
Eh ben c'est très bien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
... et je lui poserai la question.

SOPHIE CLUZEL
Alors, arrêtez de lui faire de la publicité, parce que franchement il n'en vaut pas la peine.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Merci beaucoup Sophie CLUZEL d'être venue nous voir.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 octobre 2018

Rechercher