Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le Plan famille en faveur des militaires, à Poitiers le 18 octobre 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le Plan famille en faveur des militaires, à Poitiers le 18 octobre 2018.

Personnalité, fonction : PARLY Florence .

FRANCE. Ministre des armées

Circonstances : Visite du Régiment d'infanterie-chars de marine (RICM) dans le cadre du Plan Famille , Poitiers (Vienne) le 18 octobre 2018

ti :

Madame la Préfète,
Mesdames et messieurs les élus,
Général,
Colonel,
Officiers, sous-officiers, marsouins et personnels civils du Régiment d'Infanterie Chars de Marine,
Mesdames et messieurs, chères familles,


Le RICM est à l'image de nos Armées. Il est jeune, déterminé.

Il a connu les guerres, les sacrifices et aujourd'hui les espoirs du renouveau.

Il a connu le combat de l'oppression contre la Liberté. Il a défendu notre pays dans les plus dures des batailles. Il était là pour prendre le Fort de Douaumont en 1916. Il a combattu pour l'honneur de notre pays et aidé à libérer Toulon et Mulhouse. Il a été ensuite de tous les combats et je sais qu'il y sera encore demain.

Il a la France dans son sang et dans son âme. Il est prêt à tout, vous êtes prêts à tout pour que flotte l'étendard tricolore, pour que vivent nos valeurs et notre devise « Liberté – Egalité – Fraternité ».

Car aujourd'hui comme hier, le RICM s'engage pour notre pays. Sur notre territoire, je sais combien de patrouilles Sentinelle vous avez menées pour assurer la protection des Français au plus proche de leur quotidien. Je sais l'intensité de votre préparation opérationnelle. Je sais que dans quelques mois, la plupart d'entre vous partiront, projetés pour combattre le terrorisme à sa racine au Sahel, pour assurer la paix et la stabilité en Côte d'Ivoire, au Gabon, au Liban.

Ces déploiements sont l'essence même de votre engagement. Ils sont votre fierté, notre fierté. Ils sont ces moments, passionnants, où chaque geste compte, où chaque décision est clé. Ces moments où, chacun connaît sa mission et où avec vos frères d'armes, vous ne formez plus qu'un ensemble, prêt à agir, à combattre et à défendre notre pays.

Mais chacun ici sait également ce que représente un départ. Un départ en opérations, c'est aussi une famille qui reste en France. Ce sont des parents, des enfants, un être aimé, qui demeurent et attendent votre retour. C'est cette joie teintée d'anxiété en recevant un message. C'est le poids des jours qui passent, le temps qui se fait un peu plus long, le souvenir de vos voix, de vos rires. J'ai parlé avec beaucoup de familles, je sais votre courage, votre fierté, mais je sais aussi que ces absences pèsent sur vous. Je sais l'aide que vous apporte l'extraordinaire solidarité des familles du RICM. Je sais aussi combien le ministère des Armées doit être, pendant ce temps en particulier, un soutien, une aide, une épaule.


Officiers, sous-officiers, marsouins du Régiment d'Infanterie Chars de Marine,

Vous vous battez pour la France. Nous devons nous battre pour vous, nous battre pour vos familles. Vous consentez à des sacrifices pour notre pays, nous devons tout faire pour faciliter vos vies, leurs vies. Je veux saluer ici devant vous tous la mémoire de ceux qui sont tombés à Bouaké en 2004, en Afghanistan en 2011 mais aussi en Centrafrique en 2014. Je sais que certains des leurs, de leurs proches sont présents aujourd'hui. Je veux leur dire mon soutien, ma solidarité. Je veux vous dire que la France ne les oublie pas.

Car si j'ai accepté la mission que m'ont confié le Président de la République et le Premier ministre, de servir comme ministre des Armées, c'est animée par une ambition, par un objectif : changer la vie.

Changer vos vies. Améliorer vos conditions d'engagement, me battre pour vos quotidiens, pour ceux de vos familles.

Depuis un an et demi, j'ai donc décidé de placer l'humain au centre de toutes mes préoccupations. Vous êtes ceux qui acceptent de prendre tous les risques pour la France, vous êtes le guide de mon action.

Bien sûr, des choses avaient été faites, déjà. Bien sûr, nous n'avons pas découvert du jour au lendemain le poids des absences, l'anxiété d'une nouvelle, la crainte de ne pas trouver une place en crèche ou un logement.

Mais il fallait aller plus loin, plus vite, plus fort.

Il y a un an, j'ai donc lancé le Plan Famille. Ce Plan, ce sont 530 millions d'euros pour vous, pour vos familles. Ce sont des actions concrètes, surtout, vous deviez pouvoir en sentir tout de suite les effets.

Ce Plan, le Président de la République l'a demandé. J'ai souhaité consulter largement et le mettre en oeuvre rapidement. Je suis fière que toutes nos Armées, directions et services s'y soient tant investis.

Nous l'avons fait parce que nous vous le devons, parce que la République vous le doit.

Nous l'avons fait parce qu'après des années de restrictions, parfois vécues durement, il y avait urgence à agir.

Nous l'avons fait, enfin, forts de cette conviction que je me suis forgée, déplacement après déplacement, dans chaque rencontre, chaque discussion, avec vous, avec vos conjointes et vos conjoints : il n'y a pas de soldats forts sans familles heureuses.

Ce Plan doit vous aider à mieux vivre les absences opérationnelles, et 2019 sera une année exigeante pour le RICM. Ce Plan doit permettre de mieux vivre la mobilité, d'améliorer vos conditions de vie. Il doit permettre aux familles d'être au coeur de la vie de leur garnison, de ne plus faire qu'un corps, une communauté.

Et ma venue ici, à Poitiers, au RICM, n'est donc pas anodine. Le RICM est attaché à cette région qui le lui rend bien. Vous êtes ici, soudés, unis, solidaires. Vous montrez la puissance de la relation qui unit ceux qui servent pour la France et leurs familles. Vous montrez que c'est un soldat qu'on recrute, mais une famille entière qui s'engage. Et dans les moments de doute ou de douleur comme dans les instants de joies et de partage, vous savez pouvoir compter les uns sur les autres et vous connaissez la valeur inestimable de ce lien. Vous êtes ici, 1000 frères d'armes et autant de familles unies.

Mais je vous parle de mes engagements pour vous. Je vous parle de ce plan famille. Je vous parle d'agir et d'agir vite. Mais alors, qu'est-ce que cela signifie ?

Cela veut dire qu'en un an, 80% des mesures du Plan Famille ont été accomplies ou lancées. Cela signifie que partout en France, nous comptons 200 places en crèche supplémentaires, des affectations connues plus tôt. Ce sont des moyens supplémentaires pour les activités de cohésion, du wifi gratuit dans plus de régiments, dans plus de lieux de convivialité.

Ce Plan ce sont des mesures simples pour rendre le quotidien plus facile. L'e-social des Armées a été simplifié, un guide pour les blessé pratique et unique a été établi. Une aide peut être versée aux militaires récemment divorcés pour leur permettre de continuer à voir leur enfant.

Et ces mesures, à Poitiers aussi vous en sentez directement les effets. Le wifi gratuit a été mis en place, il couvre plus de 600 lits d'hébergement et votre foyer. Des conventions ont été signées avec un appart-hôtel pour que les militaires divorcés puissent accueillir plus facilement leurs enfants.

Je sais aussi combien les questions du logement et de l'hébergement préoccupent. J'ai décidé de m'en saisir pleinement et près d'ici des actions concrètes sont lancées.

Et quand on parle d'actions concrètes, je pense aussi aux idées nouvelles qui peuvent émerger et se greffer au Plan Famille. C'est le cas par exemple de cette convention que nous allons signer avec la SNCF et qui entrera en vigueur au 1er janvier 2019. C'est une avancée très concrète que j'ai le plaisir d'annoncer devant vous puisque désormais les familles pourront bénéficier de 30% de réduction sur tous les trains à réservation, même en l'absence du militaire.

Je veux un plan ancré dans le réel, j'aimerais citer une autre mesure : le kit enfant-mission. J'aurais l'occasion d'en remettre les premiers exemplaires tout à l'heure. Car quand un enfant se retrouve sans son père ou sa mère, parti en mission, il ne comprend pas toujours. Il a parfois du mal à appréhender et à vivre cette séparation. Ce petit kit que vous avez imaginé, mesdames, c'est un lien maintenu entre un parent et son enfant. C'est un supplément d'âme pour nos militaires, pour nos enfants, pour nos familles.

Ce Plan Famille, c'est l'affaire de tous. Car améliorer votre quotidien, celui de vos familles, c'est une nécessité, un impératif. C'est la condition pour des Armées fortes et respectées. Chacun a travaillé, apporté sa pierre à l'édifice. Nous allons maintenant continuer ce travail, l'amplifier encore et toujours. Ce plan n'est pas figé, il est appelé à évoluer, au fur et à mesure des besoins qui s'exprimeront, des idées nouvelles qui jailliront.

Je sais aussi qu'au-delà du Plan Famille, d'autres sujets vous préoccupent. Le nouveau système de soldes va bientôt voir le jour et une réforme des retraites est engagée. Je connais vos craintes. Je connais aussi les erreurs du passé. Ma détermination à défendre vos intérêts est totale. Je serai extrêmement vigilante et vous pouvez compter sur moi.

Vous êtes les boussoles de mon action, vous le resterez.

Vous êtes les soldats qui se battent pour notre pays. Personne ne l'oubliera.


Vive le Régiment d'Infanterie Chars de Marine !
Vive la République ! Vive la France !


Source https://www.defense.gouv.fr, le 19 octobre 2018

Rechercher