Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la coopération universitaire entre la France et le Burkina Faso, à Ouagadougou le 19 octobre 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la coopération universitaire entre la France et le Burkina Faso, à Ouagadougou le 19 octobre 2018.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Déplacement au Burkina Faso les 18 et 19 octobre ; inauguration de la Maison de l'innovation et de la jeunesse "La Ruche", à Ouagadougou le 19 octobre 2018

ti : Mon cher Alpha,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,


Je vais tenter le coup du discours en 180 secondes mais je ne suis pas sûr d'aboutir tant que je n'ai pas eu les conseils de Geneviève, mais je vais quand même vous dispenser du discours en 180 minutes.

Je voulais vous dire, à toi et à vous tous, Mesdames et Messieurs, le plaisir que j'ai d'être ici. Il est vrai que c'est la deuxième fois en un an. La première fois, c'était dans des conditions dramatiques, puisque c'était quelques jours après l'attentat qui avait été organisé contre l'état-major général des armées burkinabè et contre l'ambassade de France, c'est symbolique, à la même heure, en même temps, et qui, malheureusement, avait fait huit victimes. J'étais venu à la fois par égard pour l'ambassadeur, pour mon propre personnel, mais aussi par égard pour les autorités du Burkina Faso afin de marquer notre solidarité dans le combat contre le terrorisme, que vous venez d'ailleurs de reprendre, cher Alpha, dans votre propos.

Une des raisons de ma visite ici, c'est aussi de redire, de la part de la France et de la part du président Macron, combien nous sommes solidaires et disponibles. Solidaires dans le combat et disponibles dans l'action, pour faire en sorte que ce combat contre le terrorisme, qui est un combat commun, puisse donner des résultats.

Si la France soutient en particulier la Force conjointe du G5-Sahel, c'est bien sûr par partenariat mais aussi pour sa propre sécurité. La sécurité du Burkina Faso, c'est aussi la sécurité de la France. C'est pourquoi nous sommes dans ce combat commun qui sera toujours long, qui nécessitera de la ténacité, de l'innovation aussi dans nos actions et qui repose sur une confiance qui est la confiance entre votre gouvernement, le président Kaboré et le président Macron et notre relation très constructive dont nous avons, je crois, encore fait preuve ce matin dans les entretiens que nous avons eus et que nous aurons encore, dans un instant.

Mais c'est une atmosphère beaucoup plus positive aujourd'hui qu'au mois de mars dernier parce que je viens dans cette maison de la jeunesse et de l'innovation rendre compte des engagements pris par le président Macron lors de son discours au mois de novembre à l'université Ki-Zerbo. Il avait, à ce moment-là, vous l'avez rappelé, lancé l'idée de créer cette maison. Elle est là, elle permet de réunir dans un même lieu différents acteurs, différents opérateurs, pour permettre à la créativité de s'exprimer, à l'innovation d'être au rendez-vous, à l'imagination de provoquer des initiatives diverses.

Cette maison va donc accueillir à partir d'aujourd'hui France Volontaires - dont je suis heureux de saluer le président Godfrain - qui va recevoir chaque années 800 volontaires français dans des conditions privilégiées et sécurisées, Campus France dans l'espace ici pour accompagner des étudiants burkinabè dans leurs démarches en France, le Campus de l'innovation de l'institut de recherche pour le développement qui pourra développer ses activités de recherche et de capacité de fertilisation entre l'entreprenariat et l'innovation, et enfin Canal France international, l'agence française de coopération dans le domaine des médias qui s'installera de façon permanente au Burkina Faso et qui va continuer à soutenir la presse burkinabè dans ses initiatives et dans sa mission d'information.

L'originalité de La Ruche, c'est d'abord son nom. Vous avez évoqué le miel, j'évoquerais le bourdonnement qui fait qu'ici l'activité va être incessante et j'évoquerais aussi l'essaim à partir duquel beaucoup d'initiatives seront prises.

Il y aura ici un lieu original qui s'appelle le "tiers-lieu", c'est-à-dire un lieu de travail ouvert, dont la vocation est de faciliter les rencontres entre les organismes de recherche, les entreprises, les associations et aussi les étudiants, les innovateurs, les financeurs, les artistes, bref, un lieu d'expression et de création qui, j'en suis sûr, aura une capacité d'innovation considérable.

Enfin, cette maison offre à tous ses adhérents une connexion Internet haut débit par fibre optique dans le cadre d'un partenariat exceptionnel avec Orange Burkina - je tiens à remercier ici son directeur général, M. Haidara.

Je suis très heureux que nous soyons au rendez-vous des engagements du président de la République et je souhaite que La Ruche ait beaucoup d'avenir, qu'elle soit le début d'une longue histoire nouvelle dans le domaine universitaire entre le Burkina Faso et la France, mais qu'elle soit surtout marquée par la jeunesse qui avance, la jeunesse qui invente, la jeunesse qui trouvera ici un nouveau terrain de jeu que je suis heureux de pouvoir inaugurer avec toi, mon cher Alpha. En tout cas, merci de cette disponibilité et, encore une nouvelle fois, vive l'amitié entre le Burkina Faso et la France. Merci.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 23 octobre 2018

Rechercher