Interview de M. Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, avec Radio Classique le 23 octobre 2018, sur les inondations dans l'Aude, le président de la République, la perquisition à la France Insoumise, la réforme des APL, le meurtre d'un journaliste saoudien, le glyphosate et sur la République en Marche. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, avec Radio Classique le 23 octobre 2018, sur les inondations dans l'Aude, le président de la République, la perquisition à la France Insoumise, la réforme des APL, le meurtre d'un journaliste saoudien, le glyphosate et sur la République en Marche.

Personnalité, fonction : DENORMANDIE Julien, DURAND Guillaume.

FRANCE. Ministre chargé de la ville et du logement;

ti :

GUILLAUME DURAND
Nous avons rendez-vous avec Julien DENORMANDIE, qui vient d'accéder après le remaniement, au ministère du Logement.

GUILLAUME DURAND
Deux pleins titres. Julien DENORMANDIE, bonjour.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

GUILLAUME DURAND
Dans Le Parisien de ce matin je lis que le président de la République est un peu fatigué. Vous avez peut-être vu cet article, en disant : il travaille tellement, il voyage tellement, qu'il serait un peu au bout du rouleau.

JULIEN DENORMANDIE
Non, il…

GUILLAUME DURAND
Après 534 jours d'exercice du pouvoir.

JULIEN DENORMANDIE
Non, je peux vous dire que je connais bien le président de la République, ça fait longtemps que je travaille avec lui, il a une très très très grande force de travail, une immense détermination.

GUILLAUME DURAND
Donc c'est de la fiction, donc, ce qu'il raconte.

JULIEN DENORMANDIE
C'est vrai que c'est quelqu'un qui ne dort pas forcément beaucoup, et donc ça peut interroger certains qui ont peut-être un peu plus besoin de sommeil, mais non, je vous confirme que nous avons un président de la République à la tâche, profondément déterminé, qui est dans l'action, et c'est vrai qu'il dépense beaucoup d'énergie, mais c'est l'une des caractéristiques qu'on lui connaît.

GUILLAUME DURAND
Il était dans l'Aude hier, on a débloqué 80 millions donc pour toutes les infrastructures qui sont hors assurances. Est-ce que c'est suffisant ?

JULIEN DENORMANDIE
Eh bien, en tout état de cause, c'est les besoins exprimés lorsque le président de la République est allé hier dans l'Aude. Il y est allé avec un discours de reconnaissance, un discours de soutien, des images très fortes que beaucoup ont vu, des échanges poignants avec la population, et je crois que le principal message du président de la République, a été justement d'être à côté de celles et ceux qui ont souffert, qui ont été endeuillés. Et puis il a annoncé une série de mesures, des mesures très concrètes, des fonds qui ont été libérés, vous l'avez mentionné, pour pouvoir accompagner les collectivités locales, les maires, le département, la région...

GUILLAUME DURAND
Oui, c'est ceux qui font faire les routes, enfin, toutes les infrastructures, qui ne sont pas remboursés par les assurances.

JULIEN DENORMANDIE
Exactement. De refaire les routes, les services publics, comme on dit, pour faire en sorte que, à cette situation exceptionnelle, un soutien exceptionnel de l'Etat puisse être apporté, et je crois que c'est véritablement ce qu'est en train de faire le gouvernement, d'être à la hauteur de l'attente de nos concitoyens.

GUILLAUME DURAND
Mais, est-ce que vous avez l'impression que ce déplacement, plus celui qui va donc avoir lieu concernant justement les cérémonies commémorant la guerre de 14, vont permettre de redresser l'image d'un président qui a fait des déplacements qui ont été, disons, des déplacements commentés, c'est le moins qu'on puisse dire, voire totalement critiqués, et est-ce que tout ça est pris en compte maintenant ? Il en a parlé lui-même.

JULIEN DENORMANDIE
Le président de la République, vous savez, c'est quelqu'un qui est profondément empathique, c'est quelqu'un qui est à l'écoute, c'est quelqu'un qui passe beaucoup de temps avec les Français lors de ses déplacements. Alors ici ou là vous avez une petite phrase qui est reprise, qui fait parfois débat, parfois n'est pas comprise, mais pourquoi il y a toutes ces scènes, toutes ces scènes de vie ? Eh bien tout simplement parce que vous avez un président de la République qui lors de ses déplacements, va vers la population, passe beaucoup de temps à discuter avec les Françaises et les Français, avec un vrai discours de vérité.

GUILLAUME DURAND
Mais hier, ça s'est bien passé, mais là je parle les Antilles, le braqueur qui en plus est condamné à la sortie, vous savez très bien que tout ça fait des dégâts politiques, d'ailleurs il l'a reconnu lui-même lors de l'intervention télévisée, qu'il y avait un problème actuellement entre lui et les Français.

JULIEN DENORMANDIE
Il a reconnu qu'il y avait parfois des phrases qui ont été incomprises, mais encore une fois vous citez des Antilles, vous reprenez une photo des Antilles, le déplacement à duré plusieurs jours, c'est des milliers de personnes avec qui le président de la République a discuté, a échangé, toujours dans cette caractéristique qui lui est propre et qui n'était pas forcément propres à ses prédécesseurs, qui est de passer du temps à discuter et échanger avec les Français. Et je crois qu'il faut le saluer parce que ça fait du bien d'avoir un président de la République, certes avec son franc-parler, mais en tout cas avec cette conviction d'aller vers des Français.

GUILLAUME DURAND
On va parler de logement, mais si on évoque comme ça, par petites touches impressionnistes, la politique, c'est qu'on a l'impression qu'à part le président de la République et quelques ministres dont vous faites partie, finalement l'ensemble de la République En Marche est d'une timidité, manque de soutien, cherche des dirigeants, etc., et même, je lisais un certain nombre de dépêches vous concernant c'est, on dit « l'enfant sage de la Macronie » etc., mais enfin vous connaissez l'histoire politique, pour les quinquennats ou les septennats précédents, les présidents étaient accompagnés par des gens qui n'étaient pas forcément des enfants sages, les SEGUIN, PASQUA, Roland DUMAS etc., il y avait des flingueurs à leurs côtés, alors est-ce que finalement Emmanuel MACRON n'est pas accompagné de gens qui sont trop gentils sur la scène politique ? A commencer par vous.

JULIEN DENORMANDIE
Oui, non mais, vous savez, je ne suis pas sûr d'abord que je sois un enfant sage, d'une part, et puis d'autre part, est-ce que pour faire de la politique pour changer les choses, il faut soit hurler dans les micros, soit faire cette vieille politique qui…

GUILLAUME DURAND
Non mais les autres vous attendent au tournant pour les Européennes, MELENCHON, vous l'avez vu, il hurle, Marine LE PEN…

JULIEN DENORMANDIE
Oui, mais, parlons de MELENCHON, regardez cette mise en scène des derniers jours de MELENCHON, vous avez une personne qui a inspiré aux plus hautes fonctions de l'Etat. Cette même personne aujourd'hui, elle critique l'indépendance de la justice, elle critique dans des mots incroyables, d'une violence incroyable, la Presse, elle critique les forces républicaines de police…

GUILLAUME DURAND
Et MACRON elle dit tout ça du président de la République.

JULIEN DENORMANDIE
Elle est dans son rôle de critiquer MACRON, c'est un opposant politique et je respecte les idées de cet opposant politique, en revanche quand vous avez quelqu'un qui a aspiré aux plus hautes fonctions de l'Etat et qui aujourd'hui critique l'indépendance ou remet en cause l'indépendance de la justice, eh bien il faut se rendre compte de ce que cela signifie.

GUILLAUME DURAND
Donc ça veut dire que vous considérez ce matin, Julien DENORMANDIE, qu'il est décrédibilisé pour la prochaine présidentielle.

JULIEN DENORMANDIE
Ah moi j'ai été profondément choqué par son comportement. Je ne comprends pas comment on peut aspirer aux plus hautes fonctions de l'Etat et remettre en cause l'indépendance de la justice, sous-entendre que la police n'est pas une police républicaine, c'est les mots…

GUILLAUME DURAND
Elle est quand même un peu violente cette perquisition, une centaine de policiers…

JULIEN DENORMANDIE
C'est quand même les termes qu'il a employés, oui je trouve ça profondément choquant quand on a la position qui est celle de Jean-Luc MELENCHON.

GUILLAUME DURAND
Mais cet n'est pas un peu violent une perquisition à 100 personnes ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais attendez, la justice fait son travail. Pourquoi il y a 100 personnes ? Parce qu'il y a 15 sites ou plus d'une dizaine de sites qui ont été perquisitionnés au même moment. Laissons la justice faire son travail. Depuis quand on commence à critiquer en se disant ou en remettant en cause les moyens de la justice ?

GUILLAUME DURAND
Vous ne m'avez pas dit si vous considérez que MELENCHON était décrédibilisé pour…

JULIEN DENORMANDIE
Moi, à titre personnel je pense qu'il s'est décrédibilisé, parce qu'il n'a pas été à la hauteur de sa fonction et il n'a pas été à la hauteur de ses aspirations, pour tout vous dire.

GUILLAUME DURAND
Logement, vous en êtes le ministre, vous sortez d'un congrès des HLM, il y a eu vous savez la baisse des APL, alors c'est évidemment la grande question ce matin, qu'on attend, en tout cas pour ceux qui sont concernés justement pour le logement social, est-ce qu'ils ont répercuté la baisse sur les loyers ?

JULIEN DENORMANDIE
On l'a imposée par la loi, c'est-à-dire que la réforme des APL que nous avons faites depuis maintenant un an et demi, c'est une réforme qui a un seul objectif, c'est qu'elle ne fasse aucun impact chez les allocataires aux APL, aucun. Et comment on fait ça ? Eh bien on dit aux bailleurs sociaux : vous diminuez les loyers, et donc si on diminue…

GUILLAUME DURAND
Est-ce qu'ils l'ont fait ?

JULIEN DENORMANDIE
Ils l'ont fait, c'est la loi qui leur impose. Il ne peut pas y avoir de diminution, il ne peut pas y avoir de diminution d'APL, s'il n'y a pas une diminution des loyers avant. La réforme que nous avons portée, fonctionne comme cela. Donc on a fait un choix, un choix qui est…

GUILLAUME DURAND
Et vous êtes certain ce matin tous les bailleurs sociaux obéissent à la loi ?

JULIEN DENORMANDIE
Je suis certain, et en plus de ça je le vérifie parce que je travaille avec les bailleurs sociaux, main dans la main, dans la mise en oeuvre de cette réforme, et c'était d'ailleurs tout le sens de notre réforme. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire qu'aujourd'hui on a, on avait un objectif c'est de faire en sorte que toute la réforme que nous partions, elle se fasse sans que les plus fragiles ne soient impactés, d'aucune manière que ce soit, c'est ça cette équité qui est nécessaire, c'est ça cette protection des Français qui est indispensable.

GUILLAUME DURAND
On va quand même économiser de l'argent. Ce 70ème congrès vient d'avoir lieu, 79ème, pardon, à Marseille. On va quand même économiser un milliard et demi, enfin vous avez quand même économisé un milliard et demi entre 2018 et 2020, en revanche vous allez injecter de l'argent sur le marché privé. Pourquoi ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais en fait, l'économie dont vous parlez, qu'est-ce que c'est ? La réforme des APL que nous continuons, nous faisons cette année quelque chose qui a un nom technique barbare qui s'appelle la contemporanéisation. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que, aujourd'hui, quand vous calculez le montant des allocations que vous donnez à chacun, vous le calculez en fonction des revenus d'il y a 2 ans. Mais qui peut comprendre ça ? Quel est le bon sens derrière cela ? C'est-à-dire qu'on va se dire : eh bien, quels étaient vos revenus, vos salaires, tout ce que vous gagniez il y a 2 ans, et en fonction de ça, on va calculer vos allocations. C'est insensé. Et donc qu'est-ce qu'on fait ? Eh bien là on fait une réforme qui vise à calculer vos montants d'allocations en fonction de vos revenus du moment, en fonction de vos revenus de l'année en cours. Et ça effectivement ça fait faire des économies, et c'est très bien ainsi. Pourquoi ça fait faire des économies ? Parce que vous allez de moins en moins de personnes au chômage, et fort heureusement. Eh bien moi je ne vais pas avoir l'économie honteuse, je fais à la fois une mesure qui est juste, c'est-à-dire que je donne à chacun ce dont il a besoin, et en même temps ça fait faire des économies, qui est nécessaire pour notre pays, c'est un système qui en tous points est positif, donc je l'assume pleinement.

GUILLAUME DURAND
Est-ce qu'il faut que le président de la République aille signer un contrat d'armement à Ryad. Vous voyez, je vous demande de faire de la politique.

JULIEN DENORMANDIE
Mais c'est…

GUILLAUME DURAND
Parce que là, c'est quand même ce matin à terrifiant de voir cette vidéo. Cet homme qui sort du consulat avec les habits de KHASHOGGI.

JULIEN DENORMANDIE
C'est terrifiant…

GUILLAUME DURAND
Alors qu'il fait partie du commando.

JULIEN DENORMANDIE
C'est terrifiant et je crois que la réponse du gouvernement a été très claire, Bruno LE MAIRE qui devait aller à ce sommet…

GUILLAUME DURAND
N'y va pas.

JULIEN DENORMANDIE
... finalement n'y va pas et beaucoup de grands patrons français n'y vont pas non plus. Sur les ventes d'armes, le président de la République avait déjà eu l'occasion d'ailleurs de s'exprimer dessus. Lorsque vous faites des contrats d'armement, vous avez toute une procédure qui est suivie, et dans cette procédure vous avez cette opportunité de vente, et le contexte dans lequel la vente s'opère, qui est analysé. Donc il faut continuer avec ce pragmatisme.

GUILLAUME DURAND
D'accord, mais est-ce que ça veut dire qu'il ira à Ryad à la fin de l'année ? En décembre, c'est prévu.

JULIEN DENORMANDIE
Objectivement, je ne suis pas le garant ni le chef de cabinet du président de la République, donc je n'ai pas l'information de savoir si oui ou non le président de la République fera tel ou tel déplacement.

GUILLAUME DURAND
Vous êtes ingénieur agronome, on va oublier la République En Marche pour l'instant et le léger désordre qui y règne. Est-ce que vous pouvez nous certifier ce matin qu'au terme de ce qu'a annoncé le nouveau ministre de l'Agriculture Didier GUILLAUME, il y aura une solution qui sera trouvée scientifiquement pour remplacer le glyphosate ?

JULIEN DENORMANDIE
Vous savez, moi j'ai, comme vous l'avez dit, je suis ingénieur agronome, j'ai beaucoup travaillé dans ce secteur-là.

GUILLAUME DURAND
C'est la dernière question, il faut être convaincant.

JULIEN DENORMANDIE
En France, vous avez…

GUILLAUME DURAND
Parce que c'est un gros dossier.

JULIEN DENORMANDIE
... un institut qui est formidable, qui s'appelle l'INRA, c'est l'Institut National de Recherche Agronomique, c'est l'un des instituts les plus en pointe à travers le monde sur tous ces sujets-là. Moi j'ai une totale confiance dans nos chercheurs, j'ai une totale confiance dans ces instituts ou ces agences qui travaillent aux côtés des agriculteurs, pour trouver des solutions alternatives. On sait que ça marche.

GUILLAUME DURAND
On a un calendrier, il reste trois ans et demi.

JULIEN DENORMANDIE
On a un calendrier, on a 3 ans pour le faire…

GUILLAUME DURAND
Est-ce qu'au bout de 3 ans et demi on aura trouvé une solution scientifique pour remplacer le glyphosate ? Réponse DENORMANDIE Julien.

JULIEN DENORMANDIE
J'ai une confiance très forte dans nos institutions comme l'INRA, pour trouver cette solution. Je n'ai aucun doute là-dessus. Dans 3 ans, comme le président de la République et le gouvernement s'est engagé, on mettra fin à) l'utilisation du glyphosate.

GUILLAUME DURAND
Vous savez qu'il va diriger La République En Marche ?

JULIEN DENORMANDIE
Je ne sais pas encore. On rentre dans le processus, on était au Conseil de la République En Marche dimanche dernier, un conseil avec beaucoup d'action…

GUILLAUME DURAND
SCHIAPPA, TRAVERT, RENSON, Stéphane GUERINI (sic) ?

JULIEN DENORMANDIE
On a jusqu'au 15 novembre pour que…

GUILLAUME DURAND
Votre choix.

JULIEN DENORMANDIE
Non mais attendez, je ne connais même pas encore les candidats, les candidatures n'ont pas encore été déposées, elles ont jusqu'au 15 novembre, je ne vais pas me prononcer pour savoir si oui ou non c'est un tel ou untel.

GUILLAUME DURAND
Non mais il y a une pléthore de candidats pour la République en Marche…

JULIEN DENORMANDIE
Mais c'est très bien.

GUILLAUME DURAND
Une pléthore de candidats pour la Mairie de Paris.

JULIEN DENORMANDIE
Souvent on nous critiquait en nous disant, et d'ailleurs l'une de vos premières questions était celle-là : quels sont les hauts potentiels de votre mouvement ? Eh bien regardez, aujourd'hui pour diriger le mouvement vous citez beaucoup de noms, parce que, effectivement, on a beaucoup de personnes de qualité.

GUILLAUME DURAND
08h29, nous étions avec Julien DENORMANDIE, donc ministre du Logement, donc de plein titre, ce n'était jusqu'à présent... dont vous n'étiez que secrétaire d'Etat. Merci, bonne journée à vous.

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 24 octobre 2018

Rechercher