Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à France-Info le 26 octobre 2018, sur l'accueil et l'accompagnement des enfants handicapés à l'école et la protection des adultes handicapés. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées à France-Info le 26 octobre 2018, sur l'accueil et l'accompagnement des enfants handicapés à l'école et la protection des adultes handicapés.

Personnalité, fonction : CLUZEL Sophie.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées

ti :


CHRISTOPHE GASCARD
C'est donc « l'Invité de la matinale », ce matin Sophie CLUZEL, bonjour.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

CHRISTOPHE GASCARD
Merci d'être avec nous. Vous êtes secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées. Alors je le disais, hier s'est réuni pour la deuxième fois à Matignon, ce comité interministériel du handicap, le handicap c'est l'affaire de tous, cela ne vient pas de moi, c'est une phrase de vous.

SOPHIE CLUZEL
Oui, exactement, tous sont concernés, tous sont mobilisés, l'ensemble des ministres étaient présents ou représentés, c'est vraiment un engagement collectif, ce n'est pas qu'une affaire de secrétariat d'Etat au handicap, c'est l'affaire de chaque ministre. Puisque l'idée c'est de changer le quotidien des personnes handicapées, donc dans chaque pan, dans chaque domaine d'activité, aussi bien à l'école, depuis la crèche, l'école, la formation, l'emploi, l'accès au logement, à la santé, aux soins, à la culture, au social, c'est l'affaire de tous, tout le monde est mobilisé.

CHRISTOPHE GASCARD
Alors justement, vous avez publié un sondage qui revient sur, à la fois, le rapport que la société peut avoir avec le handicap, et l'éducation aussi, on le voit, ce n'est pas si évident aujourd'hui de s'insérer lorsque l'on est handicapé. On va voir d'ailleurs certains graphiques qui nous rappellent effectivement qu'on a encore beaucoup de choses à faire.

SOPHIE CLUZEL
On a beaucoup de choses à faire, mais beaucoup de choses ont avancé, le regard des Français est très différent, il n'est plus du tout compassionnel, il a de l'empathie, en revanche c'est vrai que, aujourd'hui, l'école par exemple, comme votre graphique le montre…

CHRISTOPHE GASCARD
Voilà, et on le voit bien, pour 63% des Français l'école ne fait pas encore suffisamment de choses pour accueillir des enfants handicapés. Que peut-on proposer ?

SOPHIE CLUZEL
Alors en fait, aujourd'hui nous avons à peu près 340.000 élèves qui sont scolarisés au milieu de 12 millions d'élèves qui ne sont pas handicapés, ça progresse, +6 % chaque année, donc on voit bien qu'il y a un vrai mouvement vers l'école, mais c'est vrai qu'il faut que l'école se transforme, il faut qu'elle fasse du sur-mesure pour ces enfants handicapés, des projets très individualisés. Il faut que l'école s'ouvre aussi aux rééducateurs, au médico-social qui accompagne ces enfants handicapés, parce qu'ils ont aussi besoin de rééducation, pour permettre aux parents d'enfants handicapés d'avoir une vie professionnelle la plus normale possible. Il faut qu'on soit beaucoup plus dans une fluidité de parcours, c'est-à-dire que, je mets mon enfant à l'école, mais l'orthophoniste pourra venir au sein de l'école, les accompagnants, s'il y en a besoin, la moitié des élèves ont besoin d'être accompagnés, il faut qu'ils soient là, professionnels, bien dans leur métier, c'est tout ce chantier qu'on travaille avec Jean-Michel BLANQUER, mais faire une école beaucoup plus inclusive ça veut dire beaucoup plus complète, beaucoup plus… aussi rétablir cette confiance entre les Français, et c'est aussi l'objet du comité interministériel du handicap, rétablir cette confiance en simplifiant les procédures, qui sont beaucoup trop complexes pour les personnes handicapées.

CHRISTOPHE GASCARD
Cela suppose également des moyens, est-ce que vous les avez, est-ce que vous arrivez à vous faire entendre justement ?

SOPHIE CLUZEL
Les moyens pour l'école ou les moyens en général ?

CHRISTOPHE GASCARD
Pour l'école.

SOPHIE CLUZEL
Pour l'école les moyens sont là, les budgets ont été sanctuarisés, les moyens sont là, mais l'organisation n'est pas optimale, ça c'est certain. Nous avons encore des problèmes de recrutement de certains accompagnants, le ministre l'a dit, c'est bien pour ça que nous avons ouvert une grande concertation, pour voir comment on peut réorganiser un peu ces moyens, pour être beaucoup plus réactif, pour permettre aux accompagnant de vivre mieux de leur travail, parce que le temps scolaire est trop court, donc ils sont trop souvent à temps partiel, c'est cet énorme chantier de l' école inclusive que nous avons ouvert avec Jean-Michel BLANQUER, les syndicats, et surtout les associations de personnes, et les personnes handicapées elles-mêmes.

CHRISTOPHE GASCARD
Alors, ça c'est pour le monde de l'éducation, pour l'entreprise, autre sondage, pour 59 % des Français l'entreprise ne fait pas encore assez justement pour aider les personnes handicapées à s'insérer dans la société.

SOPHIE CLUZEL
C'est très encourageant, ça veut dire que les Français ils voient la personne handicapée comme ayant toute sa place dans notre société, à l'école, à l'entreprise, dans le logement, dans les transports, c'est très encourageant. Maintenant, comment on fait justement pour permettre cet accès à l'emploi, et ce maintien dans l'emploi des personnes handicapées, c'est tout l'objet avec Muriel PENICAUD, avec Bruno LE MAIRE, du travail que nous faisons pour permettre aux entreprises d'embaucher beaucoup plus facilement. Plus aucune excuse, ce n'est plus compliqué, puisque nous avons simplifié, simplifié, automatisé justement cette déclaration d'embauche. En revanche, qu'est-ce qu'elles nous disent les entreprises ? « Nous on ne sait pas où trouver les personnes handicapées qualifiées, qui correspondent à nos demandes », et les salariés, qu'est-ce qu'ils nous disent ? « Nous on frappe à la porte et on ne nous l'ouvre pas assez. » Il faut qu'on ouvre cette porte de l'entreprise, il faut qu'on crée quelque chose de très lisible, très simple, c'est tout l'objet de cette concertation qu'on a actuellement avec les organisations syndicales, avec les associations, avec les chefs d'entreprise, pour dire « de quoi vous avez besoin pour que ce soit plus efficace ? » C'est l'enjeu majeur de l'apprentissage, aussi, pour les jeunes handicapés, c'est un levier formidable, et nous travaillons à ça, nous avons vraiment des mesures qui vont simplifier et accompagner les personnes, le maître-mot c'est l'accompagnement.

CHRISTOPHE GASCARD
Sophie CLUZEL, il y a des mesures importantes qui ont été prises à cette occasion hier, le droit de vote, le droit de se marier, de se pacser, ou de divorcer notamment, c'est assez étonnant finalement.

SOPHIE CLUZEL
Alors ça c'est pour les majeurs qui sont protégés, parce qu'ils ont besoin d'être protégés, ils sont mis sous tutelle, et là nous allons simplifier vraiment la vie de ces personnes. Aujourd'hui, pour se pacser, pour divorcer, il fallait l'autorisation du juge quand vous étiez sous tutelle, aujourd'hui nous allons simplifier cela. Le tuteur sera toujours présent, comme garde-fou, comme protection, mais nous allons vraiment simplifier, personne n'a besoin de demander à un juge l'autorisation de se marier même s'il est sous tutelle. Le droit de vote, nous le portons avec Nicole BELLOUBET, pour vraiment pouvoir replacer le citoyen handicapé dans toute sa dignité, qu'il devienne vraiment inaliénable, inconditionnel, ce droit de vote, quelle que soit votre situation, et les Français ne se sont pas trompés parce qu'ils plébiscitent à 93% que le handicap n'est pas une cause pour supprimer le droit de vote pour les personnes handicapées. Donc, simplification, rendre la vie plus facile, nous allons aussi ouvrir des droits à vie pour les personnes handicapées, celles qui ont par exemple un handicap avéré à 80%, il a été évalué, il y a un retentissement énorme que votre vie, vous ne le dites plus qu'une fois maintenant et on vous ouvre des droits à vie.

CHRISTOPHE GASCARD
Un dernier mot qui revient souvent, concernant le logement, il y aura des mesures qui vont être prises aussi ?

SOPHIE CLUZEL
Sur le logement elles ont déjà été prises, nous avons par exemple des habitats, pour l'habitat inclusif, nous avons un forfait financier qui va permettre de créer cet habitat inclusif, c'est quelque chose que les personnes handicapées demandent, pouvoir vivre chez soi, mais bien accompagné, avec des services, et surtout nous abaissons l'obligation de l'ascenseur au 3e étage pour doubler le parc d'accessibilité, des logements accessibles aujourd'hui, pour les personnes handicapées. Donc, des vraies mesures qui ont un maître-mot, les Français handicapés ne sont plus des citoyens à part, ce sont des citoyens à part entière, qui font partie de ce vivre ensemble que l'on recherche.

CHRISTOPHE GASCARD
Le handicap c'est effectivement l'affaire de tous, ce sera donc le mot de la fin. Merci beaucoup Sophie CLUZEL d'avoir été notre invitée ce matin sur France Info.

SOPHIE CLUZEL
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 octobre 2018

Rechercher