Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, avec LCI le 29 octobre 2018, sur la réforme de l'Etat. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, avec LCI le 29 octobre 2018, sur la réforme de l'Etat.

Personnalité, fonction : DUSSOPT Olivier.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'action et aux comptes publics

ti :

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
On vient de l'évoquer dans le journal, Matignon qui va tenter de redonner un second souffle à la réforme de l'Etat. Bonjour Olivier DUSSOPT, vous êtes secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Merci d'être avec nous ce matin. Edouard PHILIPPE, on l'a dit, réunit ses ministres pour parler entre autres de la rémunération au mérite et du recours accru aux contractuels, c'est une réforme profonde donc qui attend les fonctionnaires. D'abord est-ce que vous êtes en mesure de nous dire qu'elles seront peut-être les annonces ou les mesures qui vont être présentées ce matin ?

OLIVIER DUSSOPT
Il n'y a pas de surprise, nous travaillons depuis maintenant plusieurs mois puisque la réforme de la fonction publique a été annoncé le 1er février, avec 4 objectifs, notamment simplifier le dialogue social ; travailler à une meilleure individualisation de la rémunération pour tenir compte des engagements, à la fois collectif mais aussi individuels des agents publics qui sont dévoué au sens du service public ; et puis nous avons un travail à faire sur les conditions de recrutement des agents publics, nous avons dit que nous maintiendrons le statut, cela a été annoncé dès le 1er février par le Premier ministre comme par le président de la République ; et je travaille avec les organisations syndicales en lien avec Gérald DARMANIN pour voir comment nous pouvons organiser cela.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Justement par exemple sur l'emploi des contractuels, Gérald DARMANIN est-il allé trop loin hier, notamment en parlant des contractuels, même FO disait : laissez Monsieur DUSSOPT faire son travail.

OLIVIER DUSSOPT
Nous travaillons avec…

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Est-ce qu'il est allé trop loin ?

OLIVIER DUSSOPT
Et je travaille avec l'ensemble des syndicats de la fonction publique. Quel est l'objectif sur la question des contrats, c'est à cela qu'il faut venir ? Nous savons qu'aujourd'hui, nous recrutons principalement sur la base de concours pour avoir des fonctionnaires titulaires. Nous disons qu'il faut prendre en compte une situation qui existe, sur 5.500.000 agents publics il y a déjà 1 million de contractuels, il faut améliorer leurs conditions d'emploi parce que parfois l'Etat – et Gérald DARMANIN le disait hier – n'est pas le meilleur DRH de la Terre, c'est le moins qu'on puisse dire. Et puis nous voulons donner plus de choix aux employeurs publics comme aux individus, à celles et ceux qui veulent rejoindre la fonction publique. Cela veut dire quoi ? Ça veut dire travailler sur la question du CDI dans la fonction publique, ça veut dire voir comment on peut assouplir les conditions de recrutement contrat, donner plus de liberté aux employeurs. Nous allons le faire, alors pardonnez le caractère un peu technique, mais dans le cadre du statut, dans le cadre de l'article 3 du statut qui est un article qui pose un certain nombre de principes et qui connaît déjà des dérogations qu'il nous faut élargir.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Mais ça suscite des inquiétudes chez les fonctionnaires.

OLIVIER DUSSOPT
Ca suscite des interrogations et c'est normal, c'est normal d'avoir ces interrogations-là. Nous ce que nous disons, c'est que nous voulons avoir les 2 modalités de recrutement, à la fois le titulariat mais aussi les contrats pour donner de la liberté aux employeurs publics, pour permettre aussi à des hommes et des femmes qui ont envie de servir la fonction publique… le service public pendant un temps de leur vie de le faire. Je pense par exemple à ce que nous voulons mettre en place avec un contrat de mission, pour que demain vous puissiez par exemple aller voir une commune, une intercommunalité parce que vous êtes spécialiste en urbanisme et de dire : vous avez un projet sur 4 ans, sur 5 ans, je suis votre homme ou je suis votre femme ; et à la fin de ce contrat j'irai faire autre chose mais j'aurais été utile.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Donc pas de problème avec Gérald DARMANIN…

OLIVIER DUSSOPT
Aucun !

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Il a eu raison, il a eu raison d'annoncer effectivement…

OLIVIER DUSSOPT
Aucun problème, nous sommes lui et moi totalement en ligne avec les arbitrages rendus par le président de la République et le Premier ministre.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Les syndicats ont quand même déjà commencé un petit peu à grincer des dents, certains parlent d'une remise en cause du statut général des fonctionnaires. Effectivement, vous avez tenté de les rassurer…

OLIVIER DUSSOPT
Nous avons dit… non non mais ce n'est pas la question…

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Mais il y a des inquiétudes nettes, comment vous instaurez le dialogue, comment vous allez faire en sorte de réformer pour que ça se passe le mieux possible ?

OLIVIER DUSSOPT
Alors 2 points, la question n'est pas de tenter de rassurer, le Premier ministre l'a dit le 1er février, le président de la République l'a dit précisément le 3 février lorsque nous avons annoncé cette réforme. Nous ne remettons pas en cause le statut, nous voulons le moderniser, l'assouplir, nous ne serons pas les premiers à le faire, nous le ferons…

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Mais certains syndicats ne voient pas les choses comme ça avec les réformes qui sont apportées.

OLIVIER DUSSOPT
De manière importante. Pour ce qui concerne le lien avec les syndicats, je suis chargé de cette concertation auprès de Gérald DARMANIN et en lien avec l'ensemble du gouvernement. Nous avons depuis février des dizaines et des dizaines de réunions, nous avons entendu un certain nombre d'inquiétudes, je prends un exemple. Les organisations syndicales, dès le mois de février-mars, nous ont dit : OK, vous voulez regarder comment on travaille entre recrutement de contractuels et recrutement de titulaires, vous voulez améliorer les conditions d'emploi des contractuels qui peuvent être dans la précarité. Et ils nous ont dit « nous ce que nous voulons, c'est aussi qu'on puisse travailler sur l'organisation des concours, donc la partie titulaire du recrutement, pour que ce soit plus attractif. Et nous avons accepté d'ouvrir ce chantier complémentaire et j'ai demandé au Conseil économique et social une étude, un avis pour voir comment rendre plus attractifs les métiers de fonctionnaires. Il ne s'agit pas d'opposer un modèle à l'autre, il s'agit de donner la liberté, de donner de la souplesse, de faire en sorte – tant pour les employeurs que pour les agents – de revoir ces conditions d'emploi pour qu'elles soient meilleures pour tous.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
De la flexibilité dans la fonction publique…

OLIVIER DUSSOPT
Aussi.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Un mot ou encore Olivier DUSSOPT, Emmanuel MACRON souhaite la suppression de 50.000 postes dans la fonction publique d'Etat à l'horizon 2022. Comment allez-vous vous y prendre ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est un objectif fixé par le président de la République, 50.000 pour la fonction publique d'Etat, 120.000 au total en comptant la fonction publique territoriale. Nous avons une méthode qui n'est pas celle de la RGPP, la RGPP ça date d'il y a 10 ans, c'était brutal dans la mesure où on disait aux agents publics, aux services : voilà, on supprime 10.000 postes dans votre service et vous allez… pardonnez-moi d'être familier mais vous débrouiller, il faut faire avec et rendre le même service. Nous ce que nous disons, c'est quelles sont les missions de service public, où est-ce que l'Etat est utile et où est-ce qu'il n'est pas où il devrait être et où est-ce qu'il est où il pourrait se désengager ? Quelle est notre organisation et quelles sont les conséquences en termes d'effectifs, en tenant compte du digital, en tenant compte de la numérisation. C'est dans ce cadre-là que nous travaillons pour accompagner les agents, c'est de la formation à de nouveaux métiers, parce que le métier du service public évolue, les agents s'adaptent mais il faut les accompagner. Et puis nous voulons travailler aussi les reclassements, les reconversions parce que lorsqu'on réforme un réseau, il y a des reconversions, il y a des reclassements et ce que nous disons aux agents c'est : si votre poste disparaît pour une raison ou pour une autre, pour les évolutions techniques, des questions économiques, peu importe, on s'engage à vous proposer un poste équivalent dans la même administration avec un accompagnement de la mobilité, des déménagements ; et sinon nous travaillerons pour vous ayez une priorité d'affectation au niveau local, pour rester dans votre bassin de vie là où vous avez construit votre vie. Ça nécessite de la formation, de la transition, de l'accompagnement. On a des agents qui sont extrêmement polyvalents, extrêmement dévoués mais on ne peut pas leur dire « vous allez changer de métier du jour au lendemain » sans leur donner les moyens de se former et d'être accompagnés.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Merci beaucoup Olivier DUSSOPT…

OLIVIER DUSSOPT
Merci.

PASCALE DE LA TOUR DU PIN
Effectivement, votre parole a été entendue, merci d'avoir été avec nous ce matin, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics. Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 octobre 2018

Rechercher