Interview de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités locales, avec France 2 le 31 octobre 2018, sur les efforts du gouvernement en faveur de l'hébergement des sans domicile fixe, le prix des carburants et sur le président de la République. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités locales, avec France 2 le 31 octobre 2018, sur les efforts du gouvernement en faveur de l'hébergement des sans domicile fixe, le prix des carburants et sur le président de la République.

Personnalité, fonction : GOURAULT Jacqueline, WITTENBERG Jeff.

FRANCE. Ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités locales;

ti :
JEFF WITTENBERG
Bonjour à vous.

JACQUELINE GOURAULT
Bonjour.

JEFF WITTENBERG
Jacqueline GOURAULT, vous êtes là aussi ce matin parce que vous êtes à la tête du ministère donc de cette Cohésion des territoires et que le plan grand froid va être mis en place dès cette semaine. Il est en quelque sorte anticipé, pour quelles raisons et de quels moyens va-t-il disposer ?

JACQUELINE GOURAULT
Eh bien il est anticipé parce qu'il y a beaucoup de gens qui dorment encore dans la rue, en particulier en Ile-de-France, bien sûr dans toute la France, mais beaucoup en Ile-de-France et que donc il faut dans cette période de grand froid qui arrive, comme on a pu le constater, il faut être en capacité de mettre, je dirais, dans un abri, dans un centre d'accueil les gens qui sont à la rue.

JEFF WITTENBERG
Concrètement qu'est-ce qu'il va y avoir de nouveau cette année ?

JACQUELINE GOURAULT
Il y a 136.000 places qui sont ouvertes, 5.000 ont été pérennisées par rapport à l'an dernier et puis nous avons aussi des ressources supplémentaires, environ 14.000 places pour accueillir, je dirais, pour éviter que des gens puissent être encore dans la rue.

JEFF WITTENBERG
14.000 nouvelles places, vous signifier par rapport à ce qui a été fait les autres années ?

JACQUELINE GOURAULT
Ce sont 14.000 places qui sont, comment dire, potentiellement ouvertes, que les préfets ont eu charge de chercher partout en France, si le froid devient très important, on pourra encore au-delà des 136.000 places ouvrir 14.000 places.

JEFF WITTENBERG
Vous parliez à l'instant de l'Ile-de-France, on estime, rien que pour la ville de Paris, à 3.000 personnes, le nombre de personnes justement qui vivent dans la rue, qui n'ont pas d'abri. Est-ce que ça veut dire par exemple que pour ces 3.000 personnes, il y aura pour chacune une solution d'hébergement ?

JACQUELINE GOURAULT
Je l'espère qu'il y aura une solution d'hébergement pour chacune. Il y a aussi un phénomène très important qui se développe, qui est que des gens n'appellent pas le 115 ou les gens ne viennent pas vers les centres d'hébergement, il faut donc aussi développer les maraudes. Nous avons tout un plan de développement des maraudes avec les associations, c'est-à-dire aller vers ceux qui sont dans la rue. Alors évidemment il faut mesurer qu'il y a les SDF que l'on connaît, mais il y a aussi une population de plus en plus importante, qui est liée à l'immigration.

JEFF WITTENBERG
Et justement vous avez aussi réservé un quota de places pour les demandeurs d'asile ?

JACQUELINE GOURAULT
Bien sûr, quelque personne que ce soit, s'ils sont dans la rue, il faut leur trouver un abri.

JEFF WITTENBERG
On se souvient d'une promesse du candidat MACRON qui avait dit qu'à la fin de son quinquennat, il n'y aurait plus un seul sans-abri, est-ce que très franchement, est-ce que de façon réaliste cet objectif, justement il est réalisable ?

JACQUELINE GOURAULT
Eh bien il faut toujours se donner des objectifs et les poursuivre.

JEFF WITTENBERG
Mais est-ce que vous pensez que c'est possible ?

JACQUELINE GOURAULT
Oui, je pense que c'est possible, mais encore une fois il y a la maîtrise aussi de l'immigration, les mineurs non accompagnés qui arrivent en France et qui, comment dire, renforcent le nombre de gens qui sont dans la rue.

JEFF WITTENBERG
Zéro SDF, c'est une promesse aussi qui avait été faites par d'autres candidats dans le temps, est-ce qu'il n'y a pas quelque chose d'un peu illusoire lorsque l'on voit effectivement, dans les rues parisiennes notamment la situation, à imaginer qu'un jour eh bien un gouvernement, une collectivité capable de proposer à tous les sans-abri des solutions ?

JACQUELINE GOURAULT
Eh bien parce que derrière au-delà des centres d'hébergement, il faut aussi chercher des logements pérennes pour toutes ces personnes qui sont dans les centres d'hébergement. Et c'est le grand plan logement d'abord que le gouvernement développe avec notamment la volonté de construire environ 40.000 logements, qui sont des logements très sociaux, pour pouvoir effectivement faire en sorte que ces gens qui sont dans les centres d'hébergement ne retournent pas à la rue.

JEFF WITTENBERG
Alors il y a la question de la grande pauvreté, on vient d'en parler, il y a aussi la question du pouvoir d'achat pour l'ensemble des Français avec malgré la taxe d'habitation en baisse, malgré le salaire net en hausse en raison de la baisse des charges sociales, une impression forte que le pouvoir d'achat chez les Français a plutôt tendance à baisser, à cause notamment de la hausse du carburant. Vous venez d'un département rural, le Loir-et-Cher, est-ce que ce n'est pas ce que vous disent vos électeurs, est-ce qu'il n'y en a pas certain qui vont aller, on le voyait dans le journal, manifester le 17 novembre ?

JACQUELINE GOURAULT
Alors c'est vrai que la hausse des carburants n'est jamais populaire, d'abord un, elle ne dépend pas que de nous, elle dépend du prix du baril, mais c'est vrai qu'il y a une politique qui a été mise en place par le gouvernement pour la transition énergétique et que le diesel pose un certain nombre de problèmes de pollution et aussi de problèmes de santé avec les particules fines.

JEFF WITTENBERG
Elle n'est pas comprise cette politique, madame GOURAULT, les gens ont l'impression que c'est plutôt, pardonnez-moi, du racket fiscal cette augmentation des prix à la pompe.

JACQUELINE GOURAULT
J'ai entendu mais il faut, c'est un changement culturel, qui est connu puisque vous savez bien qu'il y a eu plusieurs générations de diesel et que il y a des du vieux diesel, si je puis dire, plus polluant que le plus récent, il faut expliquer tout ça, il y a la prime aussi à la reconversion qui a été mise en place pour que les gens puissent, s'ils le souhaitent, changer de voiture, 1.000 euros ou 2.000 pour les personnes non imposables.

JEFF WITTENBERG
Vous admettez qu'aujourd'hui il y a une incompréhension de la part du public en grande partie ?

JACQUELINE GOURAULT
J'admets qu'il faut faire encore plus de pédagogie, mais ça a été dit tout à l'heure sur vos antennes, le prix de l'essence et du gazole a déjà atteint ce chiffre mais il faut faire comprendre, n'est-ce pas, qu'on doit passer dans un autre système pour le bien, je dirais, des habitants et de la planète.

JEFF WITTENBERG
Alors il y a une incompréhension des Français sur ce point, il y a une incompréhension des élus locaux, vous êtes en charge un petit peu à la tête de ce ministère, vous avez reçu une promotion après le dernier remaniement, de rétablir le lien finalement avec les régions, les départements, les communes, un lien qui avait été distendu. Il y a notamment la question cruciale de la taxe d'habitation, comment va-t-elle être compensée pour les communes qui n'ont pas été contentes qu'elle disparaisse ?

JACQUELINE GOURAULT
Alors il y a deux phases. Il y a une première phase qui va durer pendant 3 ans où l'Etat prend la place du contribuable, c'est-à-dire que les communes voient leurs ressources absolument identiques. C'est ce qu'on appelle un dégrèvement. Et puis il y a ce qui est post 3 ans, c'est-à-dire une réforme fiscale qu'il faut mettre en place et que nous travaillons en ce moment avec les associations d'élus, c'est-à-dire par quoi on remplace la ressource taxe d'habitation pour les communes ?

JEFF WITTENBERG
Et pour l'instant ?

JACQUELINE GOURAULT
Il y a déjà plein d'idées dans l'air, mais il faut négocier et je ne peux pas vous donner la solution avant que nous ayons discuté avec l'ensemble des élus.

JEFF WITTENBERG
Vous en avez discuté avec Emmanuel MACRON, est-il vrai qu'il est fatigué, il prend 4 jours, c'est inhabituel, de repos, le conseil des ministres a été avancé d'une journée, vous le voyez toutes les semaines, vous confirmez ce coup de fatigue ?

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, moi je l'ai vu hier au conseil de ministre, le président de la République est en pleine forme. Il s'apprête à se faire une semaine d'itinérance pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre.

JEFF WITTENBERG
Il n'est pas affecté par tout ce qui s'est passé à la rentrée, l'affaire Benalla, les difficultés en série, le remaniement, en toute franchise Madame GOURAULT, vous qui le connaissez bien ?

JACQUELINE GOURAULT
Le président de la République qui a une personnalité forte et volontaire et ce qui est important c'est qu'il soit, comment dire, toujours dans l'objectif de réformer la France et de faire en sorte que les Français vivent mieux.

JEFF WITTENBERG
Et qu'ils soient en forme pour cela donc, si je vous comprends bien. Merci beaucoup Jacqueline GOURAULT.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 6 novembre 2018

Rechercher