Déclaration de Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées, sur le Centenaire de la bataille du Quesnoy et sur les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande, Le Quesnoy le 4 novembre 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées, sur le Centenaire de la bataille du Quesnoy et sur les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande, Le Quesnoy le 4 novembre 2018.

Personnalité, fonction : DARRIEUSSECQ Geneviève.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées

Circonstances : Cérémonie sur le Centenaire de la bataille du Quesnoy, Le Quesnoy le 4 novembre 2018

ti :

Mesdames et messieurs,
Chers amis français et néo-zélandais,


Je me réjouis de vous voir aussi nombreux et je vous en remercie. Vous êtes parfois venus de loin, cela démontre votre attachement à notre mémoire et à notre histoire en partage.

Grâce aux installations et à une solide organisation, vous pourrez tous profiter de la cérémonie et ainsi participer à ce moment d'amitié entre nos deux nations.

Une amitié que ni la distance ni les années ne sont parvenues à distendre. Une amitié que le centenaire de la Premire Guerre mondiale a encore davantage mise en lumière.


Cent ans après, les exploits de la division néo-zélandaise retentissent encore au Quesnoy.

Nous sommes réunis aujourd'hui pour nous souvenir ensemble et pour commémorer un épisode marquant de la fin de la Grande Guerre. L'impact sur la ville et sur ses habitants fut tel que les événements du 4 novembre 1918 sont chaque année mis à l'honneur.

Il y a là une éclatante leçon de mémoire et de reconnaissance ! Et par les Quercitains, c'est la France tout entière qui adresse un message de gratitude et de remerciements à son amie des antipodes.

Nous sommes aussi rassemblés pour célébrer un moment fort de l'histoire militaire de de la Nouvelle-Zélande.


Dans mes fonctions et depuis plusieurs mois, je rencontre avec un mélange d'émotions et de passion la mémoire de la Nouvelle-Zélande.

Je la rencontre ici sur le sol français et je l'ai rencontrée aussi en Nouvelle-Zélande. J'ai eu le privilège, il y a quelques mois, d'inaugurer à Wellington le mémorial offert par la France à la Nouvelle-Zélande en témoignage de la fraternité forgée entre nos deux pays depuis la Première Guerre mondiale.

Sur ce monument est inscrit le poème d'Apollinaire « Le chant de l'honneur ». Ce même poème qui résonnera tout à l'heure en français, en anglais et en maori.

Il y a là, je crois, un écho certain entre le mémorial de Wellington et le mémorial du Quesnoy.


Mesdames et messieurs, votre présence démontre que la mémoire demeure vive et que les libérateurs du Quesnoy ne sont pas oubliés.

Nos deux pays partagent une histoire mais partagent aussi des valeurs communes.

C'est un héritage pour toutes les générations de Français et de Néo-Zélandais, c'est un héritage que les jeunes Quercitains n'oublieront pas et qu'ils porteront haut.

Cent ans après le 4 novembre 1918, c'est ensemble que Français et Néo-Zélandais se souviennent. C'est ensemble que nous marchons dans l'avenir, avec nos yeux ouverts sur le passé !


Merci à tous de votre participation.


Source https://www.defense.gouv.fr, le 21 novembre 2018

Rechercher