Interview de M. Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat, porte-parole du Gouvernement, à France 2 le 23 novembre 2018, sur les manifestations des gilets jaunes, le chèque énergie et le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM). | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat, porte-parole du Gouvernement, à France 2 le 23 novembre 2018, sur les manifestations des gilets jaunes, le chèque énergie et le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM).

Personnalité, fonction : GRIVEAUX Benjamin, WITTENBERG Jeff.

FRANCE. Porte-parole du Gouvernement;

ti : JEFF WITTENBERG
Bonjour Benjamin GRIVEAUX.

BENJAMIN GRIVEAUX
Bonjour.

JEFF WITTENBERG
Merci d'être avec nous ce matin. La crise aurait pu être évitée, a dit hier soir Nicolas HULOT sur France 2 dans « L'émission politique », il faut un meilleur accompagnement social. Il a raison ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je crois que la crise que nous vivons, en tout cas le mouvement dit des Gilets jaunes est plus profond que le seul sujet des carburants et quand on entend des personnes dont la grande majorité est sincère et dit des choses sur le carburant. Ils disent aussi beaucoup de choses sur l'abandon de certains services publics, sur la difficulté de boucler les fins de mois, d'être dans le rouge le 15 du mois à la banque, sur la difficulté de se loger et pas uniquement sur la question des carburants.

JEFF WITTENBERG
Vous trouvez que c'est légitime, vous êtes comme 77% des Français, vous soutenez les Gilets jaunes ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Je trouve qu'il serait réducteur de penser que ça n'est que le carburant et je vais vous dire, personne n'est aveugle et tout le monde est bien conscient de la situation qui est celle dans laquelle Emmanuel MACRON a été élu président de la République où deux tiers de nos concitoyens ont rejeté et ont éliminé du premier tour les deux partis qui avaient dirigé le pays pendant 40 ans. C'est aussi un signal dont on tient compte et c'est aussi un signal dont on a tenu compte la semaine dernière avec les annonces qui ont été faites par le Premier ministre et celles qui seront faites la semaine prochaine par le président de la République.

JEFF WITTENBERG
Mais une fois qu'on a dit cela, que vous comprenez, que vous êtes en phase, qu'Emmanuel MACRON a été élu sur ce terreau qu'est-ce que vous répondez puisque aujourd'hui, je le répète 77% des Français, on l'entendait dans le journal soutiennent ce mouvement qui vous combat, qui est en colère contre vos mesures ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Nous répondons qu'il ne faut jamais opposer le combat écologique qui est un bon combat et la justice sociale, c'est ce que nous avons fait la semaine dernière en présentant des mesures dont on peut les rappeler, la surprime qui va jusqu'à 4 000 euros pour l'achat d'un véhicule moins polluant …

JEFF WITTENBERG
Je peux vous dire quelque chose là-dessus ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Le chèque énergie, si je peux simplement le dire …

JEFF WITTENBERG
Bien sûr !

BENJAMIN GRIVEAUX
Parce que vous savez quoi le chèque énergie, il y a 3 millions 600 000 Français qui devraient en bénéficier, il y en a ainsi 560 000 qui ne l'ont pas demandé, c'est 150 euros. Ce que je veux dire, ce n'est pas la panacée, Jeff WITTENBERG, 150 euros mais quand on est à 10 euros près pour boucler des fins de mois, 150 euros, ça ne se refuse pas.

JEFF WITTENBERG
Monsieur GRIVEAUX …

BENJAMIN GRIVEAUX
La bonne nouvelle, c'est que l'année prochaine, ce chèque énergie, il est de 200 euros en moyenne au lieu de 150, qu'il va toucher 5 millions 800 000 Français au lieu de 3 millions 600 000. Donc vous voyez qu'il y a des choses qui ont été faites et qui ont été annoncées la semaine dernière.

JEFF WITTENBERG
C'est le message que vous faites passer, mais la prime de 4 000 euros pour les foyers les plus modestes, vous avez entendu de contre-argument qui vous est opposé, c'est que pour ces Français-là, les plus modestes, 4 000 euros ça ne suffit pas car ils ne peuvent pas débourser ou même emprunter le reste. Donc c'est une mesure qui n'a pas d'effet.

BENJAMIN GRIVEAUX
Ecoutez, je ne sais pas si elle n'a pas d'effet …

JEFF WITTENBERG
Pour les plus modestes.

BENJAMIN GRIVEAUX
Ce vous dites est inexact, Jeff WITTENBERG. A nouveau, les chiffres vous contredisent, je sais que les chiffres sont têtus mais dans un moment un peu irrationnel, c'est important de mettre des chiffres. On avait prévu 100 000 primes par an sur le quinquennat, soit 500 000 en 5 ans. Vous savez combien on a fait depuis le début ? 280 000. Vous savez qui a eu recours à la prime à la conversion ? Ceux dont vous venez nous dire qu'ils n'ont pas les moyens, 70% des gens …

JEFF WITTENBERG
Ce n'est pas moi qui le dis !

BENJAMIN GRIVEAUX
Si, c'est vous qui le dites, vous venez de me le dire. 70% des gens qui ont eu recours à la prime ne sont pas imposables, ce n'est pas des gens riches, les gens pas imposables. 95% des gens qui ont eu recours à cette prime à la conversion, ils n'habitent pas en Ile-de-France, donc ce que je vous dis est-ce que c'est suffisant ? Non, regardez. On l'a doublée la prime, elle était de 2 000, elle passe à 4 000 et quand elle était à 2 000, il y avait 280 000 Français qui l'ont utilisée. Donc à 4000, allez, on espère qu'on va le doubler, on avait prévu 500 000 – sur le quinquennat – primes, on espère en faire plus d'un million et on mettra l'argent nécessaire pour accompagner les Français. C'est difficile, ça prend du temps mais on assume, c'est le rôle de notre génération vis-à-vis de la prochaine génération.

JEFF WITTENBERG
Est-ce que la semaine prochaine, vous allez annoncer dans d'autres mesures ? Nos confrères de Radio France expliquent, par exemple, ce matin que le gouvernement est prêt à renoncer à la vignette poids lourds. Est-ce que c'est une mesure qui est sur la table ?

BENJAMIN GRIVEAUX
D'abord, moi je n'ai pas de commentaire à faire pour une raison très simple ….

JEFF WITTENBERG
Oui ou non, est-ce que ça va se faire ?

BENJAMIN GRIVEAUX
La loi d'orientation sur les mobilités, elle est présentée en conseil des ministres lundi. Donc lundi, vous aurez les réponses à vos questions parce qu'il y a deux choses importantes qui vont …

JEFF WITTENBERG
Vous allez supprimer la vignette poids lourds, Benjamin GRIVEAUX ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Vous aurez la réponse en temps voulu et la présentation est faite lundi, je ne suis pas là pour voler la politesse à Elisabeth BORNE qui en fera la présentation mais il y a deux choses qui vont se passer en début de semaine : la loi d'orientation sur les mobilités, comment on se déplace demain, le rail, la multi-modalité, le bus, la voiture électrique etc., et le lendemain, le président de la République annoncera une méthode sur la question de la transition énergétique. Pourquoi ? Parce que vous ne pouvez pas dissocier la manière dont on se déplace de la production énergétique française.

JEFF WITTENBERG
La méthode, on la connait, vous voulez aller vers transition énergétique c'est les mesures qu'on veut savoir. Par exemple, il y a une hausse des carburants qui est prévue le 1er janvier. Sera-t-elle oui ou non maintenue Benjamin GRIVEAUX ? C'est une question simple !

BENJAMIN GRIVEAUX
Nous maintenons le cap sur la transition écologique.

JEFF WITTENBERG
Est-ce que la hausse sera maintenue le 1er janvier ?

BENJAMIN GRIVEAUX
A nouveau, on peut rentrer dans les sujets par le petit bout de la lorgnette, on peut considérer …

JEFF WITTENBERG
Ce n'est pas le petit bout de la lorgnette pour ceux qui payent leur carburant !

BENJAMIN GRIVEAUX
Oui mais lorsque je vous dis, c'est que c'est le petit bout de la lorgnette sur un sujet central de santé publique, de santé environnementale d'Etat de la planète. On ne peut pas avoir des gens qui, la larme à l'oeil, nous disent quand Nicolas HULOT s'en va c'est terrible et se contrefoutre, pardon du terme, de la question de la fonte des glaces, de la question que le pic du Midi n'ait pas des températures inférieures à zéro …

JEFF WITTENBERG
Mais il y a d'autres moyens cette année …

BENJAMIN GRIVEAUX
Que le lac d'Annecy ait perdu un mètre, un mètre et dire « on balaie ça du revers de la main ». Ce qu'on est en train de dire ….

JEFF WITTENBERG
Ce n'est pas parce qu'on va augmenter l'essence de trois centimes que le lac d'Annecy va remonter !

BENJAMIN GRIVEAUX
Je suis sûr d'une chose, c'est que la fiscalité environnementale, la fiscalité écologique nous permet d'aller vers cette transition, il faut l'assumer c'est difficile, c'est facile d'être populaire en promettant que on fera des chèques carburant. Ca, c'est ce que font les Républicains et donc on met le porte-monnaie des Français dans la main des pétromonarchies du Golfe. Ca n'est pas notre choix pour des questions d'indépendance énergétique et de responsabilité environnementale envers nos enfants. Ces choix-là n'auraient jamais dû être reportés aussi longtemps, ils l'ont été trop longtemps par la précédente majorité mais on assume. C'est difficile et c'est pour ça qu'on accompagne nos compatriotes.

JEFF WITTENBERG
Est-ce vous êtes inquiet, Benjamin GRIVEAUX, à la manifestation de demain à Paris plusieurs milliers peut-être plusieurs dizaines de milliers de Gilets jaunes comme on les appelle vont venir sur le Champ de Mars ou peut-être ailleurs ? On sent une certaine fébrilité à la tête des forces de l'ordre …

BENJAMIN GRIVEAUX
Il n'y a pas de fébrilité mais enfin vous savez …

JEFF WITTENBERG
Une inquiétude en tout cas …

BENJAMIN GRIVEAUX
Vous savez, il y a beaucoup de nos policiers nos gendarmes, en une semaine, il y a plus de policiers de gendarmes qui ont été blessés que pendant les trois mois de Notre-Dame des Landes.

JEFF WITTENBERG
Comment vous l'expliquez ? Comment vous expliquez justement ces débordements ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Parce que vous avez des manifestations qui n'ont pas été déclarés où il s'est passé des drames humains, il y a cette dame qui a perdu la vie en Savoie, cette manifestante sur un site qui n'était pas déclaré. Donc moi j'invite à ce qu'on déclare les manifestations et puis après, il faut se conformer aux règles et aux droits, c'est aussi simple que cela. Personne n'est hors la loi dans le pays, personne, il faut qu'on se conforme aux règles et quand je vois que hier circulent les adresses personnelles de parlementaires de la République en Marche, les adresses des familles de la République en Marche, ça me rappelle des heures sombres de l'histoire. Ce n'est pas l'immense majorité des Gilets jaunes dont je sais la sincérité mais ce sont des petits groupes factieux à qui on offre, je vous le dis sur vos antennes, beaucoup le micro, beaucoup trop à mon goût et qui, ceux-là, marquent d'une croix les portes de nos parlementaires pour rappeler à vos …

JEFF WITTENBERG
Mais vous dites que les Gilets jaunes sont manipulés ?

BENJAMIN GRIVEAUX
Ce que je dis, c'est que vous avez une petite minorité extrêmement politisée à qui on offre volontiers le micro et que ceux-là, ils n'ont pas leur place dans les manifestations. Ceux-là, ils vont chercher la confrontation, la violence et je sais que l'immense majorité des Gilets jaunes, ils ne sont pas dans cet état d'esprit de violence, ils sont en colère, on les entend mais ils ne sont pas violents.

JEFF WITTENBERG
Merci Benjamin GRIVEAUX. On vous a entendu.

BENJAMIN GRIVEAUX
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 26 novembre 2018

Rechercher