Interview de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, à France Bleu Berry le 29 novembre 2018, sur les revendications des gilets jaunes et la situation dans l'Indre. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, à France Bleu Berry le 29 novembre 2018, sur les revendications des gilets jaunes et la situation dans l'Indre.

Personnalité, fonction : GOURAULT Jacqueline.

FRANCE. Ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités locales

ti :
JOURNALISTE
Bonjour Jacqueline GOURAULT.

JACQUELINE GOURAULT
Bonjour.

JOURNALISTE
Vous êtes au téléphone puisque vous êtes encore à Paris, avant d'arriver en Berry dans quelques heures notamment pour parler attractivité de notre département de l'Indre. Parlons d'abord si vous le voulez bien du mouvement des gilets jaunes, qui a bien agité notre territoire à nous aussi, nouvel appel à manifester samedi à Paris, malgré l'intervention du président, vous appeliez, vous, lundi à une nouvelle méthode pour mieux entendre les Français, c'est raté ?

JACQUELINE GOURAULT
Non, ce n'est pas raté, la nouvelle méthode, c'est de faire en sorte de mieux entendre, peut-être de mieux répondre aussi et aujourd'hui même nous avons une réunion avec le Premier ministre, à laquelle je vais participer, très exactement dans une heure, pour préparer justement la manière dont nous allons consulter sur le terrain, ce que le président de la République avait annoncé.

JOURNALISTE
Les gilets jaunes disent qu'ils veulent du concret maintenant, le président dit on va prendre 3 mois.

JACQUELINE GOURAULT
Oui parce qu'on ne peut pas prendre des décisions comme ça du jour au lendemain sans consulter, puisque le président de la République a décidé une consultation. Alors vous voyez, on ne peut pas dire on décide après avoir dit qu'on consultait, parce qu'autrement ça n'est pas respecté bien sûr le dialogue qu'on veut engager avec le terrain.

JOURNALISTE
Alors vous leur dites quoi aux gilets jaunes qui poursuivent le mouvement, on arrête les frais maintenant ?

JACQUELINE GOURAULT
Je leur dis qu'on entend leur malaise, qui à mon avis vient de loin, parce que naturellement je ne crois pas qu'il faille résumer ce malaise et cette expression sociale à ce que… au prix du carburant.

JOURNALISTE
Non, non ils le disent eux-mêmes, c'est vrai, c'est plus général.

JACQUELINE GOURAULT
Le prix du carburant est quelque chose, qui peut être a fait déclencher ce mouvement, mais je crois que c'est quelque chose qui vient de beaucoup plus loin et qui doit être… auquel on doit apporter des réponses qui sont plus précises. Mais en même temps c'est un mouvement très multiple, enfin les gens qui y participent ont des revendications diverses et variées, mais je crois quand même qu'on peut résumer cette situation par, je dirais, un mal-être social, une difficulté finalement sûrement pour beaucoup d'entre eux, ceux qui manifestent, une difficulté à boucler les fins de mois.

JOURNALISTE
Vous venez donc parler notamment cohésion et attractivité aujourd'hui dans l'Indre, est-ce que ce n'est pas un peu paradoxal alors qu'on vient juste de fermer une maternité du côté du Blanc dans un département rural où tout est un peu plus loin finalement ?

JACQUELINE GOURAULT
Ecoutez, ça n'est pas moi qui, comment dire, ai monté ce forum, cette discussion et j'ai bien volontiers répondu à cette invitation parce que je pense que c'est très important de poser le problème, de savoir pourquoi des départements comme l'Indre, vous savez que je connais bien puisque…

JOURNALISTE
Vous êtes voisine.

JACQUELINE GOURAULT
Je suis du Loir-et-Cher.

JOURNALISTE
Bien sûr.

JACQUELINE GOURAULT
Je suis voisine. C'est comment des départements comme l'Indre, qui comme on le sait, connaissent une démographie médicale, une démographie en baisse pardon, comment faire en sorte que ces départements ruraux qui connaissent une baisse de la démographie, retrouvent le chemin du développement, tout simplement.

JOURNALISTE
Vous avez accepté de rencontrer une délégation de soutien à la maternité du Blanc justement, vous allez leur dire quoi concrètement ?

JACQUELINE GOURAULT
Je vais leur dire quoi, je vais leur dire ce que tout le monde sait bien évidemment, c'est que la situation de la maternité du Blanc était en soi un sujet puisque les accouchements ont été suspendus dans cette maternité depuis le mois de juin, par manque de petits d'obstétriciens, du fait de départs en retraite, si je suis bien informée.

JOURNALISTE
Ca, ils le savent.

JACQUELINE GOURAULT
Et que donc la maternité a été fermée pour des raisons de sécurité des patientes et que tout toutefois le site de l'hôpital du Blanc ne sera ni fermé, ni condamné, si je puis dire, puisque la ministre l'a proposé, la ministre de la Santé, un plan de périnatalité sera créé, et ouvert. Et donc je vais aussi écouter ce que disent ceux qui ont souhaité me rencontrer pour voir qu'elle est leur, comment dire, leur réaction par rapport à ce projet.

JOURNALISTE
Ça pourrait être un petit peu tendu peut-être, on peut imaginer en tout cas. Il y a de la colère et puis ça fait des semaines qu'ils attendent qu'on vienne les voir.

JACQUELINE GOURAULT
Oui, je comprends mais il se trouve que je viens et qu'évidemment je vais les rencontrer, je vais écouter, ils vont sûrement m'expliquer leur mécontentement, mais la responsabilité du gouvernement et pas seulement la responsabilité du gouvernement, la responsabilité de ceux qui vivent sur place et notamment ceux qui gèrent l'hôpital de Châteauroux, qui sont des professionnels de santé ont pris cette décision aussi. Vous voyez ce que je veux dire, c'est quelque chose qui a été, si je puis me permettre un diagnostic partagé.

JOURNALISTE
Ce soir vous venez aussi donc parler attractivité du territoire, vous connaissez bien le coin, on l'a dit, vous êtes voisine. L'Indre a perdu en gros 25.000 habitants depuis 30 ans, c'est irrémédiable cette tendance selon vous ?

JACQUELINE GOURAULT
Vous savez dans la vie, jamais rien n'est irrémédiable, mais effectivement c'est un vrai problème pour l'Indre, comme pour d'autres départements et on n'ose pas le dire aussi clairement, je crois que vous venez de le faire et qu'il faut le faire, c'est, effectivement le problème démographique, le problème donc du vieillissement de la population est un vrai problème pour l'Indre. Donc il faut réfléchir, trouver des solutions pour rendre à nouveau ce territoire attractif. Alors par quoi ça passe ? Il y a sûrement plusieurs solutions et je vais aller sur le terrain pour écouter déjà l'avis de ceux qui vivent toute l'année dans l'Indre.

JOURNALISTE
Madame GOURAULT, juste à votre avis, imaginez un jeune couple aujourd'hui dans l'Indre, la voiture est quasi indispensable or le carburant on en parle beaucoup est de plus en plus cher, les postes ferment, les services publics comme les maternités, les Trésoreries publiques aussi, trouver un médecin traitant relève du parcours du combattant, ce n'est pas très attirant pour faire sa vie ici finalement.

JACQUELINE GOURAULT
C'est évident, c'est évident. D'abord vous savez le premier nerf de la guerre, c'est le travail parce que quand vous avez du travail dans un couple les deux ou l'un et que vous gagnez votre vie même si ça n'est pas, comment dire, le seul paramètre.

JOURNALISTE
C'est un bon début.

JACQUELINE GOURAULT
Bien évidemment, c'est quand même par-là que ça commence, c'est l'emploi et à partir du moment où on essaie de trouver des solutions en termes d'implantation, en termes de développement des entreprises qui existent déjà, parce qu'il y a des entreprises qui existent bien sûr dans l'Indre, il faut essayer de trouver le moyen de développer économiquement ce territoire.

JOURNALISTE
Donc ça passe avant tout par l'emploi selon vous ?

JACQUELINE GOURAULT
Oui, alors ça ne suffit pas parce qu'on sait très bien que les couples modernes aujourd'hui ou jeunes quand ils veulent venir dans un département, ils regardent s'il y a des écoles pour leurs enfants, effectivement des équipements médicaux, tout un tas de facteurs.

JOURNALISTE
Mais c'est un bon début.

JACQUELINE GOURAULT
Mais c'est l'emploi qui est la base de tout.

JOURNALISTE
Merci Jacqueline GOURAULT d'avoir été notre invitée ce matin et bonne visite chez nous dans l'Indre aujourd'hui.

JACQUELINE GOURAULT
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 novembre 2018

Rechercher