Déclaration de M. Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, sur la taxation des géants du numérique au niveau européen et sur la Zone euro, à Bruxelles le 4 décembre 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, sur la taxation des géants du numérique au niveau européen et sur la Zone euro, à Bruxelles le 4 décembre 2018.

Personnalité, fonction : LE MAIRE Bruno.

FRANCE. Ministre de l'économie et des finances

Circonstances : Conseil ECOFIN, à Bruxelles (Belgique) le 4 décembre 2018

ti :

Est-ce que vous pensez que l'accord que vous avez trouvé avec l'Allemagne sur la taxe digitale sera en mesure de trouver un accord plus large avec les autres Etats membres ?

M. Bruno Le Maire : "Je pense que c'est un point de départ, je me réjouis que nous ayons pu trouver avec Olaf Scholz un accord sur la taxation des géants du numérique. C'est une base qui est une base solide qui doit permettre de progresser dans la construction d'un accord européen pour la taxation des géants du numérique. Est-ce que cela épuise le débat de la taxation des géants du numérique ? Certainement pas. Est-ce que cela épuise le sujet des problèmes de concentration, de liberté publique, de démocratie qui sont posés par les géants du numérique ? Certainement pas non plus. C'est une première étape dans la bonne direction qui doit nous permettre de parvenir dans les mois qui viennent à une taxation des géants du numérique au niveau européen. Par ailleurs, cet accord prévoit que certains Etats puissent aller plus loin sur la base de la taxation et le champ d'application de la taxation. Nous en France, nous sommes prêts à aller plus loin sur le champ d'application de cette directive européenne. Mais avoir une base commune, je pense que c'est ce qu'il y a de plus important parce que nous avons besoin, nous Etats européens, de nous rassembler face aux géants du numérique plutôt que de nous diviser. Et le fait que la France et l'Allemagne trouvent un accord montre que nous sommes capables de nous rassembler sur ce sujet-là au lieu de nous diviser. La division c'est toujours la tentation facile, c'est la solution de facilité. Chacun fait les choses dans son coin. Se rassembler, surtout sur les questions fiscales, c'est ce qu'il y a de plus difficile et je me réjouis que nous soyons parvenus avec Olaf Scholz à surmonter nos divergences pour parvenir à cet accord commun sur la taxation des géants du numérique.

Un petit mot aussi sur l'accord qui est intervenu hier sur la zone euro, accord obtenu après de nombreuses heures de négociations puisque nous avons fini vers 8h00 du matin la négociation, je pense que c'est une étape majeure dans le renforcement de la zone euro. Nous avons mis en place un filet de sécurité, le backstop, nous avons renforcé le mécanisme européen de stabilité, nous avons posé les bases d'un budget européen de la zone euro. C'est une étape majeure dans le renforcement de la zone euro. C'est ce qui doit permettre à la zone euro de faire face à toute nouvelle crise économique ou financière. Il était essentiel surtout dans les temps économiques difficiles que nous traversons, de parvenir à cet accord sur le renforcement de la zone euro. Je pense que tous les citoyens de la zone euro doivent pouvoir se dire désormais, avec cet accord, la zone euro est plus solide, elle est plus stable, elle est mieux armée pour faire face à des crises économiques ou à des crises financières".


Source https://ue.delegfrance.org, le 5 décembre 2018

Rechercher