Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la politique d'immigration, à l'Assemblée nationale le 11 décembre 2018. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la politique d'immigration, à l'Assemblée nationale le 11 décembre 2018.

Personnalité, fonction : LEMOYNE Jean-Baptiste.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2018

ti :

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Comme tous les grands défis mondiaux, vous l'avez rappelé, ils ne peuvent pas se relever seuls, par les Etats, de façon isolée. Nous avons besoin de travailler main dans la main, Etats d'origine, Etats de transit, Etats de destination.

C'est également vrai au niveau de l'Europe : regardez ce qui se passe lorsque la Hongrie ferme ses frontières, c'est l'Italie qui "trinque." On voit bien qu'il y a, à la fois, une nécessaire solidarité européenne, et un nécessaire travail qui doit se faire entre tous les Etats concernés. C'est justement ce que consacre ce pacte : un principe de responsabilité partagé. C'est une véritable boîte à outils dont nous sommes amenés à nous emparer pour apporter des réponses concrètes, efficaces et efficientes aux racines de ce sujet. Cela passe par une lutte contre les passeurs, celles et ceux qui profitent de ces personnes dans la détresse, cela passe par un travail sur la réadmission avec les Etats d'origine, cela passe par une politique de développement ambitieuse.

La France se dirige vers l'objectif des 0,55% du revenu national brut dédié à cela, afin de permettre à la souveraineté nationale de s'exercer à travers les décisions du gouvernement et à travers les délibérations du parlement. C'est si vrai que vous avez ici débattu entre les mois de février et août dernier de la politique migratoire au travers d'une loi que vous avez adoptée. Le débat était à la fois riche et fourni. Pour notre part, il s'articule autour de deux grands principes : l'humanité et la fermeté. L'humanité parce que, oui, il y a un certain nombre de droits de base qui s'appliquent à toute personne quel que soit son statut, et nous sommes au lendemain des 70 ans de l'adoption de la déclaration universelle des droits de l'Homme.

Par ailleurs, la fermeté parce qu'effectivement, il est nécessaire d'obtenir des résultats. Nous sommes à l'oeuvre. En tout cas, vous pouvez être fiers de cet hémicycle, avec de beaux visages comme Huguette Tiegna ou Valéria Faure-Muntian qui elles aussi adhèrent à la communauté nationale, après avoir vécu sous d'autres cieux.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 12 décembre 2018

Rechercher