Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, avec France Info le 21 décembre 2018, sur les mesures du gouvernement en faveur du pouvoir d'achat et les fonctionnaires. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Olivier Dussopt, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'action et des comptes publics, avec France Info le 21 décembre 2018, sur les mesures du gouvernement en faveur du pouvoir d'achat et les fonctionnaires.

Personnalité, fonction : DUSSOPT Olivier, ACHILLI Jean-François .

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'action et aux comptes publics;

ti :


JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
On va se poser une question qui intéresse directement un peu plus de 5 millions de fonctionnaires aujourd'hui en France. Vont-ils eux aussi comme certains retraités, comme les policiers également bénéficier d'un coup de pouce en cette fin d'année ? Bonjour Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour.

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Vous êtes secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics. Vous recevez les syndicats de fonctionnaires dans un peu moins de 2 h 00 maintenant à Bercy. Est-ce que vous allez les augmenter ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous allons leur dire que le président de la République a fait un certain nombre d'annonces ; et que la plupart de ces annonces concernent aussi les fonctionnaires et les retraités de la fonction publique. Les annonces qui ont été faites visent à augmenter le revenu de celles et ceux qui sont rémunérés au niveau du Smic. Ça sera le cas pour les agents publics, qu'ils soient titulaires ou contractuels, ils ont le droit à l'augmentation de la prime d'activité comme les salariés du secteur privé. C'est le cas aussi pour les retraités de la fonction publique, dès lors… on parle d'une personne seule toujours en termes de référence, dès lors que leur revenu sera inférieur à 2.000 € nets par mois, il y aura la baisse du taux de CSG pour les retraités de la fonction publique.

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Ce sera les mesures d'urgence et rien de plus, il n'y a pas de coup de pouce attendu notamment sur les salaires ?

OLIVIER DUSSOPT
Ce sont les mesures d'urgence comme dans le secteur privé. A aucun moment, les annonces du président de la République ont consisté à annoncer une augmentation des salaires de manière générale dans le secteur privé…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Hier, les policiers ont bénéficié d'un coup de pouce assez important !

OLIVIER DUSSOPT
Les policiers ont bénéficié d'un coup de pouce d'une quarantaine d'euros par mois, avec une enveloppe supplémentaire liée à l'aménagement et à la réussite d'une réforme sur les rythmes de travail. Et c'est une profession dont on sait qui est particulièrement exposée et qui doit faire face à un certain nombre de situations dangereuses, difficiles et de plus en plus fréquentes malheureusement ces dernières semaines.

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Vous confirmez que le point d'indice des fonctionnaires est bloqué pour 2019, il n'y aura pas à bouger là-dessus ?

OLIVIER DUSSOPT
J'ai eu l'occasion de le dire dès le mois de juin 2018, pour une raison très simple. Lorsque nous augmentons le point d'indice de 1 %, le coût en termes de dépense publique, le coût global est de 2 milliards d'euros. Or pour un fonctionnaire qui gagne 2.000 € par mois, cela représente une augmentation de moins de 15 € ; et pour un fonctionnaire au Smic c'est une augmentation de moins de 8 €. Donc il y a un coût collectif très important pour un avantage individuel très faible. Nous passons par d'autres moyens, je l'ai dit, les mesures d'urgence, que ce soit la prime d'activité, la CSG mais aussi les heures supplémentaires puisque nous avons des agents publics…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
La prime d'activité, si on rentre dans le détail, on se rend compte qu'elle était touchée aujourd'hui par 8 % des fonctionnaires, elle le sera après cette réforme par 12 % des fonctionnaires, c'est un effort quand même qui est très limité.

OLIVIER DUSSOPT
On peut donner des chiffres en valeur derrière ce pourcentage, il y a…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
12 % des fonctionnaires, ça touche 1 sur 9, c'est-à-dire qu'il y en a 9 sur 10 qui ne touchent rien.

OLIVIER DUSSOPT
Il y avait 400.000 fonctionnaires qui touchaient la prime d'activité, l'objectif c'est qu'il y en ait 600.000. Et ces 600.000 non seulement la toucheront mais connaîtront aussi l'augmentation qui a été annoncée de 100 € par mois au niveau du Smic. Je le disais il y a un instant, nous avons fait d'autres choix et le choix est notamment de travailler dans la durée. Le gouvernement précédent avait négocié un protocole qui s'appelle le PPCR, Protocole parcours carrière et rémunération. Nous appliquons ce protocole, il représente un engagement très fort puisque c'est 11 milliards d'euros de cumulés sur 5 à 6 années. En juin 2018 – et je l'ai confirmé au mois d'octobre devant les organisations syndicales, avant le mouvement dit des gilets jaunes – j'avais indiqué que tout le protocole serait tenu d'ici 2022 ; et qu'avec les mesures catégorielles comme l'augmentation de la prime de gérontologie, comme la revalorisation d'un certain nombre d'indemnités, pour 2019 en plus de l'avancement nous mettons sur la table si l'on peut dire 1 milliard d'euros pour l'ensemble des agents publics. A ce milliard d'euros s'ajoutent les mesures d'urgence sur les heures supplémentaires et sur la prime d'activité.

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Il y a une autre mesure qui a été adoptée cette nuit-même par l'Assemblée nationale, qui concerne la prime de 1.000 euros défiscalisée. Est-ce que vous allez la verser aux fonctionnaires ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est une prime facultative et au maximum de 1.000 euros dans le secteur privé. Nous n'avons pas prévu ce dispositif dans la fonction publique…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Est-ce qu'il n'est pas un peu étrange que l'Etat demande à toutes les entreprises, publiques comme privées, de verser cette prime mais que l'Etat ne la verse pas l'Etat lui-même aux fonctionnaires ?

OLIVIER DUSSOPT
L'Etat le demande aux entreprises qui le peuvent et qui le veulent…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
L'Etat n'a pas les moyens de la verser !

OLIVIER DUSSOPT
Et l'Etat n'aurait pas forcément les moyens de la verser, puisque si nous versons cette prime dans les mêmes conditions, c'est-à-dire aux fonctionnaires qui gagnent moins de 3.600 euros par mois, cela représente un coût cumulé : Etat, hôpitaux et collectivités locales de 5 milliards 100 millions d'euros, ce qui vous en conviendrez est énorme…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Il n'y a plus d'argent dans les caisses, là ça y est, on a donné aux gilets jaunes, aux policiers, il n'y a plus rien, c'est terminé jusqu'à la fin du quinquennat !

OLIVIER DUSSOPT
Nous n'avons pas donné aux gilets jaunes, nous avons répondu à une attente qui consiste à augmenter la prime d'activité et l'ensemble de celles et ceux qui sont rémunérés autour du Smic, tous ne portaient pas un gilet jaune…

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Vous dites aux fonctionnaires « il n'y a plus d'argent dans les caisses » !

OLIVIER DUSSOPT
Il n'y a pas d'argent depuis longtemps et nous dépensons actuellement 20 % de plus que ce que nous gagnons chaque année avec un déficit que l'on connaît. Je répète que les mesures d'urgence s'appliquent aux agents publics, à l'exception de la prime exceptionnelle et que par ailleurs, nous avons pris un certain nombre de décisions que j'ai confirmées le 22 octobre devant l'ensemble des syndicats, qui représentent un engagement d'un milliard d'euros pour l'année 2019 en plus de l'avancement. Et nous continuerons, dans le cadre du projet de loi sur la modernisation de la fonction publique, à travailler et à avancer, y compris pour mieux reconnaître l'engagement, le mérite comme on dit parfois même si je n'aime pas le mot, qu'il soit collectif ou individuel.

JEAN-FRANÇOIS ACHILLI
Merci à vous Olivier DUSSOPT, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics. Vous recevez donc tout à l'heure les syndicats de fonctionnaires à 9 h 30 à Bercy.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 décembre 2018

Rechercher