Conseil des ministres du 23 mai 2018. La mise en oeuvre de «Parcoursup». | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 23 mai 2018. La mise en oeuvre de «Parcoursup».

Personnalité, fonction : VIDAL Frédérique.

FRANCE. Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation

ti : La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation a présenté une communication relative à la mise en oeuvre de « Parcoursup ».

812 000 candidats se sont inscrits sur « Parcoursup » afin de formuler leurs voeux d'entrée dans l'enseignement supérieur. Leurs candidatures ont été examinées par les équipes pédagogiques des 13 284 formations d'enseignement supérieur présentes sur « Parcoursup ». Pour la première fois, les recteurs ont fixé des quotas garantissant l'accès d'un nombre minimal de boursiers à chaque formation, sélective ou non.

Le 22 mai 2018 marque le commencement de la phase d'admission des candidats sur « Parcoursup », qui se poursuivra jusqu'au 21 septembre. « Parcoursup » fonctionne en continu et de manière progressive : chaque fois qu'un candidat fait un choix, il libère des places qui sont immédiatement proposées à d'autres candidats. La situation évolue donc chaque jour sur la plateforme et chaque voeu formulé donne lieu à une réponse individualisée.

Au 23 mai, 1 137 000 propositions ont d'ores et déjà été faites à 434 727 candidats. Plus de 63 000 propositions ont d'ores et déjà été acceptées par les futurs étudiants. 346 129 candidats sont pour l'heure en attente de recevoir une proposition à l'un de leurs voeux. Cela correspond aux prévisions faites par les équipes de « Parcoursup ». Ces candidats, qui peuvent voir leur rang dans le classement de la liste, verront leur situation évoluer rapidement au cours des prochaines semaines. Au 18 juin, date du début des épreuves écrites du baccalauréat, plus des 2/3 des candidats auront eu au moins une proposition. D'ici la rentrée universitaire, tous les candidats qui souhaitent rejoindre une formation d'enseignement supérieur auront eu une proposition d'admission. Enfin, les établissements formuleront 134 684 propositions avec accompagnement personnalisé (« Oui si »), ce qui met en lumière la mobilisation des universités pour proposer dès cette année des parcours de réussite adaptés à la diversité des profils des étudiants.

« Parcoursup » donnant le dernier mot au futur étudiant, les candidats avaient la possibilité, dans l'ensemble des filières, de ne formuler des voeux que dans des filières sélectives. Cela explique que près de 29 000 candidats au 23 mai aient pu ne recevoir que des réponses négatives. Le Plan Etudiants permet à ces candidats d'être accompagnés dès maintenant par une commission d'accès à l'enseignement supérieur constituée dans chaque académie et, pour l'Ile-de-France, à l'échelle de la région académique. Présidée par le recteur et représentant l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur, cette commission a pour responsabilité d'identifier une proposition pour chacun des candidats au plus près de leurs voeux. Pour y parvenir, le recteur dispose de la capacité d'inscrire d'office le candidat dans une formation avec l'accord de ce dernier. A compter des résultats du baccalauréat, le 6 juillet, la commission accompagnera l'ensemble des candidats qui n'auraient pas encore eu de proposition.

Enfin, dans une démarche de transparence, le code informatique de « Parcoursup » a été rendu public, avant le début des admissions. Des indicateurs, accessibles à tous, permettent également de suivre chaque jour l'évolution du processus d'admission.

Rechercher