Conseil des ministres du 19 septembre 2018. La rentrée universitaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 19 septembre 2018. La rentrée universitaire.

Personnalité, fonction : VIDAL Frédérique.

FRANCE. Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation

ti : La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation a présenté une communication relative à la rentrée universitaire.

Entre le mois de septembre et le mois d'octobre, près de 2 700 000 étudiants font leur rentrée dans les établissements d'enseignement supérieur en France. A partir de cette année, ils sont mieux accueillis et mieux accompagnés grâce à la mise en place du plan étudiants. Le Gouvernement a fait de l'accès et de la réussite dans les études supérieures une priorité absolue, qui se décline à la fois sur le plan pédagogique, avec une personnalisation des parcours, et sur le plan des conditions matérielles d'études, avec un net allègement du coût de la rentrée 2018.

Le premier objectif du plan étudiants est de favoriser la réussite dans l'enseignement supérieur, à l'heure où deux étudiants sur trois échouent ou abandonnent dès la fin de la première année de licence. Cet échec endémique s'explique principalement par une orientation insuffisamment préparée et accompagnée, qui conduisait trop d'étudiants à faire des choix par défaut ou à s'engager dans des formations sans avoir une pleine conscience de la réalité de l'enseignement qui y était dispensé.

Les étudiants qui entrent cette année dans l'enseignement supérieur sont pionniers : ils sont les premiers à avoir bénéficié d'un véritable accompagnement tout au long de l'année de terminale, grâce au dédoublement des professeurs principaux, à la création de deux semaines dédiées à l'orientation et à l'ensemble des informations et des services proposés directement sur Parcoursup.

Cet accompagnement se prolonge tout au long de leur scolarité, puisque ce sont désormais les formations qui s'adaptent aux profils de leurs étudiants, et non plus l'inverse. 135 000 parcours personnalisés ont été proposés via la plateforme Parcoursup. Ils se traduisent notamment par l'adaptation du rythme d'études pour chaque étudiant, qui pourra disposer du temps et des enseignements nécessaires pour consolider ses acquis ou sa méthodologie, mais aussi par la construction de passerelles entre les formations, pour que les étudiants qui se réorientent ne se trouvent plus en situation d'échec.

Ce changement de paradigme est également amorcé en première année commune d'études de santé (PACES), grâce à une expérimentation lancée dès cette rentrée en lien avec le ministère des solidarités et de la santé. Dans quatre établissements, les étudiants qui ne sont pas admis en deuxième année de PACES ne redoubleront pas, mais poursuivront leur cursus en deuxième année de licence. Ils pourront ainsi valoriser leurs acquis et auront une nouvelle chance, à l'issue de la deuxième ou de la troisième année, de rejoindre les études médicales.

Enfin, 104 établissements d'enseignement supérieur font partie à la rentrée 2018 du réseau d'animation des « étudiants ambassadeurs » : les étudiants en service civique accompagneront leurs camarades entrant dans l'enseignement supérieur. En lien avec le secrétariat d'Etat chargé des personnes handicapées, un volet spécifique est consacré à l'accompagnement des étudiants en situation de handicap.

Le second volet de la loi n°2018-166 du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants vise à réduire l'échec en améliorant les conditions matérielles d'études. C'est pourquoi, avec le plan étudiants, le Gouvernement a pris un engagement fort et le coût de la rentrée étudiante 2018 est en très nette baisse.

Dès cette rentrée, la cotisation au régime de sécurité sociale étudiante, d'un montant de 217 euros, est supprimée. En parallèle, une contribution vie étudiante et de campus (CVEC), d'un montant de 90 euros, a été mise en place. Au total, cela représente un gain net de pouvoir d'achat de 100 millions d'euros pour l'ensemble des étudiants et leurs familles. Pour tous les étudiants à l'université, les droits d'inscription baissent respectivement de 14 euros en Licence, de 13 euros en Master et de 11 euros en Doctorat. Le prix du ticket de restauration universitaire fait lui aussi l'objet d'un effort : il a été gelé pour la troisième année consécutive à 3,25 euros.

Une amélioration de la qualité de service est attendue. Grâce à la CVEC, près de 100 millions d'euros supplémentaires seront investis directement sur les campus pour créer de nouveaux centres de santé, améliorer l'accès au sport et à la culture et financer les initiatives de vie étudiante, sous forme d'un budget participatif : les étudiants pourront donner leur avis sur les futurs équipements qu'ils souhaitent voir se développer.

De plus, alors que chaque année, des retards et des décalages de versement des bourses étaient constatés, les Centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires (CROUS) se sont engagés, dans le cadre du plan étudiants, à mettre en paiement dès le 30 août le premier mois de bourse de l'année dès lors que l'étudiant avait rempli son dossier avant la fin du mois de juillet. Cet engagement a été tenu : au 5 septembre 2018, deux fois plus de bourses (soit 358 000) avaient effectivement été versées par rapport à la même date en 2017. Cette mise en paiement anticipée se double désormais d'un engagement de paiement à date : à compter du mois d'octobre, toutes les bourses seront mises en paiement avant le 5 de chaque mois.

Enfin, alors que l'accès au logement constitue l'une des principales difficultés matérielles auxquelles sont confrontés les étudiants, le Gouvernement a donné un nouvel élan à la mobilisation dans ce domaine. En lien avec le ministère de la cohésion des territoires, le « plan 80 000 » a été lancé : il prévoit 60 000 logements supplémentaires pour les étudiants et 20 000 pour les jeunes actifs sur cinq ans. Dès 2018, grâce au dispositif « Visale » mis en place avec Action logement, tous les étudiants peuvent accéder à une garantie locative gratuite.

Rechercher