Entretien de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec RMC le 7 janvier 2019, sur l'impact de la crise des "Gilets jaunes" sur le tourisme en France. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec RMC le 7 janvier 2019, sur l'impact de la crise des "Gilets jaunes" sur le tourisme en France.

Personnalité, fonction : LEMOYNE Jean-Baptiste.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

ti : Q - Jean-Baptiste Lemoyne est avec nous. Bonjour Jean-Baptiste Lemoyne.

R - Bonjour.

Q - Vous êtes secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères. Vous êtes en charge, Jean-Baptiste Lemoyne, du tourisme. Quel est le bilan aujourd'hui et à combien se monte la facture des Gilets jaunes par rapport au tourisme ?

R - On n'a pas d'éléments totalement consolidés, avec Didier Chenet nous nous retrouvons régulièrement avec Bruno Le Maire pour analyser les impacts ressentis par les acteurs sur le terrain. Ce que l'on peut voir c'est qu'il y a eu en décembre une chute d'un certain nombre de réservations aériennes de l'ordre de 4 à 5%, un certain nombre d'hôteliers ont été impactés. Plus on est proche notamment de cette zone du 8e arrondissement, plus l'impact est important ; pour certains, cela va de l'ordre de 10 à 20% de réservations qui parfois ont été annulées. Toutes ces images ne sont pas bonnes. Là où on peut retrouver des raisons d'espérer, c'est que l'année 2018 est une année qui s'est globalement bien déroulée...

Q - Pardonnez-moi, Monsieur le Secrétaire d'Etat, mais on apprenait la semaine dernière que le Louvre avait battu son record d'affluence. Une année exceptionnelle.

R - Exactement. Vous m'enlevez les mots de la bouche. L'année 2018 a été une année exceptionnelle. Après les attentats que nous avons connus il y a quelques années, il y a véritablement une relance de la destination. Et respect à tous les professionnels y ayant participé. Nous souhaitons continuer sur cette lancée.

Q - C'est 25% de plus que l'année dernière, que 2017, pour le Louvre. On parle de 10,2 millions de visiteurs. Donc, effectivement, une année très forte. Mais ce week-end, Jean-Baptiste Lemoyne sur les Champs-Elysées il y avait des Gilets jaunes dans la rue et des touristes sur les trottoirs. Ils étaient là les touristes.

R - Oui, tout à fait. Les touristes n'ont pas délaissé la France et heureusement. D'ailleurs, tous nos bureaux, les bureaux d'Atout France à l'étranger sont mobilisés pour envoyer des messages quant au caractère aussi très circonscrit du phénomène sur certaines zones. Parce que, dans Paris, on voit aussi des phénomènes de vases communicants qui existent. J'étais personnellement au mois de décembre pour une tournée dans le sud-est asiatique pour rassurer les tours opérateurs, pour leur dire que les forces de l'ordre étaient mobilisées pour assurer la sécurité de tout un chacun.

Q - Si vous faites cela, c'est parce que certains pays recommandent officiellement à leurs ressortissants de ne plus venir à Paris. On parle des Etats-Unis, de la Suède et de la clientèle asiatique.

R - C'est pour cela qu'il est très important de faire de la pédagogie. Parce que, on le sait, ces phénomènes sont localisés dans le temps, dans l'espace, c'est le samedi, c'est sur certains points. Il est donc très important d'expliquer que la destination France, qui se nourrit de multiples destinations, de multiples activités, reste très attractive. Je vous donne un exemple : la France est aussi forte pour son tourisme de montagne ; fort heureusement, nous voyons par exemple que la clientèle britannique est au rendez-vous pour les sports d'hiver...

Q - ...oui mais parce que l'on n'a pas entendu parler des Gilets jaunes à Chamonix, Monsieur Lemoyne, évidemment !

R - Tout cela pour dire que nous avons une chance c'est que le tourisme national est fort aussi de sa diversité...

Q - Vous avez l'air content, tant mieux, moi, je suis ravie, c'est une très bonne nouvelle...

R - Non, pas du tout. Ce n'est pas ça. Je déplore naturellement un certain nombre d'images qui sont véhiculées et ce n'est pas rendre service à l'image de la France. Ce sont des richesses économiques en moins pour notre pays, parce que le touriste aujourd'hui en un clic part sur d'autres destinations. Donc, nous avons un travail considérable et notre mobilisation est totale.

Q - Qu'attendez-vous des mesures d'ordre public qui vont être annoncées ce soir par le Premier ministre ? Que lui demandez-vous au Premier ministre ? Qu'est-ce que vous espérez qu'il dise ?

R - Je pense que ce sera l'occasion, pour tous ceux qui nous regardent hors de France, de voir qu'il y a la détermination à maintenir l'ordre public et à faire en sorte que la France soit un territoire où l'on peut aller et venir.

Q - Le Premier ministre parle pour l'étranger ce soir aussi ?

Q - Il parle avant tout pour les Français. Mais ce que je veux dire, c'est que cela va montrer une détermination : celle du maintien de l'ordre public et du fait que l'on peut aller et venir en toute sécurité sur le territoire national.

Je peux vous dire que, pour ma part, vendredi, je serai en visio-conférence avec tous nos ambassadeurs qui sont dans les pays qui envoient le plus de touristes étrangers, pour véritablement déployer un plan de bataille, rassurer les tours opérateurs, rassurer ses clientèles, parce que le tourisme est un secteur très important de notre économie. C'est 6% du PIB, ce sont de nombreux emplois. On ne peut pas se permettre de laisser se casser une machine qui était repartie.

Q - C'est pour cela que nous souhaitions vous avoir avec nous. Merci Jean-Baptiste Lemoyne d'avoir pris le temps de nous répondre.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 9 janvier 2019

Rechercher