Entretien de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec BFM TV le 11 janvier 2019, sur l'impact de la crise des "Gilets jaunes" sur le tourisme. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec BFM TV le 11 janvier 2019, sur l'impact de la crise des "Gilets jaunes" sur le tourisme.

Personnalité, fonction : LEMOYNE Jean-Baptiste.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

ti :

Q - Bonjour Jean-Baptiste Lemoyne. Merci d'être avec nous en direct. Vous êtes le secrétaire d'Etat en charge du tourisme, et allez organiser tout à l'heure une visioconférence avec une quinzaine d'ambassadeurs. Est-ce une façon en fait de prendre le pouls, de voir ce que l'on dit de nous à l'étranger ?

R - Tout à fait, parce que le tourisme, c'est 7 à 8% de la richesse nationale, ce sont de nombreux emplois, de nombreuses retombées économiques, de l'ordre de 54 milliards par an. Il est donc important de pouvoir évaluer l'impact du mouvement des images qui ont circulé partout dans le monde pour pouvoir, le cas échéant, bâtir un plan de relance de la destination, parce que la France, vous le savez, est championne du monde du tourisme : nous espérons en 2018 avoir 90 millions de touristes internationaux.

Mais le tourisme, c'est aussi quelque chose de très volatile. Et un touriste américain, japonais ou chinois, en un coup de clic sur Internet, il peut aussi changer de destination. Il est donc important de faire beaucoup de pédagogie, de rassurer sur le fait que ces événements sont circonscrits en termes d'espace.

Donc, vous le voyez, nous sommes entièrement mobilisés, avec nos ambassadeurs, pour faire rayonner la marque France, faire de la pédagogie. Et je voulais aujourd'hui faire le point avec eux.

Q - Les remontées de terrain que vous avez, elles sont comment, Jean-Baptiste Lemoyne ? Il y a un tel besoin de faire la promotion de la destination France ?

R - Les impacts sont très différenciés. Naturellement, plus on est au coeur de Paris et du 8e ou 16e arrondissement où ont eu lieu un certain nombre d'évènements plus l'impact est important pour certains hôtels haut de gamme, ça a été de l'ordre de moins 20% sur le mois de décembre. Mais à l'inverse, la destination France est faite d'une multiplicité de destinations et sur les territoires, dans nos régions, l'impact a été beaucoup plus contenu. Aujourd'hui, les tendances que nous observons, c'est qu'à partir du mois de mars prochain, les arrivées aériennes internationales de touristes repartent à la hausse, y compris par rapport à l'année dernière. Cela veut dire que nous avons bon espoir, une fois la situation stabilisée, le grand débat national lancé, que nous retrouvions un cercle vertueux, un cercle positif.

Q - On voulait aussi vous entendre sur les chiffres du CEVIPOF, le Centre d'Etude de la Vie Politique, avec un sentiment de défiance assez généralisé vis-à-vis de tous les acteurs de la démocratie, en particulier des politiques justement. Quand on parle aux Français de politique, les premiers mots qui arrivent c'est méfiance et dégoût, plus 7 points pour le dégoût.

R - Je crois que, hélas, cela ne date pas d'aujourd'hui.

Q - Et cela empire.

R - Il y a une défiance qui s'est installée depuis quelques décennies. En tous les cas, je crois que, plus que jamais, il faut être sur le terrain. Vous le savez, je suis un élu local, j'ai été maire, je suis conseiller municipal, hier j'étais dans l'Yonne dans mon département, en rencontrant d'ailleurs des gilets jaunes, en rencontrant les élus et justement, ces maires, qui sont les véritables piliers de la République, les hussards de la République, ils ont à coeur de renforcer la cohésion sociale, le lien social et j'appelle donc les Français à s'en saisir, à s'emparer du Grand Débat, parce que c'est l'occasion que mille idées puissent éclore et très clairement, pouvoir prendre en compte un certain nombre de leurs aspirations.

Q - Merci, Jean-Baptiste Lemoyne, d'avoir répondu aux questions du live BFM.


Source https://www.gouvernement.fr, le 14 janvier 2019

Rechercher