Interview de M. François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, avec BFMTV le 17 janvier 2019, sur le Grand débat national et les questions écologiques. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, avec BFMTV le 17 janvier 2019, sur le Grand débat national et les questions écologiques.

Personnalité, fonction : RUGY François de, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de la transition écologique et solidaire;

ti :

JEAN-JACQUES BOURDIN
François de RUGY est notre invité ce matin. Bonjour.

FRANÇOIS DE RUGY
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci d'être avec nous. Je vais évacuer l'affaire BENALLA tout de suite, parce que c'est un sparadrap ce BENALLA, qui colle à la peau du gouvernement, du président de la République, de l'Elysée, on en parle sans cesse, non, vous n'en avez pas assez de cette affaire BENALLA ?

FRANÇOIS DE RUGY
Moi, j'en ai assez de l'importance qu'on lui donne. La seule question qui était légitime, c'était de savoir si monsieur BENALLA continuait à avoir une activité en lien avec l'Elysée, la fameuse question des passeports diplomatiques, les gens pouvaient même se demander : mais, est-ce que finalement, il ne joue pas un rôle pour la diplomatie française ? La réponse est non, ça, c'est clair et net, il n'a aucune activité politique, il est plutôt dans des activités d'affaires, il est avec des entreprises, il n'aurait pas dû bénéficier pour cela de passeports diplomatiques, évidemment, mais ça n'a rien de politique.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça n'a rien de politique, passeports diplomatique, téléphone crypté, et peut-être même maintenant faux papiers pour obtenir un passeport diplomatique. L'Elysée d'ailleurs devrait déposer plainte, non ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ah, mais monsieur STRZODA, le directeur de cabinet du président de la République, a déjà saisi le procureur de Paris, et il y a déjà des procédures qui sont en cours…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il a saisi sur ces faux papiers, ce soupçon de faux papiers, il a saisi le procureur de la République ?

FRANÇOIS DE RUGY
Eh bien, et vous savez que le procureur de la République a relancé une enquête en plus de celle qui existait déjà…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pour abus de confiance…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà, ou les actes de violence que monsieur BENALLA avait commis, et donc maintenant, la justice va faire son travail en toute indépendance, elle l'a fait d'ailleurs avec beaucoup de rapidité, ce qui est tout à fait normal…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc il y a eu une enquête préliminaire ouverte fin décembre, est-ce qu'il va y avoir un nouveau dépôt de plainte par l'Elysée, cette fois ?

FRANÇOIS DE RUGY
En tout cas, sur la question de ces papiers, de l'utilisation de ces papiers, l'enquête est ouverte…

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'utilisation est une chose, la fabrication d'un passeport diplomatique avec de faux papiers en est une autre…

FRANÇOIS DE RUGY
Ah, mais si monsieur BENALLA se rend coupable en plus, soit, de fabrication, soit d'utilisation de faux papiers, évidemment qu'il sera interrogé par la justice sur ce point.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien, le grand débat national, parlons d'environnement, d'écologie, parce que…

FRANÇOIS DE RUGY
Un des quatre sujets de ce grand débat national…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, un des quatre sujets, mais je me demande si dans ce grand débat, les citoyens s'emparent de ces questions-là, alors vous dites, vous dites, et j'ai écouté, enfin, j'ai lu vos voeux hier : je veux être le ministre de l'Ecologie des citoyens, c'est bien cela ?

FRANÇOIS DE RUGY
Oui.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça veut dire quoi ?

FRANÇOIS DE RUGY
Vous savez, nous faisons tous et toutes d'une façon ou d'une autre de l'écologie, quand on est entrepreneur, quand on est une association, quand on est un élu local, national, et tout simplement, quand on est un consommateur aussi ; beaucoup de Français, par leurs actes de consommation, d'ailleurs, font des choix qui ont un impact sur l'environnement, voyez le développement des produits bio dans les supermarchés, c'est clairement parce que les consommateurs le veulent, mais le point commun, c'est que nous sommes des citoyens, et c'est que nous avons à la fois des actions individuelles, mais au service d'un intérêt général, d'une cause collective, qui est par exemple la lutte contre le dérèglement climatique, la lutte contre le dérèglement climatique, ça nous concerne tous, et il faut évidemment que ce soit en sorte notre affaire à tous…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, ça, c'est le discours général, c'est notre affaire…

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, mais derrière, ça des déclinaisons dans le concret…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais on est d'accord, mais on est d'accord. Alors, soyons concrets, la taxe carbone a été abandonnée cette année.

FRANÇOIS DE RUGY
Enfin, la hausse qui était prévue au 1er janvier…

JEAN-JACQUES BOURDIN
La hausse…

FRANÇOIS DE RUGY
Nous ne l'avons pas faite, ça, c'est clair…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon. Est-ce que le 1er janvier 2020…

FRANÇOIS DE RUGY
Chose promise, chose due !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, mais est-ce que le 1er janvier 2020, il y aura une hausse du prix des carburants ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ah, pour l'instant, ce n'est pas prévu, non, c'est pour ça que moi, je dis que nous le mettons en débat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'est pas prévu ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ah non, vous savez que, eh bien, nous avons stoppé la trajectoire qui avait été votée par le Parlement, elle avait été votée d'ailleurs une première fois, vous le savez, en 2015, alors que Ségolène ROYAL était ministre, et elle avait été votée une deuxième fois en 2017, alors que c'était Nicolas HULOT après l'élection d'Emmanuel MACRON. A partir de là, nous savons aujourd'hui, d'ailleurs, il faut dire les choses aux Français, et moi, l'occasion du grand débat, c'est de mettre les choses sur la table, il y a eu une demande des Français de savoir mais : qu'est-ce que c'est que ces taxes écologiques, à quoi servent d'ailleurs les sommes qui sont ainsi collectées, nous avons en France une taxe carbone qui est de 44,50 euros sur la tonne de carbone, et ça, ça nous place en Europe au troisième rang, nous sommes un des pays où nous avons fait le plus d'efforts en la matière. Sur le litre de carburant, soyons concrets, si nous avions appliqué la hausse qui était prévue au 1er janvier, il y a quelques jours, on aurait eu 3 centimes de hausse du prix de l'essence, 3 centimes. Il y avait sur le diesel un peu plus, puisqu'il y avait aussi la convergence entre le diesel et l'essence, ça faisait…

JEAN-JACQUES BOURDIN
7 centimes…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà, donc, mais la taxe carbone, elle-même, c'est 3 centimes, moi, souvent, quand j'ai dit aux Français, quand j'ai dit aux gilets jaunes, j'ai dit : mais vous savez combien c'est cette hausse, et que je leur disais, c'est 3 centimes, ils me regardaient un peu avec des yeux ronds, parce qu'on leur avait tellement dit que la hausse des carburants du mois d'octobre, qui était plutôt de l'ordre de 20 à 30 centimes, c'était la taxe carbone, ah bon, finalement tout ça pour ça, donc, mettons ça en débat dans le grand débat national, est-ce que déjà…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, pas de hausse de cette taxe cette année ?

FRANÇOIS DE RUGY
Cette année, ça, c'est clair…

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'année prochaine, non plus.

FRANÇOIS DE RUGY
Rien n'est prévu, mais non, parce que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'année prochaine, il n'y aura pas de hausse de taxes ?

FRANÇOIS DE RUGY
On a dit aux Français, je l'ai dit moi-même ici, dans un débat avec des gilets jaunes, sur BFM TV, mais, ce que je veux dire, c'est que la question, elle se pose, est-ce que, 1°) : la taxe carbone, c'est le bon levier d'action pour lutter contre le dérèglement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'on pourrait abandonner… est-ce que vous pourriez abandonner la taxe carbone ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ce qui a été fait, on ne l'abandonnera pas, ça, il faut être clair. Et ça, Emmanuel MACRON l'a dit dans sa lettre aux Français…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que vous pourriez abandonner ces taxes sur les carburants ?

FRANÇOIS DE RUGY
Sur le futur, est-ce que c'est le bon levier, 1°), mais il y a peut-être d'autres leviers plus efficaces, mais en disant les choses, 3 centimes, avec ces 3 centimes, vous savez qu'on récolte plus de 2 milliards d'euros qui peuvent permettre de faire des choses, si jamais on le refaisait, est-ce qu'on fait 3 centimes, est-ce qu'on fait 1 centime, 2 centimes, qu'est-ce qu'on fait de cet argent, est-ce qu'on peut garantir aux Français, c'est une question que les gens nous ont posée ces derniers mois, il faut entendre ce que les Français disent quand ils disent : oui, mais à quoi sert cet argent, est-ce qu'il sert vraiment pour la transformation écologique, voilà les questions qui sont sur la table, moi, j'ai même proposé un nouveau dispositif, je voudrais qu'on l'expérimente avec des Français volontaires en 2019, c'est que les gens soient récompensés. Là, c'est autre chose, justement, vous voyez, c'est l'autre versant que la taxe…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Récompense individuelle…

FRANÇOIS DE RUGY
On est amené parfois à taxer les émissions de carbone, eh bien, moi, je trouve que ce serait bien qu'on récompense ceux qui font…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Qui pourrait être récompensé ?

FRANÇOIS DE RUGY
Eh bien, on pourrait avoir des Français volontaires qui diraient : voilà, moi, j'accepte qu'on calcule mes émissions de gaz à effet de serre sur une année dans mes différents actes, je roule en voiture, je me chauffe de telle façon, etc., et puis, on dit, l'année prochaine, si je baisse de tant, eh bien, je serai récompensé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment ?

FRANÇOIS DE RUGY
Je serai même, disons-le, rémunéré, puisqu'on donne un prix au carbone, eh bien, on pourrait dire : eh bien, quand vous émettez du CO2, on peut être amené à vous taxer, quand vous réduisez vos émissions de CO2, on peut être amené à vous rémunérer, à vous récompenser.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est une proposition que vous pourriez faire à la fin du grand débat ?

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, en tout cas, que je veux mettre dans le débat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Que vous allez mettre dans le débat…

FRANÇOIS DE RUGY
Je veux la mettre dans le débat, et évidemment, il faut en voir les modalités concrètes, il faut l'expérimenter, parce que c'est quelque chose de totalement nouveau, on n'a jamais fait ça, on a toujours été plutôt dans l'idée au contraire de : on taxe on ne taxe pas.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Parlons de rénovation énergétique…

FRANÇOIS DE RUGY
Un sujet très important, là aussi, voyez, comme je le disais, c'est le concret des Français, parce que c'est à la fois la personne qui se chauffe, mais c'est aussi l'artisan qui va faire des travaux dans un logement, voilà, l'écologie du citoyen, c'est à la fois le consommateur, l'entrepreneur…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors justement, l'écologie du citoyen…

FRANÇOIS DE RUGY
Et les citoyens que nous sommes tous.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je suis locataire dans une ville où il est très difficile de trouver un logement, je suis locataire, je constate…

FRANÇOIS DE RUGY
C'est des choses qui arrivent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je constate que mon logement est une passoire énergétique, je vais voir mon propriétaire, mon propriétaire me dit : mais moi, je vous loue le logement, c'est comme ça, et ce n'est pas autrement. Je ne peux rien faire si je suis locataire…

FRANÇOIS DE RUGY
Aujourd'hui, oui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Aujourd'hui, oui…

FRANÇOIS DE RUGY
Vous avez raison, malheureusement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, alors, est-ce que l'on doit imposer aux propriétaires des travaux de rénovation énergétique ?

FRANÇOIS DE RUGY
Le ministre du Logement a dit, elle a mis en place, depuis le 1er janvier d'ailleurs, la possibilité pour des maires, donc ce n'est pas décidé au niveau national comme ça de façon uniforme, mais les maires peuvent attribuer ce qu'on appelle un permis de louer pour les logements dont on craint qu'ils soient insalubres, qu'ils soient indignes, c'est pour lutter contre le logement insalubre et indigne. Pourquoi pas envisager le même dispositif pour les logements qui seraient des passoires énergétiques…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable…

FRANÇOIS DE RUGY
Comme celles que vous venez de décrire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que…

FRANÇOIS DE RUGY
Moi, j'y serai favorable, et ça aussi, c'est un sujet qui est en débat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On interdit à la location les logements qui sont des passoires énergétiques…

FRANÇOIS DE RUGY
En tout cas, on pourrait permettre aux maires d'évaluer dans leur commune, au plus près des réalités, de dire : attendez, là quand même, à un propriétaire, vous exagérez, vous louez un logement qui est une passoire énergétique, vous ne voulez pas faire d'effort, alors que si vous percevez un loyer, vous avez les moyens de faire un certain nombre de travaux, et puis, peut-être à d'autres endroits, de dire : attendez, là, il y a tellement besoin de logements…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc obliger le propriétaire ?

FRANÇOIS DE RUGY
Eh bien, en tout cas, il faut en discuter, parce qu'en effet, sinon, vous avez la situation que vous dites…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous y êtes favorable ? Obliger le propriétaire, vous y êtes favorable ?

FRANÇOIS DE RUGY
Mais moi, je suis favorable à ce qu'on progresse en matière d'écologie, je suis pour le progrès écologique, le progrès écologique, c'est comme le progrès social, d'ailleurs le progrès écologique et le progrès social pour moi sont indissociables. Et la question des locataires, c'est un bon exemple, eh bien, le progrès écologique, il ne se fera pas tout seul, comme le progrès social ne s'est pas fait tout seul…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Nicolas HULOT…

FRANÇOIS DE RUGY
Après, il ne faut pas, évidemment mettre tellement d'obligations et tellement de normes que plus personne n'ait envie de louer un logement, si vous êtes propriétaire, maintenant, on va inverser, on va dire : Monsieur BOURDIN est propriétaire d'un logement, il le loue à quelqu'un, si le locataire vient tout le temps lui demander des choses, il va dire, bon, ben, moi, je ne loue plus mon logement. Il faut garder l'équilibre, et ça, le grand débat, il doit permettre de mettre sur la table toutes ces questions-là, parce que vous avez bien vu ces derniers mois, on a eu un peu la caricature, il y aurait le peuple d'un côté, qui penserait… tout le monde penserait la même chose, tout le monde aurait les mêmes intérêts dans le peuple, et puis de l'autre côté, il y aurait les méchantes, les élites, politiques, médiatiques, économiques, qui, elles, ne feraient que des choses mauvaises, bon la réalité, ce n'est pas ça. Et le grand débat, l'intérêt du grand débat, c'est que tous les points de vue s'expriment les situations elles ne sont pas les mêmes ce que vous avez décrit dans une grande ville comme par exemple Paris ou dans une commune de la Creuse ou du Centre-Bretagne, ça ne sera pas la même situation…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, non, mais je suis d'accord. Nicolas HULOT avait imaginé un bonus malus écologique pour les logements, ce qui est très simple, sur la taxe foncière, c'est-à-dire qu'on réduit la taxe foncière si le logement n'est pas… si des travaux ont été faits sur le rendement énergétique et si les travaux n'ont pas été faits par le propriétaire, eh bien, on augmente la taxe foncière…

FRANÇOIS DE RUGY
C'est toutes ces solutions-là qu'on doit…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est une bonne idée ? C'était une idée qui a été abandonnée plus ou moins, elle a été abandonnée cette idée ?

FRANÇOIS DE RUGY
Mais vous savez bien que… non, elle a été émise en quelque sorte, mais elle n'a pas été poussée plus loin…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous la reprenez ou pas ?

FRANÇOIS DE RUGY
Moi, en tout cas, ces idées-là, je veux les mettre clairement, 1°) : dans le débat, et 1°) : les expertiser, c'est-à-dire, il faut qu'on puisse dire aux Français: voilà, si on fait ça, ça va coûter tant, ça va coûter tant au budget de l'Etat, au budget des communes ou ça va coûter tant aux Français, et puis, sinon, ça va vous faire gagner tant, parce que l'écologie, ça fait gagner du pouvoir d'achat, quand on a un logement qui consomment moins de fuel, qui consomme moins de gaz ou qui consomme moins d'électricité pour se chauffer, c'est un logement qui fait que vous avez moins de dépenses.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quand pourrez-vous dire que le grand débat est un succès ?

FRANÇOIS DE RUGY
Quand les Français s'en empareront, ce qui est, j'ai l'impression, déjà le cas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les Français s'en emparent, s'en emparent, moi, je le vois sur RMC…

FRANÇOIS DE RUGY
Et le nombre de débats organisés sur le territoire partout sur le territoire… pour moi, la condition du succès, c'est…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le succès, c'est quoi ? C'est le nombre de débats ?

FRANÇOIS DE RUGY
Eh bien, c'est qu'en tout cas, il y en ait partout sur le territoire, c'est-à-dire, que ce ne soit pas simplement dans les petites communes ou simplement dans les grandes villes, que ce soit…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais attendez, vous vous contentez de la participation ?

FRANÇOIS DE RUGY
Non, alors, et puis, ensuite, il y a une autre condition, c'est d'abord que tous les points de vue puissent s'exprimer, moi, je suis très attentif à ça parce que je crains quand même, je vous le dis, et je fais un petit clin d'oeil à une émission célèbre de RMC, je crains un petit peu que ce soit polarisé par "Les Grandes Gueules", si vous voulez, s'il n'y a que "Les Grandes Gueules" qui disent : ouais, il ne faut rien faire, ouais, c'est de la faute du gouvernement, ouais, c'est : MACRON, démission, ça, ça n'aura servi à rien. En revanche, si tous les points de vue peuvent s'exprimer, y compris "Les Grandes Gueules", mais aussi les citoyens qui n'ont peut-être pas l'habitude de venir dans des réunions, et puis, surtout, le succès, c'est qu'on en aura tiré quelque chose, c'est qu'il en émergera des solutions nouvelles…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah, je voulais y venir…

FRANÇOIS DE RUGY
Et c'est ce que vous avez commencé, vous, par exemple…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais, je voulais y venir…

FRANÇOIS DE RUGY
J'ai rencontré, je vais vous dire, j'ai rencontré, avant-hier, la CPME, la CPME, ils m'ont dit : nous, on va participer au grand débat, mais surtout, on fait notre propre consultation à l'intérieur de notre organisation, et d'ici la fin du mois de janvier, toutes les propositions remontent, et ensuite, on fera nous-mêmes un cahier de propositions, pas simplement de doléances, mais aussi de propositions…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous savez où sera le succès ? Quand vous aurez répondu aux Français, aux préoccupations des Français, que vous aurez pris des décisions…

FRANÇOIS DE RUGY
Evidemment, et qu'on aura…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Succès ou pas, à ce moment-là…

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, mais surtout qu'auront émergé des nouvelles solutions, nouvelles propositions, enfin, en matière d'écologie, c'est ça qui m'intéresse, si c'est pour reprendre notre programme là où on l'avait arrêté au moins d'octobre, ne servira à rien…

JEAN-JACQUES BOURDIN
François de RUGY, j'espère que vous aurez les moyens à la fois et la volonté de répondre, les moyens et la volonté de répondre aux Français…

FRANÇOIS DE RUGY
Et le président de la République l'a dit, une fois que le grand débat sera terminé, c'est-à-dire le 15 mars, on n'a pas dit : on fait un débat pendant deux ans, eh bien, à l'issue de cela, nous ferons un certain nombre de choix, parce qu'on ne pourra pas tout faire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et des mesures seront prises…

FRANÇOIS DE RUGY
On ne pourra satisfaire tout le monde, avec des mesures, et y compris le président l'a aussi dit…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Des textes de loi…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà ! Et aussi…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Peut-être un référendum…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà ! Des réformes des institutions, parce que les Français ont demandé plus de démocratie, pas simplement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous avez été président de l'Assemblée nationale…

FRANÇOIS DE RUGY
Exactement, et j'avais fait des propositions d'ailleurs notamment sur le référendum, vous savez que je suis un des députés qui depuis des années…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous défendez l'usage du référendum…

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, tout à fait, et je défends y compris le fait que des citoyens puissent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Référendum sur quoi ?

FRANÇOIS DE RUGY
Eh bien, vous voyez qu'on pourrait avoir un référendum, par exemple, moi, j'ai prôné à une époque, et je suis toujours pour, le vote obligatoire, bon, eh bien, on pourrait faire un référendum, puisque c'est un sujet souvent qui est controversé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Un référendum sur le vote obligatoire…

FRANÇOIS DE RUGY
Ou le vote blanc, vous savez que ça va ensemble…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, oui…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà, des sujets comme ça, on a dit, à un moment donné : ah, il faut mettre de la proportionnelle à l'Assemblée nationale, oui mais alors quelle dose, eh bien, consultons les Français… vous savez, on a envisagé de faire un référendum avec plusieurs questions, plutôt que d'en avoir qu'une seule, oui, non, avec tout dedans…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, plusieurs questions…

FRANÇOIS DE RUGY
Et puis, que les Français puissent cocher en disant : cette proposition, oui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
En même temps que l'élection européenne ?

FRANÇOIS DE RUGY
Avant, après, en même temps, il ne faut pas forcément non plus mélanger l'élection européenne, qui est un enjeu important, avec d'autres sujets, mais ce qui est sûr, c'est qu'il faudra d'une façon ou d'une autre que les Français puissent continuer à s'exprimer et que des décisions soient prises par le Parlement, sur proposition du président et du gouvernement, et pourquoi pas aussi par le peuple français par référendum.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien, François de RUGY, parmi les propositions qui reviennent sans cesse chez nous, c'est le pouvoir d'achat évidemment, la justice fiscale. Alors, est-ce qu'il faut une tranche d'imposition supplémentaire afin de taxer les revenus des plus riches, certains députés de la République En Marche le demandent ?

FRANÇOIS DE RUGY
La question de la justice sociale et de la justice fiscale, elle est remontée très fort…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, très, très fort…

FRANÇOIS DE RUGY
Dans les derniers mois…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Indexation des retraites sur le coût de la vie ! Ça vous paraît juste ou pas d'indexer les retraites sur le coût de la vie ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ah mais, évidemment que tout ce qui permet aux Français de vivre mieux, mais il faut aussi le faire dans des conditions qui soient soutenables financièrement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça vous paraît juste ou pas ? Ça vous paraît juste ? Ça vous paraît une demande recevable ou pas ?

FRANÇOIS DE RUGY
Mais c'est une demande évidemment recevable, Monsieur BOURDIN, la question, elle n'est pas là, c'est : est-ce qu'elle est… enfin, elle est là, et puis, ensuite, elle est aussi : est-ce qu'elle est finançable, parce qu'il faut être concret…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que la France, grande puissance, n'a pas les moyens, si j'ai bien compris, François de RUGY, la France, grande puissance, n'a pas les moyens d'offrir, ce n'est même pas offrir, de faire en sorte que les retraités voient leur pension augmenter du même montant que le coût de la vie !

FRANÇOIS DE RUGY
Mais Monsieur BOURDIN, la France, grande puissance économique, en effet, c'est aussi la France championne du monde du niveau d'impôts, de taxes, de cotisations sociales, c'est la France championne du monde du niveau de dépenses, déjà, aujourd'hui, tout mis bout-à-bout, dépenses pour les services publics, dépenses pour les collectivités locales, dépenses pour la protection sociale, et donc tout ça, ça doit aussi être en débat, si on veut augmenter par exemple les pensions de retraite, on veut les augmenter plus, qu'est-ce qui était prévu, admettons qu'on dise : c'est ça le choix prioritaire. Eh bien, ça veut dire qu'ailleurs…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On veut les indexer sur le coût de la vie…

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, mais vous savez qu'aujourd'hui, ce n'est pas ce qui est prévu, il faut dire les choses, c'est pour ça que c'est une revendication…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, c'est pour ça, eh bien oui, et elle est forte…

FRANÇOIS DE RUGY
Donc il faut, si on dit ça, eh bien, il faut dire à ce moment-là dans quels domaines on fait des économies ou dans quels domaines on augmente les taxes et les cotisations…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous pourriez indexer…

FRANÇOIS DE RUGY
Et moi, je vous le dis franchement, ça, je vous le dis, ça, c'est mon point de vue à moi. Et je défendrai ça dans le débat, je ne suis pas pour que globalement, on augmente les impôts et taxes, par exemple, quand moi, je parle de la taxe carbone, c'est dans l'idée qu'il y ait d'autres impôts et taxes qui baissent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On est d'accord, mais…

FRANÇOIS DE RUGY
Et donc pour répondre aussi à votre première question…

JEAN-JACQUES BOURDIN
A titre personnel, est-ce que vous êtes favorable à cette indexation ?

FRANÇOIS DE RUGY
Ah, je ne suis pas favorable à ce qu'on fasse des promesses à tout va, vous savez, je suis fils de retraités, donc les premiers qui seraient contents, c'est mes parents…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, donc, vous n'êtes pas favorable à l'indexation des retraites…

FRANÇOIS DE RUGY
Mais je ne suis pas favorable à ce que… mais, il faudrait aussi faire l'indexation des salaires, et ça existait à une époque l'indexation de tous les salaires sur l'inflation…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les fonctionnaires ?

FRANÇOIS DE RUGY
Des salaires des fonctionnaires, des salaires du privé, du Smic, des autres salaires. Vous voyez bien que si on fait ça, on sait bien qu'il va y avoir une augmentation généralisée des dépenses…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il y a un effort, vous le savez très bien, et c'est la volonté du président de la République, de fait sur les salaires. Les retraités demandent ça…

FRANÇOIS DE RUGY
Oui, mais vous avez vu qu'on n'a pas fait pesé ça sur…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous dites : je ne suis pas favorable à cette indexation, mais je l'ai entendu…

FRANÇOIS DE RUGY
Mais non, moi, je ne suis pas favorable au fait de faire des promesses non financées…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, bon…

FRANÇOIS DE RUGY
Voilà, je vous le dis, parce que ça, j'en entends beaucoup moi, des élus qui font des… ou des candidats aux élections qui font plein de promesses, mais elles ne sont pas financées.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Dites-moi et les 80 km/h, est-ce qu'il faut moduler…

FRANÇOIS DE RUGY
Ça c'est une mesure qui ne coûte rien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ça ne coûte rien, est ce qu'il faut moduler en fonction des tronçons ?

FRANÇOIS DE RUGY
On peut toujours regarder, mais ce qui est sûr c'est qu'il ne faut pas reculer sur la sécurité routière. Là moi je vous le dis, je sais, je ne serais peut-être pas très populaire en disant ça et puis je vais vous dire même, moi aussi je préfère quand je suis sur une route droite, dire même 90, puis peut-être pourquoi pas 100, parce qu'après tout, on peut rouler. Oui sauf que… et à une époque vous en souvenez-vous peut-être et plein de gens qui nous regardent, les retraités, moi quand j'étais petit, on disait, on nous a imposé de mettre la ceinture, c'est une contrainte, on est serré et puis même il paraît, il y avait déjà à l'époque des délires sur, il paraît que si on a un accident, on sera plus vite désincarcérer par les pompiers, si on n'a pas de ceinture de sécurité. Oui ça existait peut-être à un cas sur 10000, mais sur les 9999 autres cas, r on a sauvé des vies grâce à des mesures qui en effet étaient contraignantes. Le contrôle technique automobile, vous savez, c'est mon ministère qui gère ça.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je sais.

FRANÇOIS DE RUGY
Vous savez que sur ces questions-là, moi je ne rigole pas sur le contrôle technique automobile parce que je n'ai pas envie qu'il y ait des voitures poubelles qui roulent sur nos routes et qui créent des accidents, qui fassent, qui intoxiquent les autres gens. Donc en effet, il faut trouver toujours le bon équilibre entre un certain nombre de règles, on est dans un pays où il faut bien un certain nombre de règles de vie en commun et puis évidemment de la liberté, de la souplesse.

JEAN-JACQUES BOURDIN
La taxe sur les poids lourds étrangers, c'est oublié ça ou pas ?

FRANÇOIS DE RUGY
Moi, je souhaite aussi qu'on dise les choses dans le débat, à une époque les transporteurs routiers français ont dit on ne veut pas d'une vignette qui pourtant pesait plus sur les camions étrangers, sur ces camions qui traversent la France sans faire le plein en France, donc qui ne payent pas de taxes sur les carburants. Vous savez le camion espagnol qui traverse la France, il a un réservoir assez grand pour aller jusqu'au Luxembourg faire le plein au Luxembourg où le carburant est moins cher qu'en France. Par ailleurs à l'échelle européenne, il y a des élections européennes au mois de mai, voilà des beaux sujets de débat, la taxation des carburants des camions à l'échelle européenne. La taxation du carburant des avions, vous ne m'avez pas posé la question, mais les Français ont posé la question. Eh bien moi je la mets clairement sur la table pour les élections européennes.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il faut arrêter d'aider le transport aérien ?

FRANÇOIS DE RUGY
En tout cas que le carburant des avions soit totalement détaxé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable ?

FRANÇOIS DE RUGY
… à l'échelle européenne ou même à l'échelle mondiale, ce n'est pas normal.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais on peut le faire à l'échelle française, pardon, on peut le faire sur les vols domestiques.

FRANÇOIS DE RUGY
Vous savez l'écologie dans un seul pays, il faut quand même faire attention parce que c'est le syndrome des camions à ce moment-là, c'est-à-dire que vous avez les avions qui vont faire le plein dans un pays voisin et qui viendront faire des vols en France.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci François de RUGY.

FRANÇOIS DE RUGY
Merci, bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 18 janvier 2019

Rechercher