Interview de M. Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, avec Europe 1 le 23 janvier 2019, sur le Grand débat national et sur le vin. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, avec Europe 1 le 23 janvier 2019, sur le Grand débat national et sur le vin.

Personnalité, fonction : GUILLAUME Didier, CRESPO-MARA Audrey.

FRANCE. Ministre de l'agriculture et de l'alimentation;

ti :
AUDREY CRESPO-MARA
Bonjour Didier GUILLAUME.

DIDIER GUILLAUME
Bonjour.

AUDREY CRESPO-MARA
Manifestement, quand on est ministre, ce n'est pas une bonne idée de dire aux Gilets jaunes qu'on les comprend ! Vous vous êtes retrouvé face à eux la semaine dernière non loin de Souillac.

DIDIER GUILLAUME – A SOUILLAC
Moi je comprends la souffrance.

UNE GILET JAUNE
Ça ne suffit pas de comprendre !

UN GILET JAUNE
Alors si vous comprenez la souffrance du peuple, redonnez le pouvoir au peuple ! Aujourd'hui … la politique doit être encadrée par le peuple !

AUDREY CRESPO-MARA
Puis l'entretien s'est installé, mais si vous les comprenez, comme vous dites, pourquoi n'avez-vous pas répondu plus tôt à leur demande ?

DIDIER GUILLAUME
Ecoutez, ce mouvement il vient de loin sûrement, et personne ne l'a vraiment vu venir, celui qui vous expliquerait aujourd'hui qu'il comprend etc. …

AUDREY CRESPO-MARA
Mais vous aussi vous venez de loin, je précise à nos auditeurs, vous êtes élu dans la Drôme depuis 1995, il y a 24 ans vous étiez maire, puis vous avez été conseiller général pendant 17 ans…

DIDIER GUILLAUME
C'est ça le vieux monde.

AUDREY CRESPO-MARA
Puis sénateur socialiste pendant 10 ans, donc vous avez eu le temps d'entendre la souffrance du peuple, comme vous dites.

DIDIER GUILLAUME
Oui, mais moi je l'entends et j'essaie de la répercuter, j'ai toujours été élu pendant 20 ans, sans perte d'une seule élection, c'est peut-être aussi parce que je me sens proche du peuple, c'est ce que je leur ai dit l'autre jour à Rocamadour, « je vous comprends et je me sens proche de vous ». Quand ils me répondent : « Eh bien si vous nous comprenez, donnez-nous le pouvoir, démissionnez etc. », non ce n'est pas ça la société que je veux, et moi je suis intransigeant avec les extrémistes, par contre je comprends la souffrance de ceux qui sont en Gilets jaunes, de ceux qui…

AUDREY CRESPO-MARA
Mais ils ont l'impression que vous n'y répondez pas.

DIDIER GUILLAUME
Eh bien écoutez, ils ont l'impression, moi ce que je constate aujourd'hui c'est qu'il y a 600 000 personnes qui ont cliqué sur le site du Grand débat, qu'il y a déjà plus de 7 000 réunions qui ont eu lieu. Que les uns et les autres nous nous déployons, moi-même demain dans ma commune à Bourg-de-Péage, à partir de 17h00 je fais un débat public avec celles et ceux qui vont vouloir venir pour discuter avec tout le monde. Nous devons apporter des réponses. Et moi ce que je veux vous dire, c'est que si à l'issue de ce Grand débat la vie politique reprend comme avant, si à l'issue de ce Grand débat le président de la République, le Premier ministre, n'annoncent pas une autre façon d'appréhender les choses, alors là je crains que nous soyons en grande difficulté.

AUDREY CRESPO-MARA
C'est-à-dire ?

DIDIER GUILLAUME
Eh bien en grande difficulté parce que le peuple sera totalement coupé de… Ce qu'on entend sur les ronds-points, ce qu'on entend chez des gens, c'est quoi ? C'est tout simple, c'est l'élite et la base, c'est Paris et la Province, eh bien moi je veux réconcilier Paris et la Province, je veux réconcilier les territoires ruraux avec les territoires urbains, c'est ça le travail.

AUDREY CRESPO-MARA
Et vous avez essayé de le faire avant. Alors, demain, Didier GUILLAUME, vous l'évoquiez, vous serez chez vous dans la Drôme, avec le président pour sa troisième rencontre avec les maires.

DIDIER GUILLAUME
Oui, je crois que c'est très bien qu'il continue, il s'est engagé à aller dans toutes les régions, demain ça sera un format plus restreint…

AUDREY CRESPO-MARA
C'est-à-dire, combien d'élus, combien d'heures de débat ?

DIDIER GUILLAUME
Plus restreint en heures, il a fait la démonstration qu'il pouvait parler des heures et des heures, ce n'est pas ça le sujet. Demain ce sont les présidents d'associations de maires et de maires ruraux de tous les départements de Rhône-Alpes, il y aura une cinquantaine de personnes, il y aura Laurent WAUQUIEZ…

AUDREY CRESPO-MARA
Président de région.

DIDIER GUILLAUME
Il y aura les parlementaires du département, le président de région, les parlementaires de départements, et là c'est pour aller plus loin maintenant.

AUDREY CRESPO-MARA
C'est un déjeuner débat qui durera combien de temps ?

DIDIER GUILLAUME
C'est trois heures de discussions.

AUDREY CRESPO-MARA
Et pourquoi cette nouvelle forme ?

DIDIER GUILLAUME
Il a entendu pendant 2 fois 7 heures, c'est-à-dire 14 heures, tous les maires, maintenant il faut resserrer la focale, pour arriver…

AUDREY CRESPO-MARA
Pourquoi ?

DIDIER GUILLAUME
Pour arriver à avoir des propositions. Il ne s'agit pas uniquement de continuer à débattre pour débattre, c'est important, il a répondu à tout, et puis il faut resserrer pour savoir comment les maires se sentent plus proches du pouvoir, encore, et comment on peut mieux les entendre et mieux les comprendre.

AUDREY CRESPO-MARA
Alors, la nouveauté c'est que le débat sera plus court et plus resserré, l'événement vous le disiez c'est que Laurent WAUQUIEZ sera présent en tant que président de la région Auvergne Rhône-Alpes. Vous avez négocié avec lui les conditions de sa présence ?

DIDIER GUILLAUME
Ah non, je ne crois pas non…

AUDREY CRESPO-MARA
Parce que jusqu'à présent les maires avaient le temps de poser une question, puis le micro passait à quelqu'un d'autre, ce sera pareil pour Laurent WAUQUIEZ ou il y aura un vrai débat entre lui et le président ?

DIDIER GUILLAUME
Mais le président de la République va rencontrer en tête-à-tête le président de la région, Laurent WAUQUIEZ, et puis après il assistera au déjeuner, il n'y a aucun problème.

AUDREY CRESPO-MARA
Donc il y aura un échange réel entre les deux.

DIDIER GUILLAUME
Oui.

AUDREY CRESPO-MARA
Jusqu'à présent on a surtout assisté à un jeu de questions-réponses, où le président parle plus que tous les autres…

DIDIER GUILLAUME
Non, ce n'est pas vrai.

AUDREY CRESPO-MARA
Est-ce qu'on peut vraiment appeler ça un débat ?

DIDIER GUILLAUME
Ah mais je suis désolé !

AUDREY CRESPO-MARA
Ah si, le maire pose sa question et puis le président répond.

DIDIER GUILLAUME
Non, je suis désolé, si je peux me permettre, ce n'est pas la réalité que vous dites, le président a parlé beaucoup moins que tous les maires, j'étais présent…

AUDREY CRESPO-MARA
Non, je parle de chaque maire.

DIDIER GUILLAUME
Oui. J'étais présent à Souillac, il y a eu des dizaines et des dizaines de maires qui ont posé des questions et le président répond à chaque question de chaque maire, mais c'est faux voyez-vous d'instiller le fait que le président ne les écoute pas. Le président a écouté et a répondu et il y a eu plus de parole aux maires ils ont pu dire ce qu'ils voulaient.

AUDREY CRESPO-MARA
Alors en fait, les rencontres du président MACRON avec les maires, ressemblent beaucoup aux meetings de campagne du candidat MACRON de 2017. C'est la campagne des européennes qui a commencé ?

DIDIER GUILLAUME
Qu'il faille faire une campagne pour les européennes, et qu'il faille affirmer que l'Europe est importante pour nous, oui…

AUDREY CRESPO-MARA
Et le Grand débat sert à ça.

DIDIER GUILLAUME
Non, pas du tout. Le grand débat il sert à retisser le lien entre la population, entre le peuple et le pouvoir. Donc si je peux me permettre…

AUDREY CRESPO-MARA
Mais ces rencontres qui ressemblent à des meetings…

DIDIER GUILLAUME
Si je peux me permettre, excusez-moi, je ne veux pas vous contredire toute la matinée…

AUDREY CRESPO-MARA
Allez-y, allez-y.

DIDIER GUILLAUME
Mais ces rencontres ne ressemblent absolument pas à la campagne des présidentielles.

AUDREY CRESPO-MARA
A des meetings. Ah bon ?

DIDIER GUILLAUME
Non mais dans les meetings il était à un pupitre et il parlait pendant 2 heures, là il est au milieu de tous les citoyens, de tous les maires, et il répond aux questions, c'est quand même totalement différent. Il ne fait pas d'introduction, il répond aux questions.

AUDREY CRESPO-MARA
Didier GUILLAUME, Emmanuel MACRON a-t-il prévu de rencontrer une délégation de Gilets jaunes dans la Drôme ?

DIDIER GUILLAUME
Dans la Drôme non, mais je pense qu'il sera amené à le faire dans les semaines qui viennent.

AUDREY CRESPO-MARA
Vous ne l'avez pas envisagé ?

DIDIER GUILLAUME
Non, il va…

AUDREY CRESPO-MARA
Pourquoi ?

DIDIER GUILLAUME
Il va rencontrer des personnes âgées, le thème c'est dans un foyer d'accueil de jour pour parler retraites, niveau des retraites, CSG, enfin ce qu'ils voudront.

AUDREY CRESPO-MARA
Il n'y a pas urgence à ce qu'il rencontre des Gilets jaunes aussi ?

DIDIER GUILLAUME
Mais, il n'y a pas urgence, il faudra qu'il le fasse le moment où les choses seront opportunes, il reste encore un mois…

AUDREY CRESPO-MARA
Et ce n'est pas le moment.

DIDIER GUILLAUME
Mais il reste encore un mois et demi de débats, il va rencontrer, n'en doutons pas, les citoyens…

AUDREY CRESPO-MARA
C'est prévu, donc, à terme.

DIDIER GUILLAUME
Je ne sais pas si c'est prévu, je pense que ce serait bien qu'il le fasse dans les semaines qui viennent.

AUDREY CRESPO-MARA
Didier GUILLAUME, la semaine dernière, votre petite phrase : « Le vin n'est pas un alcool comme les autres », a beaucoup fait réagir, jusqu'à la ministre de la Santé qui vous a publiquement recadré. Est-ce que la défense de la filière viticole française peut justifier qu'on minimise les ravages de l'alcool ?

DIDIER GUILLAUME
Je ne suis pas recadrable, moi, donc…

AUDREY CRESPO-MARA
Ah ben si, elle vous a dit : « On ne peut pas banaliser la consommation d'alcool, l'alcool provoque 50 000 morts chaque année ».

DIDIER GUILLAUME
Je ne pense pas que ce soit calmé, recadré.

AUDREY CRESPO-MARA
Ce n'est pas un recadrage ?

DIDIER GUILLAUME
Non, je ne crois pas que ce soit un recadrage, en tout cas je ne suis pas cas recadrable. Ce que je peux vous dire c'est que j'assume ce que j'ai dit, et en même temps je veux lutter contre l'alcoolisme, contre l'addictologie, je le dis à plusieurs reprises, l'alcool pour les jeunes c'est très mauvais mais je veux simplement rappeler que le vin a une place particulière dans notre société…

AUDREY CRESPO-MARA
Et ce n'est pas un alcool comme les autres, donc vous maintenez.

DIDIER GUILLAUME
Mais, écoutez, une molécule vin et une molécule de whisky, a le même degré d'alcool, sauf que moi je ne bois pas des molécules, je bois des verres, et donc…

AUDREY CRESPO-MARA
Alors, c'est exactement ce que dit Christelle LEPRESLE, du lobby vins et sociétés à Evre ROGER.

CHRISTELLE LEPRESLE
Essayons de ne pas limiter le vin à une simple molécule d'alcool.

AUDREY CRESPO-MARA
Le lobby du vin tient exactement le même propos que vous.

DIDIER GUILLAUME
Je ne savais pas le lobby du vin, mais je ne sais pas ce que c'est le lobby du vin, pas plus que le lobby de société hygiénistes, mais c'est un tout. Ecoutez, il n'y a pas de débat là-dessus. La position du président de la République et du gouvernement c'est de lutter contre l'alcoolisme. Il y a un grand plan de lutte contre l'alcoolisme qui a lieu. La filière viticole en fait partie, travaille avec le ministère de la Santé, le ministère de l'Agriculture, donc il n'y a pas de débat. Si vous voulez me faire dire qu'il faut boire et se saouler, non. Je veux…

AUDREY CRESPO-MARA
Ce n'est pas ce que j'avais l'impression de vous faire dire.

DIDIER GUILLAUME
Je veux simplement dire que, au moment…

AUDREY CRESPO-MARA
Peut-être que le ministre tient les mêmes propos que les lobbies.

DIDIER GUILLAUME
Au moment où vous avez évoqué sur cette antenne hier, pendant beaucoup de temps le Guide Michelin, les étoiles au Guide Michelin, le repas gastronomique, eh bien dans un repas gastronomique on boit du vin, c'est tout ce que j'ai à dire, il a une place à part, c'est culturel, je n'incite pas du tout les jeunes à boire, je veux lutter contre l'addictologie, lutter contre l'alcoolisme, mais c'est une réalité, il y a une viticulture, il y a du vin en France, c'est ce qui fait notre force, et je veux simplement de rappeler, c'est ce qu'il fait l'excédent de notre balance commerciale.

AUDREY CRESPO-MARA
Merci Didier GUILLAUME.

DIDIER GUILLAUME
Merci.

NIKOS ALIAGAS
On peut quand même vous offrir un café.

DIDIER GUILLAUME
Oui…


source : Service d'information du Gouvernement, le 24 janvier 2019

Rechercher