Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur le Traité d'Aix-la-Chapelle, à l'Assemblée nationale le 23 janvier 2019. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur le Traité d'Aix-la-Chapelle, à l'Assemblée nationale le 23 janvier 2019.

Personnalité, fonction : LOISEAU Nathalie.

FRANCE. Ministre des affaires européennes

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 23 janvier 2019

ti :

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Madame la Députée,


Je vous remercie de me donner l'occasion de dire ce qu'il y a vraiment dans le traité d'Aix-la-Chapelle, au-delà des élucubrations de quelques-uns, dont on a, à mon avis, beaucoup trop parlé.

Ce traité, le Premier ministre l'a dit, complète le traité de l'Elysée. Il permet des avancées substantielles de notre coopération bilatérale, au service de la construction européenne qu'il s'agisse de défense, d'économie, d'audiovisuel ou encore d'échanges entre les sociétés civiles.

Mais vous avez raison : l'aspect le plus novateur de ce traité, c'est la coopération transfrontalière. Faciliter la vie de dizaines de milliers de frontaliers qui circulent, étudient, travaillent ou commercent avec le pays voisin, c'est l'objectif. Pour pouvoir surmonter les obstacles juridiques et administratifs auxquels ils se heurtent dans leur vie de tous les jours, qu'il s'agisse de créer une crèche franco-allemande, d'organiser des sorties scolaires ou des matchs sportifs, le choix est fait de permettre aux collectivités territoriales de disposer des compétences, des ressources et des procédures adaptées pour rendre possible des projets transfrontaliers.

Ces évolutions se feront évidemment dans le cadre constitutionnel existant dans les deux pays et elles respecteront pleinement la souveraineté de chacun. Elles sont attendues par les frontaliers, par l'Alsace et par la Moselle, elles sont largement inspirées du rapport de votre collègue Sylvain Waserman et ne sont critiquées que par ceux qui ne parlent pas au peuple mais s'arrogent le droit de parler en son nom et qui, pour exister, n'hésitent pas à mentir au peuple - c'est le propre des démagogues.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 4 février 2019

Rechercher