Interview de M. Julien Denormandie, ministre chargé de la ville, avec France Info le 1er février 2019, sur la politique du logement. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Julien Denormandie, ministre chargé de la ville, avec France Info le 1er février 2019, sur la politique du logement.

Personnalité, fonction : DENORMANDIE Julien, FAUVELLE Marc .

FRANCE. Ministre chargé de la ville et du logement;

ti :

MARC FAUVELLE
Bonjour Julien DENORMANDIE.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Ministre de la Ville et du Logement. Avant d'évoquer avec vous le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre, je le disais, et ses 4 millions de mal logés en France, un mot sur ces confidences de l'Elysée. Ça y est, ça y est, le nouveau MACRON est arrivé ?

JULIEN DENORMANDIE
Moi, ce que je retiens de ce qui vient d'être dit, c'est deux choses : d'abord la volonté d'explications, d'explications exprimées par le président de la République. Vous savez, vous avez un président de la République, je crois que le Grand débat le montre bien, qui va vers des Français, qui va à leur écoute. Alors effectivement il a son franc-parler, parfois il y a eu ces petites phrases, lui-même a dit que parfois elles avaient pu choquer, et qu'aujourd'hui il voulait vraiment être dans cette explication, cette explication apaisée. Et puis…

MARC FAUVELLE
Les confidences de l'Elysée hier c'est une façon de dire qu'Emmanuel MACRON était une partie du problème.

JULIEN DENORMANDIE
Non. Non non, moi je pense qu'il y a un deuxième élément qui vient d'être dit et qui est essentiel, qui est sûr associer toute réforme à des choses du quotidien des Français, et je crois que c'est essentiel, parce que ce que disent les Gilets jaunes aujourd'hui c'est des sujets sur la vision politique, sur la nature des politiques qu'on porte, mais c'est aussi de dire que l'action publique, parfois elle est trop éloignée de ce que ressentent, de ce que vivent et de ce que ces politiques changent dans le quotidien des Français. Et je crois que le message très fort exprimé par le président de la République hier, c'est de dire : mais tout ce qu'on fait, ça doit partir avant toute autre chose de la modification de l'amélioration du quotidien des Français. Il est très clair là-dessus.

MARC FAUVELLE
Alors, le quotidien, le concret, c'est notamment le logement, 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre, il est publié ce matin, 4 millions de Français en situation d'urgence face au logement. Pourquoi est-ce qu'on n'arrive pas à faire baisser ce chiffre ?

JULIEN DENORMANDIE
Parce que la situation est très compliquée. Songez qu'au moment où je vous parle on construit autant de logements qu'au début des années 80, alors qu'on est sur des années de très forte construction. Depuis, c'est 13 millions de concitoyens que nous avons en plus, et depuis vous avez des modifications dans notre société, de plus en plus de divorces par exemple.

MARC FAUVELLE
De plus en plus de divorces, donc plus de logements.

JULIEN DENORMANDIE
Oui, de plus en plus de pression. Donc il faut prendre le problème à bras-le-corps, il faut construire plus là où c'est nécessaire. Et puis il y a un fléau dans notre pays, qui n'a pas forcément été suffisamment attaqué, et la Fondation Abbé Pierre je salue leur travail, le met très bien en avant, c'est ce fléau des habitats insalubres, des habitats indignes. On a vu ce qui s'est passé à Marseille…

MARC FAUVELLE
A Marseille, rue d'Aubagne.

JULIEN DENORMANDIE
J'ai eu l'occasion de me rendre à trois reprises à Marseille depuis ce drame de la rue d'Aubagne où il y a eu 8 morts. Eh bien cela rappelle qu'il y a urgence à aller encore plus vite dans la lutte contre l'habitat indigne, moi je m'y emploie depuis maintenant 20 mois, avec beaucoup de détermination.

MARC FAUVELLE
Il y a urgence Julien DENORMANDIE, et pourtant la Fondation Abbé Pierre vous accuse de tenir, vous au gouvernement, un double discours, d'un côté logement est érigé en priorité, et de l'autre on sabre dans les budgets des organismes HLM.

JULIEN DENORMANDIE
Alors, le rapport de la Fondation Abbé Pierre n'est pas tendre avec la politique fiscale du gouvernement.

MARC FAUVELLE
Il est très dur. Il est très dur.

JULIEN DENORMANDIE
Mais le rapport de la Fondation Abbé Pierre met en avant d'autres points où il salue même l'action du gouvernement…

MARC FAUVELLE
Il vous dit : on ne peut pas dire qu'il faut plus de logements sociaux en France, et en même temps demander aux organismes HLM de faire des économies et de dépenser moins. Ce n'est pas possible, les deux ne sont pas compatibles.

JULIEN DENORMANDIE
Mas vous savez, cette année on vient de recevoir les chiffres en termes de logements sociaux, on va produire à peu près 109 000 logements sociaux, l'année dernière c'était 113 000.Et chose positive, on va…

MARC FAUVELLE
Ça veut dire que ça baisse.

JULIEN DENORMANDIE
Chose positive, on produit plus de logements très sociaux, c'est-à-dire ces logements justement nécessaires pour les personnes qui ont besoin de cet accompagnement. Donc vous voyez, on est…

MARC FAUVELLE
Quand vous demandez aux organismes HLM de faire 4 milliards…

JULIEN DENORMANDIE
… aujourd'hui vraiment dans cette volonté de progresser sur cette construction.

MARC FAUVELLE
Quand vous demandez aux organismes HLM de faire 4 milliards d'économies en 2020, on est d'accord qu'au bout de la chaîne, ce sont des logements sociaux en moins.

JULIEN DENORMANDIE
Non, parce que dans ces économies, il faut regarder précisément ce qu'on fait. Vous savez, les bailleurs sociaux on les finance, c'est l'Etat qui les finance, c'est l'Etat qui est la banque des bailleurs sociaux, pas que, il y a aussi les collectivités locales et d'autres organismes, et l'Etat aujourd'hui renforce considérablement les moyens financiers qu'on donne aux bailleurs sociaux pour que, eux, on puisse faire en sorte qu'ils puissent être plus forts demain. Et puis surtout avec les bailleurs sociaux, on a porté une réforme importante, c'est la loi logement qui vient d'être adoptée. Et dans cette loi logement on leur donne de nouveaux moyens, de nouvelles possibilités de se regrouper pour être demain plus forts. Alors après c'est comme tout, quand vous faites une réforme, effectivement il y a des craintes, il peut y avoir des inquiétudes, mais cette réforme on l'a portée ensemble avec les bailleurs sociaux, j'étais encore avec l'ensemble d'entre eux avant-hier à mon ministère pour étudier la mise en oeuvre de toutes ces réformes, et à la fin, avec un seul objectif, il manque plus d'un million et demi de logements sociaux en France, et donc il faut accompagner les bailleurs pour qu'ils construisent plus.

MARC FAUVELLE
Julien DENORMANDIE, la Fondation Abbé Pierre vous fait une proposition, c'est de prendre aux riches pour donner aux pauvres, elle suggère que l'on instaure une sorte de taxe Tobin sur les ventes de logements de luxe, sur les appartements à plusieurs millions d'euros, est-ce que vous y êtes favorable ?

JULIEN DENORMANDIE
Moi je ne suis pas favorable à une augmentation de taxation sur les logements, parce qu'à la fin des fins…

MARC FAUVELLE
Le marché immobilier de luxe ne s'est jamais aussi bien porté qu'aujourd'hui en France.

JULIEN DENORMANDIE
Oui, mais à la fin des fins ça tire tous les prix vers le haut. Par contre ce que je retiens moi aussi de ce rapport de la Fondation Abbé Pierre, et qui est essentiel, c'est que la Fondation elle salue l'accompagnement qu'on peut faire aux plus démunis, celles et ceux qui vivent dans la rue. Aujourd'hui, au moment où je vous parle c'est 150 000 personnes que l'Etat, avec les associations, accompagne pour les sortir de l'hébergement d'urgence. Par exemple, et moi j'en suis très fier, parce que je me suis battu pour ça, aujourd'hui même, aujourd'hui mon ancien ministère que j'ai quitté il y a 3 mois, qui est un hôtel particulier en plein 7ème arrondissement de Paris…

MARC FAUVELLE
Accueille les personnes sans logement.

JULIEN DENORMANDIE
Eh bien aujourd'hui je le transforme pour en faire un accueil pour les sans-abri. C'est aussi ces actes-là qui montrent que, oui, cette détermination c'est un instant de tous les jours et qu'il faut continuer avec beaucoup de force.

MARC FAUVELLE
Merci à vous Julien DENORMANDIE, ministre de la Ville et du Logement. Je rappelle ce chiffre donné, année après année, par à la Fondation Abbé Pierre : 4 millions de Français en situation d'urgence vis-à-vis de leur logement, et même 12 millions si on inclut aussi ceux qui ont par exemple du mal à chauffer tout simplement leur logement. Merci beaucoup Julien DENORMANDIE d'être venu ce matin au micro de France-Info.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 7 février 2019

Rechercher