Interview de M. Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, avec RTL le 4 février 2019, sur le Grand débat national et sur le scandale de la viande avariée polonaise. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, avec RTL le 4 février 2019, sur le Grand débat national et sur le scandale de la viande avariée polonaise.

Personnalité, fonction : GUILLAUME Didier, CALVI Yves .

FRANCE. Ministre de l'agriculture et de l'alimentation;

ti :

YVES CALVI
Bonjour Didier GUILLAUME.

DIDIER GUILLAUME
Bonjour Yves CALVI.

YVES CALVI
Merci beaucoup d'être avec nous ce matin sur RTL, Monsieur le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, nous allons bien entendu revenir sur le scandale de la viande avariée polonaise dans un tout petit instant, mais une première question politique, sur laquelle vous avez forcément un avis, Alba VENTURA en parlait à l'instant. En tant que membre du gouvernement, êtes-vous favorable, vous, à une forme de référendum, une consultation à l'issue du grand débat ?

DIDIER GUILLAUME
Oui, je pense que ce serait bien de sortir de ce grand débat par un questionnement en direction des Français, le Président de la République l'a évoqué, je ne sais pas comment il arbitrera, mais il me semble que ça serait bien, poser sur plusieurs sujets, sur les thèmes institutionnels, sociaux, fiscalité, je pense que ça permettrait aux Françaises et aux Français de s'exprimer sur un certain nombre de sujets dont on a vu qu'ils étaient au coeur de l'actualité depuis le mois d'octobre.

YVES CALVI
Vous ne craignez pas que ce soit un danger, comme vient de le suggérer aussi Alba VENTURA ?

DIDIER GUILLAUME
Non, le danger c'est de ne rien faire, le danger c'est de ne pas entendre la souffrance des Français, le danger serait de ne pas sortir de ce débat avec quelque chose de positif, et en fait, quoi, d'en sortir comme nous y sommes entrés. Ces mouvements inédits, dits des gilets jaunes, ont montré quelque chose, ont montré qu'il y a une coupure entre peut-être les élites et le peuple, entre Paris et la province, et de ce fait moi je trouve que cette idée, si elle devait être prise de faire une consultation dans les semaines qui viennent, me semble tout à fait opportune, et permettait aux Français de s'exprimer. Peu importe, bien sûr j'ai entendu Alba VENTURA qui parlait du Général DE GAULLE, mais nous ne sommes plus à l'époque du Général DE GAULLE où il y avait une question, là il pourrait y en avoir plusieurs, et puis les Français pourraient répondre « oui » à certaines questions, « non » à d'autres, ce n'est pas ça le sujet.

YVES CALVI
On a compris que vous étiez plutôt enthousiaste et très favorables. Une dernière question, s'il vous plaît, avec une réponse rapide. Votre consoeur Nathalie LOISEAU, en charge des Affaires européennes, souhaite que le 26 mai soit question d'Europe et donc qu'on n'associe pas le vote le même jour, une réaction rapide.

DIDIER GUILLAUME
Je ne sais pas s'il faut les convoquer à plusieurs reprises, le 26 mai ou un autre jour, de toute façon, ce qui compte, c'est qu'il y ait cette consultation.

YVES CALVI
Revenons à notre viande, si j'ose dire. La totalité des 800 kilos, Monsieur le ministre, de viande polonaise avariée a été localisée ce week-end, mais une partie a déjà été commercialisée, sera-t-il possible de retirer les derniers lots repérés samedi ?

DIDIER GUILLAUME
Vraisemblablement non. Moi j'ai souhaité jouer la transparence depuis le début, ce que je veux dire c'est qu'en moins de 72 heures les services de l'Etat ont réussi à retrouver 100 % de la viande entrée frauduleusement en France, ce que je veux rappeler, c'est une fraude liée à un abattoir polonais qui avait fait de faux certificats, c'est absolument scandaleux, une enquête sera diligentée. Il y a de la viande qui est partie dans des restaurants, dans des steaks hachés, bon ! D'après ce que nous disent les autorités sanitaires françaises il n'y a pas de risque pour la santé….

YVES CALVI
Mais est-ce qu'on en est sûr, puisque les grossistes les avaient déjà mélangés avant l'alerte, comment être sûr que ce n'est pas dangereux, vous comprenez ma question ?

DIDIER GUILLAUME
Bien sûr. Tout simplement parce que les lots qui sont arrivés, les autres lots, ont été vérifiés, et ce que nous disent les services c'est qu'il n'y a pas de problème particulier pour les consommateurs, si ce n'est que c'est de la viande avariée, donc les gens que s'en apercevront peut-être ne la consommeront pas. Vous savez, ceux qui l'ont achetée dans des boucheries, les boucheries ont mis des petites affichettes et ils peuvent y retourner. Je veux rassurer quand même les Françaises et les Français qui auraient pu en manger, le risque bactérien a été totalement écarté par la cuisson, ça peut se transformer peut-être par une gastro, mais les services de santé de notre pays sont rassurants sur le sujet.

YVES CALVI
Dites-moi, le mélange de viandes comme ça, c'est aussi courant ?

DIDIER GUILLAUME
Oui c'est courant, bien sûr que c'est courant. J'ai entendu tout à l'heure le très bon éditorial d'Isabelle SAPORTA, et je partage tout à fait ce qu'elle dit, ça revient toujours, ça revient toujours. Aujourd'hui ce que je veux dire c'est quand même deux choses. Un, les services de sécurité sanitaire du pays ont fonctionné, en moins de 72 heures tout a été retrouvé, la traçabilité à la française a été éprouvée positivement, et la filière a bien travaillé, je veux les remercier. Deuxièmement, il faut absolument que nous arrivions à mettre en place une équipe européenne, c'est ce qu'avait demandé le Président de la République, pour faire en sorte que nous ayons encore plus de garanties, et puis il faut encore plus surveiller les viandes qui rentrent sur notre territoire. Bien sûr qu'il vaut mieux consommer de la viande française qui est bonne, qui est tracée, qui a une sécurité sanitaire forte, mais on ne peut pas exclure évidemment de manger, dans l'Union européenne, de la viande venant de ces pays, la libre circulation des biens et des personnes.

YVES CALVI
Alors, cette viande n'est donc pas contrôlée quand elle traverse l'Europe, est-ce que l'Union européenne, et ce sera ma dernière question, doit se doter d'une force d'inspection sanitaire ?

DIDIER GUILLAUME
Oui, c'est une demande du Président de la République, moi je suis très favorable à la mise en place d'une force européenne d'inspection sanitaire, qui soit capable d'ailleurs d'aller faire des enquêtes dans les Etats membres.

YVES CALVI
Et qu'est-ce qui bloque Didier GUILLAUME, qu'est-ce qui bloque aujourd'hui ?

DIDIER GUILLAUME
Rien ne bloque, il faut simplement que l'Union européenne le décide, que la Commission y soit favorable, mais la France pousse beaucoup, le Président de la République en avait parlé d'ailleurs lors de la campagne présidentielle, Nathalie LOISEAU y travaille dans son secteur, et moi-même y compris, je pense que ça peut se faire dans les mois qui viennent.

YVES CALVI
Merci beaucoup Didier GUILLAUME, je rappelle que vous êtes ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, et que nous revenions donc sur ce scandale de la viande avariée polonaise, bonne journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 8 février 2019

Rechercher