Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le groupe industriel et technologique français Safran et sur le projet franco-allemand de système de combat aérien du futur, à Gennevilliers le 6 février 2019. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le groupe industriel et technologique français Safran et sur le projet franco-allemand de système de combat aérien du futur, à Gennevilliers le 6 février 2019.

Personnalité, fonction : PARLY Florence .

FRANCE. Ministre des armées

Circonstances : Visite du site de Safran, à Gennevilliers le 6 février 2019

ti :


Madame la Ministre,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le délégué général pour l'armement, cher Joël Barre,
Madame et messieurs les officiers généraux,
Monsieur le président,
Monsieur le directeur général,
Mesdames et messieurs, chers amis du site de Safran à Gennevilliers,

On dit que c'est en cherchant la perfection, que l'on obtient l'excellence. Ce proverbe, j'ai pu le vérifier de mes propres yeux, aujourd'hui.

Nous avons ici, sur ce site Safran de Gennevilliers, un outil industriel d'exception. Gennevilliers témoigne du savoir-faire unique de Safran. Nous avons ici la démonstration même d'une fine maîtrise des technologies des turboréacteurs, des turbines et celle des fonderies nécessaires à leur fabrication.

Cette excellence technique, Safran la met au service de toute une gamme de moteurs, dont le plus emblématique est sans aucun doute le moteur M88 qui propulse nos RAFALE à la conquête des cieux.

J'étais, le soir du 31 décembre, sur la base aérienne projetée H5 auprès des femmes et des hommes qui chaque jour s'emparent du ciel et défendent la France.

Ils ne pourraient s'emparer de ce ciel sans vous. Sans votre dévouement, sans votre expertise, sans la qualité de votre travail, cet outil exceptionnel au service de nos armées n'existerait pas.

Car l'excellence technique, c'est avant tout des femmes et des hommes qui travaillent chaque jour à atteindre la perfection. Vous êtes ici 1600 ouvriers, techniciens, ingénieurs, chercheurs, à repousser quotidiennement les limites de la technologie. Aujourd'hui, je veux dire toute la reconnaissance que nous avons, toute l'admiration que nous inspire votre travail.

Monsieur Ross McInnes, Monsieur Philippe Petitcolin merci à vous aussi pour votre engagement, soucieux de porter les intérêts de vos employés, de vos équipements et de notre audace partout en France, comme à l'étranger.

Au-delà de votre excellence technique, c'est aussi votre goût pour l'innovation que je souhaite saluer.

Ce goût pour l'innovation, vous le mettez notamment au service de l'amélioration de la qualité du maintien en condition opérationnelle de nos aéronefs, tant en termes de disponibilité que de consommation de rechange. Vous le mettez aussi au service de la sécurité, en déployant des trésors de technologies pour vous assurer de la précision et de la pertinence de la maintenance prédictive.

Votre soif d'innovation se traduit aujourd'hui par un investissement important dans la plateforme Aubes de turbine avancées.

Vous le savez mieux que moi, les aubes de turbine sont les stars des avions de demain. Subissant des fournaises de plus de 1 500 degrés, ce sont des pièces qui jouent un rôle crucial dans la qualité et la durée de vie des moteurs. Les perfectionner, c'est d'abord atteindre des performances sans précédent. C'est aussi avoir une maîtrise importante des coûts du maintien en condition opérationnelle.

À cet égard il est donc vital pour nos armées de continuer à innover et toujours, de perfectionner leur processus de fabrication. La plateforme Aubes de turbines avancées de Safran Tech que j'ai eu le plaisir d'inaugurer en est la meilleure réponse. Elle hisse Safran au plus haut niveau technologique de la fabrication des moteurs aéronautiques et confirme sa place dans la compétition internationale.

Vous l'aurez compris, ces nouvelles turbines sont pleines de promesses. Ces promesses, nous souhaitons ardemment qu'elles se réalisent. C'est pourquoi nous finançons déjà les études amont « Turenne », étroitement suivies par les équipes de la DGA.

Mais il nous faut être plus ambitieux. Il nous faut porter notre ambition à la hauteur des promesses de ces prouesses technologiques.

Je suis donc heureuse d'annoncer la notification du programme d'études amont « Turenne 2 ». Ces études, pour un montant de plus de 100 millions d'euros, doivent nous permettre de gagner 150 degrés d'ici 2025 sur la température des turbines hautes pression de nos moteurs.

C'est un superbe défi que vous allez relever.

Cette avancée technologique ne bénéficiera pas uniquement aux armées. Toutes les technologies développées à destination des applications militaires trouveront leur place sur les moteurs civils, et offriront des gains de performances et de fiabilité non négligeables. Elles irrigueront la compétitivité, les capacités d'exportation mais aussi l'emploi de Safran.


Votre désir d'innover, vous avez pris conscience que vous ne pouviez l'assouvir seul. Des acteurs plus petits, très agiles, parfois plus jeunes se montrent aujourd'hui capables de répondre à des besoins ciblés de nos armées.

Plutôt que de les ignorer, vous avez fait le choix de l'ouverture, et je le salue. Vous avez choisi de vous tourner vers les PME et de bénéficier ainsi de l'atout considérable qu'elles représentent en termes d'innovation. Vous vous êtes très tôt doté des outils et de l'organisation nécessaires pour bénéficier de cette innovation ouverte, et construire une relation équilibrée avec nos PME et startups. Je tiens à le souligner, Safran constitue sur ce plan un exemple à suivre au sein de l'industrie de défense.

Et pour aller plus loin, je signerai tout à l'heure avec Philippe Petitcolin, une convention qui nous engage mutuellement à accompagner et protéger les PME et ETI les plus stratégiques pour notre défense. C'est un des engagements du plan Action PME que j'ai lancé en avril dernier, et je serai particulièrement attentive au suivi de ces engagements.


Mais la volonté d'ouverture de Safran ne s'arrête pas là. Et c'est une fierté, que l'horizon de Safran ne se limite pas à nos frontières. Sans travailler à la consolidation et la pérennité de notre industrie de défense européenne, l'Europe de la défense, que nous construisons avec nos partenaires depuis maintenant deux ans, ne demeurera qu'un idéal.

Et l'idéal, aussi beau soit-il, ne sera d'aucune aide à l'acquisition de notre autonomie stratégique. C'est en rapprochant nos armées, sur le plan opérationnel comme technologique, que nous gagnerons en puissance.

La déclaration que MTU et Safran s'apprêtent à signer aujourd'hui s'inscrit parfaitement dans cette volonté de garantir notre indépendance militaire.

J'adresse, pour leur travail acharné et leur soutien indéfectible à nos armées, toutes mes félicitations à nos industriels.

L'esprit de cet accord illustre ce que nous cherchons à réaliser. Une répartition claire des responsabilités, des tâches et des rôles dès les phases amont, basée sur le principe du « meilleur athlète ». Ainsi, Safran se positionne en leader sur l'architecture et l'intégration du moteur. MTU prendra, quant à lui, le leadership sur la partie des services.

Cet accord, Safran et MTU en sont les piliers. Pour autant, il a vocation à demeurer ouvert à d'autres partenaires.

Un tel accord industriel va à présent pouvoir bénéficier à des projets concrets menés en coopération franco-allemande.

Nous pouvons préparer dès à présent des études plus approfondies sur la motorisation du Système de combat aérien du futur, le SCAF. Nous avons pour objectif avec Ursula von der Leyen ici présente, de démarrer dès juin prochain les travaux de conception d'un démonstrateur de moteur, confiés à Safran et MTU. Au même moment seront également lancés d'autres travaux concernant l'avion de nouvelle génération lui-même.


Je suis heureuse d'être aujourd'hui aux côtés d'Ursula von der Leyen, avec qui nous travaillons main dans la main depuis un an et demi à rapprocher nos deux armées et à préparer leurs équipements futurs.

Notre dernière rencontre en novembre dernier avait été l'occasion d'entériner nos ambitions communes pour notre avion de combat commun.

Vous le savez, le SCAF est un projet concret, emblématique de la convergence militaire entre nos deux pays. C'est un accord exceptionnel pour nos opérations aériennes, à l'aube d'une révolution de nos modes de combats, de nos équipements.

Nous entamons aujourd'hui une étape décisive pour l'Europe de la défense et pour notre belle coopération franco-allemande. Cette coopération, nous faisons le choix de l'accélérer. De l'intensifier.

Je suis venue vous annoncer aujourd'hui, en présence de la Ministre allemande, que nous avons notifié le tout premier contrat de concepts et d'architecture du SCAF.

Ce contrat est confié à Airbus et Dassault qui auront la charge de réaliser la maîtrise d'oeuvre de ce système ambitieux. Bien évidemment, comme je vous le disais plutôt, Safran et MTU seront étroitement associés à ces travaux pour la définition du moteur qui permettra l'envol de notre futur système de combat commun.

Ce contrat est la toute première brique d'un édifice prodigieux. Quand nous avons, en juillet 2017, imaginé ce projet majeur pour nos deux pays, et pour toute l'Europe, beaucoup étaient sceptiques, ironiques, voire moqueurs. Nous l'avons construit pas à pas, en nous accordant sur les spécifications de ce système, en encourageant nos industriels à travailler ensemble. Beaucoup reste à faire, mais notre détermination est totale, car elle se fonde sur la conviction inébranlable que l'union entre nos deux pays nous rend plus forts.

L'envol du SCAF est désormais imminent. Que personne n'oublie d'attacher sa ceinture !


Nous sommes donc venues avec Madame Von der Leyen pour faire part de toutes ces nouvelles, mais pas uniquement. Nous sommes aussi venues pour vous dire toute notre confiance.

Nous croyons en vous, car vous êtes les premiers acteurs de l'Europe de la défense, sans qui nos armées ne pourraient réellement se rapprocher.

Nous croyons en vous, car nous connaissons votre talent, votre créativité, votre ardeur.

Merci de votre engagement.


Source https://www.defense.gouv.fr, le 8 février 2019

Rechercher