Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, au Sénat le 5 février 2019. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes, en réponse à une question sur le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, au Sénat le 5 février 2019.

Personnalité, fonction : LOISEAU Nathalie.

FRANCE. Ministre des affaires européennes

Circonstances : Question d'actualité au Sénat, le 5 février 2019

ti :

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Monsieur le Sénateur,


Vous l'avez dit, l'Europe a été, il y a peu, l'un des théâtres de la guerre froide des armes nucléaires américaines et soviétiques stationnées sur le sol européen et qui, par leur portée, ne pouvaient frapper que l'Europe. C'est à ce péril qu'est venue mettre fin la signature en 1987 du traité sur les forces nucléaires intermédiaires qui engageait l'élimination de ces armes de notre continent.

Aujourd'hui, ce traité est remis en cause par les Russes qui violent les règles de ce traité et par les Américains qui ont annoncé qu'ils vont s'en retirer. La Russie a immédiatement fait savoir qu'elle voulait développer un nouveau missile.

Nous sommes dans une situation paradoxale : les Européens ne font pas partie du traité FNI, mais c'est bien de la sécurité de notre continent qu'il s'agit.

Nous sommes devant un risque de relance de la course aux armements, mais aussi devant un nouvel épisode d'attaque en règle contre le multilatéralisme.

Alors que faut-il faire ? Tout d'abord, et nous le faisons, appeler la Russie à répondre aux demandes qui lui ont été adressées et à remplir pleinement ses engagements. Dans le même temps, et vous le rappelez, il faut construire une véritable autonomie stratégique européenne. L'Europe de la défense a plus progressé en deux ans qu'en six décennies. Le fonds européen de défense est désormais en place, la coopération structurée permanente est lancée, elle rassemble 25 Etats.

Nous avons aussi besoin de l'initiative européenne d'intervention que nous avons initiée et qui permet de créer une culture stratégique commune entre les Européens les plus capables et les plus volontaires.

Prenons garde de croire que les traités de maîtrise des armements appartiendraient à l'histoire et qu'ils seraient dépassés. Dans le contexte international incertain que nous connaissons, ils sont plus indispensables que jamais. Nous appelons ainsi la Russie et les Etats-Unis à prolonger au-delà de 2021 le traité New START sur les arsenaux nucléaires et à négocier le traité successeur.

Si nous voulons éviter de voir régner la loi du plus fort au péril de notre sécurité, nous devons continuer à veiller à la force de la loi.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 11 février 2019

Rechercher