Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur l'accord commercial avec le Mercosur, à l'Assemblée nationale le 2 juillet 2019. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur l'accord commercial avec le Mercosur, à l'Assemblée nationale le 2 juillet 2019.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 2 juillet 2019

ti :


Monsieur le Député,


Vous avez fait référence à l'accord qui a été annoncé vendredi soir à Osaka entre la Commission européenne et le Mercosur. Cela ressemblait à une course de tortues : depuis vingt ans ces discussions étaient en cours. Et puis, comme vous l'avez constaté vous aussi, il y a eu une accélération soudaine. Et je ne suis pas certain, même dans les accélérations soudaines, que la précipitation soit toujours bonne conseillère.

Donc, même si des dispositions que l'on croit connaître de cet accord offrent des opportunités économiques importantes à nos exportateurs, il ne faut pas le négliger, il n'empêche que, à cet instant, Monsieur le Député, la France demande à voir. La France demande à voir.

Nous avions défini des lignes rouges très fortes dans ces négociations. D'abord, le respect intégral de l'Accord de Paris ; ensuite, la protection des normes environnementales et sanitaires ; enfin, la protection de nos filières avec une clause de sauvegarde. Et c'est sur la base de l'analyse de ces trois engagements et de ces trois lignes rouges que la France prendra position.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 10 juillet 2019

Rechercher