Interview de M. Franck Riester, ministre de la culture à Europe 1 le 25 juillet 2019, sur les 60 ans du ministère de la culture et la politique culturelle. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Franck Riester, ministre de la culture à Europe 1 le 25 juillet 2019, sur les 60 ans du ministère de la culture et la politique culturelle.

Personnalité, fonction : RIESTER Franck.

FRANCE. Ministre de la culture

ti :


MARION CALAIS
Pierre de VILNO, vous recevez ce matin le ministre de la Culture, Franck RIESTER.

PIERRE DE VILNO
Et qui fête un bel anniversaire, puisque ce sont les 60 ans de son ministère. Bonjour Franck RIESTER.

FRANCK RIESTER
Bonjour Pierre de VILNO.

PIERRE DE VILNO
Cérémonie rue de Valois en présence d'Emmanuel MACRON avec des nominations aussi à des postes clés, on va en parler, parce que c'est important, mais en 1959 déjà, Pierre MOINOT, qui était le conseiller technique d'André MALRAUX, décrivait un grand ministre avec de grands projets, mais avec des moyens dérisoires. Est-ce qu'avec la compétition des ministères régaliens, c'est toujours le cas ou est-ce qu'au contraire, vous, vous avez les moyens d'agir, pour reprendre le nom de votre mouvement politique ?

FRANCK RIESTER
Oui, tout à fait, c'est une priorité du président de la République qui est non seulement un homme de culture, mais qui est convaincu que la culture est essentielle, à la fois l'émancipation de nos compatriotes, de chaque citoyen, pour permettre de bien exercer le métier de vivre, comme disait Cesare PAVESE, mais aussi qui est le formidable outil au service de la cohésion sociale, de la cohésion nationale, et donc, oui, c'est une priorité, et le symbole très fort, que le président de la République vienne pour la cérémonie qu'on avait organisée pour les agents du ministère, il y aura, jusqu'à la fin de l'année, un certain nombre d'événements, avec les acteurs de la culture, avec les partenaires du ministère, là, c'était vraiment réservé aux agents du ministère, qui s'adressent à eux pour les remercier de tout ce que font les agents du ministère, tant au niveau de l'administration centrale, que les administrations déconcentrées, que chez les opérateurs qui sont sous la tutelle du ministère de la Culture, c'était un signal fort, et oui, j'ai les moyens, nous avons les moyens au ministère, alors, on pourrait toujours en avoir plus, bien évidemment. Mais enfin, on est dans un moment où il faut aussi rétablir les comptes de la nation, et l'année prochaine, j'aurai un budget de la Culture en hausse, c'est un signal fort, et on a aussi un grand nombre de priorités, que j'ai pu rappeler hier en Conseil des ministres, qui avait une partie à la fois sur les nominations, mais aussi une partie spécifique pour fêter cet anniversaire, puisque le 24 juillet 1959, effectivement, le général de GAULLE signait un décret créant ce ministère de la Culture qui est une spécificité française. Il y a très peu…

PIERRE DE VILNO
Pour porter le patrimoine, pour porter la culture française, il y avait une logique dans tout ça !

FRANCK RIESTER
Voilà, oui, c'est conserver, protéger, restaurer le patrimoine, c'est stimuler la création…

PIERRE DE VILNO
A travers des missions qui sont confiées à des figures emblématiques pour diriger ces grandes institutions, vous avez reconduit Catherine PEGARD à Versailles Eric RUF, à la Comédie-Française, 9 reconductions sur 17 nominations, et puis, il y a des nouvelles têtes, comme à l'Opéra de Paris, ça a été difficile quand même de remplacer Stéphane LISSNER.

FRANCK RIESTER
Oui, il a un très bon bilan, il a fait de très bonnes choses à l'Opéra de Paris, il a fait venir des nouveaux publiques, notamment les jeunes, et il a eu une programmation s'appuyant à la fois sur les grands standards de l'opéra, mais aussi en apportant des nouveautés, des innovations.

PIERRE DE VILNO
Mais alors, pourquoi avoir choisi un Allemand pour le remplacer ?

FRANCK RIESTER
On n'a pas choisi un Allemand, on a choisi Alexander NEEF, qui se trouve être Allemand. Alexander NEEF est jeune, il a 44 ans, et il est actuellement le patron de l'Opéra Toronto et du festival de Santa Fe. Et il est passé par l'Opéra de Paris, il a été directeur du casting dans les années 2000, et donc il connaît déjà la maison, et il a une grande ambition pour l'Opéra de Paris, c'est une maison emblématique, qui fait valoir le savoir-faire…

PIERRE DE VILNO
Qu'il faut rendre accessible aussi…

FRANCK RIESTER
Le savoir-faire français en matière d'art lyrique, en matière de danse et qui, non seulement, doit encore davantage s'ouvrir à tous les publics, mais aussi continuer de faire rayonner cette spécificité française qui est la culture partout dans le monde.

PIERRE DE VILNO
Franck RIESTER, nous sommes en plein été, les festivals sont là partout en France, il y en a pour tous les goûts, les Vieilles Charrues, La Roque-d'Anthéron, Ramatuelle, le jazz à Nice ou à Juan-les-Pins, et puis, bien sûr, le Festival d'Avignon, quelle est l'économie de ces festivals sachant que, d'un côté, il y a le privé, et ce qu'on appelle aussi le subventionné ?

FRANCK RIESTER
Oui, alors, les festivals rencontrent un succès formidable depuis des années, ils ont commencé avec des festivals associatifs, j'étais jeudi dernier aux Vieilles Charrues à Carhaix, qui est un des premiers festivals français, qui a un succès considérable, monumental, c'est plus de 7.000 bénévoles, 280.000 personnes qui viennent sur le week-end, c'est exceptionnel, mais c'est un modèle très particulier, c'est vrai qu'il y a eu beaucoup de festivals qui se sont créés partout, tant mieux, mais du coup, il y a une montée du coût des artistes, tant mieux aussi, puisque ça permet de mieux rémunérer les artistes, et on a besoin de mieux rémunérer les artistes, mais pour autant, il faut trouver les financements nécessaires pour que les festivals continuent de se produire partout en France, alors sachant…

PIERRE DE VILNO
Alors, comment on fait ?

FRANCK RIESTER
Sachant qu'il y a aussi une augmentation des coûts de sécurité suite aux attentats en 2015, donc là, nous travaillons avec le ministre de l'Intérieur, Christophe CASTANER, pour faire en sorte de maintenir ou de baisser ces coûts-là, et puis, d'autre part, il faut travailler à la fois en accompagnant le maximum les bénévoles et en travaillant avec le mécénat de proximité ; c'est pour ça que l'an dernier, nous avons augmenté le plafond pour les PME, pour qu'elles puissent davantage donner, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas travailler peut-être à un dispositif plus équilibré sur le mécénat qui permette peut-être à partir d'un certain montant de dons, dans un certain nombre de groupes, de baisser l'avantage fiscal, parce qu'on voit bien que ça peut peut-être parfois choquer certaines personnes, même si je ne cesse de remercier tous les mécènes de ce pays qui continuent de donner et de faire vivre la culture partout sur le territoire, mais d'accompagner et d'inciter au mécénat de proximité ; ces entreprises et ces particuliers qui, à proximité, aident un festival, aident à la restauration d'un monument historique de proximité, c'est ça qu'on va essayer de faire passer dans les semaines, les mois et les années qui viennent.

PIERRE DE VILNO
Alors justement, je parlais de festivals, je parlais des fonds privés et des fonds publics, de la subvention, et au théâtre, d'une manière plus générale, c'est pareil, c'est-à-dire qu'on a depuis des lustres, et ça remonte d'ailleurs à Molière et à Racine, c'était une guerre entre eux, on a une guerre entre le théâtre privé, et souvent, c'est des grandes machines, des grandes boîtes de production, et le théâtre subventionnait, les deux entités coexistent dans une haine réciproque avec des conséquences sur le public, comment est-ce qu'on fait, vous, qui voulez reconquérir les territoires, justement, à travers la culture, et la culture différenciée, comment est-ce qu'on va faire pour ne plus proposer, parce que c'est l'unique volonté d'un directeur de théâtre, quelque part, dans une ville de France, justement de pouvoir faire venir aussi le public de théâtre privé qui, pour l'instant, sont persona non grata dans ce genre d'établissement ?

FRANCK RIESTER
Alors non, pardon, Pierre de VILNO, ce n'est pas vrai, les publics, tous les publics sont les bienvenus dans les théâtres publics, comme vous dites…

PIERRE DE VILNO
Pas toujours…

FRANCK RIESTER
Si, si, si, après, la programmation peut dissuader certains ou certaines de venir, mais ce n'est pas la même chose, et il n'y a pas de volonté de dire : on ne veut pas tel public ou on ne veut pas, ça, ce n'est pas vrai… non, on a la chance en France d'avoir les deux, d'avoir à la fois un réseau de labels, notamment de CDN, de Centres Dramatiques Nationaux, avec un certain nombre de critères, on a 350 labels en France, entre la chorégraphie, les opéras, les théâtres publics qui permettent de s'assurer qu'il y ait une programmation assez exigeante, avec une nouvelle création, avec…

PIERRE DE VILNO
Eh bien oui…

FRANCK RIESTER
Non, mais exigeante dans le sens de donner la place aux créateurs contemporains, aux nouvelles écritures, aux artistes d'aujourd'hui, c'est important, et puis, aussi, un théâtre privé qui n'est pas en opposition avec le théâtre public, qui offre souvent des productions qui sont des productions plutôt du côté du répertoire classique, eh bien, c'est très bien…

PIERRE DE VILNO
Oui, c'est de l'amusement, c'est aussi de la drôlerie !

FRANCK RIESTER
Et il y a aussi du répertoire classique dans le théâtre public, et il y a aussi de l'écriture contemporaine dans le théâtre privé…

PIERRE DE VILNO
Exactement !

FRANCK RIESTER
Donc, vous savez, il ne faut pas opposer les uns aux autres, simplement…

PIERRE DE VILNO
Eh bien, non, mais malheureusement, ça s'oppose, et on le constate parfois.

FRANCK RIESTER
Eh bien, écoutez, moi, en tout cas, je vais essayer de rassembler les deux théâtres, ça passe par des productions qui peuvent circuler du théâtre public vers le théâtre privé, ça passe par la circulation des artistes, et ça passe par un accompagnement aussi du secteur privé, nous travaillons par exemple sur les dispositifs d'observation du secteur privé pour permettre d'avoir des billetteries qui permettent davantage de facilités pour pouvoir acheter des billets en ligne, et puis, c'est le Pass culture aussi, c'est de permettre aux jeunes de 18 ans, le Pass culture est encore en expérimentation, il est ouvert aux jeunes de 18 ans…

PIERRE DE VILNO
C'est votre consoeur maintenant qui va s'occuper du Pass culture…

FRANCK RIESTER
Dans 14 départements et avec une somme de 500 euros mise à disposition de ces jeunes pour justement aller au théâtre, et pas que le théâtre public, pour aller aussi au théâtre privé, donc permettre à des jeunes d'aller au théâtre et de prendre le réflexe d'aller au théâtre, c'est une façon d'accompagner le théâtre privé, le théâtre public bien sûr aussi, mais vous savez, le théâtre public, c'est une des grandes forces de notre pays, on a la chance d'avoir ce théâtre public, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas ne pas s'appuyer aussi sur le théâtre…

PIERRE DE VILNO
C'est pour ça qu'il faut, et c'est ce que vous allez faire, c'est pour ça qu'il faut l'améliorer. Le patrimoine culturel français est sous votre coupe, Franck RIESTER, vous supervisez aussi bien entendu les travaux de reconstruction de Notre-Dame de Paris, lorsque le général GEORGELIN, sur notre antenne, ce lundi, ici, même, à votre place, dit : je veux rendre Notre-Dame aux catholiques français, est-ce que ça ne vous choque pas, dans le sens où Notre-Dame est aussi un lieu culturel ?

FRANCK RIESTER
Oui, mais il n'a pas dit qu'aux catholiques français…

PIERRE DE VILNO
Non, mais il a dit : « aux catholiques français »…

FRANCK RIESTER
Oui, et il a raison, C'est un lieu de culte, catholique, et c'est bien légitime, et c'est la volonté d'ailleurs du diocèse et de l'Etat, c'est de rendre la cathédrale à l'affectataire, c'est-à-dire à celui qui occupe la cathédrale, qui est le diocèse de Paris, et donc les catholiques, mais pas seulement les catholiques, mais aussi les Parisiennes et les Parisiens…

PIERRE DE VILNO
C'est un symbole dans le monde entier…

FRANCK RIESTER
Mais aussi les touristes, mais aussi toutes celles et ceux qui en France et dans le monde ont envie de visiter ce patrimoine unique de l'Humanité.

PIERRE DE VILNO
Merci beaucoup, Franck RIESTER…

FRANCK RIESTER
Merci Pierre de VILNO…

PIERRE DE VILNO
D'avoir été avec nous…

FRANCK RIESTER
Et allez dans les festivals partout en France.

PIERRE DE VILNO
Ça continue encore tout l'été.

FRANCK RIESTER
Oui, c'est formidable.

PIERRE DE VILNO
On vous y croisera alors ?

FRANCK RIESTER
Ah, oui, oui, j'en ai, moi, déjà beaucoup croisé, et on me croisera encore puisque j'ai déjà prévu des nouvelles dates.

PIERRE DE VILNO
Très bien, merci beaucoup Monsieur le ministre de la Culture d'avoir été avec nous.

FRANCK RIESTER
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 31 juillet 2019

Rechercher