Déclaration à la presse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur les relations franco-chiliennes, à Santiago le 25 juillet 2019. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration à la presse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur les relations franco-chiliennes, à Santiago le 25 juillet 2019.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Circonstances : Visite officielle au Chili, les 25 et 26 juillet 2019

ti :

Je souhaite d'abord souligner combien je suis heureux d'effectuer cette visite officielle au Chili afin de réaffirmer les liens anciens d'amitié et la coopération très étroite qui unissent nos deux pays.

J'ai eu l'honneur et le plaisir d'être reçu en début d'après-midi au Palais de la Moneda par le président Sébastian Piñera et j'ai eu ensuite un déjeuner de travail avec M. Teodoro Ribera, ministre des relations extérieures. Je remercie les autorités chiliennes pour leur accueil chaleureux et hospitalier. De nombreux sujets d'intérêt communs ont pu être discutés.

D'abord, je veux souligner la grande convergence que nous avons sur la question du multilatéralisme, dont la promotion est une priorité majeure de la diplomatie française.

Nous avons évoqué la préparation du sommet du G7 de Biarritz, auquel participera le président Piñera à l'invitation du président de la République française. Le G7 sera l'occasion d'initiatives importantes sur l'enjeu des libertés dans le monde numérique ou encore sur la question des océans et du climat, et je suis heureux que le Chili puisse s'y associer.

Nous avons également discuté de la préparation de la COP25, événement majeur qui se déroulera en décembre à Santiago. Nos deux pays sont mobilisés pour en faire un succès et aboutir à un relèvement de notre ambition commune pour lutter contre le changement climatique. Dans la continuité du sommet de Biarritz, le président de la République sera aux côtés du président Piñera, pour faire des travaux de la COP25 un succès.

J'aurai l'occasion cet après-midi de poursuivre ces discussions sur la préparation de la COP25 avec la ministre de l'environnement.

C'est la première fois, à ma connaissance, que la France et le Chili sont engagés ensemble aussi intensément, dans une démarche conjointe et systématique, pour faire face aux défis globaux auxquels nous sommes confrontés.

Cette vision partagée du multilatéralisme se double d'une relation bilatérale toujours plus étroite. Nous avons aujourd'hui effectué un point approfondi sur la mise en oeuvre de la feuille de route bilatérale agréée lors de la visite du président Piñera à Paris en octobre 2018.

Nos relations économiques se développent remarquablement puisque nos échanges ont dépassé les deux milliards d'euros en 2018 et que le Chili est devenu notre deuxième client en Amérique du sud depuis 2017.

J'ai évoqué avec le président Piñera et avec le ministre Ribera les projets des entreprises françaises, très actives dans les secteurs des infrastructures, des télécommunications, des transports, des énergies renouvelables et du développement durable entre autres.

J'aurai l'occasion tout au long de mon déplacement à Santiago jusqu'à samedi de rencontrer les communautés d'affaires française et chilienne. Je les encouragerai à approfondir nos échanges, dans le sens de coopérations structurantes. Les occasions ne manqueront pas dans ce pays très dynamique.

Nous avons par ailleurs évoqué notre coopération stratégique et de défense. La France est une nation indopacifique qui déploie une stratégie dans cette aire géographique. C'est une convergence supplémentaire avec le Chili. Notre relation de défense est ancienne et riche, notamment dans le domaine des équipements de défense. J'ai souhaité que nous puissions relancer une dynamique dans ce secteur.

J'ai salué lors des entretiens de cet après-midi la densité et la qualité de notre coopération scientifique qui s'appuie notamment sur une quinzaine de laboratoires commun d'excellence et affirmé notre volonté de recevoir plus d'étudiants chiliens en France au niveau master et doctorat.

La France bénéficie en outre d'un réseau solide de lycées et d'alliances françaises dans le pays pour faire vivre la Francophonie au Chili. Nous avons proposé en outre aux autorités chiliennes de les accompagner si elles décidaient de réintroduire, à titre expérimental et optionnel, l'enseignement du français dans le système secondaire public.

Enfin, nous avons évidemment évoqué les questions régionales. Nous avons abordé la crise au Venezuela et exprimé notre grande préoccupation face à la dégradation très rapide de la situation humanitaire et aux atteintes graves contre les droits de l'Homme perpétrées par le régime. Nous nous félicitons du dialogue établi entre le Groupe de Lima et le Groupe de contact international. La France soutient les efforts de la Norvège pour que les discussions entre les parties puissent ouvrir la voie à une transition pacifique et négociée en vue d'élections présidentielles libres.

Une nouvelle fois, je me réjouis de l'occasion qui m'est donnée d'approfondir encore notre partenariat et je remercie M. Ribera de son hospitalité. Je vous remercie.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 31 juillet 2019

Rechercher