Interview de Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées, à LCI le 14 août 2019, sur le débarquement de Provence en 1944, les relations franco-russes, le G7, les djihadistes français, Hong Kong et sur l’immigration. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées, à LCI le 14 août 2019, sur le débarquement de Provence en 1944, les relations franco-russes, le G7, les djihadistes français, Hong Kong et sur l’immigration.

Personnalité, fonction : DARRIEUSSECQ Geneviève.

FRANCE. Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des armées

ti :


JULIE HAMMETT
Notre invitée ce matin, Geneviève DARRIEUSSECQ, vous êtes secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, merci beaucoup d'avoir répondu à notre invitation. Alors, vous participez demain aux commémorations du 75e anniversaire du débarquement de Provence, cérémonie qui aura lieu près de Saint-Raphaël. Ce débarquement-là il est moins connu que celui du 6 juin, est-ce qu'il a été trop souvent oublié ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je ne crois pas qu'il ait été oublié, en tout cas c'est un débarquement qui est tout à fait complémentaire du débarquement de Normandie puisqu'il a vraiment permis la victoire, et c'est le fait des deux débarquements qui ont permis une victoire relativement rapide sur l'Allemagne nazie. Ce débarquement, il est en plein milieu de l'été, un 15 août, d'ailleurs les commémorations démarrent ce soir, je serai à La Grande-Motte, avec les Britanniques, où des parachutistes ont été largués en masse, 9000 parachutistes, dans cette zone, et nous poursuivrons demain, avec le président de la République, à la nécropole de Boulouris, et ensuite je serai avec les Américains, à Draguignan, au cimetière américain, donc nous commémorerons, nous rendrons hommage à tous les combattants, Français, à l'armée coloniale, aux alliés également, Américains, Britanniques, qui ont participé à ce débarquement.

JULIE HAMMETT
Alors, Nicolas SARKOZY sera présent aussi à côté du président, quel est le sens de sa présence, est-ce que c'est simplement républicain ou il faut y voir un geste de la part du président envers Nicolas SARKOZY ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois que le président de la République invite systématiquement les anciens présidents de la République à toutes les commémorations et les manifestations, et Nicolas SARKOZY répond à ces invitations parce qu'il met du sens, j'imagine, dans ces moments-là, et je pense que c'est bien que des anciens présidents de la République soient présents dans ces moments.

JULIE HAMMETT
On a l'impression qu'ils sont devenus un peu inséparables, ça irrite un petit peu chez les Républicains et dans votre camp également, quel est votre avis là-dessus ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Moi, mon avis, il est très simple, c'est qu'il faut respecter tout le monde et il faut parler avec tout le monde, et que notre pays est suffisamment divisé, et suffisamment à cran, pour que nous ayons le respect des personnes, le respect des mandats qu'ils ont eus, ou le respect des mandats qu'ils ont, et qu'il faut, très simplement, prendre l'avis de tous, parler à tous, et aller plus vers la concorde nationale que vers la dispute nationale.

JULIE HAMMETT
Mais dans le mouvement auquel vous appartenez, le MoDem, on sait que François BAYROU ne s'entendait pas du tout avec Nicolas SARKOZY, et voir Emmanuel MACRON écouter les conseils de Nicolas SARKOZY, le consulter, à chaque occasion de s'afficher avec lui, ça ne vous agace pas un petit peu ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Ecoutez, je pense que le président de la République écoute aussi et rencontre très souvent François BAYROU, qu'il a besoin de s'imprégner, tout simplement, de l'avis d'hommes et de femmes politiques autour de lui, d'hommes et de femmes qui ont des expériences, aussi, antérieures, et qu'il en prend des conclusions ou qu'il en tire des conséquences dans son action.

JULIE HAMMETT
Agenda chargé, donc, pour le président, qui recevra lundi prochain Vladimir POUTINE à Brégançon, quelques jours avant le sommet du G7. Est-ce qu'il a raison, le président, d'inviter son homologue russe dans ce cadre plus intime, le président Vladimir POUTINE qui n'hésite pas, on le sait, notamment à emprisonner ses opposants, il fallait quand même l'inviter ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois que le principe, les principes du président de la République c'est d'être toujours à l'écoute, et d'être toujours dans le dialogue, et la rencontre avec le président POUTINE rentre aussi dans cette optique de dialogue, d'écoute, et surtout d'essayer ensemble de faire avancer, un petit peu, des sujets délicats, puisque j'imagine qu'ils vont parler de l'Ukraine, j'imagine qu'ils vont parler de l'Iran, j'imagine qu'ils vont parler de la Syrie. Alors, tout ne sera pas réglé, certainement, en un rendez-vous, mais en tous les cas il faut continuer à tisser le dialogue afin de pouvoir trouver des solutions de désescalade et des solutions d'apaisement.

JULIE HAMMETT
C'est vrai que, justement, on a vu que les gestes d'apaisement se sont multipliés, il y a eu l'invitation de Dimitri MEDVEDEV au Havre, il y a eu le soutien unanime apporté par la délégation française à la réintégration de la Russie au Conseil de l'Europe. Est-ce que le G7 pourrait redevenir le G8 ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Eh bien écoutez, ce n'est pas à moi de le dire. Le G7 va se dérouler à Biarritz dans quelques jours, dans la construction, peut-être pour la construction, j'espère, d'un monde meilleur autour de l'égalité, notamment hommes-femmes, autour d'un apaisement des sociétés, mais moi je souhaite… le multilatéralisme est une notion très simple, c'est pouvoir, avec tous, trouver des solutions aux problèmes de nos sociétés et des solutions qui soient acceptables par tous, et ces grands moments internationaux sont importants afin de pouvoir, il me semble, avancer positivement sur des sujets importants pour nos sociétés.

JULIE HAMMETT
Parce que certains se posent la question justement, est-ce que, vraiment, le G7 a encore une utilité. Qu'est-ce qu'il en ressort à part des grands discours très généraux, qu'est-ce qui va en ressortir là, à votre avis ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Alors moi qui suis une personne très pragmatique, du terrain, effectivement mon souhait sera qu'il en sorte des choses concrètes, pratiques, de mise en oeuvre immédiate, par exemple sur l'égalité hommes-femmes, par exemple sur, aussi, les capacités à pouvoir avoir des sociétés plus apaisées et des principes de vie, dans nos sociétés, plus apaisés. Mais, sur l'égalité hommes-femmes, par exemple, eh bien s'il y a des engagements concrets, généraux, il faut qu'ils se traduisent par des mesures concrètes dans chaque pays qui appartient au G7, et c'est là que nous verrons aussi ce qu'on peut appeler des grandes messes internationales, sont utiles concrètement dans chaque pays.

FABRICE LUNDY
Alors, cas concret, que ce soit dans le G7 ou avec POUTINE, comment sauver l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, puisque vous y faisiez allusion il y a un instant, sur l'Iran ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Eh bien ça c'est un vrai sujet, qui ne dépend pas que de monsieur POUTINE d'ailleurs, mais c'est un vrai sujet, et c'est un sujet, je sais, sur lequel Jean-Yves LE DRIAN et le président de la République sont très attachés à multiplier les contacts. Nous souhaitons, nous, bien entendu, que cet accord persiste…

FABRICE LUNDY
Il faut aider l'Iran justement, même économiquement ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois qu'il faut que nous allions vraiment vers une désescalade. L'Iran sera forcément appauvri, mais l'Iran doit aussi donner des gages qu'elle ne repart pas dans une escalade nucléaire, ce qui, à l'heure actuelle, ne paraît pas être le cas, puisqu'il semblerait qu'ils repartent dans…

MARIE-EVE MALOUINES
C'est quand même pas mal alimenté par Donald TRUMP aussi, alors comment on peut faire ? C'est pour ça qu'on fait venir Vladimir POUTINE avant, c'est pour dire à Donald TRUMP qui dit à la France « mêlez-vous de ce qui vous regarde, l'Iran c'est mon secteur », c'est pour lui dire « vous n'êtes pas tout seul, il y a aussi POUTINE avec lequel on s'entend » ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois que le président TRUMP n'est pas tout seul et ne peut pas avoir de relations bilatérales avec un pays alors qu'il y a l'état du monde qui peut dépendre d'accords ou de désaccords, donc la France a toute sa légitimité à essayer de pouvoir maintenir ces accords et faire en sorte qu'il y ait, là aussi, une désescalade, pour l'instant nous avons plutôt une escalade verbale, qu'il y ait une désescalade verbale et surtout qu'il n'y ait pas d'escalade dans les faits.

MARIE-EVE MALOUINES
C'est l'objectif d'Emmanuel MACRON dans ce G7 ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je pense que c'est l'objectif d'Emmanuel MACRON.

JULIE HAMMETT
Alors, parmi les sujets qui seront abordés pendant ce sommet, la lutte contre le terrorisme. L'ONU critique le traitement des djihadistes français, vous l'avez sûrement vu, l'ONU dénonce le transfert fin janvier de 13 djihadistes français du Kurdistan syrien en Irak, où ils ont été, depuis, condamnés à mort. Selon la rapporteure spéciale, un Etat qui a aboli la peine de mort ne peut transférer un individu dans un pays qui la pratique encore, ce qui reviendrait à prononcer de telles condamnations par procuration. Qu'est-ce que vous lui répondez ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois que cette rapporteure spéciale s'est exprimée en son nom et pas forcément au nom de l'ONU, d'abord. Deuxièmement, la position de la France est constante. Les djihadistes doivent être jugés là où ils ont commis des crimes, c'est une position constante qui est donnée par Jean-Yves LE DRIAN et qui paraît assez logique.

JULIE HAMMETT
Mais y compris quand c'est un pays qui assène la peine de mort ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Et, par contre, de façon constante nous disons également que nous sommes totalement opposés, bien entendu, à la peine de mort, et nous demandons à ces pays de mettre en oeuvre tous les moyens afin de faire… de modifier ces jugements de peine de mort en des jugements compatibles avec nos valeurs françaises.

JULIE HAMMETT
Mais vous avez des assurances là-dessus, comme quoi ces ressortissants ne seront pas exécutés ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Les ambassades suivent ces dossiers de très près, le ministre des Affaires étrangères également, et je peux vous assurer que tout sera mis en oeuvre pour que les choses se passent au mieux pour chacun des Français qui serait détenu et qui aurait été jugé.

FABRICE LUNDY
Vous êtes secrétaire d'Etat aux Armées, on dit que l'Etat islamique se réimplante ça et là, au travers de quelques poches, en Syrie. Quelles sont vos informations ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je n'ai pas d'informations beaucoup plus précises à l'heure actuelle sinon que, on voit bien la tactique de l'Etat islamique. Je ne sais pas si c'est une stratégie, je pense que c'est peut-être une stratégie obligée, il y a une réorganisation permanente de groupes dans différentes… c'est la même chose au mali, c'est la même chose dans tous les pays, donc à partir du moment où des grandes zones ont été, comment dire…

FABRICE LUNDY
Libérées.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Libérées, eh bien les combattants partent et nous avons des petites poches qui se retrouvent un petit peu partout.

FABRICE LUNDY
C'est comme le mercure.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Voilà.

JULIE HAMMETT
La menace reste importante en France ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
La menace reste très importante en France et il faut que les Français en soient particulièrement conscients.

JULIE HAMMETT
On parlait à l'instant des revenants. Qu'en est-il des enfants ? Des petits groupes sont rentrés, quelle est votre doctrine là-dessus ? On fait un peu au cas par cas ? D'autres sont toujours dans des camps d'ailleurs là-bas dans le Kurdistan syrien. Quelle est votre politique là-dessus, sur les enfants ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Moi, je suis une maman. Donc les enfants, je suis toujours sensible à la façon dont on traite des enfants mais je crois qu'il faut effectivement faire du cas par cas. Il faut évaluer quels sont les troubles que ces enfants peuvent présenter, qui peuvent être des troubles très graves. Tout simplement parce que c'est du lavage de cerveau, qu'ils ont vu aussi des choses très violentes et que cela marque forcément, des syndromes post-traumatiques. Donc il faut évaluer l'état de chaque enfant et, en fonction, prendre des décisions les plus adaptées.

MARIE-EVE MALOUINES
Mais certains disent que si on les laisse dans les pays, ils vont se radicaliser encore plus et peut-être revenir en France encore plus dangereux que si on les avait pris en France.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je crois qu'un processus de retour progressif a été mis en oeuvre. Certains enfants ont été accueillis. Le cas d'autres enfants est étudié sur place et, voilà, nous avons… Il y a les enfants, il y a les parents, quelles sont les conditions de détention, quelles sont les conditions familiales qui entourent ces enfants. Donc je crois qu'il faut vraiment étudier tout cela au cas par cas.

FABRICE LUNDY
Et dans ce contexte d'insécurité et de tension, les différents ministres sont en train de boucler leur budget. C'est le deuxième budget le plus important, quarante milliards, la défense. C'est quoi les priorités pour 2020 ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Les priorités de la défense sont très simples. C'est de continuer d'améliorer les équipements de nos soldats. C'est de continuer, c'est-à-dire à hauteur d'homme, c'est notre armée qui est complètement rééquipée. C'est de poursuivre bien entendu l'innovation et la recherche. C'est de poursuivre un travail important en termes de cybersécurité.

FABRICE LUNDY
L'espace.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Voilà. Et c'est de mettre en oeuvre la politique de l'espace qui a été annoncée par la ministre des Armées le 25 juillet dernier, qui est un champ très, très important à l'avenir pour le XXIème siècle. Un champ de sécurité, de protection et de souveraineté pour notre pays. Et donc tout cela est dans la balance et c'est vrai que l'augmentation du budget des armées est bienvenue pour pouvoir mettre en oeuvre toutes ces priorités.

JULIE HAMMETT
Il sera peut-être question aussi pendant ce sommet du G7 de la Chine et de la situation tendue à Hong Kong en ce moment. Dans une lettre ouverte aux dirigeants chinois, vingt députés La République en marche dénoncent le silence de la classe politique à propos des manifestations. La France devrait réagir selon vous ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Il y a eu des expressions du porte-parole du ministère des Affaires étrangères sur ce sujet depuis le mois de juin. Il y a même eu l'expression le 13 août c'est-à-dire hier au niveau européen. Je crois que le ministre des Affaires Etrangères suit avec beaucoup d'attention ce qui se passe en Chine. Là aussi, notre message c'est la désescalade, le dialogue entre les manifestants et le pouvoir de Hong Kong afin de trouver des solutions les plus adaptées. Je rappelle que ce qui a mis le feu aux poudres, si je puis m'exprimer ainsi, c'est cette loi du mois de juin sur les extraditions qui mettait en péril un petit peu l'Etat de droit et l'état de la justice à Hong Kong, ce que n'acceptent pas que les manifestants qui réclament liberté et démocratie. Et puis un pays et peut-être deux modes de fonctionnement.

MARIE-EVE MALOUINES
Vous n'êtes pas un peu surprise de voir des députés de la majorité, sur le plan de la méthode, s'en prendre à l'attitude du gouvernement en mettant tout le monde dans le même sac en fait ? Ils s'adressent à tout le monde, que ce soit le gouvernement ou les partis d'opposition : « C'est un silence scandaleux et assourdissant. » Ils sont jeunes ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Non, je ne pense pas que ce soit une question de jeunesse. Puis je pense que nous sommes là aussi dans un Etat de droit et de liberté d'expression donc ils s'expriment. Cette situation les préoccupe. C'est une situation qui est préoccupante parce que, justement, c'est une lutte pour la liberté et la démocratie. Moi vous savez, le 75ème anniversaire, nous commémorons beaucoup mais ce que nous commémorons, c'est quand même pour honorer des libérateurs qui nous ont libérés du joug, du totalitarisme et du nazisme. Et donc nous sommes dans un Etat de liberté et de démocratie et c'est normal que des voix s'élèvent pour que ces principes-là…

MARIE-EVE MALOUINES
Ils ont raison ? Vous vous reconnaissez dans ce qu'ils disent ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je ne me reconnais pas dans ce qu'ils disent. Je veux simplement dire que le ministre des Affaires étrangères suit ce dossier. Il y a eu des expressions du ministère depuis le début de la crise, il y en aura dans les jours et les semaines à venir. Je ne suis pas du tout… La France est complètement informée de ce qui se passe et suit avec attention tout ce qui se passe à Hong Kong.

JULIE HAMMETT
Autre sujet dans l'actualité, la question des migrants. 356 personnes à bord du navire humanitaire Ocean Viking en ce moment, 150 migrants toujours bloqués sur un autre navire au large de Lampedusa. A Rome, le ministre italien de l'Intérieur Matteo SALVINI a répété l'interdiction absolue pour ces deux navires étrangers de pénétrer dans les eaux italiennes. « Ouvrez les ports de France, d'Espagne ou de Norvège » ; vous lui répondez quoi ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je lui réponds que c'est bien de faire une politique peu électoraliste sur son territoire mais qu'il faut mettre un peu d'humanité dans tout ça. Que tout simplement, il faut que ce bateau accoste et le sort de ces migrants, j'imagine au niveau européen il y a une organisation qui prévoit qu'ils soient répartis.

JULIE HAMMETT
La France est d'accord avec ça…

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Mais bien sûr.

JULIE HAMMETT
Mais il en est quoi alors ?

MARIE-EVE MALOUINES
Pourquoi ça n'avance pas ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Ça n'avance pas très certainement parce que monsieur SALVINI est dans le refus qu'un bateau accoste en Italie, ce qui paraît totalement déraisonnable.

MARIE-EVE MALOUINES
Et s'il ne le fait pas, est-ce que la France peut le faire ? Est ce que d'autres pays doivent le faire ? Est-ce qu'il faut qu'on organise ça ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je pense qu'on ne pourra pas laisser un bateau avec des centaines de migrants sur ces bateaux naviguer à vue pendant des jours et des jours.

JULIE HAMMETT
Donc on pourrait potentiellement ouvrir nos ports en France pourrait accueillir ces bateaux ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Je n'ai pas de réponse à ce sujet sur les ports de France. Ce que je sais, c'est que le port le plus proche n'est pas un port de France sûrement. Le port le plus proche et ensuite répartition des immigrés selon les accords européens dans les pays européens.

JULIE HAMMETT
Vous avez été maire de Mont-de-Marsan, vous êtes toujours conseillère municipale donc à Mont-de-Marsan. Vous connaissez bien effectivement les difficultés auxquelles sont confrontés les élus. Vous pensez quoi de cette initiative de la commission des lois du Sénat qui lance donc un questionnaire pour mieux comprendre les problèmes des maires ? Vous, si vous aviez à répondre à ce questionnaire…

MARIE-EVE MALOUINES
Vous pouvez d'ailleurs répondre puisque vous êtes conseillère municipale.

JULIE HAMMETT
Effectivement. Vous diriez quoi et qu'est-ce que vous allez dire justement ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Ecoutez, j'ai lu ce questionnaire. Il est assez simple. Il dit : « Avez-vous eu des problèmes dans l'exercice ou avez-vous des problèmes dans l'exercice de votre mandat depuis 2014 ? » Je pense qu'on pourrait remonter à des mandats antérieurs également. Et puis : « Pensez-vous qu'il y ait des possibilités d'améliorer les choses ? »

FABRICE LUNDY
Vous avez des problèmes alors, vous, en tant que maire ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Bien sûr.

FABRICE LUNDY
Lesquels ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Tous les maires ont eu des problèmes. Moi j'ai eu…

FABRICE LUNDY
Est-ce qu'ils étaient aussi graves que ceux qu'on connaît en ce moment ? Ou il n'y a vraiment maintenant plus aucune limite ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Moi, j'ai connu beaucoup de… Enfin, dans un domaine particulier. Un domaine particulier. Je suis maire, j'étais maire de Mont-de-Marsan qui est une ville du sud-ouest et nous organisons des spectacles taurins. Et la pression des anti-taurins est quelque chose d'inimaginable et la violence est quelque chose d'inimaginable. J'ai reçu des menaces de mort, j'ai reçu des menaces sur ma famille, j'ai reçu des courriers, des mails pendant des années et des années. Donc tout cela parce que ce sont des groupes activistes très, très, très actifs, donc activistes très actifs et également assez violents et assez radicaux. En dehors de ce phénomène-là, j'ai eu peu de problèmes sinon les classiques. Verbalisés, par exemple, pas contents d'avoir pris une contravention parce qu'ils sont par exemple garés en stationnement interdit et qui ne comprennent pas qu'ils prennent une contravention et qui arrivent à la mairie en hurlant. Je veux dire, il faut donner du sens à l'action. Il faut redonner du sens aussi aux règles de la société et du vivre ensemble. Si chacun pense qu'il peut faire ce qu'il veut dans un espace public et que c'est ça la liberté, je crois qu'il n'a pas compris ce qu'était la vie en société.

JULIE HAMMETT
Il reste une poignée de secondes, Marie-Eve.

MARIE-EVE MALOUINES
En un mot, le questionnaire du Sénat il vient après la loi Lecornu qui va revoir le statut des maires. Est-ce que vous pensez que c'est une posture du Sénat ou c'est vraiment utile ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Moi j'espère une chose, c'est que c'est fait tout simplement pour aider Sébastien LECORNU à construire sa loi. Moi je suis une optimiste dans les… Je voudrais être… Enfin, je suis optimiste dans les relations entre élus. Je crois qu'il y a beaucoup de postures mais je crois aussi, notamment au niveau du Sénat, qu'il y a également…

JULIE HAMMETT
De la sincérité.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
De la sincérité et aussi une envie réelle de faire avancer les choses, notamment pour les maires, puisqu'on sait bien que le Sénat, les sénateurs sont élus par les maires.

JULIE HAMMETT
Merci beaucoup, Madame la ministre, d'avoir pris le temps de répondre à nos questions ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 16 août 2019

Rechercher